LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +
Welcome Aboard !
Veuillez vous connecter afin de pouvoir embarquer.

LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petits imprévus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Petits imprévus   Lun 1 Juil - 19:07

_____Le réveil sonne depuis deux minutes. Je rassemble rapidement mes affaires, fourre tout dans mon immense valise, fais le tour de mon appartement pour récupérer mon sac à dos multicolore et éteins cette maudite sonnerie. Je regarde ma montre. 16h07. Mon avion est à 19h20, j’ai encore le temps ! Malheureusement, je m’y suis prise trop tard : mes quelques vêtements ne rentrent pas dans cette satanée valise et je ne retrouve pas mon passeport ! Ah, je devrais être partie depuis dix minutes, je vais être en retard… On voulait se prendre un dernier verre avec les gars, mais là ça ne va plus être possible, il faut vraiment que j’y aille !

_____16h45. J’ai beau regarder ma montre toutes les deux minutes ça ne me fait pas avancer plus vite. Les kilomètres défilent et le GPS m’indique que je serai à Roissy pour 18h. C’est faisable. Évidemment, c’est là que je me rends compte que j’en ai oublié la moitié, mais j’ai pas le temps. Oh, ça fait chier, je suis trop conne, mais pourquoi est-ce que je n’y ai pas pensé ? La trousse de toilette ! J'ai tout laissé dans la salle de bain !! Vais devoir me racheter de la crème et des lunettes de Soleil… J’enrage, j’en veux à la Terre entière et me mure dans un froid silence pendant tout le trajet.

_____Paris, enfin ! Ce n’est pas encore les innombrables bâtiments aux boutiques hors de prix et la tour Eiffel mais je sens que je me rapproche de Roissy : d’immenses files de voitures s’allongent à n’en plus finir, roulant à un dixième de la vitesse maximale autorisée dans un joyeux et interminable BOUCHON qui n’avait que ça à faire de se mettre sur mon trajet… Je soupire. J’en ai marre de ce pays, il y a des embouteillages tout le temps, la météo est pourrie et les gens sont méchants… Ah, vivement ! J’ai tellement hâte de revoir Nouméa… 17h58. Je suis sensée être à Roissy pour 18h07, d’après le Tom-tom. Brave type, va. Oh, non, mais non, mais je ne veux pas rater mon avion… comment je vais faire pour rentrer, après ?

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Petits imprévus   Lun 1 Juil - 19:11

_____Donc on a une jeune adulte qui habite à Nouméa dans le futur proche. Elle exerce une profession très prestigieuse, genre elle est médecin ou un truc comme ça à haute responsabilités où il faut dix ans d’étude et vraiment chier pour en arriver là, mais quand elle était petite elle rêvait de faire autre chose de plus simple, c’est très important dans le scénario que voilà :

_____Elle est en France pour une raison quelconque et retourne chez elle donc elle ne va pas en vacances, elle n’est pas dans la dynamique « cool je vais voir du pays », bien au contraire !

_____Et en fait il lui arrive pleins de merdes, des petits trucs insignifiants au début mais qui vont crescendo, et dans le prochain poste ne perdez pas de temps : elle se rend compte qu’elle est montée dans le mauvais avion, qu’elle part genre pour les îles Maldives ou une autre destination qui envoie mais ça ne la réjouit pas du tout, elle pète un câble !

_____Elle est du genre très stressée, très préoccupée et peut  prendre à cœur des faits plus ou moins insignifiants, elle s’insurge beaucoup et ne le prendra pas bien, au début. De plus, elle n’a pas l’habitude d’être aidée, elle est persuadée que tout le monde la laissera dans la merde et son psychisme s’écroule peu à peu jusqu’à ce qu’elle dise carrément « je veux mourir » : arrivée sur place est n’a pas de valise, elle se rend compte qu’elle y a laissé son chargeur et son porte-monnaie, qu’elle a le mauvais visa et que rien ne va, quoi !

_____Du coup elle est contrainte et forcée de demander de l’aide à la première personne qui vient (une fille pour ne pas qu’il y ait de dérives à la Marc Lévy x).

_____Et là, vraiment, c’est le tournant de l’histoire, c’est-à-dire que la personne va lui répondre « Mais bien sûr ! » ou « Oh my God let me help you!! », et il y aura un changement qui va s’opérer en elle : elle va se rendre compte qu’elle est aux îles Maldives et que ce n’est pas grave, qu’elle n’en mourra pas, que ses obligations professionnelles pourront bien attendre un peu plus et que, de toutes façons, elle n’y est pour rien. Tout le stress va s’évacuer, elle va s’en remettre à cette fille qui va l’aider, l’accueillir et la rassurer, elle va passer de supers moments avec elle et va enfin comprendre ce qui est vraiment important dans sa vie. Son visa, son avion, sa valise, tout ça ce n’est pas important, ce ne sont que des objets contingents. Ce que pourraient penser ses collègues, ses proches, ses employeurs n’est pas important : on est vraiment dans le thème du voyage, de l’évasion mais d’une évasion presque spirituelle, une évasion vis-à-vis de la maladivité du temps et du stress quotidien.

_____Et après on rajoutera une chute. Quand elle rentre enfin à Nouméa, c’est-à-dire assez rapidement (tout se passe quasiment dans le temps d’un double voyage Paris-îles Maldive, îles Maldives-Nouméa), on l’informe qu’elle va vraiment devoir payer pour tout ça. Par exemple qu’il y a un mandat d’arrêt contre elle parce que sa valise est restée trop longtemps dans l’aéroport et a été déclarée suspecte. On peut même imaginer qu’ils aient effectivement retrouvé des produits pouvant servir à la fabrication d’explosifs mais que c’était un malentendu (c’est fou ce qu’on peu faire avec des objets du quotidien dixit fight club). De plus, l’agence de voyage qu’elle a empruntée pour l’aller la considère comme une passagère clandestine et a décidé de porter plainte pour lui extorquer le prix du billet. Et on peut encore inventer une raison pour laquelle elle ne pourra plus exercer sa profession, bref, tout lui tombe sur la gueule. Mais là elle réplique un truc dans le genre « Oh, ce n’est pas grave, ce n’est pas ça qui va me tuer, et au pire au moins j’aurais pu vivre. » Voilà. On finit sur cette réplique pour véritablement créer un contraste de réactions entre la première mauvaise nouvelle (je me suis trompée d’avion) et la seconde.

_____Donc c’est là que le fait qu’elle rêvait d’autre chose étant petite intervient car on peut imaginer qu’elle va changer de boulot et tout ; en gros à la fin on ouvre le champ du possible même si elle est encore grave dans la merde à cause du mandat d’arrêt. Au fond, on sait qu’elle va s’en sortir et puis il y a cette réplique, « au moins j’aurais pu vivre. », qui nous montre un nouvel état d’esprit.

_____Elle n’est pas écrivaine, elle a un langage très simple et direct, des expressions qui reviennent tout le temps comme « je veux mourir » ou « j’ai pas le temps », « ça dépend », « je sais pas » ou « c’est toujours pareil » et ne manie pas le français comme on pourrait aimer le manier donc ce n’est pas un style très recherché, en fait il faut se laisser emporter par nos idées, par ce que nous évoque ce voyage cauchemardesque et réussir à se dire que voilà, qu’au fond c’était tout de même un bon voyage, un voyage incroyablement agréable et que, même s’il fait qu’on ait tout perdu en route, ce n’est pas grave parce que c’est comme ça et que l’important est de passer des bons moments.

_____Je récidive. J’ai choisi la première personne du singulier et le discours direct pour être au plus proche de l’action mais aussi du personnage qui subit l’action. Il faut vraiment qu'il y ait la plus grande proximité possible avec le personnage car tout se passe dans sa tête ; tout est basé sur le psychisme. (Oui je sais normalement dans une nouvelle ça doit aller vite et faut tout faire péter et ne pas trop s'attarder sur les personnages mais bon...) Vous pouvez utiliser les trois focalisations et les trois discours si ça vous chante mais on ne change pas de narrateur, il faut vraiment que cette histoire soit vécue.

_____Les dynamiques ne sont pas événementielles même s’il se passe deux-trois trucs pour introduire le psychisme, mais le plus important est l’évolution des pensées de la fille, sa relation avec l’inconnue qu’elle rencontre et tout ce qui découle de la demande qu’elle réussit à lui faire et qui est gentiment acceptée. Vous pouvez baptisez les personnages comme bon vous semble si ça vous arrange, ça ne me dérange pas.


_____Voilà voilà, en espérant que ça vous plaise malgré tout ^^'. Le scénario est simple et court mais le but est de pouvoir finir donc c'est normal =) !

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Julie
Commandant de Bord


Messages : 477
Birthday : 30/07/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : Au Déf les racines

MessageSujet: Re: Petits imprévus   Lun 1 Juil - 21:01

J'aime beaucoup comment tu bâtis ton histoire et surtout comment tu argumentes tout ça. L'idée hyper importante à retenir, c'est que tu as choisi dans cette nouvelle de faire évoluer ton personnage et que c'est ce qui peut rendre un récit très intéressant... si l'évolution est réaliste et menée progressivement.

Ce que je retiens de ton scénar : faut faire absolument gaffe à pas exagérer pour les péripéties sinon on risque de se croire chez les orphelins Baudelaire; là quand je vois tout qui s'enchaîne bon ça peut être lourd si c'est mal amené. Sauf si la volonté c'est pas de faire réaliste mais de forcer le trait à la manière d'un conte, ça reste à voir. Mais tu vois ce que je veux dire n'est-ce pas.

Bref, de la subtilité quoi.

Le retour sur terre (tu es partie aux Maldives mais ne t'imagine pas que c'est pour ça qu'on te pardonne tout) c'est pas mal comme truc, ça évite une évolution trop linéaire style bonjour chui partie aux Maldives maintenant je m'éclate et ça peut permettre aussi de voir comment elle a évolué une fois qu'elle se reconfronte à un problème du quotidien.

Ah ouais et plus immédiatement. Super-lol comment tu fais pour te tromper d'avion dans un aéroport où t'as un BILLET à TON NOM avec le NUMÉRO DE VOL et que les gens le VALIDENT. AH JE SAIS. Je vais faire une compagnie chelou. Like. Très chelou. Et ensuite. À ma connaissance jeune homme, Roissy c'est pas au milieu de la Tour Eiffel hein. C'est en banlieue. Youpi. Donc. Arrange ton dernier paragraphe steuplaît et fais-la arriver dans la banlieue (après avoir traversé Paris peut-être, peu importe).



_________________
Blu.
Revenir en haut Aller en bas
http://encoreenvadrouille.wordpress.com
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Petits imprévus   Mar 2 Juil - 7:25

Oui tu as tout à fait compris les dynamiques de l'histoire et c'est vrai qu'il va falloir se montrer tout à fait subtile même si ça reste à la limite du conte... L'important est donc de rester réaliste et de ne pas trop en faire x) !


Citation :
Ce n’est pas encore les innombrables bâtiments aux boutiques hors de prix et la tour Eiffel


Hé... Elle s'approche de Paris mais pas de Paris-centre =).

Après c'est vrai que c'est un peu capillotracté qu'elle puisse se tromper d'avion mais tu sais, dans la précipitation et tout.... ^^'. Bref.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petits imprévus   Aujourd'hui à 11:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Petits imprévus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et + :: Le Bateau :: Le Pont Supérieur :: À flot-
Sauter vers: