LEVEZ L'ENCRE
Welcome Aboard !
Veuillez vous connecter afin de pouvoir embarquer.

LEVEZ L'ENCRE

Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Songes sucrés sous l'alcôve

Aller en bas 
AuteurMessage
Zois'O
Passager
avatar

Messages : 502
Birthday : 09/07/1912
Âge : 106
Où suis-je ? : coin

MessageSujet: Songes sucrés sous l'alcôve   Lun 31 Juil - 20:49



   
UN NOUVEAU BOUT POUR LE PONT SUP'



  • Amalgame alambiqué en tête d'histoire : Quel écrivain n’a pas déjà rêver d’écrire sans avoir besoin d’inspiration ? Avec la machine à écrire, tous vos rêves se réalisent ! Il vous suffit d’appuyer au hasard des touches : quelques soient vos origines natales, de fruits et de légumes, celle-ci en imprime pour tous les goûts et toutes les couleurs. Pas de disposition préalable au rituel de l’écriture : les matelots l’ont testé, la fameuse machine fonctionne même avachis sur un matelas ! Ainsi naquit l’histoire ci-dessous.


  • Histoire-conte : L’idée serait, simultanément, de rêver en écrivant et de faire rêver en faisant lire.
    - Cadre spatio-temporel :
    • L'action se situe aux actuels Proche et Moyen-Orient sur le pourtour de la Méditerranée, à une époque fictive mais ressemblant fortement à l’âge d’or des grands empires. On peut considérer qu'on se trouve entre la Turquie et l’Égypte, en Mésopotamie (actuels Syrie, Irak, Liban, Israël, Jordanie).
    Situation sociale : Société patriarcale, majoritairement sexiste et castée, dirigée par de puissants souverains (empereur et princes).
    Situation économique : Cité dynamique et multiculturelle. Habitudes et modes constamment renouvelée par les riches marchants profitant des échanges maritimes foisonnants.

    Incipit : Keltoum, jeune femme entre vingt et trente ans, vit avec sa grand-mère et une servante dans un somptueux appartement de l’importante cité de [insérer nom] sur la côte méditerranéenne. Elle vit, partageant son temps entre les sciences qu’elle expérimente (en autodidacte ou après des études, à définir), d’infinies rêveries (pensées profondes sur la vie sociale, les mœurs, ses lectures, etc) et échanges avec un entourage qu’elle apprécie et respecte : sa grande amie Madja (signifie : Qui a du caractère), sa grand-mère Rouhhiya (De nature spirituelle), et la vive petite servante Ryma (Gazelle blanche, symbole de beauté, finesse et légèreté). Keltoum et sa famille appartiennent à la classe dite « aristocrate » via leur lignée, mais se tiennent éloignée des complaisances visant à flatter les plus puissants.
    L'action se résume principalement à l’appartement (qui est déjà grand, si vous décidez de visiter toutes les pièces) : pas de sortie possible du personnage principal. Cependant, lorsque la nouvelle sera arrivée à son terme et s’il subsiste des motivés, on pourra découvrir les rues bondées de la citadelle !

    Description succincte des personnages :
           - Keltoum : Femme cultivée, intelligente, curieuse et peu sociable (personnage COMPLEXE dont on a du mal à saisir tous les angles). Influencée par ses lectures avant-gardistes. Cherche à comprendre le monde d’où son goût pour les choses non-acquises – elle essaye d’en percer les mystères via ses expériences. Exerce une profession de femme savante, au grand damne des plus conservateurs. Cultive un sens très développé de l’observation relevant davantage de l’analyse (à l’écrit : les lieux et les scènes sont les proies d’un inventaire soigneux des petits détails).
           - L’amie Madja : Partage les idées progressistes de son amie. Extravertie, intéressée et désinvolte, elle est parfaitement intégrée à la classe « distinguée » de la société – celle des grandes réceptions, formalistes et conservatrices - dont elle se joue des manières parfois trop sophistiquées. Ce sont les yeux et les oreilles de Keltoum dans le monde extérieur.  
           - La grand-mère Rouhhiya : Puit sans fond de connaissances – et surprenante sur des thématiques autant ordinaires (ex : la cuisine) qu’originales (ex : maîtrise de certaines écritures disparues). Communique peu. Parfois sèche, un peu aigrie mais sachant se faire rassurante, elle s’exprime sans détour et achève ses discussions par dictons énigmatiques.
           - La petite servante Ryma : Dévouée à la famille de Keltoum qui l’a recueillie à la mort de son père – alors homme à tout faire. Ingénue, mais très vive, autant en geste qu’en esprit. Habile pour ce qui est de la ruse. Espère, une fois son indépendance acquise, s’établir dans la capitale et monter sa propre affaire.

    Fil directeur : Keltoum, femme savante en marge de la société des grands scientifiques, établit une relation entre ses recherches et un problème jusqu'alors resté irrésolu. Cette découverte essentielle marque le début de sa lutte pour que femmes et hommes soient considérés comme égaux dans ce domaine réservé à l'élite masculine.

    - En quoi ça bifurque ? Sans réponse immédiate, mais peut-être pouvons-nous en discuter au café bulgare au bas de la rue.


  • Contraintes de style :
    - Style très imagé, tous les sens peuvent être mis à contribution
    - Trois étoiles à chaque changement de situation (en raison de c'est joli)
    - Peu d’action « brutale » (les « tout à coup », « soudain », etc, sont à proscrire), l’accent étant mis sur l’atmosphère, les mœurs, les oui-dits engendrés par la civilisation et ses principes
    - Dimension du conte avec une sorte d’« animisme » des prénoms. Ainsi, chacun a une signification précise relié au(x) caractère(s) du personnage (Keltoum signifie "a des joues colorées"). Pour ce faire, on peut utiliser cette source : http://www.morgiana.fr/prenoms.html (et si ce n’est pas suffisant, l’internet mondial recèle d’autres sites de prénoms orientaux à symbole)
    - Il semblerait que Keltoum se soit plus ou moins éloignée « des mondaineries exigées par une vie bourgeoise et citadine » (la raison pourra être plus ou moins explicitée dans le récit). De ce fait, la prise d’information sur le monde extérieur (affaires de la cité, nouvelles modes, diplomatie étrangère, … ) se fait par le biais de son entourage proche.
    - Toute musique accompagnant le récit est bienvenue !




  • Notes inutiles :
    Ouverts :
    - Aux amateurs d’histoires épicées
    - Aux correcteurs d’orthographe du turfu
    - Aux musiciens du monde
    - Aux quadrupèdes fluffies cascadeurs
    - Aux cookies vegan si ces étranges personnes veulent bien se laisser manger

    PS : Ce message et les suivants sont victimes de la C E N S U R E (eh oui sous vos yeux ébahis).

    Bien à vous,
    DJ Fredminet feat el Piafito







Dernière édition par Zois'O le Lun 7 Aoû - 21:11, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zois'O
Passager
avatar

Messages : 502
Birthday : 09/07/1912
Âge : 106
Où suis-je ? : coin

MessageSujet: Re: Songes sucrés sous l'alcôve   Lun 31 Juil - 21:05


Keltoum buvait son café indien dans le boudoir. Une porte-fenêtre constituée de persiennes à doubles battants avait été laissée entrouverte d'un seul côté. Le côté gauche. Ce détail était important parce qu'il donnait sur la rupture dans le paysage : « Les ombres des grands voiliers, parfois découpées par la houle, se fondent dans le safran des falaises. » pensait-elle. Elle aurait aimé dépeindre le paysage. C'est ce qu'elle se disait chaque fois qu'une image la touchait. Mais il lui était impossible de peindre, ainsi sortit-elle un carnet du secrétaire. C'était un carnet sans encre, rempli de collages. La couverture, en carton matelassé, était parcourue d’arabesques cuivre, entrelacs végétalisés qui se tortillaient dans les profondeurs abyssales d’un vert mat, donnant l'impression de pénétrer en Amazonie. Derrière celle-ci, des pages accrochées les unes aux autres à cause du surplus de colle. Cela ne la dérangeait pas : elle avait l'habitude. Et puis, elle trouvait que ça donnait du charme à son œuvre, une particularité peut-être indésirable mais à laquelle elle s'était étrangement attachée. Voilà quelques mois qu'elle sillonnait la vie avec cet amas d'images, qu'elle ne cessait de fournir davantage au gré de ses rencontres avec la splendeur et le surprenant.

Elle se leva, franchit le seuil qui séparait l’alcôve de la pièce principale et traversa le salon oriental sous la coupole de verre suspendue en guise de plafond. Elle déposa en passant sa tasse au bord du colossal meuble lui servant de bureau – c’était en réalité une table de réception dont elle n’avait que très rarement l’usage en ce qui concernait les invités de distinction, ce dernier débordant déjà de fioles, manuscrits, papyrus, balanciers et instruments de mesures en tous genres. Elle passa à travers les voiles du salon et, dans le prolongement de ses bras cerclés de topaze et d’ivoire, émergea sur la terrasse. L’air libre vint lui chatouiller les boucles. Le mobilier extérieur, chaises et tabourets de bois, lanternes de sol et tables basses sur pieds, plantes en pot et plantations rampantes, occupaient les lieux avec discrétion. Par enjambées voilées, elle engloutit l’espace jusqu’à se trouver à la limite de la plateforme. L’astre solaire entamait à peine son déclin vers la nuit, inondant de clarté les toits plats de la ville sur lesquelles des nappes colorées avaient été tendues pour former des ombres salvatrices. La main gauche posée sur la balustrade, l’autre en visière, elle aperçut, au-delà de la cité immaculée, l’éclat étincelant des reflets maritimes qui, se mouvant de façon imprévisible et insaisissable, semblaient les poissons d’or dont parlaient les contes de l’ancien temps.  
A l’Ouest, la masse rocailleuse et abrupte qu’elle avait aperçue entre les persiennes fondait dans les flots, tel un géant englouti il y a des millénaires. L’Âge d’or des Titans. Elle eût un frisson en imaginant ce colosse ressurgit des profondeurs abyssales mais se ravisa en avisant les bateaux de pêches, légers comme des plumes aux voiles ocres, courir le vent et les victuailles. Elle se figura alors goûtant avec ivresse au balancier instable et régulier du mât, les forces naturelles luttant pour obtenir le contrôle du navire, les moments de flottement entre panique étouffée et sang-froid forcé, entre coque sur l’eau et coque dans l’air.
Le tintement grêle du rideau de perles détacha la jeune femme de sa rêverie.

***


Dernière édition par Zois'O le Sam 30 Sep - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anaël
Commandant de Bord
avatar

Messages : 1810
Birthday : 21/01/1995
Âge : 23
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Songes sucrés sous l'alcôve   Dim 6 Aoû - 18:01

Incroyable, une nouvelle histoire sur le pont supérieur !
Trop bien trop bien trop bien !
Pour te manifester mon enthousiasme, j'ai rétabli la liberté d'expression et je t'ai mis un nouveau fond style papier ! Dis-moi ce que tu en penses : ). L'autre était tellement vieux que les hébergeurs d'image ne l'hébergent plus du coup ça ne marchait pas. J'espère que ça ne gène pas trop à la lecture.

Sinon ben l'histoire en elle-même est assez prometteuse \o\ ! Je m'imagine déjà bercé par les contes de l'Orient - quoi de mieux pour rêver ? Cependant ton personnage est une femme. Scientifique. Historiquement, les femmes scientifiques faisaient les calculs et les manipulations donc les opérations de bas étages, la partie manuelle, ingrate et toussa. Ecrire l'histoire d'une découverte scientifique (parce qu'il faut bien qu'il se passe quelque chose) par une femme dans un pays aussi. Porté par l'égalité homme-femme. Pourrait être assez intéressant ! C'est ton histoire donc tu lui donnes la direction que tu veux mais ça me semble assez riche pour faire quelque chose ;p.
J'aurais bien envie d'écrire une suite dans la semaine qui suit : ).
Merci à toi !

PS : Je n'ai peut-être pas corrigé toutes les erreurs dues à la censure et j'ai volontairement laissé l'amalgame alambiqué en tête d'histoire parce que c'est mignon et que c'est typiquement le genre d'expression que tu aurais pu utiliser x).

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Zois'O
Passager
avatar

Messages : 502
Birthday : 09/07/1912
Âge : 106
Où suis-je ? : coin

MessageSujet: Re: Songes sucrés sous l'alcôve   Dim 6 Aoû - 23:03

Ouhaaa, super ton papier peint tout neuf et tout beau ! T'es vraiment un modo génial. Merci pour la liberté d'expression, ça simplifie les choses. Et pour ton enthousiasme !

Les modifications du post explicatif (pour que ce soit plus clair) :
- Ajout une courte description des personnages
- Ajout de ta suggestion de fil directeur (d'ailleurs, si tu trouves cette dernière trop vague, je te laisse la fournir !)
- Modification du contexte spatio-temporel

Les non-modifications du post explicatif (pour vous embrouiller) :
- Remplacement de la couleur bleu-mal-aux-yeux à gris-#333300 mais sans succès d'enregistrement

Pour ce qui est de la suite, Elisheba semblait aussi sur le coup. Donc arrangez-vous ?

Et, est-ce qu'on ne créerait pas un sujet dans la table de travail dédié à nos discussions autour du texte ? (si c'est pas trop compliqué, si faut faire propre, si il y a des gens pour discuter)

PS-réponse : Merci d'avoir introduit "l'amalgame alambiqué en tête d'histoire" et le fun qui va avec \o/


Dernière édition par Zois'O le Dim 1 Oct - 12:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anaël
Commandant de Bord
avatar

Messages : 1810
Birthday : 21/01/1995
Âge : 23
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Songes sucrés sous l'alcôve   Lun 7 Aoû - 0:21

Okay : J'ai mis ton gris mais je ne suis pas convaincu que ce soit réellement meilleur xD. Dommage que le papier ait à la fois dans zones très claires et des zones très foncées. Si tu veux mettre une couleur le code est le suivant :

Code:
<font color =#333300></font>

En effet j'ai découvert avec les list d'Ezla que ces balises ont tendance à bouffer le bbcode ^^.

Pour l'instant le sujet me semble très bien ici mais il aurait sa place dans la table de travail puisque tu as un fil conducteur et des personnages : la grande différence est la façon de rédiger. Sur le pont c'est comme on a toujours fait et sur la table de travail on ne rédige qu'après concertation. Idéalement on doit décider ensemble du scénario et des personnages au fur et à mesure. Tout dépend de ce que tu veux faire !

PS : C'était moi !

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Songes sucrés sous l'alcôve   

Revenir en haut Aller en bas
 
Songes sucrés sous l'alcôve
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEVEZ L'ENCRE :: Le Bateau :: Le Pont Supérieur-
Sauter vers: