LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +
Welcome Aboard !
Veuillez vous connecter afin de pouvoir embarquer.

LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tribulations d'Anthim Lewis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ezla
Passager


Messages : 211
Birthday : 05/07/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Sur mon balai volant

MessageSujet: Tribulations d'Anthim Lewis   Lun 14 Jan - 18:39


Tribulations solitaires
Ou la Fable du voyageur esseulé

(Anthim Lewis)

    Pour une fois, je ne cherchais rien ni personne. Pour une fois. Il est rare de me voir me ‘promener’, dans le sens premier du terme. Je ne suis pas de ces gens-là, de ces flâneurs des grands chemins. Je ne préfère pas réfléchir tout en marchant ; la distraction est toujours présente. On ne peut pas évaluer les risques d’une situation potentiellement dangereuse voire mortelle telles les missions qui me sont régulièrement confiées, tout en regardant passer un chevreuil dans une forêt. Et je n’aime pas perdre mon temps. Ni perdre mes moyens. Alors le plus souvent, quand je ne fais rien – du moins visiblement – je réfléchis. Et l’inverse est d’autant plus vrai. J’évoque mentalement toutes les possibilités et les pièges pouvant s’offrir à moi. Je ne regarde pas simplement passer les nuages.

    Non, je ne cherche pas à me justifier. Enfin, presque pas. Toujours est-il qu’errer niaisement, sans armes, sans protection, non, ce n’est pas mon genre. Enfin... presque pas. Ce jour-là, c’a m’est arrivé, je l’avoue. Mais j’en avais besoin. Je n’étais pas bien, pas à l’aise avec mes pensées, pas à l’aise avec moi-même. Je DEVAIS me changer les idées. Près de chez moi, il y a un bois assez peu fréquenté. Je n’y vais jamais, et personne n’y va de toute façon jamais. Mais là, j’avais envie de m’y rendre. C’est sur le sentier que je me suis rendu compte de ma stupidité. J’étais parti sans rien. À nu. Sans aucune arme. Ce qui est inavouable mais aussi et surtout inexcusable pour un prêtre des divinités guerrières. De Murven à Shiroa, tous doivent se gausser là-haut. Je suis un profond imbécile.

    Ils étaient huit. J’en repèrais deux, mais bien trop tard. Mon arrêt les a surpris et leur a confirmé le fait que je les ai repérés. Ils sont sortis de leur cachette et m’ont encerclé. Un instant de réflexion me déconseilla de me mettre en position de combat. J’adoptais une attitude pacifique et ouvrais les mains.

    - Bonjour messieurs.

    L’homme en face de moi eut un rictus réduisant mes efforts de politesse à néant.

    - La bourse ...
    - Ou la vie. Dites, vous manquez d’originalité.

    1-0. Cette fois il fut surpris. Ses sourcils se froncèrent. Dangereux. J’avais oublié un instant que j’étais seul et désarmé. Ce qui ne m’arrivait bien sur jamais en règle gé... oui, pardon. J’avais dit que j’arrêtais de tenter de me justifier. Le mal est fait.

    - Écoute mon gars, nous n’avons pas tout notre temps.
    - Je vous jure que je n’ai rien sur moi, soupirais-je.
    - C’est étrange mais ... je ne te crois pas.

    L’homme lorgnait mes vêtements. Oui, je sais, le reproche a déjà été fait. Les vêtements des prêtres sont loin d’être ... sobres. Je soupirais. Il allait falloir ruser. Ou user de mes talents naturels. La question était : défense ou attaque ? Je n’avais pas le choix. Mon sort d’illusion ne les toucherait pas tous. Je déclenchais ma bulle éclatante, tentant le bluff pour les impressionner.

    - Bien. Alors maintenant, vous allez me laisser gentiment passer. Ou vous allez avoir affaire à moi.

    Je ne savais rien de ce que les hommes connaissaient de moi ou des prêtres. C’est ce qui m’inquiétait.



    Intention : Bluffer pour fuir.
    Action : Déclencher le sort de protection pour impressionner les agresseurs.


Dernière édition par Ezla le Mer 24 Juil - 17:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-monde-de-tara.forumsactifs.com
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Jeu 24 Jan - 16:01

PERSONNAGES PRÉSENTS : Shenko se trouve également dans cette forêt

_____Une impressionnante boule de flamme jaillit des mains d'Anthim Lewis pour former une rayonnante bulle qui l'entoura, impérieuse. Il avait l'air sûr de lui. Les brigands reculèrent, surpris...

-"Qu'est-ce que tu fais ?"

_____L'un des leur eut la stupidité de s'attaquer à cette chose qu'il ne comprenait pas, et son épée fut immédiatement réduit en cendre. Il poussa un cri de surprise et s'éloigna précipitamment de peur de subir le même sort et proféra des insultes plus ou moins intelligibles...

-"Un sorcier, nous sommes perdus !!"

_____Malheureusement pour le jeune homme étourdit, il n'était pas le seul à pratiquer la magie, ici. En face de lui se tenait leur chef, nullement impressionné.

-"Un sort de protection, n'est-ce pas ? Et comment est-ce que tu comptes nous attaquer ? Tu n'es même pas armé !"

_____Le chef des brigands eut un sourire narquois et ses acolytes commencèrent à reprendre confiance :

-"Tuez-le !"

_____Avec un regard mauvais, les brigands se précipitèrent sur le prêtre dont le sort de protection était sur le point de cesser : une flèche fut réduite en poussière, un sort fut renvoyé puis la bulle éclaté dans une sourde explosion, soufflant les attaquants au passage. L'un deux fut mortellement blessé tandis que les autres reculèrent prudemment...

-"C'est tout ce que tu peux faire ?", demanda le chef des brigands. "Aller, viens. Je vais te montrer ce que c'est que la vraie magie !"

_____Il eut un sourire triomphant et commença à se concentrer pour entamer une inquiétante incantation...

Jette un petit coup d'oeil au post de Shenko =)

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Ezla
Passager


Messages : 211
Birthday : 05/07/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Sur mon balai volant

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Lun 11 Fév - 20:06

PERSONNAGES PRÉSENTS : Shenko


    Un des brigands poussa un cri de frayeur lorsque la lueur chaude du sort enveloppa mes mains et brûla son stupide compagnon qui s'était précipité sur la bulle éclatante. Si j'eus voulu un seul instant me réjouir de cette attitude stupide, ce fut sans compter l'intervention de celui qui se tenait devant moi. Il était grand, les cheveux courts, et la barbe taillée de façon plutôt ridicule si vous voulez mon avis. Il tentait de paraître effrayant. Il aurait très bien pu ne passer que pour ridicule s'il n'y avait pas eu ses yeux. De grands yeux noirs comme la nuit, où tournoyaient telles des étoiles, haine, méchanceté et envie de meurtre. Si ce regard avait suffi à tuer, je n'aurais pas donné cher de ma vie. Un rictus sournois compléta ce regard venimeux.
    Mauvais signe ...

    Deux mots résonnèrent dans ma tête. Ceux de son ordre de mise à mort. Silencieusement, je comptais. Mon sort s'affaiblissait, il allait éclater d'une minute à l'autre. Mon esprit fonctionnait à toute vitesse. La bulle explosa, foudroyant un des assaillant, qui s'écroula au sol en gémissant. Sur les huit hommes du départ, il n'y en avait déjà plus que six. Autrement dit, mon sort n'en avait éliminé que deux. Pas mal pour un sort de défense. Pitoyable pour le prêtre guerrier que j'étais.

    - C'est tout ce que tu peux faire ? Allez viens, je vais te montrer ce que c'est de la
    vraie magie.

    Mon intuition ne m'avait pas trompé. Le chef des brigands était dangereux. Potentiellement
    très dangereux. Déclencher un simple sort de défense était une technique on en peut plus stupide de ma part. Il allait maintenant me falloir quelques minutes pour récupérer mes facultés magiques. Ces hommes n'étaient pas de banals bandits de campagne. Ils voulaient quelque chose de précis, et je craignit alors que ce soit ma vie. Si il lançait un sort, je n'allais pas pouvoir répliquer. Mon adresse allait devoir être ma seule alliée.

    L'incantation se délita en sonorités gutturales que je peinais à reconnaître. Soudain, le sort fusa, mortel. Une flèche de lumière blanche. Aussi vif que je le pus, je me baissais pour l'esquiver, mais il frôla ma tête. Assommé, je tombais par terre, perdant un instant l'équilibre.  La tempête sous mon crâne luttait contre la douleur. Je peinais à garder les yeux ouverts. Mais ce fut suffisant pour percevoir ce qui se passa alors.

    Un homme apparut. Un petit homme entièrement vêtu de noir, au teint blafard, aux vêtements qui paraissaient trop larges pour lui et qui l'auréolaient d'une puissance sombre assortie à son aura, fatiguée, mystérieuse, puissante. Magique. Je ne connaissais pas le sort que l'homme avait utilisé ; je me rendit compte à cet instant de ma faiblesse. En quelques instants, ces hommes venaient de me prouver que mon apprentissage n'en était encore qu'à ses débuts. Cette idée redoubla mon énergie. Je voulais me battre. Et gagner. Encore. Et devenir plus fort. Plus puissant. Ne plus ressentir ce honteux sentiment d'infériorité. J'étais encore étourdi par le sort mais la chance me sourit. Un des brigands ayant repéré l'homme qui venait de se matérialiser derrière son chef poussa un cri d'avertissement. L'homme se retourna.

    Grossière erreur. Je bondit. De toute la faible force dont je pouvais faire preuve. J'agrippais le sorcier, tirant sa tête en arrière, l'empêchant de mes mains d'incanter. Nous tombâmes tous les deux. L'homme m'écrasait. Je le repoussais avec force, obligé de le lâcher. À genoux, il tentait de se relever, les yeux brillants de rage. Des cris retentirent alors à mes oreilles. J'en avait oublié les acolytes du brigand.

    - Daar manent t'al dyyra, Shiroa sesc' yatihlo, murmurais-je en respirant lentement.

    Indicible prière à Shiroa, mon dieu protecteur. J'allais devoir me battre à mains nues, encore trop groggy pour pouvoir me transformer. Mais s'il daignait m’insuffler suffisamment de force, j'allais alors pouvoir utiliser mon pouvoir de métamorphose. Ils allaient voir de quoi une fée déchue peut être capable ...



    Intention : Détourner l'intention du mystérieux sauveur et régénérer ses capacités.
    Action : Se lancer dans la mêlée à mains nues puis se transformer en tigre.

_________________


Sens dessus dessous. Sans dessus, sans dessous.
Sens qui se noient, sens qui se perdent.
Se perdre pour mieux se retrouver.
Et écrire pour mieux contempler.




Dernière édition par Ezla le Mer 24 Juil - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-monde-de-tara.forumsactifs.com
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Ven 22 Fév - 14:42

Personnages présents : Shenko

______Les autres bandits commençaient à s'agiter dangereusement tandis que le mystérieux sauveur restait incroyablement calme. Aux prises avec leur chef qui marmonnait tant bien que mal de sournoises incantations, Anthim ne vit pas Shenko s'approcher de lui et il lui arracha un sursaut lorsque sa main se referma sur son épaule.

______Soudain, il se passa trois choses. Le magicien finalisa son incantation, tout ce qui se trouvait autour de lui fut réduit en cendre et Shenko et Anthim disparurent. Ce dernier cligna des yeux. Pour une raison qui lui échappait totalement, il s'était déplacer de plusieurs mètres en retrait, loin de la zone d'effet du sort lancé par le brigand. Il frissonna. Le magicien avait juste désintégré tout ce qui se trouvait autour de lui. Il aurait du y rester. Il finit par remarquer son sauveur qui était penché sur lui et, pour la première fois, il vit de près son visage. Il avait l'air d'un cadavre, c'était juste effrayant... Malgré le contre-jour qui ombrageait le personnage, Anthim put voir que celui-ci était pâle comme la mort. Rapidement, il se redressa pour se diriger vers le mage et Anthim se releva, prêt à en découdre avec ces brigands qui l'avaient attaqué gratuitement...

______Il se jeta sur le premier venu à mains nues avec un hurlement féroce. Une épée s'abattit, mais Anthim changea de forme au bon moment : son corps s'allongea, des poils recouvrirent son corps et sa tête était désormais à quelques centimètres du sol, bien loin de l'arme qui avait voulu la trancher. Imposant et majestueux, le tigre bondit sur son adversaire et lui arracha sauvagement la gorge, prêt à en découdre.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Ezla
Passager


Messages : 211
Birthday : 05/07/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Sur mon balai volant

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Sam 2 Mar - 12:14

PERSONNAGES PRÉSENTS : Shenko


    Mon mystérieux sauveur ne put étouffer un cri de surprise lorsque je me lançai dans la mêlée avec un hurlement. J'avisai le bandit le plus proche de moi et bondit. Ma concentration était extrême malgré la douleur qui vrillait mon crâne, menaçant de le faire exploser. Mais je sentis mon corps s'allonger, le vent s'engouffrer dans ma nouvelle fourrure, blanche striée de blond, et mes membres se prolonger de griffes acérées. Mon cri devint rugissement. La forme du tigre n'était pas seulement celle que je préférais, elle était aussi celle qu'en tant qu'homme-fée je maîtrisais le mieux outre la forme humaine. Pas de risque d'erreur. Enfin ... Normalement.

    Le cri de surprise qu'eût le temps de pousser le brigand me confirma, si j'eus seulement besoin de confirmation, que ma métamorphose était achevée. Si elle m'avait paru durer une éternité, ce ne furent en réalité que quelques secondes à peine qui s'écoulèrent. Le temps de bondir. Sous le choc, mon adversaire tomba à la renverse. J'eus à peine le temps de croiser le regard effrayé de l'homme. D'un puissant coup de mâchoire, le tigre que j'étais devenu planta ses crocs dans sa gorge, et sans lâcher sa proie, émit un grand mouvement en arrière. La tête de l'homme se détacha du tronc. Satisfait, je reculais. Je me retournai et me dirigeai vers l'homme en noir. D'un geste vif, celui-ci dégaina son sabre. Mais je plantai mon regard bleu profond dans celui de mon sauveur. S'il hésita, il comprit toutefois que l'animal qui lui faisait face ne lui voulait aucun mal.

    - Couvre-moi, je m'occupe du mage !

    Je fit volte face. Le chef des brigands s'avançait déterminé vers moi. L'homme en noir me passa devant avant que je n'ais pu esquisser un mouvement. Je rugis. Bien qu'il ait prouvé sa maîtrise de la magie et de l'art du combat vu l'arme qu'il arborait, je pouvais sentir sa faiblesse, je voyais sa jambe tremblante. L'homme était affaibli et se lançait seul à l'attaque du sorcier. Je ne pouvait demander tant à mon sauveur. Deux hommes profitèrent de mon immobilité temporaire pour s'approcher de moi en criant. Un nouveau rugissement de colère, désormais ma seule façon de m'exprimer, leur répondit. Je lacérai leurs vêtements et le visage de l'un mais un coup m'atteignit sur l'épaule. La douleur s'intensifia alors que je bondissais sur mes assaillants. Bien vite, ils furent au sol. Je me retournai. Le petit homme noir avait prit de l'assurance au combat mais semblait toujours en position d'infériorité. De plus, un des deux derniers acolytes du brigand venait lui prêter main forte. Je me dirigeai vers eux avec un cri que je voulus le plus puissant possible malgré ma faiblesse que je sentais croissante. L'effet escompté eut bien lieu. L'homme en noir ne broncha pas, tandis que le brigand fut déstabilisé, incapable de se retourner pour me voir arriver derrière lui et connaitre mes intentions. Il incanta cependant une bulle de protection contre laquelle je me heurtai violemment. Le choc parcourut mes membres avec violence. Si ma forme eut été magique, le sort n'aurait pas tenu face à ma fatigue physique qui se faisait davantage ressentir, le coup porté à l'épaule et le choc contre la bulle de protection. Je me relevai avec peine. Je n'avais qu'une envie : m'écrouler au sol. Mais je savais pertinemment que je ne pouvais pas le montrer. Les trois assaillants étaient enfermés dans le sort. Je ne pouvais rien faire d'autre que de regarder le combat se dérouler sous mes yeux.



    Action : Lutter contre l'évanouissement et regarder impuissant le combat.
    Intention : Déstabiliser les adversaires du mystérieux sauveur et tenter de traverser le sort. Anthim compte sur l'inattention du magicien pour y parvenir.

_________________


Sens dessus dessous. Sans dessus, sans dessous.
Sens qui se noient, sens qui se perdent.
Se perdre pour mieux se retrouver.
Et écrire pour mieux contempler.


Revenir en haut Aller en bas
http://le-monde-de-tara.forumsactifs.com
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Sam 2 Mar - 20:39

PERSONNAGES PRÉSENTS : Shenko

_____Anthim avait bondi presque en même temps que Shenko. Cependant, ce dernier ne semblait pas avoir été arrêté par le sort de protection puisqu'il était presque au contact du mage, prêt à le décapiter d'un puissant coup d'épée. D'ailleurs, le mage n'avait pas l'air d'avoir compris ce qu'il se passait parce qu'il fixait le vide et ne regardait même pas Shenko, pas plus que le sabre qui s'abattait sur lui.

_____Le tigre se releva douloureusement. Sa blessure lui lacérait l'épaule, ses pattes lui faisaient souffrir à force de se débattre avec les bandits et il sentait qu'il était en train de perdre du sang. D'une seconde à l'autre, il allait certainement s'évanouir et ce n'était pas forcément le meilleur moyen de rester en vie...

_____Simultanément, il se passa deux choses. D'une part, une flèche déchira l'air et vint se planter à quelques mètres de là, manquant de peu de lui faire exploser la cervelle. D'autre part, un puissant rugissement résonna, impérieux. Une meute de quatre loups venait d'apparaître. Ils avaient du entendre les cris poussés par le prêtre/tigre.

_____Anthim fit volte-face et se rendit compte qu'il restait encore deux bandits, l'un armé d'un arc et de flèches et l'autre brandissant un gourdin à pics. Ils tremblaient de peur mais, voyant que la majestueuse créature était blessée et affaiblie, s'était enhardis et s'apprêtait à lui décocher une autre flèche.

_____Quant aux loups, ils débarquèrent sur le côté, menaçants, à égale distance de l'archer et du mage. Le combat allait rapidement devenir compliqué.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Ezla
Passager


Messages : 211
Birthday : 05/07/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Sur mon balai volant

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Dim 28 Avr - 23:06

PERSONNAGES PRÉSENTS : Shenko


    Depuis quelques longues minutes déjà, je ne cessais de me ressasser cette question : pourquoi ? Pourquoi être sorti ce jour-là ? Je ne savais alors pas que cet affrontement qui m'affaiblissait de minute en minute n'était encore une fois qu'un coup du Sort et du Destin, aux voies presque aussi impénétrables que celles des grands dirigeants des Prêtres. Comme la poussière qui dérègle les engrenages. Et l'homme en noir semblait être l'ambassadeur même des événements à venir : mystérieux et incompréhensibles. Il me fallait une clé pour le déchiffrer. Et la première étape pour découvrir cette clé, était de terminer ce foutu combat.

    Il ne restait plus que deux bandits, tremblants de façon si pathétique qu'elle en aurait été risible si je n'avais pas été en position de faiblesse, blessé face à leurs flèches. L'une d'elles me frôla de si près que je sentis son souffle agiter ma fourrure luisante de sueur. L'homme en noir semblait danser pour éviter les traits mortels décochés par le brigand. Soudain, tout se figea.
    Un rugissement retentit. Et ils surgirent de la forêt. Ils étaient quatre, quatre grands loups noirs comme des ombres, qui glissaient sur le sol dans notre direction. Alors que je me redressai face à eux, un flux de douleur qui me traversa de l'épaule jusqu'en bas de la patte me rappela à l'ordre. Je maudis une nouvelle fois ma négligence et ce fut le moment que choisit mon compagnon de combat pour attaquer. Il bondit dans une attaque aussi efficace que mortelle. Le bandit s'écroula sur le champ. Et au cri que poussa l'homme en noir, je devinai qu'il avait malgré tout été touché. Une flèche lui avait transpercé la cheville.

    Il nous fallait finir avec ce combat, dont la lenteur et la durée commençaient à nous tourner en ridicule. Il n'y avait plus qu'un bandit. Et la meute des quatre loups. L'un, marchant le premier, était sans doute l'alpha. Je connaissais bien le fonctionnement de ces groupes animaux, et, poussant un rugissement, je me jetai sur lui. Je ne voulais pas le tuer, mais simplement le maîtriser. Je savais qu'en le dominant, tous me respecteraient ensuite. Le loup poussa un grognement de surprise et tenta de répliquer ; mais il était trop tard. Je l'écrasais de tout mon poids. Afin qu'il cesse de se débattre, je plantai ma mâchoire dans son cou. La violence de ce geste le tua sur le champ. Même si ce n'était pas mon intention première, je ne m’embarrassai pas de cet acte et m'empressai de diriger les trois autres bêtes sur le dernier brigand. Elles m'obéirent aussitôt. Tremblant de peur - décidément c'était une manie - face à ces trois loups qui s'avançaient vers lui, l'homme en oublia l'arc qu'il tenait à la main. Ne l'estimant plus comme un danger, je pris à nouveau forme humaine. La transformation fut douloureuse et ma posture me permit de mieux contempler l'ampleur de mes blessures. Aucune d'elle n'était mortelle. Mais toutes augmentaient ma fatigue au moindre mouvement à cause de la douleur.

    Je me tournai vers le mystérieux homme en noir. Il retira en grimaçant la flèche de sa cheville. Le sang coulait abondamment et il était pâle. Je m'empressai de déchirer une partie de mon large manteau pour lui faire un bandage.

    - Laissez, je vais m'en sortir. Comment va votre bras ?

    Il joignit un geste à la parole mais je me reculai pour éviter qu'il ne me touche.

    - Ça ira, répondis-je d'un air froid. Laissez-moi terminer votre bandage, vous perdez bien trop de sang.

    Le tutoiement du combat était redevenu un vouvoiement de distance. Il me fixa longuement sans baisser les yeux, et à regret, ce fut à moi de le faire afin de terminer la compresse de fortune que je venais de lui fabriquer.

    - Pouvez vous marcher ?

    Il essaya de se relever en acquiesçant. Je ne le croyais pas capable, mais le laissai faire. J'étais indécis quant à la décision qu'il me fallait prendre à son propos.



    Action : Se rendre auprès d'une guilde ou de prêtres les plus proches pour les prévenir de l'attaque.
    Intention : Se renseigner en route sur l'homme en noir avant de prendre la décision, soit de l’amener à la guilde, soit de le semer en route.

_________________


Sens dessus dessous. Sans dessus, sans dessous.
Sens qui se noient, sens qui se perdent.
Se perdre pour mieux se retrouver.
Et écrire pour mieux contempler.




Dernière édition par Ezla le Dim 21 Juil - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-monde-de-tara.forumsactifs.com
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Lun 29 Avr - 11:21

Personnages présents : Shenko

_____Rien qu'à voir ses grimaces, Anthim devinait que la douleur était insupportable. Après avoir fait quelques pas, Shenko se rassit aussitôt. Il soupira puis posa son regard sur lui, le plus calmement du monde :

"-On va dire que oui."

_____Il attendit un instant :

"-Tu es blessé.", constata-t-il. "Plutôt robuste pour un homme, on n'en attendait pas moins d'un adorateur des dieux de la Guerre...."

_____Il désigna un village en contrebas :

-"Viens : différentes guildes de prêtres se sont établies dans cette ville, ils pourront nous soigner. Tu pourras y retrouver les tiens même si j'ignore si traiter avec les mous te réjouis ou t'indispose... De toutes façons, ils sont les seuls à pouvoir nous faire récupérer totalement de nos blessures, alors je pense qu'il va falloir faire une exception."

_____Shenko, bien au courant des antagonismes entre les prêtres voués à la paix, à la guérison et au don de soi et ceux qui, belliqueux, ne juraient que par les armes et les sorts de combat, ne semblait pas conscient que l'hésitation d'Anthim était toute autre. Il lui faisait juste aveuglément confiance et l'idée qu'il pourrait lui fausser compagnie ne lui avait apparemment pas traversé l'esprit. Il ne se méfiait pas de lui, c'était certain. Peut-être qu'Anthim pourrait lui faire confiance. Et d'un autre côté, il était vrai qu'ils ne pouvaient pas attendre avant de se faire soigner car les dégâts deviendront vite irréversibles. Autant aller se faire soigner d'abord, ils réfléchiront ensuite.

_____Ils marchèrent. Anthim voyait bien que chaque pas était une torture mais Shenko se garda bien de lui demander de l'aide. Il restait droit, inébranlable et déterminé. D'innombrables questions lui brûlaient les lèvres, et Anthim cherchait une bonne façon de les formuler lorsque Shenko engagea la conversation :

"-Quels dieux vénères-tu donc pour avoir la capacité de te transformer en tigre ?"

_____La curiosité était sincère : Anthim voyait très bien que Shenko était fasciné. Peut-être pourra-t-il en tirer un avantage. En tous cas, Shenko faisait bien pâle figure s'il pouvait à peine se déplacer. Il n'avait pas l'air très dangereux et il l'avait sauvé, après tout. De plus, sa persistance dans le tutoiement montrait sa volonté de se rapprocher de lui, mais pourquoi un tel intérêt ? Il lui fallait tout de même rester aux aguets.

Réponds si tu le veux et mets une liste de questions, genre :

Blablabla. Maintenant c'était à son tour de poser des question, et il en avait plein : qui était-il, d'où venait-il ect.

Lili et moi on va transformer tout ça en dialogue.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Ezla
Passager


Messages : 211
Birthday : 05/07/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Sur mon balai volant

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Dim 21 Juil - 16:30

PERSONNAGES PRÉSENTS : Shenko


    L’homme en noir fit quelques pas avant de s’écrouler sur une pierre. Il était courageux, mais il ne pouvait cacher ni sa souffrance ni ses difficultés. Il me regarda un instant avant de fixer mon bras blessé, que je soutenais du deuxième pour ne pas aggraver le cas de mon épaule, que je pensais déboîtée. Quelques éraflures apparaissaient là où mes vêtements avaient été déchirés.

    - Tu es blessé. Plutôt robuste pour un homme, on n’en attendait pas moins d’un adorateur des dieux de la Guerre.
    - Je ne suis pas un homme, fis-je d’un ton froid en plantant dans les siens mes yeux bleu sombre où luisait encore l’ombre du tigre que j’avais été pendant le combat. Enfin, cela n’a pas d’importance pour le moment. Nous avons besoin de soins, il faut partir d’ici.

    Je regardai en arrière. Un des corps des bandits gisait au sol, l’épée à quelques centimètres de sa main ouverte. Je fis demi tour, la saisis, arrachai le fourreau de l’homme et me la passait en bandoulière sur mon épaule valide, avec lenteur et peine. Il serait moins aisé de la retirer ainsi, mais j’étais désormais armé. Les fourmillements qui parcouraient mon corps m’indiquèrent que j’avais quasiment récupéré mes capacités magiques.

    L’homme en noir se leva de nouveau et entreprit de boitiller avec ardeur. Je le regardai de loin, marchant derrière lui en réfléchissant. Soudain, alors qu’une trouée apparaissait entre les arbres, il me désigna un village que l’on distinguait en contrebas. Je savais qu’il s’agissait de Réaur, je m’y rendais parfois car on y trouvait différentes communautés (il y avait même un lieu de rendez-vous habituel des prêtres guerriers), dont la Guilde des Prêtres, avec je ne partageais que la moitié de mon nom et la façon de me nourrir. Mon compagnon m’apparut respectueux, averti des rivalités qui m’opposaient, prêtre guerrier, à certains de ces personnages. Je gardai un instant le silence, jaugeant son attitude et sa façon de parler. En plus de son aura particulière, il gardait un calme absolu et semblait m’accorder une confiance aveugle. Son discours était celui de la raison, et je savais que le choix que j’avais à faire n’en était pas réellement un.

    - De toutes façons, ils sont les seuls à pouvoir nous faire récupérer totalement de nos blessures, alors je pense qu’il va falloir faire une exception.

    Je ne répondis pas, me contentant de reprendre ma marche silencieuse. J’entendais l’homme en noir derrière moi, qui engagea la conversation.

    - Quels dieux vénères-tu donc pour avoir la capacité de te transformer en tigre ?

    Ce tutoiement de proximité avait beau m’agacer, j’acceptais de m’y plier pour conserver un semblant de sympathie envers mon interlocuteur. Toutefois, plus habitué à poser les questions qu’à donner des réponses, je mis du temps avant de savoir comment lui répondre.

    - Les dieux, si puissants soient-ils, ont peu de choses à voir avec cela. Je te l’ai déjà dit, je ne suis pas un homme. Il est des phénomènes qui te paraissent extraordinaires qui le sont beaucoup moins pour moi. Mais toi qui es si curieux, qui es-tu ?

    Pourquoi un tel intérêt, pourquoi es-tu venu à mon secours, comment as-tu été averti ? Était-il un magicien ou un sorcier pour disparaître ainsi ? Cet homme était étrange, je ne parvenais pas à le cerner. Visiblement plus ami qu’ennemi. Mais pour combien de temps ?...
    Le chemin descendait fortement. Mon compagnon de voyage ralentissait l’allure, les pierres roulant sous nos pieds n’aidant pas à la stabilité. Soudain, il laissa échapper un cri. Sur le qui-vive, je me rapprochai de lui et le soutint tant bien que mal pour qu’il ne dévale la pente.

    - Nous y sommes presque.

    Les portes du village apparaissaient enfin.



    Action : Suivre l’homme en noir pour trouver les guérisseurs.
    Intention : Se faire soigner et connaître les intentions de l’homme en noir.

_________________


Sens dessus dessous. Sans dessus, sans dessous.
Sens qui se noient, sens qui se perdent.
Se perdre pour mieux se retrouver.
Et écrire pour mieux contempler.




Dernière édition par Ezla le Mer 24 Juil - 18:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-monde-de-tara.forumsactifs.com
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Lun 22 Juil - 21:57

_____Shenko parut atterré de voir qu'Anthim restait très froid malgré ses efforts. Mais ça n'avait que peu d'importance maintenant qu'ils arrivaient au village. Il réfléchit un instant à la deuxième question. La vérité, c'est qu'il n'en avait aucune idée. Il avait d'abord senti les relents de magie et avait été curieusement inquiet de la présence de ce qui semblait être un puissant mage dans les parages. Lorsqu'il avait vu tous ces gens encercler le prêtre, son sang n'avait fait qu'un tour : il savait que le pauvre n'avait pas la moindre chance et qu'il allait se faire lâchement détrousser par ces bandits, et ça l'avait vraiment mis en colère... et puis surtout il y avait le fait qu'un puissant mage se rabaisse à faire les chemins.

_____Il avait élagué volontairement la première question parce que c'était très compliqué, mais visiblement, son compagnon ne lui faisait pas confiance et ce n'était pas ça qui allait l'aider à le mettre à l'aise. Il soupira. Par où commencer.

"-Je m'appelle Shenko Neka, je suis le dernier représentant des guerriers de l'ombre." Il marqua une pause, résigné. "Tu en as sens doute jamais entendu parlé parce que les miens ont été décimés et roulés dans la boue depuis bien longtemps." Il soutint le regard de son compagnon, décidé. "C'est grâce à cet art que je peux me téléporter." Il avait employé le mot téléporté parce que c'était plus simple comme ça bien que ce n'était pas exactement ce qu'il faisait. "Mais je n'ai pas toujours été seul. Mon maître, qui m'a transmis son art, a été assassiné sous mes propres yeux par une dizaine de meurtriers qui m'ont laissé pour mort."

_____Il s'arrêta un instant, marqué par ce souvenir douloureux. Ils entraient dans la ville.

"-Je ne te cacherai pas mon but. Je souhaite le venger. Il ne me reste plus rien que l'a vie n'ait emporté, et c'est en partie à cause de ces enculés." Il masqua une grimace de douleur derrière un mimique de dégoût, mais c'était peu convainquant. "J'irai jusqu'au bout du monde pour les tuer.", rajouta-t-il. "C'est mon seul but. Aller au bout du monde."

_____En contemplant le visage de son compagnon, Anthim ne put s'empêcher de se dire qu'il portait le poids des siècle, un poids terrible, insupportable. Mais il semblait soulagé, comme libéré d'une partie de ce poids. Il avait levé la tête vers le ciel et abordait une expression de sérénité à couper le souffle. Shenko considéra son compagnon avec appréhension, attendant sa réaction. Mais avant que celle-ci ne vint, il entra dans un bâtiment qu'Anthim n'avait pas encore remarqué. Il le suivit mécaniquement pour remarquer un tas de personnes paniquées qui criaient "Oh mon Dieu" et couraient dans tous les sens dans un état de choc. Il ne comprit pas tout de suite. Une jeune fille arriva en courant et s'agenouilla près de lui, ce qui le surpris encore plus. Shenko semblait avoir disparu. Ce n'est que lorsqu'il baissa les yeux qu'il s'aperçu qu'il s'était contenté de s'écrouler sitôt la porte franchie. La jeune fille lui adressa un sourire chaleureux et rassurant, signe qu'ils avaient frappé à la bonne porte.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Ezla
Passager


Messages : 211
Birthday : 05/07/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Sur mon balai volant

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Mer 24 Juil - 18:17



    Nous parcourûmes rapidement la distance qui nous séparait des portes du village, du moins c’est ce qu’il me parut. J’étais totalement concentré sur les paroles de mon nouveau compagnon. Celui-ci – j’appris alors qu’il se nommait Shenko – paraissait de plus en plus mal à l’aise. Je me doutais que mon attitude renfermée y était certainement pour quelque chose. Toutefois, lorsqu’il entreprit de me raconter son histoire, avec ce que je crus être la plus grande franchise de sa part, ses révélations me firent l’effet d’un coup de poing dans le ventre. Si je n’avais en effet jamais entendu parler des guerriers de l’ombre, ni de leurs facultés de magie qui m’avaient aujourd’hui sauvé la vie, son histoire personnelle entrait, elle, en étrange écho avec ma propre vie. Shenko soutenait mon regard avec assurance malgré sa fatigue, et ses paroles associées à son étrange charisme captaient mon attention. Il marqua une pause à l’évocation du massacre auquel il avait échappé, que je respectais en silence. C’est lui qui repris la route en poursuivant son récit, et s’il l’évoquât alors sur le même ton calme mais ferme, je pus aisément ressentir ce qu’éprouvait l’homme en lâchant presque naturellement le terme de la vengeance.

    - J'irai jusqu'au bout du monde pour les tuer. C'est mon seul but. Aller au bout du monde.

    Je fus incapable de prononcer une seule parole. Toute animosité envers l’étrange bonhomme semblait m’avoir désertée, remplacée à la fois par l’admiration et le respect. Shenko avait levé les yeux au ciel et je ne sus détacher les miens de ce guerrier si tranquille, si serein. Il était si proche, et si loin de moi à la fois... Shenko me regarda, attendant une réaction de ma part. Je mis un instant avant de ne savoir prononcer quelques mots.

    - Je me nomme Anthim Lewis. Je...

    Je ne terminai pas ma phrase. Alors que j’avais détourné les yeux un instant de mon interlocuteur, mon regard fut happé par une silhouette qui se détachait la masse des passants. J’aurais reconnu cette silhouette entre mille. J’aurais reconnu cette chevelure dorée entre toutes, cette démarche et ces yeux gris qui croisèrent les miens pendant un quart de seconde à peine. Mon cœur s’emballa et alors que tout mon être me criait de fendre la foule et de la serrer contre moi, la jeune femme disparut dans la foule. Si tout cela ne dura que quelques secondes, elles suffirent à m’inquiéter pour elle et à m’agacer de nouveau. Je pressais Shenko qui me regardait sans comprendre.

    - Viens. Conduit-moi là-bas, que nous en finissions pour de bon.

    Je le précédais, chose stupide puisque je ne connaissais pas notre destination. Aussi fus-je surpris quand il pénétra dans un grand bâtiment de pierre grise à l’entrée basse et discrète. J’entrais à sa suite, perdu dans mes pensées. La porte donnait sur une grande salle éclairée d’une lumière tamisée et non éblouissante. Je cherchai Shenko du regard. Hommes et femmes couraient dans tous les sens avec force cris, et je ne remarquai qu’après un instant que l’homme s’était écroulé sur le sol dès son entrée. Une jeune fille aux longs cheveux bruns s’était précipitée vers lui et lui mesura le pouls tout en m’adressant un sourire chaleureux. Elle interpella deux hommes et une femme qui étaient les plus proches, leur donnant de brèves consignes. Puis elle se releva, toujours souriante.

    - Tout va bien, ses jours ne sont pas en danger. Mais une extrême fatigue associée à la quantité de sang qu’il a perdue a eu raison de ses forces. Vous êtes arrivés à temps et au bon endroit.

    Je hochai la tête, suivant du regard le départ de mon compagnon. La jeune fille me détaillait.

    - Vos vêtements sont dans un piteux état et votre épaule est bizarrement...

    Elle appuya sur mon bras tout en s’exprimant et la douleur provoquée par ce geste causa un brusque mouvement de recul de ma part.

    - Vous êtes blessé également.
    - C’est bien la raison de ma venue, fis-je sèchement.
    - Suivez-moi.

    Conscient que je n’avais pas le choix, je suivis ce petit bout de femme. Elle me fit pénétrer dans une salle aux dimensions bien plus modestes et à la propreté impeccable, et me fit retirer ma tunique. J’obéis de nouveau mécaniquement, mais inquiet. Je n’aimais pas l’idée que l’on me triture ainsi, alors que moi-même je ne comprenais rien à toutes ces-dites sciences de la guérison.

    - Bien. Ne bougez pas.

    Si je savais que la manipulation ne serait pas sans douleur dans ce corps d'humain, je ne me doutais toutefois pas qu’elle serait aussi violente. Je ne pus étouffer un cri mais mon métabolisme réagit plus vite que mon intelligence, et par instinct, je sentis mon corps, sur la défensive, évoluer vers la forme du tigre qui m’étais si familière et que j’employais sans cesse en cas d’agression. Non, non, non...



    Intention : Essayer d’empêcher la transformation pour garder forme humaine, puis retrouver Shenko.

_________________


Sens dessus dessous. Sans dessus, sans dessous.
Sens qui se noient, sens qui se perdent.
Se perdre pour mieux se retrouver.
Et écrire pour mieux contempler.




Dernière édition par Ezla le Sam 27 Juil - 10:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://le-monde-de-tara.forumsactifs.com
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Mer 24 Juil - 22:23

_____Cela sembla durer des heures. Des poils se hérissaient puis s'aplatissaient sur la surface de sa peau suintante de sueur, ses dents s'allongeaient dangereusement avant de raccourcir de nouveau et il était pris de violents spasmes alors qu'il tentait désespérément de maîtriser son potentiel magique qui menaçait d'éclater. La jeune fille, très occupée à lui masser les blessures d'une manière qu'il trouva obscène, lui adressait par moments des regards inquiets mais encourageant. Anthim n'en resta pas moins terriblement distant et froid. Une animosité silencieuse avait gagné l'atmosphère, et il pouvait voir quelques gouttes perler sur le front de sa guérisseuse. Elle psalmodiait des paroles envoûtantes et semblait entrer en transe alors qu'elle ne cessait de masser, toujours masser. Les yeux d'Anthim se révulsèrent, il sentit son corps réagir, rejetant cette magie obscure à laquelle il était manifestement imperméable. Finalement, la magie s'insinua de force, le pénétrant complètement. Il tremblait. Il criait. C'était comme une décharge électrique. Douloureux, bref, foudroyant. Il perdit connaissance.

_____Lorsqu'il se réveilla, la fille était assise à son chevet, un sourire gêné collé aux lèvres. Il détourna le regard et se redressa tant bien que mal, repoussant l'esquisse de geste qu'elle avait fait pour lui venir en aide. Elle était très légèrement vêtue, à peine avait-elle quelques tissus pâles qui lui tenaient lui de robe, et ses cheveux débraillés lui faisait penser à une prostituée... Il secoua la tête, chassant cette pensée malsaine, mais la magie de la fille n'avait rien fait pour dissiper l'ambiance électrique qui s'était installée entre les deux prêtres. Elle baissa la tête.

"-Votre ami était bien plus profondément blessé que vous. Mais la plupart de ses blessures étaient déjà cicatrisées."

_____Anthim la regarda avec incompréhension.

"-Ce sont de terribles blessures, incroyable qu'il s'en soit sorti. Mais elles sont très anciennes."

_____Il y eut un silence extrêmement pesant. Anthim regardait la fille de travers. Elle restait droite, assise timidement sur un petit tabouret, les mains jointes sur ses cuisses serrées.

"-Vous... vous voulez le voir ?"

_____Sans vraiment réfléchir, Anthim finit par acquiescer. Tout mais pas cette ambiance morbide. Qu'il puisse s’éclipser au plus vite. S'éclipser. Maintenant qu'il y pensait il ne savait pas exactement ce qu'il avait décidé au sujet de Shenko. Allait-il abandonner celui qui lui avait sauvé la vie ? L'aider dans sa quête sanglante ? Plus précisément, Anthim pensait à cette fille qu'il avait cru reconnaître dans la rue, accompagnée de cet homme arrogant et méprisant... Il fallait qu'il la retrouve !

"-Vos blessures les plus récentes sont totalement guéries, sir. Cependant, nous avons trouvé d'autres blessures plus anciennes que nous avons tenté de soigner, mais..."

_____Anthim leva le regard vers Shenko qui l'avait tiré de ses pensées... Sir... ils l'avaient appelés sir. Pour toute réponse à son interrogation muette, Shenko lui adressa un regard dévasté. Il n'y a rien que la vie ne m'ait arraché, lui avait-il dit. Malgré lui, ce fut à ce moment-là qu'Anthim mesura toute la profondeur tragique de ces paroles.

"-Ahhh...", protesta Shenko en boitillant.

_____C'était la première fois qu'il le voyait lâcher un cri de douleur.

"-Vos blessures ont été ravivées mais ça devrait s'estomper. Il n'y a rien que nous puissions faire faute de les raviver encore plus, ce qui risque de vous tuer... Ne vous inquiéter pas : lorsque vous aurez recouvert de vos blessures, vous aurez retrouveré la totalité de vos facultés... et peut-être plus."

_____Alors leur intervention sur les anciennes blessures de Shenko s'étaient avérées bénéfiques. Mais pour l'instant, il n'était pas très beau à voir. Il semblait horriblement gêné et blessé dans son égo, un peu comme s'il restait quelque chose d'humain dans cette créature dévastée.

"-Ah, Anthim... Ne t'inquiète pas, j'ai réglé pour toi aussi." Il haussa les épaules. "Il me restait un peu d'argent."

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Ezla
Passager


Messages : 211
Birthday : 05/07/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Sur mon balai volant

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Jeu 25 Juil - 15:39



    Je ne sais combien de temps cela dura. Je n’en avais jamais fait l’expérience auparavant. Je luttais entre deux formes que mon métabolisme tentait de prendre, et les deux se mêlaient, s’inversaient, se remplaçaient tandis que la guérisseuse me massait, apparemment imperturbable. Sa respiration et la sueur qui perlait sur son front démentait cette attitude sereine. Le contact de ses mains sur ma peau ne m’incitait pas au calme, bien au contraire, mais je n’avais pas les capacités de la repousser, et ne pouvais que me laisser faire, à mon grand regret. La foudroyer du regard était ma seule et pitoyable arme, mais je voyais bien que cela la déconcertait. Soudain, elle commença à incanter. Ses massages se firent plus réguliers, presque insistants. Cela ne ressemblait pas à de la médecine, ou des quelconques soins. Cette fille était une sorcière, une grossière ensorceleuse, et je sentis ses sorts obscurs se heurter à la barrière de mon corps qui  commençait seulement à se stabiliser. Une décharge magique me parcourut de la tête aux pieds. Puis ce fut le trou noir.

    Je ne sais combien de temps je restai inconscient.  À mon réveil, elle était toujours dans la salle, assise, me fixant avec un sourire horripilant. Refusant son aide, je me levai en titubant. Son regard, sa tenue, tout semblait transpirer de charmes qui convenaient mieux à une vulgaire fille des rues davantage qu’à une guérisseuse. Je m’efforçai de chasser cette image si insultante pour elle. Je l’écoutai sans prêter attention à ses paroles.

    -Ce sont de terribles blessures, incroyable qu'il s'en soit sorti. Mais elles sont très anciennes.

    Cette fois, je la regardai sans comprendre. Qu’était-elle en train de me baratiner ? Des blessures anciennes, quelles blessures anciennes ? Notre combat ne remontait qu’à quelques heures – certes ma notion du temps était perturbée mais quand même ! Et la seule véritable blessure handicapante de Shenko tenait de cette flèche qui s’était fichée dans sa cheville.

    -Vous... vous voulez le voir ?

    Lassé par la présence de cette femme, j’acquiesçai rapidement. Je ne tenais pas à rester plus longtemps dans ce lieu, encore moins dans cette salle.

    Shenko était entouré des trois personnages que j’avais remarqués dès mon arrivée. Je ne comprenais pas notre situation, je ne comprenais pas qui il était, ni pourquoi on lui portait tant d’attention. Je ne voulais surtout pas poser de questions sur l’instant et dans ce lieu. Le regard dévasté de Shenko fut la seule réponse à mes interrogations muettes. Ses paroles me revinrent en mémoire avec une amplitude plus forte encore. Le tragique du personnage et de sa vie me frappèrent de plein fouet. Je détournai le regard ; supporterai-je de rester dans le chemin de cet homme, dans sa quête étouffante, de sang et de vengeance ? Des yeux gris s’imposèrent alors dans mon esprit et je me surpris à me demander si la vision que j’avais eue de cette femme dans la rue était réelle. Une évidence ; il fallait que je la retrouve. Et vite.

    Le cri de douleur de Shenko m’interrompit dans mes pensées. Je me rendis compte à cet instant que je ne l’avais jamais entendu exprimer sa souffrance. Pourtant, malgré le travail des guérisseurs, on voyait nettement qu’il était loin d’être rétabli parfaitement. Ils expliquèrent qu’ils avaient ravivé ses anciennes blessures afin de mieux les soigner. Étrangement, cela faisait paraître Shenko encore plus faible et plus humain que je ne l’avais trouvé jusqu’alors.

    - Ah, Anthim... Ne t'inquiète pas, j'ai réglé pour toi aussi.
    - J’avais de quoi payer.

    Il haussa les épaules.

    - Il me restait un peu d'argent.
    - Merci.

    La question matérielle ne m’avait même pas effleuré l'esprit avant qu’il ne l’évoque devant moi. Ma guérisseuse me lança un timide sourire mais je détournai le regard.

    - J’ai besoin d’air.

    Shenko sortit à ma suite et nous traversâmes le village en silence. Alors que nous en franchissions les portes, mon compagnon prit la parole en premier, comme à son habitude depuis que nous nous étions rencontrés.

    - Que comptes-tu faire désormais ?
    - Il faut que je retrouve quelqu’un. Une femme (cette précision me parut inutile alors que je la lui donnais). Je te remercie de m’avoir porté secours lors de l’attaque des brigands, je ne pense pas encore avoir eu l’occasion de te le dire.

    Shenko hocha humblement la tête.

    - Je suis un guerrier de l’ombre. Tu as eu la chance que je croise ton chemin à un moment où tu en avais besoin. Laisser un prêtre guerrier dans une situation critique comme la tienne n’aurait pas été digne de ce que je suis.
    - Je comprends et respecte ce comportement. Aussi, avant que je ne parte, je souhaitais te poser une simple question : souhaites-tu que je poursuive un temps ma route en ta compagnie ? C’est pour moi la seule façon que je vois afin de t’être redevable de ton geste.

    Mon esprit me criait de partir dans la direction opposée. Mon honneur m’imposait cette proposition que je lui faisais. Ma curiosité évaluait l’une et l’autre de ces solutions. Je savais que j’étais loin de connaître ne serais-ce que la moitié de qui était cet homme au teint pâle et aux vêtements trop larges.



    Action : Proposer à Shenko de l’accompagner.
    Intention : Retrouver la jeune femme blonde.

_________________


Sens dessus dessous. Sans dessus, sans dessous.
Sens qui se noient, sens qui se perdent.
Se perdre pour mieux se retrouver.
Et écrire pour mieux contempler.


Revenir en haut Aller en bas
http://le-monde-de-tara.forumsactifs.com
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Sam 28 Juin - 16:50

"- Oui, je veux bien que tu m'accompagnes quelques jours si cela t'intéresse. Avoir de la compagnie me ferait du bien."

_____Anthim ne fut pas spécialement ravi de cet accord. Aurait-il voulu que son compagnon refuse son offre ? Vas-t-en. Il examina son compagnon puis hocha la tête. Pourquoi ne partait-il pas ? Cette femme. C'était elle, il en était certain. Elle était là, dans cette ville, et pourtant...

"-A vrai dire, je ne sais pas par où commencer", avoua Shenko alors qu'ils marchaient. "Il y a beaucoup de choses que je dois faire, des gens à qui je dois rendre visite, si tu préfères. Si tu te sens vraiment à l'aise avec ça, tu peux m'accompagner, au contraire, ce serait un plaisir mais en fait... Je comprendrais si tu ne voulais pas."

_____Vas-t-en. Shenko lui-même semblait l'invitait à s'en aller. Anthim hésita. Il sentait qu'il allait amèrement le regretter, mais il ne répondit pas. Il suivait machinalement son compagnon, de plus en plus mal à l'aise alors que le silence commençait vraiment à devenir pesant. Il n'était pas à sa place. Mais d'un autre côté, cet homme lui avait sauvé la vie et payé ses soins sans rien attendre en retour... Il lui se devait de l'aider en retour. Il lui devait la vie après tout.

"-Il faut qu'on aille à la capitale," annonça Shenko. "Un petit détour par l'université ne nous ferra pas de mal. Dis-moi... Cette femme que tu cherches... Enfin, je ne veux pas être envahissant mais." Il soupira. "Tu n'es pas obligé de répondre."

_____Il semblait véritablement s'intéresser à lui... Peut-être pourrait-il l'aider ? Il sonda son compagnon, toujours méfiant. Ce dernier sondait l'horizon d'un air serein, en paix avec lui-même. C'était quelque chose de parfaitement admirable, chez lui, cette capacité qu'il avait de toujours regarder droit devant : malgré tout ce qu'il avait traversé, il ne baissait pas la tête. [Il est possible d'insérer du dialogue ici si tu veux parler de qui-tu-sais.] Soudain, il sentit son compagnon se crisper. Il se figea. Quelque chose de menaçant quelque part. Il suivit son regard mais ne put discerner tout de suite ce qui retenait son attention. Il allait lui demander lorsque Shenko trébucha, s'appuyant sur son épaule gauche pour ne pas tomber.

"-Fuis.", lâcha-t-il dans un soupir.

_____Puis tout se passa vraiment vite. Shenko bondit à une vitesse fulgurante, plus rapide encore qu'Anthim lorsqu'il prenait la forme d'un tigre. Il fit un pas vers la droite, se déplaçant à une vitesse insoupçonnable. Anthim sonda la rue à la recherche de sa cible, mais il ne voyait rien à part un couple qui sortait de chez lui et quelques passants... Ce couple. La femme était beaucoup plus jeune. Et d'elle émanait... Une certaine présence. Il ne faisait aucun doute que Shenko allait engager le combat avec eux. Fuir était hors de question, il avait son honneur. Peu importait la raison, mais Shenko voyait ce couple comme un ennemi. Il allait se battre à un contre deux. Anthim hésita. Il ne pouvait pas non plus rester planter là comme un poltron tandis que son compagnon et sauveur allait se battre !

[Indications :] Shenko a la ferme intention de trancher Thrane en deux et de battre en retraite aussi sec. Le combat ne devrait durer qu'une faction de seconde, bref trop court pour que tu puisses intervenir.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Ezla
Passager


Messages : 211
Birthday : 05/07/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Sur mon balai volant

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Jeu 24 Juil - 20:02


    Imbécile.
    Ma conscience me torturait dans tous les sens et je ne savais plus quoi penser. J'étais perdu et indécis quant à savoir comment agir. Shenko sembla sentir dans mon regard que je n'étais pas particulièrement ravi de le suivre, mais mon honneur m'y engageait. Je n'avais pas le choix. Je détournais les yeux pour éviter son regard et repartis en silence. Ce fut mon compagnon qui me rompit.

    - A vrai dire, je ne sais pas par où commencer, avoua-t-il alors que nous marchions. Il y a beaucoup de choses que je dois faire, des gens à qui je dois rendre visite, si tu préfères. Si tu te sens vraiment à l'aise avec ça, tu peux m'accompagner, au contraire, ce serait un plaisir mais en fait... Je comprendrais si tu ne voulais pas.Mes pas me guidaient en silence et mon esprit était tiraillé. Pourquoi, POURQUOI est-ce que je SENTAIS qu'il ne fallait pas que je suive cette homme ? Que je partes au plus loin ? Que je la rejoigne ?...

    - Il faut qu'on aille à la capitale.Je tiquais cette fois mais, pris par son discours, il ne sembla pas le remarquer. La capitale pouvait être le lieu idéal pour retrouver des prêtres et me renseigner. Je grimaçais à cette idée. Je savais que je ne serai pas bien accueilli dans la Guilde avec les différends qui m'opposaient à elle. Mais c'était le seul moyen que je La retrouve. Elle m'avait dit qu'elle partait en mission, il y a un moment. Et depuis pas de nouvelles.

    - Dis-moi... Cette femme que tu cherches... Enfin, je ne veux pas être envahissant mais. Tu n'es pas obligé de répondre.
    - Cela  ne te regarde absolument pas.

    J'avais répondu du tac au tac, sèchement, perdu dans mes pensées. Je poursuivis d'une voix plus calme mais tout aussi affirmée.

    - C'est une histoire assez personnelle, cela risque de t'ennuyer plus qu'autre chose, et ne fait que remuer de vieux souvenirs désagréables.

    Je regardais droit devant moi, sans vouloir croiser son regard. Soudain cependant, je sentis mon compagnon se crisper. Sa voix se fit soupir quand elle me siffla un mot que je ne voulais pas entendre. Fuis. Il disparut presque aussitôt, ses mouvements étaient si rapides qu'ils en paraissaient irréels. Fuir. Il n'en était pas question. Portant mon regard au lointain, je distinguai deux silhouettes : un homme âgé et une femme, à la présence que je pouvais sentir malgré la distance. Mes sens de fée s'affolèrent un instant avant que je ne les calme pour me concentrer. Shenko allait s'attaquer à eux, et je n'avais nulle idée de ce que savais faire cette femme.
    Je pouvais l'aider.
    Tout se déroula en quelques fractions de seconde. Shenko approcha telle une ombre de l'ombre, tandis que je me concentrais sur la femme. Le sort d'illusion fut simultané au coup qu'il porta et qui découpa le vieil homme en deux. J'eus un sursaut ; pourtant prêtre de la guerre, je fus surpris par une telle violence, si rapide, si inattendue. Je sentis les esprits que la femme invoquait mais, bridée par l'illusion mortelle, elle ne put atteindre Shenko que par ses menaces :

    - Je te traquerai, je te trouverai, et je te tuerai, tu m'entends ?! JE NE TROUVERAI PAS LE REPOS TANT QUE JE NE T'AURAIS PAS TUÉ !!Ces derniers mots retentirent alors que Shenko était déjà revenu à mes côtés, et elle s'évanouit.
    - Je ne connais pas tes raisons, et je ne veux pas les connaître. Je te propose de t'accompagner à la capitale, après quoi nos routes se sépareront. Je ne veux pas être impliqué dans cette... vendetta.

    Shenko me regarda en souriant alors que ma conscience me criait que je n'étais déjà que trop impliqué. Je sers les Dieux de la Guerre. Pas ceux des assassins. J'eus l'impression qu'un rire narquois me répondait dans ma conscience. Secouant la tête, je repris notre route, suivi de près par Shenko. Soudain, ses pas s'arrêtèrent et l'homme s'écroula, tremblant. Je soupirais avant d’entamer une métamorphose. Si je ne m'empressais pas de trouver des soins, l'homme allait peut-être y passer ; je le ressentis comme une évidence alors que je n'avais jusque là pas prêté attention à l'état de faiblesse dans lequel mon compagnon se trouvait. Presque mourant. Non, je ne pouvais le laisser ainsi. Le cheval que j'étais devenu n'étais pas des plus imposants mais suffirait à apporter l'homme jusqu'à un endroit où il pourrait se faire soigner. Mes sabots claquèrent et je hissais tant bien que mal mon compagnon sur ma croupe. Vaguement conscient, je craignais qu'il ne perde connaissance rapidement.

    Action : Métamorphose pour porter Shenko.
    Intention : Trouver un lieu où le faire soigner (et se reposer ensuite après l'avoir porté !...)

_________________


Sens dessus dessous. Sans dessus, sans dessous.
Sens qui se noient, sens qui se perdent.
Se perdre pour mieux se retrouver.
Et écrire pour mieux contempler.


Revenir en haut Aller en bas
http://le-monde-de-tara.forumsactifs.com
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Sam 30 Aoû - 22:36

_____Anthim trotta longuement dans le dédale des rues, empruntant un chemin impossible à trouver, s'assurant ainsi que la sorcière ne viendrait pas les déranger pendant leur sommeil. Lorsque qu'il jugea qu'il s'était suffisamment éloigné, il reprit sa forme humaine, manqua de crouler sous le poids de sa charge puis la traîna jusqu'à l'hôtel le plus proche. Même s'il lui devait la vie, il trouva toute cette tâche particulièrement dégradante et se jura de ne plus jamais s'abaisser à ce genre de besogne. Être une bête, un moyen de transport, c'était, c'était... Il secoua la tête en rejetant cette idée, se mordant les lèvres en affrontant le regard de la jeune fille qui les accueillait.

"Oh, par les Dieux ! Qu'est-ce qu'il lui est arrivé ?"

_____Anthim bégaya des explications incohérentes pendant que la jeune fille appelait deux jeunes gaillards qui véhiculèrent Shenko jusqu'à la salle d'urgence. Là, des médecins dont des prêtres s'agitèrent autour du blessé, auscultèrent son compagnon qui bien sûr n'avait rien et lui posèrent toute une avalanche de questions auxquelles il ne sut répondre. Il fut finalement contraint d'attendre bêtement dans une salle pourvue de fauteuils forts confortables pendant que son aimant à problèmes attitré (les soucis s'accumulaient depuis qu'il l'avait rencontré) était traité. L'opération fut terriblement interminable, ce qui exaspéra le prêtre guerrier. Fatigué, il somnola quelque peu, grignota et reprit des forces, puis décida d'aller marcher un peu.

_____Il était encore tôt et, même s'il avait un peu mal aux jambes, il voulait en profiter pour visiter la ville. La journée passait lentement et lui déambulait, perdu dans ses pensées. Il essayait à la fois de repérer les coins intéressants, l'endroit où le meurtre avait été commis, les éventuels itinéraires de fuite retraite qu'ils pourraient emprunter et, surtout, l'endroit précis où il avait cru voir une certaine fille de sa connaissance. Finalement, il finit par revenir à l'hôtel pour prendre des non-nouvelles (les médecins étaient apparemment les plus incompétents du monde car ils ne parvenaient toujours pas à diagnostiquer l'origine du mal de Shenko), se rassit sur ce fauteuil si confortable et s'endormit avec un sourire satisfait.

_____Lorsqu'il se réveilla, il avait des courbatures partout et décida que la priorité zéro était de s'étirer. Il prit alors des non-informations sur l'état de son camarade (qui était dans un état comateux semi-conscient, ce qui constituait une énorme amélioration) et s'enquit ensuite de l'heure : la soirée s'annonçait. Il venait de dormir six heures d'affilé, son estomac criait famine et Shenko devait très certainement mourir de faim. Il soupira. Un peu plus et il se prendrait pour une mère de famille.

Hey ! Je propose qu'on passe le reste du blabla : on reste pour la journée le temps que les médecins ne soignent pas Shenko puis la nuit parce qu'à force de ne rien faire on est très fatigué. Bien sûr on mange et on va aux toilettes. Bref. Finalement Shenko (qui s'est remis de son coma d'une manière tout à fait miraculeuse) et Anthim réservent une chambre dans laquelle ils passent la nuit et se réveillent de bon matin pour partir vers la capitale. Mais bon, techniquement, Maharet devrait faire irruption avant donc attends le post de Laure pour répondre ^^. En principe, on devrait fuir en catastrophe ; ce qui implique que tu devras éventuellement te retransformer en cheval de course (voilà pour le prochain post) ; mais Laure va nous rattraper car elle dispose d'un vrai cheval beaucoup plus endurant mais ça c'est dans longtemps donc au pire oublie ;p.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tribulations d'Anthim Lewis   Aujourd'hui à 11:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Tribulations d'Anthim Lewis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et + :: L'Île :: La Cabane :: Table Ronde :: L'aventure :: L'aventure pas à pas-
Sauter vers: