LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +
Welcome Aboard !
Veuillez vous connecter afin de pouvoir embarquer.

LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Amy-El] Neige (Nouvelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amy-El
Passager


Messages : 20
Birthday : 25/07/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : Dans un autre monde...

MessageSujet: [Amy-El] Neige (Nouvelle)   Mer 3 Juil - 14:14

Un homme.
Des montagnes.
Une vie.

Une vie s'affaiblissant au rythme du chagrin et de la déception.

Parfois, il suffit d'un regard pour tout changer.
Un regard pour sauver, un regard pour détruire. Aussi effilé qu'une lame, aussi précis qu'une flèche. Il vise juste, au plus profond de nous, pour nous relever ou nous réduire à néant.

Cette histoire est celle d'un homme qui, aussi banal qu'il puisse l'être, fit tout son possible pour comprendre quelque chose à la vie. Cet homme là n'était pas vieux, bien au contraire. Il n'avait ni le physique d'un top model, ni l'intelligence d'un philosophe. Il était lui, tout simplement.

Il n'avait pas vraiment une vue positive de la vie. Il répugnait plutôt à dire que c'était le plus beau cadeau que l'on puisse recevoir. Pour lui, le concept de vie et de mort n'était ni un présent ni une punition. C'était seulement le court naturel des choses. La religion avait tendance à vouloir sans cesse chercher des explications divines sur la création du monde et sur les éléments qui contrôlaient l'écoulement du temps, la météo et toutes ces forces imparables et imprévisibles. Ce n'était que des sottises pour le jeune homme, qui ne croyait qu'en la Nature et en lui-même. Pas qu'il se considérait comme un dieu, loin de lui cette idée, mais lorsqu'on a conscience d'exister et d'être un phénomène naturel, alors pourquoi ne pas croire en soi.

Ce regard, il ne l'oubliera jamais.
« Je te quitte ». Trois ridicules petits mots, chargés de douleur et de chagrin. Elle avait parlé calmement, sans la moindre hésitation,  comme si elle avait médité ses paroles longtemps en avance.
Son regard était fixe, déterminé. Elle ne fléchirait pas.
Et puis tout s'était enchaîné. À croire que le malheur entraînait le malheur, sans laisser la plus petite place pour un peu de bonheur. Morts, guerres, autant de mauvaises nouvelles venues pourrir en profondeur le moindre sentiment positif encore présent.

Il lui prenait alors des envies de partir, loin, là où rien ni personne ne pourrait l'atteindre. Il goûterait à une solitude bienfaisante et réconfortante.  
Il avait choisit la montagne, les pics escarpés d'une chaîne enneigée.
Il était monté au sommet, révélant à ses yeux toute la splendeur de la Nature et la petitesse de l'Homme, qui se permettait de commander à celle qui l'avait créé.
Emmitouflé dans son manteau, il regardait le soleil darder ses millions de rayons sur une mer de nuages blancs et purs, recouvrant toute civilisation.
Et alors, il réfléchissait. Au sens de la vie, à son rôle à lui, petit être perdu dans l'immensité céleste.
L'espoir de voir sa vie redevenir comme avant était piétiné comme la neige sous ses pieds.
Quel était le but de sa vie ? Souffrir en attendant son heure ou accélérer le cours des choses ? Il y avait souvent pensé, mais lorsqu'il regardait ce paysage parfait, il lui prenait l'envie de rester là, perché sur son sommet éternellement. Mais hélas, rien n'est jamais éternel, et il le savait.

Usure.
Désespoir.
Mort.

Quelques flocons tombaient en scintillant. La main tendue, il les regardait fondre lentement, comme l'Espoir s'évanouissant peu à peu.

Soupir. Que la vie peut être triste et brève parfois...

Il n'y avait pas dans le monde qui s'étalait loin au-dessous de place pour lui. Mieux valait finir ses jours ici, dans la quiétude et la solitude.
Il se sentait si grand, si puissant, du haut de la montagne, qu'il  appelait presque sa montagne. Il se sentait bien, il se sentait lui-même.
Le Moi...
Ce simple mot, grand et chargé de sens, capable de briser toute bonne volonté de s'oublier au dépend des autres.

La masse voluptueuse des nuages atténuait les moindres bruits de vie.
Il regardait en bas, sans ressentir de vertige. Seulement une forte attraction de se laisser tomber, porté par la brise légère, tel un oiseau. Peut-être pensait-il que les nuages amortirait sa chute, l'enveloppant dans une douceur et un confort digne de la meilleure publicité pour un quelconque produit sans intérêt.

Tomber.
Voler.
Rêver.
Les bras écartés, comme en signe d'offrande, il s'était avancé au point le plus abrupt et escarpé. Regardant le vide sans la moindre peur, il s'était laissé tomber...

Il ne verrait jamais le chagrin et le regret qui l'avait envahit, elle, qui avait était la cause de tout.
Le désespoir entraîne la mort, qui entraîne le chagrin. Une boucle sans fin, qui ne se terminera que dans la mort.

Un homme.
Des montagnes.
Une vie.
Revenir en haut Aller en bas
http://amyel-writing.blogspot.fr/
 
[Amy-El] Neige (Nouvelle)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et + :: Le Bateau :: Chantier Naval-
Sauter vers: