LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +
Welcome Aboard !
Veuillez vous connecter afin de pouvoir embarquer.

LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jeu de la bombe n°3 [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Jeu de la bombe n°3 [TERMINE]   Lun 30 Avr - 22:47

L'incroyable musique poursuit sa course folle dans cette ambiance enjouée et accompagnée d'immenses farandoles. On dansait de tous les côtés et toujours s'enivrait, c'était une grande fête, on jouait de la trompette et toujours on s'apprête à faire des claquettes et bien des galipettes sur les jardins bercés de trompettes. Au milieu de la piste, l’arlequin trismégiste dansait comme le vent sur une falaise… oh comme ta danse met à l'aise ! Soudain il tomba dans un fossé et roula jusque dans un bas-côté où son dernier souffle le quitta ; pauvre arlequin qui se tua ! "Allo Maman ?" cria le bleu, tout en chantant un air affreux. Et la sœurette Perluette encore entourée d’alouettes pleurait vivement. Mais indubitablement elle sautait de joie tout en ne sachant pas qu'elle tomberait elle aussi. Aussi fut-elle surprise lorsque cela arriva. Mais la chose qu'elle avait apprise est qu'il faut toujours se relever après être tombée. Elle retomba sur ces pattes et s’écrasa comme une patate. On put en faire des frites qui laissaient des goûts de durite et de tuiles trop cuites. Et l'enivrante danse, un peu trop enivrante d'ailleurs tournoyait dans tous les sens et comblait tous les travailleurs et leurs belles compagnes. Un marchant ambulant passant par là, en entendant cette musique chanta le plus beau des couplets que le monde connaissait. On resta transi tout au long de la nuit bercé par la musique qui résonnait encore au fond de mon oreille. Et moi je dansais comme un fou, essayant de rester debout titubant malgré moi tel un mauvais piédestal. L’ivresse montait en mon esprit, de cette liberté tout mon être en était envahi et il me semblait que chaque instant était de bonheur empli ! Quelle nuit enchanteresse, quelle absence de détresse ! Mes angoisses envolées et mes peurs dépassées, je me sentais revivre ! Et ces gens qui dansaient, cette mélodie qui m'enivrait et cette ambiance de conte de fée avaient sur moi un effet très compliqué. Je me sentais à la fois euphorique et malade car le repas que je venais de prendre était incapable d'apaiser ma faim. Non, car ma faim depuis quelques temps est insatiable ! Je mange tout le temps, à chaque moment, tout ce qui me passe sous la main, mais toujours reste cette faim ! Je mange des abricots, des noix de coco et des cœurs d'artichauts qui sont parfois trop chauds. Je me brûle, mais tête de mule j’ai toujours faim. L'incroyable spectacle atteint son paroxysme, et funambule qu'il était, il cause un cataclysme dans un nuage de fumée qui restera bien mal aimé. Je décide de m'aérer et je respire un air enfin frais. Parcourant ma silhouette, je regarde mes chaussures plutôt obsolètes qui toujours me prennent la tête. Alors je continue à pied jusqu’à rejoindre un marronnier contre lequel je m’assieds afin de contempler mes pieds. Ils n’étaient pas parfaits mais ils étaient bien faits. Je décidai que je m’étais assez reposé et rejoignis la fête pour danser et danser. Il dansa donc avec toute mon énergie, sans aucun souci, libérée de tous problèmes comme lors du premier jour. Ce jour où nul ne ce souciait de ce qui pourrait arriver. Et je chantais aussi, je chantais comme si c’était la dernière fois et mon cœur ne battait plus au rythme de l’oie qui ne sert qu’à faire du foie gras. Mais heureusement, je n’en mange pas. Le chocolat est bien meilleur, avec ses saveurs qui effacent douleurs ! Avec, on peut faire des cookies, on peut faire des brownies, mais aussi et surtout des petits muffinous que savent préparer toutes les nounous ! Mais assez de folies culinaires se cachent toujours dans ma tabatière, et tout comme mon tabac, tu n’en auras pas ! Mais comme fumer tue, je n’en peux plus de consommer à la volée des yaourts périmés qui donnent envie de pleurer et sont justes bons à jeter dans une poubelle dorée ! J’aimerais manger de l’inédit, des bananes et des vaches kiri du moment que la vache rit et qu’elle n’est pas finie. Tout dépend de la cuisson quand on mange du saucisson : le saucisson c’est tellement bon ! Bon bon bon bon bon... Petit badabon. Chantait un cornichon, ayant élu domicile dans un sandwich. Un sandwich comme appart', c'est trop la classe ! Le cornichon aimait regarder les Witchs tout en se gavant de Pitchs. Le problème restait la digestion, très indigeste. Il buvait alors du Schnaps et montrait par des gestes tout ce qui empeste. La pauvre poubelle dorée se mit à danser et sauter et du coup, se reversa et répandit son contenu sur le sol immaculé ! Tous les déchets ainsi étalés, mécontents d'êtres dérangés, se mirent à se manger. Alors passa par là le cochon polisson avec son baluchon. En voyant ce carnage, il se senti bien propre pour un cochon même s’il ne sentait pas bon. « Quelle importance ?", dit-il "puisque je finirais en saucisson." Et la marmelade qu'on ne mange qu'en salade jouera à saute-mouton avec les échalotes tombées dans mon assiette qui, glapissantes, sont toujours aussi réjouissantes à l'instar de ces charmantes carottes. On dansait à tourment la chanson du dément qui, de temps en temps s'agitait en toussant. Quand vint le moment de partir en Orient, je pris mon baluchon et mis mon capuchon sur mon dos bien rond. Une étoile qui chantait du Gainsbourg me guida jusqu’à une ville nommée Strasbourg, et dans son bourg je puis trouver un vélo qui m’emmena jusqu’à Toronto, une ville de couleurs et de lumières où seule est encre ivre l’idée de la bière. En parlant de boisson, je ne pense pas que se soit bien folichon de boire quelques gouttes de Picon : Je préfère danser et faire le fanfaron. Et puis, je sais si bien que les petits lémuriens ne seront jamais miens : triste est mon destin ! Alors je me mets à boire un petit peu chaque soir au bord de la Loire jusqu’à ce que, l’esprit noir, je ne me reconnaisse plus dans le miroir. Son cadre peint en or est toujours et encore à bâbord ! D’ailleurs, un vieux hibou disait que, si des kangourous buvaient, cela pouvait nous gâcher notre journée. Un perroquet volait, innocent dans l'âme, coloré dans l'aile et joyeux d'humeur. Ce fier et bel oiseau voulait toujours voler plus haut, et comme un épervier, aller pêcher dans les viviers pour se cuisiner du poisson panné. Il invitait ses amis oiseaux au barbecue : pinçons, canards, mouettes, dodos étaient au rendez-vous et piaillez joyeusement. Pourtant, lorsque le chasseur entend, ce qui n’arrive pas souvent, tous se cachent et disparaissent mais malheureusement le chasseur est rapide, corpulent mais futé et pressé d’attraper, c’est pourquoi l’épervier s’entraîne à s’envoler pour pouvoir s’échapper. Mais une balle bien visée finit souvent par les faire retomber dans des paniers en osiers qui au lieu de se casser se referment pour les emprisonner. Alors ils essaient de se libérer, en vain, malheureusement. Mais certains continuent d'espérer : ils battent des ailes, désespérés, en espérant vainement échapper au jugement. Mais quand les poules auront des dents, que les carottes seront cuitent et que ce sera la fin des haricots, ce ne sera plus la même chose. Alors Eugène arriva et prit les choses en main aussi vite et bien fait qu'il le fallait. Et avec fierté, il sauta allègrement et rejoignit la belle au bois dormant qui l’attendait au tournant. Effarés et dispersés, les papillons de noir teintés virevoltaient dans la nuit d'été. L'incroyable décompte achève sa course folle lorsque les poireaux sautent enfin dans la casserole et que les Mirabeaux prennent leur envol vers un lieu connu d’eux seuls dont les poissons raffolent et dont les planctons ont peur, si bien qu’ils vivent dans la terreur… Ce sera alors un bonheur et tout deviendra pleurs.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.



Dernière édition par Anaël le Dim 9 Sep - 12:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: Jeu de la bombe n°3 [TERMINE]   Lun 30 Avr - 23:27

je ne sais pas quelle folie m'a prise de vouloir livre votre œuvre ....

ça m'a fait mal à la tête même si c'était bien drôle à certains moments :p
Revenir en haut Aller en bas
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Jeu de la bombe n°3 [TERMINE]   Mar 1 Mai - 21:10

Yeah, je vois ça... j'en suis flatté =D Le nombre de personne ayant lu un jeu de la bombe complet s'élève donc à 1 =) !

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: Jeu de la bombe n°3 [TERMINE]   Mar 1 Mai - 21:32

lol

Une grosse dégénérée mentale alors ;p
Revenir en haut Aller en bas
Zois'O
Passager


Messages : 467
Birthday : 09/07/1912
Âge : 104
Où suis-je ? : El nuage.

MessageSujet: Re: Jeu de la bombe n°3 [TERMINE]   Mer 16 Mai - 17:05

HAHAHAHAHAHAAAHAHAHAAHA !! C'est trop drôle XD
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jeu de la bombe n°3 [TERMINE]   Aujourd'hui à 1:27

Revenir en haut Aller en bas
 
Jeu de la bombe n°3 [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et + :: L'Île :: La Cabane-
Sauter vers: