LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +
Welcome Aboard !
Veuillez vous connecter afin de pouvoir embarquer.

LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La mission d’Elissane.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: La mission d’Elissane.    Mer 5 Déc - 21:59

La mission d'Elissane
Se souvenir du passé. Vivre dans le présent. Avancer vers l'avenir.


_____Du haut d’une colline, j’observais le paysage qui s’offrait devant moi. Le vent leva ma cape et je pris une profonde respiration.  Je descendis de mon perchoir et continua mon chemin. Ma destination était la guilde des gardiens de Sakya, et pour cela je devais traverser le petit village qui se trouvait non loin de la guilde.

_____Jamais je n’oublierai ce que j’ai pu lire dans les yeux de ces habitants. Tristesse, solitude, misère. Comment en étaient-ils arrivés là ? Je me suis donc promise d’en savoir plus et d’aider ces personnes une fois ma mission terminée.  
_____Je n’étais apparemment pas la seule à vouloir entrer dans cette guilde, des dizaines de voyageurs patientaient devant les immense portes du bâtiment. Je n’avais encore jamais quitté ma guilde et je fus étonnée par l’impressionnante bâtisse qui ressemblait fortement à l’architecture d’un château. Néanmoins je préférais largement notre guilde. Deux gardes vérifiaient l’entrée des arrivants et leur indiquaient où ils devaient se rendre. Lorsque vint mon tour j’enlevai mon capuchon et présentai une lettre signé du maître Misjah Clite

- Je suis envoyée par mon maître Galdor Elwë. Et voici une lettre qui prouve que je suis attendue.

_____Sans détourner son regard de mon visage, le garde m’indiqua en bégayant le hall de la guilde. Je lui souris et me dirigea vers le hall. Ce dernier était magnifique. Je fus émerveillée par le décor reflétant l’histoire de la guilde la plus puissante que le monde ait jamais porté, bien que les tableaux furent un peu trop guerriers à mon goût. Je constatai également, qu’il y avait autant de monde à l’intérieur qu’à l’extérieur. Avec autant de monde j’allais passer le reste de la journée dans cette guilde, ce qui ne m’enchantait guère mais je devais remplir cette mission confiée par mon maître.  
_____Une homme s’approcha, me tirant ainsi de ma solitude.

- Vous êtes Elissane Lee Mary de la guilde des Prêtres, je présume ?
- C’est exact. Puis-je vous demander comment le savez-vous ?
- Je sais tout ce qui concerne notre maître, je sais qui a un entretien avec lui. De plus je ne pouvais pas me tromper avec le tatouage sur votre nuque.
- Je vois, dis-je en portant la main sur le fameux symbole qui représentait un tourbillon d’étoiles.
- Le maître va vous recevoir bientôt. Vous êtes dans le haut de sa liste, conclut-il en disparaissant dans la foule.

_____Je poussai un soupir de soulagement, je n’allais pas attendre si longtemps que ça en fin de compte. Plus vite j’en aurais fini avec cette mission, plus vite je pourrais aider ces habitants. Puis je me sentis mal-à-l'aise , toutes ces personnes discutaient et ne semblaient pourtant pas se préoccuper du triste sort qu’a subit ces habitants. Je sentais un sentiment d’injustice montait en moi lorsque mon regard croisa celui d’un inconnu. Ces yeux semblait vouloir me faire passer un message et un sentiment de curiosité m'envahis. Je voulais en savoir plus.

Action : se diriger vers l’inconnu
Intentions : lui parler et faire connaissance.


Dernière édition par Yema le Jeu 7 Fév - 13:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Lun 24 Déc - 1:05

L'inconnu se prénommait Ary. Il était venu, comme nombre de ses camarades, demander de l'aide aux gardiens. Les villages alentours manquaient en effet de plusieurs ressources fondamentales que le mauvais temps leur avait volées. D'autres commerçants ou bourgeois, recherchaient plutôt la grâce d'un homme puissant ou un conseil judicieux qui pouvait les sortir de l'impasse dans laquelle ils s'étaient fourrés.

Comme plusieurs maîtres de guilde renommés, Misjah Clite était célèbre pour ses bonnes actions et ses journées de doléances qu'il ne manquait jamais. Pas de chance pour la jeune fille : se faire presser ainsi, de tous les côtés par ces gens venus en nombre, ne devait pas être très agréable.

Ary triturait son chapeau, regardant un peu partout autour de lui. Il voyait passer de belles femmes aux parures dorées ou tout de dentelle, cachées derrières des éventails raffinés ou des capes colorées. Il se demandait toujours ce que ce genre de personnes pouvaient avoir à demander au maître. Des bêtises sans doute. Les hommes au bras de ces dames semblaient très sérieux et jetaient des regards peu amènes aux plus pauvres, dont Ary.

Quand ce dernier posa les yeux sur la prêtre, il n'en croyait pas ses yeux. Sa femme était grièvement malade depuis plusieurs jours et les mauvaises récoltes n'arrangeaient rien. Les religieux du bourg avaient quitté leurs églises pour s'installer dans des quartiers plus fameux et dans lesquels la populace pouvait subvenir à leurs besoins (leur donner de l'argent, en gros). Ary en avait été plus que mortifié et certains autres villageois avaient eu des envies de meurtre avant de se sentir abandonnés. Ils avaient donc décidé de venir en masse, ici, demander le soutien du maître qui les avait toujours soutenus.

Quand Ary croisa le regard énigmatique de la jeune femme, il la fixa un moment avant de se lancer. Peut-être pourrait-elle l'aider ? Il ne reconnaissait pas très bien le tatouage mais reconnaissait, entre toutes, les positions et les attitudes des gens de l’ordre.

- Madame, commença-t-il doucement. Avez-vous un instant à m'accorder ?

Il se sentait honteux mais n'avait plus le choix. Cette jeune femme avait surement beaucoup de choses à faire ici et ne devait pas perdre du temps avec les gens comme lui, mais il n'avait pu se retenir. Aussi attendait-il qu'elle daigne s'intéresser à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Lun 14 Jan - 21:12

_____Son regard. Je ne pouvais l’ignorer. Ses yeux étaient remplis de souffrance, d’épuisement et de tristesse. Je devinais aisément que j’étais une source d’Espoir. J’hésitais. Mon regard traversa la salle entière. Toutes ces personnes, aucune ne semblait avoir remarqué la détresse de cet homme. A force de côtoyer des êtres d’une générosité exemplaire et des prêtres dotaient d’une puissance magique fabuleuse, je compris que j’étais la seule à pouvoir le secourir.

- Monsieur … Expliquez-moi votre problème.
_____De nouveau, il avait son regard plein de tristesse.

- Ma femme … Sauvez ma femme, dit-il.

_____ Je l’observai plus attentivement. Il était maigre, ses yeux étaient creusés, il avait dû veiller sur sa femme durant des jours et des nuits.

- Quel est votre nom ?
- Ary, madame.
- Emmenez-moi auprès de votre femme, Ary.

_____Ses yeux scintillaient. L’Espoir renaissait en lui. En quittant la salle, je tournai mon regard vers le grand escalier. « Avec un peu de chance je serai revenu avant que l’on m’appelle. »

_____La maison d’Ary était dans le village que j’avais traversé tantôt. En entrant dans la modeste demeure, je compris pourquoi cet homme était si triste. Sa femme n’en avait plus pour longtemps. Ma magie me permis de sentir l’aura sombre autour d’elle. Cette aura je ne la connaissais que trop bien. Ma sacoche s’illumina, j’en sortis ma sphère cristalline et le visage de cette femme apparu. Les yeux d’Ary se voilèrent en la reconnaissant. Le pouvoir de ma sphère était connu. Mon maître m’a raconté une fois que nos pouvoirs sont connus par-delà les montagnes qui nous séparent des autres contrées. Si Ary connaissait mon pouvoir alors il savait ce que cela signifiait. Ma résolution de la sauver ne fut que plus grande.

- Je suis désolée mais je vais devoir vous demander de me laisser seule avec votre femme. Vous n’allez pas aimer ce que vous allez voir.
- Allez-vous la sauver ?

_____ « Je ne sais pas. », pensai-je. Je me suis approchée de sa femme et je lui demandai de nouveau de sortir. Il l’embrassa sur le front et sortit. C’était la première fois que je me voyais obligée d’utiliser une potion de guérison, avant je n’étais pas encore membre à parte entière de la guilde et donc je n’étais jamais seule lors de nos visites auprès des villageois. En le faisant, cette femme allait devoir supporter de terribles souffrances afin que la potion élimine le « Mal » dans son intégralité. Je devais donc prier les Dieux de l’Amour pour venir en aide à ce couple. L’amour d’Ary allait m’aider à la sauver. Mais cet amour ne suffira pas si mon esprit tremble. « Je dois être forte. » me dis-je pour m’encourager.

Action : utiliser une potion de guérison
Intentions : Sauver la femme d’Ary


Dernière édition par Yema le Jeu 7 Fév - 13:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Mar 5 Fév - 13:55

La jeune femme regarda Ary s'en aller, les pas lourds. Il avait bien sur reconnu le visage de sa femme dans la sphère, cet objet céleste qui lui permettait de savoir qui était blessé. La sphère brillait d'ailleurs d'un éclat bien plus intense que la normale. Était-ce normal ? Pourrait-elle sauver cette femme ?

Elissane sortit une de ses potions de guérison qu'elle gardait toujours sur elle. Il ne lui en resterait plus qu'une seule. Il faudrait qu'elle aille en reprendre un de ces jours, surtout si les gens affluaient autour d'elle dès qu'il reconnaissait l'ordre auquel elle appartenait. Un problème se posait donc : devait-elle oui ou non utiliser cette potion ? Qui était-elle pour juger de la valeur d'une vie ? Elle devait sauver cette femme, un point c'est tout.

La jeune femme entama quelques prières de sa confection, les mots s'entremêlant en une autre drôle de mélodie. La sphère s'était mise à voleter, au-dessus du lit de la malade. Celle-ci avait les yeux mi-clos. Pouvait-elle voir son reflet sur la sphère ? La jeune femme ne le saurait probablement jamais.

Une fois les prières terminées, elle plaça ses deux mains au-dessus du corps de la malade et déplaça ses paumes, au-dessus du corps, de sorte à le parcourir dans son intégralité afin de découvrir d'où venait le mal.

Ce que la jeune femme découvrit lui fit mal : la femme malade était enceinte depuis ce qui semblerait une semaine. Une potion de guérison serait-elle suffisante pour aider ces deux entités ? Ces deux êtres ?

Elissane s'y risqua et fit avaler à la malade la potion tout en récitant des paroles sacrées. La sphère voletait toujours près d'elle, toujours aussi éclatante.

Ce qu'elle fit ensuite était spécifique à son ordre. Personne, hors de cette guilde, ne connaissait les pratiques ancestrales que mettait en oeuvre la jeune femme.

Après plusieurs minutes douloureuses, Elissane s'écarta. La sphère avait cessé de l'aveugler mais le visage de la malade demeurait affiché. "Il doit lui rester quelques blessures superficielles", se dit-elle. "Mais je suis trop fatiguée pour utiliser mes autres compétences maintenant". Elle avait tout de même réussi à sauver la femme et un léger sourire s'afficha sur ses fines lèvres. "Le bébé n'a rien", vérifia-t-elle en passant les mains sur le corps de la malade. Satisfaite elle voulut se lever mais, sous le choc de la fatigue, elle s'effondra sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Mer 27 Fév - 18:51

EDIT ANAËL : Je rappelle qu'Elissanne possédait à la base trois potions de guérison

PERSONNAGES PRÉSENTS : Eowyn

_____ « Où suis-je ? ». « Quel est cet endroit ? ». Il n’y avait rien autour de moi à part du noir. Mon corps flottait dans cette pénombre. J’avais mal au crâne. « Que m’est-il arrivé ? ».
_____ - Qu’allait vous faire ?
_____ « Ary ? ». C’était bien la voix d’Ary que j’avais entendu. Je compris que ce n’était pas à moi qu’il s’adressait. A qui le parlait-il ?
Je vais la mettre en position latérale, lui parler et vérifier sa respiration. Je ne pourrai pas faire grand-chose d'autres. Vous allez devoir chercher un meilleur médecin que moi.

_____ « Je ne connais pas cette voix. Ce ne peut être la femme d’Ary, elle doit être seulement en train d se rétablir. La potion la guérit mais elle ne peut se mettre debout pour l’instant. Elle peut à peine parler. Alors qui … qui est-elle ? ». Je sentais que mon esprit revenait peu à peu. Mon corps pouvait se mouvoir de plus en plus. Soudain une lumière m’aveugla. Et je revins à moi.


_____Je toussotai et me mis en position assise. C’est alors que je la vis. Une jeune femme à peine plus âgée que moi était à mes côtés. C’est d’abord son regard que j’observai. « Elle est sur la défensive. Pour quelle raison ? », me demandai-je.

- Madame ! Vous êtes revenue à vous !, s’écria Ary.

_____Ary se jeta sur moi et me dit mille fois merci d’avoir sauvé sa femme. « Il ne doit pas savoir pour le bébé. Je suppose que même sa femme doit l’ignorer ... ». Un sourire se dessina sur mes lèvres et tout en me relevant, je dis à Ary que je n’avais fait que mon devoir.

- La vie est bien trop précieuse.

_____Ary voulut que je reste avec eux pour me remercier mais je refusai poliment.

- J’ai une mission à accomplir, Ary. Je ne peux rester plus longtemps auprès de vous. De plus, vous devriez prendre soin de votre femme. Elle doit encore se reposer quelques jours. Et surtout, il ne faut pas qu’elle fasse de mouvements brusques, c’est compris ?
- Je prendrai soin d’elle.
- Je n’en doute pas, dis-je avec un sourire.

_____ « Je vais prier les Dieux pour qu’ils les aident », me promis-je. Mon regard se tourna vers la jeune femme. Elle n’avait pas bougé d’un pouce. Bien qu’elle n’ait aucune connaissance médicale, elle était venue me porter secours. C’était la première fois que je m’évanouissais après utilisation d’une potion. Je manquai d’expérience. De plus, je devais à présent me procurer d’autres potions.

- Je vous remercie de votre aide, mademoiselle, lui dis-je avec un sourire.
- Ce n’était rien …, répondit-elle timidement.

_____Elle était toujours crispée mais au moins elle m’avait répondu. Cela me suffisait amplement. Je pris ma sacoche et constata que ma sphère était dissimulée sous un drap. « Ary a sûrement dû dans la précipitation faire tomber ce drap dessus. », pensai-je. Je retirai le drap et remarqua que ma sphère brillait toujours. De plus en plus de visages apparaissaient. Je ne pouvais pas tous leur venir en aide, en tout cas, pas aujourd’hui.
_____Le coeur attristé, je mis ma sphère dans ma sacoche. La jeune femme se leva brusquement, elle avait dû remarquer le pouvoir étrange de ma boule de cristal et cela devait la perturber. « Je peux le comprendre … ».

_____Avant de quitter définitivement la maison d’Ary je lui adressai des mots d’adieux, mit mon capuchon et observa plus en profondeur le regard de celle qui m’avait aidé. Ses yeux ne montraient aucune tristesse, aucune joie, aucune pitié, rien. Elle avait dû vivre une expérience atroce dans sa vie pour avoir un tel regard. Je me promis secrètement de prier Lyunaria, la déesse qui veille au bonheur des êtres, de la guider vers ce chemin qu’est le bonheur et l’amour pour les autres.
_____Je remis mon capuchon et m’apprêtai cependant, il était un peu tard. Les villageois avaient remarqué ma présence et bientôt tous me suivront pour que je leur vienne en aide. Je ne le pouvais pas. Si l’on ne m’avait pas confié cette mission, je les aurai aidé bien volontiers mais je ne pouvais ignorer les ordres de ma guilde. Cependant, certains vollageois me paraissaient suspects. Je resserai mon capuchon et m'avançai avec courage entre les habitants.

Action : Me frayer un chemin vers la sortie du village.
Intentions : Retourner au hall de la guilde des Gardiens de Sakya.
Revenir en haut Aller en bas
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Sam 2 Mar - 16:15

Elissane était lasse, épuisée. Voir toute cette souffrance environnante ne lui faisait guère de bien mais elle pouvait être fière d'elle : elle avait sauvé deux vies aujourd'hui ! Ary et sa femme vivraient en paix, elle prierait pour eux.

Elle avait hâte de savoir le sujet de sa mission et de rencontrer le gardien. Elle n'aimait pas spécialement l'aventure mais devait bien avouer qu'elle aimait, de temps à autre, les imprévues, tant que ceux-ci étaient sans danger. Elle avait choisi d'aimer l'amour et non la guerre après tout. A cette pensée, son regard se ternit.

Levant la tête, elle vit le palais et sourit : elle était enfin arrivée. Dépassant quelques rangées de gardes, montrant, une fois de plus, ce qui lui avait déjà permis de passer, elle pénétra dans le hall, toujours aussi plein à craquer.

Elle allait voir l'intendant pour lui dire qu'elle attendait toujours son rendez-vous, quand une silhouette, derrière elle, l'appela par son nom.

Surprise, la jeune fille se retourna : se pouvait-il que ce soit quelqu'un qu'elle connaisse ?

PS : j'aime bien ton nouvel avatar ^^
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Dim 3 Mar - 21:35

- Elissane Lee Mary ?, recommença la voix de l’homme.

_____ Je le dévisageai. C’était un homme d’une grande taille, cheveux blonds, yeux bleus. Il portait une tenue qui ne ressemblait en rien à ceux qui nous entouraient. Il avait une tunique beige rentrée dans un pantalon en peau. Sur sa ceinture pendait une épée dans son fourreau.

- Qui êtes-vous ?, dis-je presque agacée.

_____ Je n’avais pas assez de temps pour en perdre davantage. Si cet homme voulait que je l’aide, je ne pouvais plus rien faire pour le moment.
_____ L’homme me sourit et s’approcha de moi.

- Alors c’est bien vous, dit-il.

_____ Je le regardai incrédule. Que me voulait-il ? Pourquoi faisait-il tant de mystères ?

- Mon nom est Leoryn Druser Tugis.

_____ Son nom ne me disait rien. Rien du tout. En revanche, le fait qu’il connaissait le mien était étrange. Si je ne l’avais jamais croisé auparavant, ce en quoi j’étais certaine, alors quelqu’un lui avait parlé de moi. Je soupirai. Non, je ne voyais pas qui aurait pu mentionner mon nom dans une quelconque conversation. Cela faisait presque deux ans que j’avais intégré ma guilde. Je ne suis un membre, à part entière, que depuis quelques mois, je n’ai donc pas accompli de grands exploits. Certes, j’ai guéri de nombreux malades, mais uniquement dans le village qui juxtapose notre guilde. « Il n’y a juste qu’aujourd’hui », repensai-je avec fierté. Je doutais que les nouvelles allent si vite.
_____ C’était donc ma première mission. J’ignorais toujours les raisons qui ont poussé mon maître à me choisir moi, plutôt qu’un prêtre plus expérimenté. Ces dernières paroles furent « Tu ne sais donc pas de quoi tu es capable ? ». Devant mon air étonné, mon maître m’avait souri et dis ces mots qui m’ont donné la force de partir, « N’oublie pas, Elissane, que la vie est précieuse. Fais ce qui te semble juste et n’aie pas peur d’écouter tes sentiments. Va maintenant et fais de ton mieux. »
_____ Non. Il était impossible que cet homme me connaisse personnellement. Quelqu’un lui avait parlé de moi. Quelqu’un de proche.

- Etes-vous une connaissance de mon père ?, demandai-je plus détendue.

_____ Leoryn se mit à rire. Visiblement il se moquait de moi.

- Vous êtes exactement comme je l’avais imaginé, dit-il encore hilare. Ecoutez, voilà ce que je vous propose, commença-t-il. Je vous raconte la raison de ma venue vers vous pendant que vous attendez votre audience avec le maître Misjah Clite, et ensuite je vous laisse tranquille, promis !
- A quoi cela me servirait-il de vous écouter ?
- Eh bien, ce sera à vous d’en décider.

_____ J’étais curieuse. Je voulais savoir ce que ce Leoryn me voulait et surtout comment il me connaissait. Alors je lui fis un sourire et attendit qu’il daigne vouloir me conter son histoire.

Action : Ecouter Leoryn
Intentions : Découvrir pourquoi il la connait
Revenir en haut Aller en bas
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Dim 17 Mar - 16:51

Leoryn continuait de sourire devant l'aire incrédule et curieux de la jeune femme. Elissane ne le reconnaissait pas et faisait comme si elle ne le connaissait pas du tout. Parce que oui, elle le connaissait mais ne s'en souvenait pas. Cela faisait en effet longtemps qu'ils ne s'étaient pas vus.

Enfants, ils ne s'étaient qu'une ou deux fois mais Leoryn s'en souvenait comme si c'était hier car la jeune femme, alors enfant, l'avait marqué à jamais. Il ne savait s'il était fasciné par ses dons ou simplement amoureux d'elle. Pour le peu qu'il en savait, il désirait juste passer quelques temps à ses côtés.

Alors qu'il allait se mettre à parler, l'intendant s'approcha du couple :

- Madame, dit-il en inclinant la tête, mon maître, Misjah Clite, vous attend.

Elissane n'eut même pas le temps de répondre que l'intendant se tourna vers Leoryn :

- Monsieur, votre père vous mande également, veuillez me suivre.

Leoryn acquiesça, peu surpris par cette requête car il s'y attendait.
Il regarda Elissane : avait-elle compris ? Se souvenait-elle de lui ?

Souriant toujours, il suivit l'intendant d'un pas ferme, la jeune femme sur ses talons.
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Dim 17 Mar - 19:59

_____ Leoryn Druser Tugis ou plus connu sous le nom de Leoryn Clite. Le fils du maître de la Guilde des Gardiens de Sakya lui-même. Et, un jeune garçon que j’avais rencontré. « Comment ai-je pu oublier une pareille rencontre et un tel nom ! », me dis-je idiote. Certes, on ne s’était pas vraiment parlé mais je m’en voulais d’avoir oublié. L’enfant que j’avais connu avait bien grandi. Je me souvenais qu’il était un tantinet rebelle mais d’une intelligence redoutable. D’après mon père, Leoryn était fait pour devenir le futur maître de la guilde de son père et un preux chevalier de cet ordre. Maintenant que je me rappellais de tout, je me souvenais l’avoir admiré.
_____L’intendant nous conduisit dans un couloir, puis nous fit entrer dans une pièce qu’il nous fit traverser, puis dans une autre et encore une … Je pensais ne jamais arriver auprès du maître de la guilde. Quand, nous arrivâmes devant une porte en bois très foncée. L’intendant s’arrêta et nous dévisagea.

- Mon maître a expressément demandé à ce que vous veniez tous les deux en même temps. Soyez polis, ne parlez pas tant qu’il ne vous en a pas donné la parole. Est-ce bien clair ?, dit-il sans même attendre une réponse de notre part.

_____Il ouvrit la porte et nous laissa entrer, puis entra à son tour et la referma. La pièce que je découvris était à l'image de la guilde. C'était en vérité le bureau des affaires du maître, facilement reconnaissable par la présence du grand bureau en bois avec des ornementations sculptées. Une cheminée se trouvait à notre droite et une bibliothèque à notre gauche, des chandeliers se trouvaient aux quatre coins de la pièce et des portraits ornaient les murs. Il y avait également la devise de leur guilde gravée entre deux fenêtres. La pièce avait une vue directe sur l’immense plaine qui s’étendait derrière la forteresse qu’était le quartier général des Gardiens de Sakya.
_____L’intendant toussota et je vis Leoryn sourire. Mon regard croisa celui de Misjah Clite que je venais à peine de remarquer. Je m'inclinai aussitôt. Le maître avait un certain âge mais on racontait qu’il était encore un redoutable adversaire et qu’il dirigeait avec droiture sa précieuse guilde. C’était, très certainement, l’homme le plus respecté à travers les différents royaumes.

- Elissane Lee Mary, membre de la guilde des Prêtres. Fille du prêtre Machaon et ami. Quel honneur me faîtes-vous.
- Tout l’honneur est pour moi, monsieur.
- Votre maître Galdor Elwë vous a remis une lettre de ma part, n’est-ce pas ?
- Oui monsieur.
- Alors vous savez que vous êtes ici car j’ai une mission à vous confier.

_____J’acquiesçai. Je sentais mon cœur battre, l’inquiétude me gagnait.

- J’ai demandé à votre maître de m’envoyer un de ces membres qui lui semblait le plus apte à accomplir cette mission. Et, c’est vous qui l’a choisi. Vous allez partir avec mon fils Leoryn pour retrouver quelqu’un.

_____J’écarquillai les yeux. Mon regard alterna entre le maître et Leroyn. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Je n’étais pas mécontente de partir en mission avec Leoryn, cela nous permettrait de discuter, mais je n’arrivais pas à comprendre pourquoi il avait besoin de mon aide. Il avait l'air après tout, d'être suffisamment entraîné pour se débrouiller seul.

- Cette personne est très dangereuse. Elle est abritée par le Mal en personne. Je comptais n’envoyer que mon fils mais l’on m’a conseillé de demander le soutien d’un prêtre pour « sauver » l’âme de cette personne. Acceptez-vous de nous rendre ce service, Elissane, Leoryn ?
- J’accepte, père.
- Je …, balbutiai-je, qui est cette personne, monsieur ?

_____ Misjah Clite me dévisagea. J’entendis l’intendant grommeler une injure à mon propos et vit Leoryn sourire de nouveau. « Je dois être plus entreprenante qu’avant », pensai-je. Je savais qu’on ne pouvait pas vraiment refuser une mission, cependant, je devais savoir qui je devais « sauver ».

- Vous avez raison, vous avez le droit de savoir. Laissez-moi vous raconter son histoire.

Action : Ecouter Misjah Clite.
Intentions : Découvrir l’identité de la personne à rechercher et accepter par la suite la mission.
Revenir en haut Aller en bas
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Dim 31 Mar - 0:47

Leoryn Clite semblait quelque peu sur les nerfs même s'il paraissait serein. Il ne savait pas non plus qui ils allaient devoir sauver mais était fier d'avoir été choisi par son père pour participer à cette mission. Son père et maître de la guilde lui avait cependant laissé savoir qu'il s'agissait d'une personne aux grands pouvoirs et qui avait tué, à de nombreuses reprises.

Leur mission allait donc être de la sauver. En effet, cette personne avait autrefois été une personne exemplaire mais un évènement l'avait fait basculer, basculer vers un autre monde aux pratiques obscures. Le maître de la guilde n'avait pas choisi d'envoyer un message aux prêtres par hasard et le maître d'Elissane ne l'avait pas choisi elle par hasard non plus.

- Mais avant cela, voulez-vous quelque chose à boire ?

Quelques serviteurs étaient prêts à répondre à toutes les demandes du maître. Ils se mirent alors au travail afin de préparer quelques boissons chaudes ou rafraichissantes, selon les envies des invités.

Les serviteurs distribuèrent les boissons et l'atmosphère sembla se détendre.
Elissane accepta volontiers.

- Mais ce n'est pas moi qui vais vous parler de cette personne.

Le maître claqua des doigts. Une porte sur le côté s'ouvrit et un homme entra. Il portait une longue cape et avançait doucement. Il se plaça devant Elissane et Leoryn.

- Va, parle, dit le maître à l'inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Lun 1 Avr - 10:15

_____L’atmosphère était devenue plus pesante. L’inconnu n’avait pas encore dit un seul mot. Son attitude montrait que c’était un homme qui avait l’habitude de combattre, les cicatrices qu’il présentait au visage le laissaient à penser en tout cas. Je sentais que Leoryn était plus tendu, ayant une expérience plus prononcée que moi dans ce domaine, je me doutais qu’il avait très certainement deviné plus de choses que moi. Sa cape dissimulait une partie de son corps, cela m’intriguait et quand l’homme le remarqua, il se découvrit. Je lâchai instantanément le récipient que je tenais dans les mains et étouffai un cri.
_____Cet homme avait sa jambe droite en bois, sa jambe gauche laissée encore des traces apparentes de brûlures profondes ainsi que pour son bras gauche. Même le pouvoir des membres de la guilde de la main blanche ou des prêtres guérisseurs n’aurait pu le soigner d’avantage. Qui plus est, une étrange aura sombre recouvrait son corps. « Qui a pu donc faire une chose pareille ! C’est inhumain ! », pensai-je attristée.

- Comme vous pouvez le constater, la majorité de mon corps est rongé par un mal que je garderai pour le reste de ma vie.

_____J’étais hypnotisée par la mutilation de son corps. Je sentais aussi que l’aura qui l’entourait était maléfique et que si cet homme avait été un être faible, l’aura l’aurait engloutie. Il devait sûrement être au courant car, quelqu’un avait fait en sorte de sceller l’aura afin qu’elle ne devienne plus puissante. Cela lui avait permis de rester en vie. Cependant, il n’allait pas vivre encore longtemps.
_____ L’homme finit par remettre en place sa cape

- Avant de vous conter mon destin tragique, je tiens à vous dire que c’est moi qui ai demandé au maître Clite de faire appel à la guilde des Prêtres. C’est d’ailleurs un prêtre qui m’a soigné.
- Je m’en doutais, dis-je. Vous savez donc pour le mal qui vous ronge ?
- En effet.

_____ Un étrange sentiment m’envahit. Je n’avais pas entendu parler qu’un prêtre de ma guilde ait accompli cet exploit. Ce ne pouvait être qu’un prêtre voué aux dieux de la Guerre. Un frisson me parcourut, et cela n’échappa pas à Leoryn. Mais je n’avais pas le temps de m’inquiéter pour ce genre de « détail », il fallait que nous en sachions plus sur cette personne.

- Il y a quelques semaines, un seigneur important nous a engagés, mes hommes et moi, pour que nous rayions de la carte un sorcier que l’on nomme Gardok. Ce sorcier était avant un preux guerrier, cependant, sa famille fut exterminée sous ses yeux par une bande de briguant. Cette tragédie a provoqué en lui un sentiment de vengeance et il devint un sorcier, le plus maléfique qui soit. Lors de notre affrontement, le destin a fait que nous nous sommes retrouvés à combattre auprès de prêtres voués à la guerre. Sauf que ces derniers voulaient le contraindre à joindre leur rang. Inutile de préciser qu’ils ont vite changé d’avis. Il y eut autant de victimes dans mes rangs que dans celui des prêtres. Ce fut une véritable hécatombe.
- Pourquoi pensez-vous que nous pouvions réussir là où vous avez échoué ?, demanda Leoryn.
- Si même les prêtres n’ont été d’aucun secours, je doute que nous puissions mieux faire, ajoutai-je.

_____ L’homme sourit pour la première fois. Comment pouvait-il encore sourire après ce qu’il avait traversé ?

- C’est à ce moment, qu’une personne m’a conseillé de prévenir la guilde des gardiens de Sakya et de faire appel à un prêtre qui saurait sauver l’âme de Gardok. Vous êtes différents de nous.

_____ L’homme échangea un regard avec Leoryn puis se tourna vers le père de ce dernier. Il inclina la tête et me tendit un morceau de papier.

- Voici tout ce qu’il faut savoir sur Gardok. Faîtes en bon usage.

_____Sur ces paroles, il quitta la pièce de la même manière qu’il était rentré. Le maître Clite me dévisagea, je soutins son regard et serra les poings. « Je sauverai Gardok ! ».

Action : Accepter la mission
Intentions : Partir avec Leoryn pour le commencement de leur mission.


Ps : S'il y a le moindre truc qui va pas tu me lis dit, hein ?^^
Revenir en haut Aller en bas
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Sam 4 Mai - 22:44

Elissane avait du mal à comprendre tout ce que cette histoire impliquait. Un homme avait totalement basculé après le meurtre de sa famille pour devenir un puissant sorcier. Des prêtres de la guerre avaient essayé de l'apprivoiser mais sans aucun succès. La jeune fille ne tenait pas particulièrement dans son cœur ces êtres maléfiques voués à des dieux innommables. Pourtant, ses pensées dérivèrent quelques instants.

L'homme avait ainsi perdu l'une de ses jambes. Était-ce du aux prêtes de la guerre ou aux puissants pouvoirs du sorcier ? Après tout, elle ne savait rien de cet homme. Elle devrait se méfier.

La jeune fille lut la carte et essaya de tout imprimer. Leoryn était derrière elle, et lisait lui aussi la lettre qui s'adressait à tous ceux qui allaient accomplir cette mission. Ce que le papier révélait n'était pas très plaisant. Le sorcier possédait en effet de nombreux pouvoirs que les deux jeunes gens ne pouvaient même pas imaginer. "Cette mission en sera pas facile", se dit Elissane.

Leoryn, comme en écho à ses pensées, posa une de ses mains sur les épaules de la jeune fille. Il la soutenait et partirait avec elle. Il la protégerait. La jeune fille comprenait maintenant mieux pourquoi il avait été choisi pour l'accompagner. Elle se sentait soudain mieux : elle ne partirait pas seule.

- Père, j'accepte cette mission et je protégerai Elissane au péril de ma vie. Je ferai en sorte qu'elle ramène ce sorcier à la raison.

Le maître Clite acquiesça, fier de son fils.

- J'accepte également, dit Elissane, en regardant le maître droit dans les yeux. Elle se détourna ensuite vers Leoryn : "Merci, j'aurai besoin de ton aide, cela ne sera pas facile".

- Parfait, s'exclama Clite. Vous dormirez ici ce soir pendant que des serviteurs prépareront vos affaires. Vous partirez demain. Le dernier lieu où l'on aurait vu ce sorcier se trouverait un peu plus loin d'ici, au nord. Je vous indiquerai la suite ce soir, lors du dîner. Allez vous reposer maintenant !

Elissane pencha la tête, en signe de remerciement. Elle avait besoin de penser à autre chose. Leoryn la regardait, penseur. Qu'avait-il en tête ?

- Est-ce que tu as appris à te battre ? lui demanda-t-il. La jeune fille n'eut même pas le temps de répondre que le jeune homme l'entraîna à sa suite : Je vais t'appendre quelques petits trucs, sait-on jamais. Je préfère que tu aies toutes les armes de ton côté, même celles en métal.

PS : c'est parfait =)
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Sam 11 Mai - 14:30

_____Je tremblais. Je n’aimais pas les armes. Leur utilisation était contraire en tout ce que je croyais, je ne pouvais me résoudre à me diriger dans cette voie qu’est le combat. Le combat … Tant de vies furent brisées à cause de son existence. Et cela continuera.
_____Leoryn m’emmena dans une petite coure isolée du reste du bâtiment. De nombreuses armes et armures étaient disposées sous un abri. Leoryn pris une fine épée et me fit une petite démonstration de sa souplesse. Ses mouvements étaient rapides, gracieux. Et moi qui croyais que tous les guerriers étaient des rustres.

- Cette épée est parfaite pour toi. Elle est légère, souple et …

_____Il s’arrêta. Il me dévisagea durant de longues minutes. Je ne sus quoi faire, quoi dire. Je dû rougir bien malgré moi. Pourquoi me fixait-il autant ? Allait-il laisser sa phrase en suspens ?

- Prends-là, tu comprendras.
- Leoryn je ne peux pas. Brandir une arme est contraire à …
- Parce que tu crois que tu pourras t’en sortir sans armes ?, s’emporta-t-il. Si tu te retrouves devant lui toute seule, tu crois vraiment que seules des paroles suffiront ? Prends-là, exigea-t-il.

_____Je la saisis. Il est vrai qu’elle était légère. Et quelle beauté !
_____« Beauté ? … », pensai-je. Etait-ce cela ce qu’il voulait dire ? Je sentis mon cœur battre. « Est-il possible que Leoryn … », je secouai ma tête. Impossible. C’était un guerrier. Un fidèle serviteur de sa guilde. Le futur maître des gardiens de Sakya. Que ferait-il avec une prêtresse ? Et moi … que deviendrai-je ?
_____Je n’eus pas le temps de rêver davantage, Leoryn retira son arme de son fourreau et m’attaqua.

- Tu dois parer mon coup, Elissane !

_____En le voyant foncer vers moi, une scène douloureuse me revint en mémoire. Mon corps bougea de lui-même et je parai le coup in extremis. Je me sentis défaillir et fus plongée dans de sombres pensées.

- Elissane ?, s’inquiéta Leoryn. Elissane que se passe-t-il ? Réponds-moi !

_____ J’ouvris lentement les yeux. Leoryn avait lâché son épée. Je m’étais évanouie. Il avait placé ma tête sur ses genoux et il serrait fort ma main dans la sienne.

- Je te demande pardon, Elissane. Je ne savais pas que tenir une arme était une épreuve si terrorisante pour toi.

_____Il était inquiet, j’avais dû lui faire peur. J’étais fatiguée. C’était la deuxième fois que je m’évanouissais aujourd’hui et ce ne serait pas la dernière si je ne m’obligeais pas à dormir un peu. Leoryn le comprit. Il rangea son épée, me tira vers lui et me souleva du sol.

- Tu n’es pas obligé de …
- Ne sois pas stupide, me coupa-t-il. Mais, il va quand même falloir que je t’apprenne à te servir de cette arme. Tu en auras besoin. Cependant, je vais te promettre une chose. Tu ne l’utiliseras que si et seulement si, tu te retrouves seule devant Gardok. Le reste du temps, je te protégerai. Tant que je serai en vie, personne n’osera te faire du mal. Pas uniquement pour cette mission mais pour le restant de ta vie. Même si je dois donner ma vie en échange.

_____Je sentis mon cœur battre. Il était la deuxième personne à me jurer protection jusqu’à sa mort. Même si je n’osais pas lui faire espérer quoi que ce soit, je ne pus m’empêcher de sourire car un sentiment nouveau naissait en moi. Leoryn était devenu un grand homme. Un homme d’honneur. Je lui avais déjà pardonné sa brusque attaque. De la même manière que je pardonnais si facilement à cette autre personne.

- Merci …, dis-je tout en me blottissant dans ses bras.

_____Néanmoins, un sentiment de tristesse s’empara de moi. Ma vie en valait-elle la peine ? Moi qui n’étais qu’une prêtresse, une demi-fée ? Je fermai les yeux. Je devais penser à autre chose. J’espérais que cette guilde ait une chapelle, pour que je puisse aller prier à tous ceux que j’ai eu la chance de rencontrer et pour notre voyage.

Intentions : Se reposer avant le fameux dîner

PS (oui j'aime bien ^^) : J'espère que ça ira ! Et bon courage !

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin
Revenir en haut Aller en bas
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Sam 22 Juin - 15:59

Leoryn s'inquiétait tant pour elle qu'il décida de la prendre dans ses bras pour l'emmener dans sa chambre. Celle d'Elissane était en plein préparatifs et serait prête pour la fin du dîner. Il l'allongea et lui intima de se taire le temps qu'il s'occupe d'elle.

Il s'en voulait d'avoir été si dur avec elle. Même s'il voulait toujours lui apprendre à se battre, il ne voulait pas la voir souffrir ainsi. Pas maintenant alors qu'il la revoyait. Elle lui avait manqué, même s'il n'osait pas se l'avouer. Cette mission allait peut-être lui permettre de renouer certains liens mais il savait que certains sentiments pouvaient être dangereux à l'aube d'une bataille ou d'une mission comme la leur. "Ce sorcier ne la touchera jamais, j'en fais le serment".

Il déposa une serviette mouillée sur son front et s'assit à ses côtés, au bord du lit. Elissane avait sombré dans un doux sommeil qui lui ferait du bien. Il la contempla quelques instants avant d'aller lui faire du thé, pour la réchauffer.

Quand Elissane se réveilla, il n'y avait personne dans la chambre. "Où suis-je ?" pensa-t-elle. L'arme au bord du lit lui fit tilt : "Leoryn m'a donc emmené chez lui". Cette simple constatation la fit rougir comme jamais. 

Quelques minutes plus tard, à peine, Leoryn revint, une tasse à la main d'où s'échappait une agréable odeur de fruit et une chaleur apaisante. Le jeune homme lui sourit, heureux de la voir réveillée.

"Voici un peu de thé. Je pense que cela te fera du bien !" dit-il en lui tendant délicatement la tasse.
Elissane le remercia et s'empara avec gratitude de la coupe chaude dont elle prit plaisir à humer les senteurs exotiques.

"Le dîner sera bientôt prêt", reprit-il, alors que la jeune fille buvait tranquillement. "Sais-tu ce qu'est le miroir aux fées ?"

Elissane s'arrêta dans sa lancée et, stupéfaite demanda : "Oui.... je sais ce que c'est mais je n'en ai jamais vus".

Leoryn parut ravi de la réponse mais attendit qu'Elissane finisse de boire.

"Suis-moi", lui dit-il.
________________________

PS : désolée pour le retard u_u
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Mar 23 Juil - 11:09

_____Mon cœur battait si fort que je crus mourir avant d’avoir pu voir le fameux miroir aux fées. Le miroir aux fées ! Ici ! Dans l’enceinte de la guilde des gardiens de Sakya ! J’étais tellement excitée que j’en avais oublié l’incident dans la petite cour. Leoryn parut amusé de me voir de si bonne humeur.
    _____Nous traversâmes de nombreux et longs couloirs. Décidemment, cet endroit était immensément grand !
    _____Le miroir aux fées … Mon père en parlait souvent. Lui, en avait déjà vu un, quoi de plus normal ! C’était un véritable homme-fée ! Pas comme moi. Je serai à jamais une demi-fée. Ma mère étant une humaine sans une once de magie en elle. Les fées ne m’avaient jamais vraiment fait confiance et beaucoup de notions me seront à jamais inconnues.
    _____Les fées ...

- Nous y sommes.

    _____Leoryn s’était arrêté devant une grande porte en bois, deux gardes étaient positionnés à ses deux extrémités. Ils inclinèrent leur tête devant Leoryn et lui ouvrirent la porte. La pièce était faiblement éclairée mais grâce à mes capacités de fées je pus aisément m’accoutumer à l’obscurité et je le vis. Le miroir était devant moi dissimulé sous un drap blanc. Un cercle magique était dessiné autour de l’objet magique.
    _____Mes yeux s’embuèrent de larmes.
    _____Le miroir aux fées n’était pas un objet sacré cependant, c’était quelque chose de rare et de nombreux êtres vivants souhaitaient en posséder un. Il était pourtant  inutile aux humains, sorciers et autres créatures peuplant notre monde. Seules les fées pouvaient s’en servir. Je n’étais même pas sûre de pouvoir l’utiliser. Mais je devais essayer.
    _____Leoryn resta appuyer contre la porte que les gardes avaient soigneusement refermée, me laissant tout le loisir de contempler ce que les fées avaient refusé de me montrer. J’inspirai à fond et entra dans le cercle magique, j’ôtai le drap. Et Une chose incroyable s’ensuivit.  
    _____Une douce lumière blanche éclaira le miroir. Le cercle magique que j’avais traversé s’éclaira à son tour et je pus contempler les détails du miroir. Il était sculpté dans un bois que gardaient jalousement les fées. Des inscriptions y étaient gravées tout autour. Le langage des fées. Ce dialecte ancien avait envoûte les humains de par ses consonances gracieuses. Malheureusement, je ne le maîtrisais pas assez bien pour pouvoir déchiffrer les écritures.

    _____Jyrua namen tuum ?

    _____Une voix raisonna dans mon esprit. On aurait dit un murmure.

    _____Qui es-tu ?

- Mon nom est Elissane Lee Mary

    _____Heureuse de te connaître Elissane … Je suis l’esprit de ce miroir. Personne ne peut me voir à part toi, personne ne peut m'entendre à part toi. Tu comprendras très vite pourquoi.

    _____Un léger voile comme du brouillard m’enveloppa. Je voulus me retourner mais ne le pus. Une force invisible m’avait emprisonnée. Le miroir commença à devenir flou et le visage d’une jeune femme aux cheveux blonds et aux yeux blancs apparu.

    Jeune Elissane, je vois que tu n’es pas une simple fée. A vrai dire, tu n’en ai même pas une. Pourtant, tu ne pourrais pas me voir si ton destin n’était pas lié à celui des fées. Jeune Elissane, es-tu prête à entendre ta destinée ?

    _____J’étais comme apaisée. La douce voix de la jeune femme était comme dans un rêve. J’étais transportée. Alors c’était ça que l’on ressentait ? J’aurais voulu que Leoryn ressente la même chose. Ne pouvait-il vraiment pas la voir ?  
    _____La jeune femme parlait de destinée … Peut-être me parlera-t-elle de notre mission ?

- Je suis prête

Intention : Ecouter le miroir



PS: Voilà la suite ! Prends ton temps pour me répondre !

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin
Revenir en haut Aller en bas
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Mar 10 Sep - 15:00

Leoryn ne s'était certainement pas attendu à ça. Il connaissait les légendes sur le miroir aux fées que sa mère lui contait le soir alors qu'il n'était qu'un enfant. Il se souvenait que certaines personnes, liées incontestablement aux fées, pouvaient passer des heures durant à écouter et contempler le miroir. Certaines en avaient même oublié de manger, de boire et étaient mortes, adossées contre le puits sans fond, le visage radieux mais éteint.

En effet, le miroir n'en était pas réellement un. Il était vivant et sa surface ondulait, telle de l'eau, alors que les fines vaguelettes percutaient sans cesse les bords de pierre dorée. Ce miroir avait été offert par un ancien mage-fée qui devait sa vie à un des anciens chefs de cette guilde. Depuis, il avait été entreposé dans une immense salle, au dernier étage de la bâtisse et était constamment éclairé et par la lumière que lui procuraient les larges fenêtres le jour, et par les bougies et les chandeliers qui l'accompagnaient la nuit. On disait que les fées pouvaient avoir peur du noir.

Leoryn avait même entendu que ces miroirs étaient en réalité des portes qui permettaient de voyager d'un bout à l'autre du continent et que les miroirs étaient beaucoup plus nombreux que l'on le laissait croire. Leur valeur était à ce point inestimable. Il ne savait que croire mais s'aimait à imaginer des tunnels qui lui permettraient de voyager. Malgré tous ses efforts, il n'avait jamais réussi à communiquer avec le miroir et en éprouvait une peine immense chaque fois qu'il posait les yeux dessus.

Leoryn s'était assis sur un banc entourant l'édifice magique et avait laissé Elissane s'approcher. Il avait passé tellement d'heures à admirer la surface changeante qu'il voulait que son amie voie cela, elle aussi, avant de partir en mission. Mais Elissane avait paru étrangement familière à la source féérique. Le jeune garçon n'avait jamais rien vu de tel. La jeune fille s'était ensuite mise à parler, dans une autre langue et il n'en avait pas cru ses yeux. Il n'aurait jamais pensé que son amie était liée aux fées, lui qui pensait pourtant bien la connaître. Il avait été inquiet au départ mais en voyant mes sourires d'Elissane, il avait compris que ce qu'elle disait et ce sur quoi le miroir et elle parlaient, n'avait rien de mauvais.

Il n'aurait jamais cru un jour pouvoir écouter le dialecte des fées. Celui-ci était tout simplement incroyable et si différent du sien. Émerveillé, il passa son temps à regarder son amie parler, ou plutôt chanter, n'y comprenant goutte. Elle lui paraissait encore plus belle.

Le temps passa et s'éternisa. Les chandeliers et les bougies s'étaient allumés par magie et avaient remplacé la lumière du soleil qui était allé se coucher. Elissane était pourtant toujours en pleine communication avec le miroir. Le jeune garçon se demandaient quel genre de conversation pouvait vous accaparer à ce point.

"Mince, ils doivent nous attendre maintenant", se dit Leoryn. Son père avait en effet préparé un banquet en leur honneur et ils ne devaient pas le rater.

Il se leva et s'approcha d'Elissane, qui était toujours penchée vers le miroir, ouvrant et fermant la bouche pour émettre des sons mélodieux et lointains. Que devait-il faire ? Il s'inquiétait. Leoryn se souvenait en effet des histoires de morts causées par le miroir et décida de jouer le tout pour le tout.

- Elissane ! appela-t-il.

Aucune réponse. La jeune fille ne l'entendait pas. Il répéta plusieurs fois sa demande de l'accompagner à la salle à manger mais sans succès.

"Bon, quand faut y aller...."

Leoryn n'était pas bien sur de lui mais il devait la sortir de là ou elle pourrait y rester. Il posa alors ses mains sur sa taille et la tira doucement en arrière. Alors qu'il n'y avait pas beaucoup mis de puissance, Elissane et lui furent soudain projetés contre le mur de la salle.

Leoryn lui avait amorti la chute mais sa tête le faisait souffrir. Heureusement, ils n'avaient rien de cassé.

- Que... que se passe-t-il ? demanda la jeune fille, un peu perdue, comme sortie d'un rêve.

- Tu as discuté longtemps mais maintenant il va falloir y all... argh !

- Oh, attends, laisse-moi te guérir d'abord, lui dit-elle en l'aidant à se relever. Leoryn lui en fut reconnaissant et se laissa faire quelques minutes, le temps de récupérer.

- Alors, que t'ont-ils dit ? se risqua le jeune homme, alors qu'Elissane époussetait ses vêtements.

- On en parle après le dîner ? Ce serait trop long à expliquer, lui fit-elle avec un sourire.

- Très bien. Allons-y, dans ce cas.

Le jeune homme fit la révérence et tendit sa main. Elissane lui sourit et lui prit la main, bien volontiers. Discutant gaiement ils se dirigèrent ainsi vers le festin.
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Jeu 12 Sep - 19:56

_____La femme qui se disait être l’esprit du miroir se mit à sourire et rit comme un enfant. Puis, son visage devint flou et des images apparurent à sa place. Je vis d’abord une forêt, puis des montages, des prairies, des lacs, des rivières. Je n’avais jamais vraiment voyagé avant aujourd’hui. Mais je me doutais que ces paysages se trouvaient au nord de la guilde car j’avais regardé une carte avec mon maître pour trouver l’itinéraire le plus audacieux pour se rendre à la guilde des Gardiens de Sakya. Et j’avais donc remarqué qu’il y avait des montagnes au nord.

_____Tu vas commencer un long voyage à travers ces chemins. Ce voyage et les rencontres que tu feras te permettront d’avancer vers le chemin de ta destinée. Le chemin qui te mènera bien au-delà de ces montages et ces contrées. Ce voyage sera la clé.

- Ma destinée n’est-elle pas auprès des prêtres ?

_____Je crus longtemps que mon avenir était auprès d’eux. Comme mon père. Ma vie était si douce dans cette guilde, je m'étais fait des amis et avais élargi mon univers. Pourquoi ne pourrai-je pas rester avec eux ?

_____Il est vrai que tu possèdes toutes les qualités pour être prêtresse, et tu le resteras à jamais, jeune Elissane. Cependant, ta vie, ton destin n’est pas de rester éternellement auprès de ces prêtres et, crois-moi, ils le savent tous. Le chemin que tu prendras sera bien plus beau.

_____Je souris bien malgré moi. La voix de la jeune femme était si douce et pleine d’espoir que je ne pus que croire en ses paroles. L’idée qu’une vie pleine de joie m’attendait était en effet très agréable. Mais je me trompais. Ma vie ne serait pas que joie et insouciance.
_____Les images se modifièrent et des visages d’enfants jouant, riant, pleurant, utilisant la magie, des elfes, des fées, des humains, des sorciers … Tous ces enfants étaient heureux. Puis, les images s’accélèrent. Des maisons brûlées, des cris, des pleurs, du sang, des combats. Des scènes atroces défilaient devant moi. Le mal envahissait des peuples et des contrées qui m’étaient inconnus.
_____Je me sentais mal-à-l’aise. Que se passait-il ? Pourquoi le miroir me montrait tant de malheur ?
_____Les images cessèrent et le visage de l’esprit du miroir réapparut.  

_____Dans un avenir proche, tout ce que tu as vu s’accomplira et personne ne pourra rien changer à ces drames. Ta destinée est de venir en aide à ces peuples. Tu seras également le précurseur d’une nouvelle ère chez les fées.

- Elles m’ont rejetée, dis-je avec une pointe de honte et de tristesse.

_____Les fées sont ainsi. Elles sont jalouses, intrépides et insouciantes mais au fond d’elles, elles n’aspirent qu’à l’émerveillement qu’elles peuvent lire dans les yeux des autres espèces. Elles leur donnent de l’espoir. Il est vrai que depuis quelques générations, elles se sont détournées de leur but en ce monde. Chaque espèce à un rôle à jouer, Elissane, souviens-t-en. Tu guideras les fées vers le chemin qu’elles ont oublié.

- Mais vous l’avez dit vous-même, je ne suis pas une fée.

_____Tu ne pourrais pas me parler si ton destin n’était pas lié à celui des fées. Tu es à demi-fée, jeune Elissane. Toi qui as été rejetée par les tiens, toi à qui les fées ont refusé tant de secrets, tu seras la lumière qui illuminera leur chemin. Mais tu ne pourras le faire qu'une fois que ce premier voyage sera terminé.

- Cela veut-il dire que nous réussirons à sauver Gardok ?, fis-je enthousiaste.

_____Pendant un instant, l’esprit baissa les yeux et les releva aussitôt.

_____Tout ce que je peux te révéler est que ce voyage ne sera pas de tout repos. Ta rencontre avec cet homme sera plus pénible que tu ne le penses. Bien des choses se passeront. Je vois ta destinée, Elissane, et ton destin me dit que ce sorcier te permettra d’avancer à grand pas vers ton avenir.

_____Sa réponse ne me réjouit pas. Rien ne me disait que j’allais réussir et que j’en ressortirai indemne. Et Leoryn …

- Serai-je seule sur ce chemin ?

_____Tu ne seras jamais seule car tu es une fée et une humaine.

_____Une nouvelle fois, sa réponse ne me satisfaisait pas. Elle n’avait aucun sens.  

- Est-ce que Leoryn sera à mes côtés lors de mon deuxième voyage ?, demandai-je avec une légère pointe d’appréhension.

_____La jeune femme ne me répondit pas tout de suite. Leoryn était quelqu’un que j’appréciais, l’idée qu’il puisse m’accompagner sur le chemin de ma destinée m’était agréable. D’une certaine manière, je voulais qu’il reste auprès de moi. Avec lui, j’aurais pu accomplir n’importe quoi.

_____Celui que tu appelles Leoryn est courageux et juste. Je vois ta destinée et elle me murmure que ce jeune homme sera sur ta route, mais elle ne me dit pas quand vos chemins se sépareront. S’ils se séparent un jour … Je peux lire à travers toi, et je lis que tu tiens beaucoup à ce jeune homme alors... il te suffit de croire en vos destins croisés.

- Vous avez dit que je partirai de nouveau en voyage mais reverrai-je un jour ma famille ?

_____En posant cette question, je sentis mon cœur s’affoler. Aider les peuples était, certes, un destin formidable, mais s’il signifiait être séparée de ma famille pour toujours, je ne savais pas si j’en serais capable.

_____Comme je te l’ai dit, tu ne seras jamais seule. Ce qui veut dire que ta famille ne te quittera jamais.

_____Je voulus lui répliquer que ces réponses étaient dénouées de sens et que je n’y comprenais rien mais elle ouvrit soudain grand ses yeux.

_____Le jeune homme qui se prénomme Leoryn commence à perdre patience. J’ai bien peur qu’il fasse quelque chose d’interdit, c’est-à-dire entrer dans le cercle alors que je te parle. Nous allons être interrompues, je n’ai plus beaucoup de temps …

- Mais j’ai encore des questions, dis-je, désespérée et perdue.

_____Tu auras la chance de rencontrer d’autres miroirs aux fées avec d’autres esprits. J’en suis certaine car ton avenir est lié à celui des fées, sinon, tu ne serais pas devant moi. J’ai une question : es-tu prête à marcher vers ton destin ?

_____J’hésitai quelques secondes. Comment pouvais-je refuser ?

- J’accepte de suivre ce chemin.

_____Vas en paix, jeune Elissane. Que ton destin illumine les autres à jamais. Adieu !

_____Sa voix s’était faîte de plus en plus faible vers la fin de sa phrase et son ultime message fut comme un souffle. Je fus propulsée en dehors du cercle magique au moment même où ses paroles s'évanouirent.

Action : Se rendre au dîner

PS : Je n’ai pas remis le dialogue entre Elissane et Leoryn vu que j’ai beaucoup écrit ^^’parce que sinon ça faisait vraiment trop long et répétitif donc voilà. Et pardon je réponds vite mais comme j’avais du temps libre, ce qui devrais ne plus être trop le cas la semaine prochaine, j'ai posté ma suite. Je laisse à tes bons soins la suite ! Et bon courage

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin
Revenir en haut Aller en bas
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Mar 17 Sep - 14:39

Ce que lui raconta Elissane sur le chemin était terriblement confus. Leoryn ne savait quoi en dire et se sentait un peu perplexe. Il ne s'était déjà pas spécialement douté des dons de son amie, mais la voir si étrangement sereine ne le rassurait pas autant qu'il l'aurait voulu. Ils parlèrent tranquillement jusqu'à arriver à la porte de la grande salle.

- Si l'esprit t'a prédit un destin hors du commun, c'est que tu le vivras.
- Je n'en suis pas si sûre, parvint à dire la jeune fille, mais je vais tenter ma chance.
- Et je serai là pour t'aider, lui dit son ami avec un sourire confiant.

La jeune fille savait qu'elle pouvait compter sur lui. En repensant aux dernières paroles de l'esprit, ses joues s'empourprèrent quelque peu...

**

Le dîner s'était déroulé sans encombre aucune. Les personnes présentes les avaient encouragées et leur avaient fourni un nombre incalculable de conseils, pas tous si précieux.

Leoryn en avait profité pour discuter avec ses parents qu'il avait rassurés. Elissane avait alors ressenti un léger pincement au cœur : elle aurait également bien voulu revoir sa famille avant de partir et de suivre la route qui la mènerait vers son destin. D'un geste de la main, elle avait fait comme si elle effaçait ces sombres pensées et avait essayé de prendre part aux conversations avoisinantes. Elle avait même réussi à rire quand un gardien s'était laissé prendre au piège par un enfant nain, rejeton d'un des représentants nains invités ce soir.

Cette chaleureuse ambiance l'avait réconfortée et elle était allée se coucher avec un sourire aux lèvres. Demain allait être une longue journée et elle devrait être en forme.

PS : ton texte était génial, j'ai adoré le dialogue avec l'esprit =)
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Jeu 19 Sep - 13:37

_____Je me réveillai avant l’aube. J’avais rêvé des fées. De ce peuple dont je ne savais presque rien. Les paroles de l’esprit du miroir raisonnaient encore dans ma tête et j’en souris. Le sentiment d’apaisement que j’avais ressenti quand elle m’avait parlé me manquait. Une irrésistible envie de retourner voir cette femme effleura mon esprit.  Mais je devais partir. Aujourd’hui, mon premier voyage commençait.

_____Je sortis de ma chambre après m’être débarbouillée, terminai de préparer ma sacoche et pris le sac en toile que m’avait prêté Leoryn. Je n’avais pris que le strict minimum en quittant les prêtres mais Leoryn avait demandé à une femme de me fournir tous les vêtements de rechanges nécessaires. Alors que je déambulais dans les couloirs, les serviteurs de la guilde étaient déjà au travail tandis que les membres les plus courageux se levaient tranquillement, sans doute pour aller s’entraîner. Le ciel commençait à s’éclairer quand je sortis à l’extérieur. Je respirai ce bon air frais qui annonçait une belle journée.

_____Je retrouvai Leoryn près des écuries comme convenu la veille au soir. Ce dernier était déjà sur place et s’attelait à charger les chevaux. Ces animaux n'étaient pas autorisés dans notre guilde ; mon maître disait : "C'est en marchant, en sentant l'herbe sous nos pieds qu'un prêtre est le mieux." Je pris l'habitude de faire tous mes déplacements à pieds depuis mon entrée dans la guilde. Certes, je savais monter car mon père me l'avait appris mais je n'étais pas spécialement à l'aise. Voyant que Leoryn insistait pour que l'on fasse le voyage avec ces nobles animaux, je finis par capituler. En le regardant caresser doucement la tête des chevaux pour créer un lien de confiance, je souris. Leoryn n'était pas seulement courageux et juste, il était tendre.

- Elissane !, fit Leoryn en me souriant de toutes ses dents. Bien dormi ?

_____Une douce chaleur m’envahit et je mis quelques secondes avant de répondre.

- Oui très bien et toi ?, demandai-je en me rapprochant de mon destrier.
- Mon père m’a parlé pendant des heures après ton départ. Et j’étais tellement heureux de partir en mission que je n’ai presque pas dormi. Mais pas d’inquiétudes : je te protégerai quoi qu’il arrive !

_____Je souris à ses paroles tandis qu’il finissait de serrer la selle de son cheval. Puis il vint m’aider à accrocher l’ensemble de mes affaires. C’est quand il me tendit la fine épée de la veille que je tressaillis. Les images du miroir ressurgirent de ma mémoire.

- Je sais ce que tu penses et, crois-moi, j’aimerais ne pas te la donner. Mais nous n’avons guère le choix, dit-il en accrochant l’épée sur ma selle.

_____Nous discutâmes un moment de la soirée de la veille en attendant le maître Clite qui voulait nous donner quelques derniers conseils avant le départ.

Action : attendre le maître avant de partir.


PS : Merci pour ton commentaire! Ezla m’a également dit que mon texte était bien. J’ai juste remarqué que j’avais fait deux trois répétitions, c’est dommage. Bon, mon texte est plus court cette fois, je ne voulais pas aller trop vite ^^

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin
Revenir en haut Aller en bas
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Sam 28 Juin - 15:35

_____Lorsque le Maître arriva, il ressemblait à n'importe quel père de famille s'inquiétant pour son fils avant sa première mission. Habillé légèrement, sans aucun signe distinctif qui pourrait trahir sa richesse ou son immense pouvoir, il se montrait homme. Sans cesser de s'approcher, il échangeait un regard intense et éloquent avec son fils, un regard empli de conversations silencieuses. Elisane pouvait lire l'attente dans ce regard, mais aussi la peur et l'inquiétude. Voir la culpabilité.

_____Leoryn salua son père, aussitôt imité par son amie, puis l'intéressait se planta devant eux durant quelques secondes. L'air palpitait.

« -Gardok... Gardok était quelqu'un de bien, avant. Je le connaissais. », entama le Maître. « Il n'est pas du genre à perdre la raison suite à une attaque de bandits. » Il haussa les épaules d'un air gêné, conscient que cette simple attaque de bandits avait tout de même coûté la vie à toute sa famille. « Il n'est pas lui-même. Je suis sûr qu'il est possédé par une sorte d'esprit malveillant. Si ça ne tenait qu'à moi, j'irais régler son compte en personne, mais... J'ai une dette envers lui. » Il plongea son regard dans celui d'Elissane. Un regard profond et suppliant. « Sauvez-le. », dit-il simplement.
« -Vous pouvez compter sur nous. », dit-elle sans vraiment réfléchir. C'était son devoir, après tout.
« -Méfiez-vous de lui. Nous ne savons rien de l'étendue de ses pouvoirs. Le trouver ne sera pas difficile. Mais le contraire ne serait pas étonnant. »

_____Il hésita. Cela crevait les yeux qu'il avait encore mille autres choses à dire, mais il s'abstint.

« -Les Dieux vous bénissent. », dit-il en prenant son fils dans ses bras. « Toi aussi, ma fille. »

_____Il leur rappela des conseils qu'ils avaient déjà entendus des millions de fois, puis les pressa à monter à cheval. Le temps pressait. Mais Elissane ne monta pas tout de suite. Tout allait trop vite. Quelque chose n'allait pas. Elle le sentait. Elle avait l'impression, l'intuition qu'il lui manquait quelque chose... Pourtant ils n'avaient que trop tardé. Il fallait partir. Elle sentait le poids du regard sur elle. Leoryn la pressait de monter, tout comme son père. Il fallait partir.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.



Dernière édition par Anaël le Jeu 10 Juil - 16:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Jeu 10 Juil - 12:11

Je devais partir. Tout mon corps me poussait à monter sur mon cheval. Mon esprit en décida autrement. Comment pouvais-je partir alors que je venais d’apprendre que le maître Clite avait une dette envers Gardok ?
    Mon maître et le père de Leoryn étaient de vieilles connaissances. Le maître Clite avait confiance en mon maître et le contraire était tout aussi vrai. Et, mon père voué une grande admiration pour le père de Leoryn et j’étais certaine que ce sentiment était réciproque.
    Confiance. Admiration. Dette.
    Tous venaient de mettre leurs espoirs entre les mains de Leoryn et des miennes. Notre mission était dangereuse pour un jeune gardien et une jeune prêtresse.
    Ils avaient confiance en nos capacités. Notre lignée était admirée, mon père auprès des fées et des prêtres, le père de Leoryn vis-à-vis des hommes et des gardiens. La dette qu’avait le maître Clite envers Gardok, c’était Leoryn et moi qui allions la rembourser.
    Mon père connaissait-il Gardok ? J’en doutais. Mais il connaissait Misjah Clite. Voilà pourquoi il n’avait pas émis une quelconque opposition quand je lui avait annonçé mon départ pour la Guilde des Gardiens de Sakya sur ordre de notre maître.

    Leoryn, déjà sur son cheval, semblait contrarié par mon hésitation à faire de même. Pensant très certainement que la peur m’avait envahi, il talonna son cheval dans ma direction et tendit le bras vers mon épaule. Un geste qui fut stoppé net dans son élan.

- Quel est le vrai nom de Gardok ?, demandai-je soudainement.

    Le père de Leoryn parut à moitié surpris par ma question.

    Gardok était un puissant sorcier. Un homme rongé par sa soif de vengeance. Anéanti par la tristesse. Le soldat qui l’avait combattu était enveloppé par une aura des plus sombres, preuve que Gardok détenait un pouvoir qui nous dépassait. En y réfléchissant, je ne pouvais oublier le fait que ce sorcier bien que malfaisant, avait été quelqu’un de bien d’après les dires des uns et des autres. Comment un homme pouvait-il succomber si facilement aux ténèbres ? Comment Gardok avait-il pu acquérir autant de puissance ?
    Peut-être l’avait-on poussé dans cette direction. Peut-être que Gardok n’était qu’un pantin. Ou peut-être que je ne cherchais qu’une excuse pour me réconforter. Je voulais croire que cet homme n’avait pas choisi le mal pour blesser, détruire et voler des vies innocentes.

    Le maître Clite toussota et je vis du coin de l’œil que Leoryn attendait lui aussi une réponse de son père.

- Pourquoi prétends-tu que ce n’est pas son vrai nom ?
- Un homme de bien qui a vu mourir sa famille meurt avec elle. Afin de préserver celui qu’il était jadis  – car l’homme de bien qu’il était n’aurait jamais accepté sa conversion – il était préférable pour lui de changer d’identité.

    « Scellant à jamais son choix », pensai-je.
    Je n’en dis pas davantage car Leoryn et son père n’étaient pas simples d’esprit. Ils avaient compris mon raisonnement.

- Il est préférable, jeune fille, que je ne te révèle pas sa véritable identité. Je ne veux pas ternir l’homme qu’il était …

    Le maître Clite en resta là. Je savais que je ne tirerai plus rien de lui.
    Il était temps de partir.
    Avec le sentiment que nous partions sans savoir réellement ce qu’il nous attendait, je montai sur mon cheval et quitta la ville aux côtés de Leoryn.
    Notre mission commençait.

Action : partir au loin
Intention : chercher Gardok

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin
Revenir en haut Aller en bas
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Jeu 10 Juil - 16:55

_____Tout bien réfléchi, la question semblait évidente :

"-Comment trouve-t-on Gardok ?", avait-elle demandé.

_____Leurs chevaux étaient lancés au triple galop depuis de longues minutes déjà, mais Elissane n'avait aucune idée de la direction qu'ils prenaient ni pourquoi ils l'avaient choisie. Logiquement, ils auraient dû faire route vers le Nord-Est, la ville de Carvincal où le sorcier avait été aperçu pour la dernière fois, mais en lieu et place ils filaient plein Est, s'éloignant toujours plus des montagnes escarpées (qu'ils avaient eu un mal fou à descendre) abritant le mythique hall de guilde. Une forêt se dessinait au loin, à quelques heures de là. Elle était sombre, moche, et ne semblait vraiment pas très accueillante. Étant donnée leur direction actuelle, c'était là qu'ils se rendaient. Brrr...

"-C'est facile !", dit Léoryn avec un sourire. "Tu ne le sens pas ? Il dégage une énergie tellement malveillante qu'on pourrait le repérer à des kilomètres !"

_____Ce n'était pas franchement une bonne nouvelle. En gros il était très très puissant. Et méchant aussi. Si puissant et méchant qu'on pouvait le sentir d'ici. Elissane se concentra, essayant de capter les énergies aux alentours, mais elle ne sentit rien d'autre que la présence réconfortante de son compagnon. Elle se concentra davantage. Les pulsations de son cœur, son inquiétude et sa confiance, les sentiments naissants et incertains qu'il éprouvait envers elle... Elle essaya de se désintéresser de lui. La respiration des chevaux, lente malgré la vitesse de la course, le frémissement des arbres dans la plaine, le bruissement du vent... Elle ne ressentait aucune énergie négative. Rien, rien qui ressemblât à ce qu'avait dit Léoryn. Elle gratifia celui-ci d'un regard consterné qu'il ne détecta pas, trop concentré qu'il était à scruter la forêt qui se rapprochait décidément trop vite.

"-Je ne sens rien !", avoua-t-elle : "Comment tu fais ?
-Qu'est-ce que tu sens ?", lui demanda-t-il sans réponse.

_____Elle lui expliqua. Il resta silencieux quelques instants puis conclut.

"-Tu es trop concentrée sur les alentours, tu t'intéresses trop aux détails, dans un périmètre beaucoup trop restreint."

_____Ils étaient obligés de crier pour s'entendre du fait de la course.

"-Il te faut une vision plus large, en demi-cercle. Qui englobe tout ce qui se trouve devant toi. Ne t'intéresse pas aux animaux ni aux plantes, juste aux discontinuités. Cherche les ruptures. Si tu ne sens rien d'anormal alors il ne devrait pas y avoir de grands méchants dans la zone."

_____Il marqua une pause :

"-Les Gardiens se sont entraînés à détecter le mal. Il nous faut pouvoir démêler le vrai du faux, et intervenir en cas de problèmes. Mais pour ça il faut déjà savoir qu'il y a un problème ! La perception du mal à grande distance est donc une faculté indispensable à n'importe quel Gardien. Mais toi, une prêtresse, tu te concentres d'avantage sur le mal qui frappe ton prochain, pour mieux pouvoir le soigner. C'est peut-être pour ça que tu vois ce qui nous entoure avec autant d'acuité et que tu échoues en ce qui concerne les horizons plus lointains. Mais ne t'inquiète pas : on se complète ! Tant qu'on restera ensemble, il n'y aura aucun problème. Tu verras."

_____Elissane fut rassurée, d'une certaine manière... Elle était vraiment heureuse qu'il soit là, avec elle, quelqu'un sur qui compter. N'empêche qu'elle n'avait pas encore "échoué" comme il disait vu qu'elle n'avait pas véritablement essayé. Pas comme il fallait tout du moins. Elle réfléchit. La forêt n'était plus qu'à quelques dizaines de minutes désormais. Les discontinuités. Tout bien réfléchi, peut-être que son analyse était vraie. Elle s'était habituée à ne se concentrer que sur une personne en particulier jusqu'alors. C'était cette faculté qui lui convenait le mieux. Alors pourrait-elle ouvrir une vision plus large ? Elle ne saurait pas sans avoir essayé.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Jeu 10 Juil - 18:26

Je continuais de réfléchir à cette nouvelle faculté qui me serait certainement utile à l’avenir quand nous arrivâmes à l’orée de la forêt. Cette dernière était plus froide que je ne l’avais cru.
    Les arbres faisaient peur à voir, les larmes - bien malgré moi - me montèrent aux yeux. J’étais habituée à de beaux paysages, à de belles forêts. Ces arbres étaient malheureux, ça je pouvais le ressentir. Seuls, perdus, abandonnés par l’essence même de la forêt. Elle avait perdu sa vitalité, son réconfort. Elle qui devait être un refuge pour les animaux et les créatures du monde.
    Les fées aimaient les forêts. La plupart des familles vivaient dans des bois, ou encore en groupe ou bien seul. D'autres comme mon père, choisissaient de vivre parmi les hommes, les sorciers et que sais-je encore. Mais, je ne sentais pas la présence d’une fée dans cette forêt.
    Machinalement, j’avais ralenti l’allure de mon cheval, Leoryn avait fait de même cependant, il restait surpris par mon attitude. Je décidai de l’éclairer.

- Je ressens une énergie, Leoryn, mais pas celle de notre sorcier. Celle de la forêt. Elle me semble habitée par un mal qui doit être là depuis bien trop longtemps.  

    Mon ami hocha la tête. Visiblement, il me croyait sur parole. Lui, ne devait rien ressentir. Il ne voyait pas que la forêt était en proie à une incommensurable tristesse. Un terrible sentiment de trahison.
    Je sentais notre environnement, lui, sentait bien au-delà. Harmonie ou divergence ? Le temps nous le dira.

- Connais-tu cette forêt ?
- Disons … que j’en ai entendu parler, dit-il en se grattant la tête.

    Alors, il n’y était jamais allé. Génial. Notre mission commençait bien. Nous allions nous engouffrer dans un endroit inconnu et une irrésistible envie de prier pour notre traversée m’envahit.
    « Que les dieux nous protègent », pensai-je simplement.

- Y a-t-il des créatures dont nous devrions nous méfier ?, demandai-je avant de m’aventurer au-delà de ces arbres.
- Mmmh, si je me souviens bien, j’ai entendu dire qu’il pouvait y avoir quelques traqueurs –épineux et venimeux, j’entends – peut-être quelques farfadets et après, rien qui pourrait nous ennuyer, fit-il en haussant les épaules.
- Tu me protégeras bien sûr, lui fis-je dans un clin d’œil.

    Leoryn parut quelque peu gêné mais je ne lui laissai pas le luxe de répondre. Déjà, j’entrai dans la forêt.
    Mon cœur palpita. La magie régnait en maître et l’air me sembla plus glacial. Le bruissement des feuilles et la lumière qui pénétrait à travers les branchages auraient dû me prouver que la forêt était pleine de vie. Je devais me sentir chez moi. Mais cet environnement m’apparût aussi froid que la glace. Aussi sombre que les ténèbres.
    Ma sphère choisit ce moment pour briller. L’intensité lumineuse était si forte que des rayons  jaillissaient de part et d’autre de mon sac. Elle éblouit Leoryn et la forêt, seule source de lumière qui ne semblait pas ternir par les noirceurs d’un quelconque mal.
    Ma sphère était mon seul lien vers l’extérieur. Et ma seule réelle malédiction car, je ne pouvais sauver tout le monde.

Action : Prendre la sphère magique et regarder


PS : Tu réponds vite, c'est bien ^^, ha ha. Du coup je me suis permise d'écrire la suite

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin
Revenir en haut Aller en bas
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Jeu 10 Juil - 20:46

Techniquement Léoryn perçoit aussi ce qui est proche de lui mais il ne voit que les discontinuités, comme par exemple la présence d'un très puissant magicien. Du coup il ne se rend pas vraiment compte de l'ambiance morbide de la forêt qui l'environne puisque celle-ci l'englobe continûment.

_____La sphère magique réagit violemment. C'était la première fois qu'elle dégageait un éclat aussi puissant. Soucieuse et inquiète, la jeune fille plongea ses yeux gris et profonds dans l'éclat aveuglant de la sphère cristalline. Grâce aux dieux, elle ne vit pas Léoryn. Mais la personne qu'elle vit lui fit froid dans le dos. La sphère ne lui montra pas la personne, pas directement, mais elle lui montra les blessures dont elle souffrait. Insurmontable. Elissane se sentit assommée, accaparée par une tâche qui lui semblait beaucoup trop lourde à porter. Avec des blessures de ce niveau-là, qui déchiraient l'âme même de cette pauvre créature - car on ne pouvait pas dire qu'il fut proprement humain - ils auraient dû envoyer les meilleurs guérisseurs, si ce n'était le Grand Prêtre ; pas elle, Ellissane Lee Mary... Que pouvait-elle face à tant de malheurs ?
"-Tu vas bien ?"
_____Oh, Léoryn... Elle se souvint qu'elle n'était pas seule. Elle reprit confiance. Oui, à deux, ils étaient plus forts. Elle ne savait pas encore comment elle parviendrait à sauver cet homme mais une chose était sûre : elle n'allait pas abandonner avant d'avoir essayé. Elle avait fait tout ce chemin, elle avait la confiance de son maître et puis du sien, non, c'était hors de question. La détermination prit la place du doute. Elle replongea les yeux dans les visions que lui montrait sa sphère, avec la ferme intention d'étudier plus en détail ces blessures pour trouver un moyen de les soigner. Pourtant, les blessures changèrent. Un bref instant. Un millionième de seconde. Un visage. Quelqu'un était sur le point de mourir. Et ce visage... Mais l'image s'effaçait, remplacée par l'inventaire perturbant des blessures de Gardok. Le visage blême, elle savait qu'elle ne pouvait plus rien faire pour cette personne qu'elle avait vue mourir - était-elle vraiment morte ?
"-C'est par là." Dit-elle avec assurance.
_____Léoryn la suivit sans rien dire. Inquiet, il finit par demander ce qu'elle avait vu. Ses blessures. Voilà ce qu'elle avait vu. Il fallait qu'elle réfléchisse aux techniques qu'elle pourrait utiliser pour essayer de soigner ceci. les soulager. Elle fit l'inventaire de ses compétences, des prières qu'elle maîtrisait parfaitement, sans oublier les deux potions de guérison qu'il lui restait, mais elle doutait que ce serait suffisant pour soigner ça. Avec amertume, elle prit conscience que ses pouvoirs étaient on ne peut plus limités, mais ce n'était pas maintenant qu'elle allait flancher, elle... Léoryn s'était arrêté. Curieuse, elle suivit son regard inquiet et comprit immédiatement. Ce... Ce n'était. Son cœur rata un battement. C'était noir, et jaune à la fois. Une voûte de pierre silencieuse, une porte ouvrant sur un autre monde, avec des dessins mouvants, des motifs qui se dessinaient puis s'effaçaient dans une encre jaune et invisible, telle un flux incessant qui connectait les deux mondes.
"-C'est..." Commença Léoryn.
_____C'était impossible. Un miroir de fées ?! Pourtant, elle n'avait pas senti la présence de fées dans cette forêt. Se serait-elle trompée ? Comme hypnotisés, ils descendirent de leur chevaux et se rapprochèrent à pieds. Le flux jaune était mouvant, fascinant. Ils s'arrêtèrent à une distance respectable, toutefois. De là, elle pouvait la sentir. L'énergie faiblarde qui émanait, éclipsée par un mal grandissant. Elle fut saisie par une impression terrible, une intuition fulgurante qu'elle ne put définir. Elle avait... Elle avait l'impression que le miroir essayait de lui parler. Il l'attirait. Indéniablement. Pourtant, elle ne pouvait savoir s'il représentait un danger malfaisant ou s'il était en peine, attendant d'être sauvé. Elissane était en pleine hésitation, et Léoryn ne semblait pas manifester la présence du danger. Peut-être... peut-être que... Devrait-elle lui parler ? Elle consulta de nouveau la chevalière. Cette fois-ci, c'était très net. Le visage qu'elle avait vu dans une image subliminale lui apparut. La fée. C'était son visage. Elle semblait savoir qu'Elissane la regardait puisqu'elle se fit suppliante. "Aidez-moi." La phrase raisonnait dans sa tête bien que personne ne l'avait prononcée.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Mer 13 Aoû - 19:24

_____Aidez-moi.
_____Ce fut à cet instant que je fus transportée dans un autre monde.
_____Le miroir m’avait attirée, aspirée en lui. Rien ne se trouvait autour de moi excepté un univers noir et ces étranges flux ocres. La fée y était également ou plutôt … son corps et son esprit. Le corps de la fée était inanimé, allongé dans cette étrange dimension, il était englobé par une aura sombre. Je n’étais qu’à quelques mètres d’elle mais je pouvais sentir la magie malfaisante qui engloutissait la fée aux cheveux rouges. Cette dernière avait néanmoins réussi à projeter une partie de son esprit hors de son enveloppe charnelle pour communiquer et trouver une solution.
_____Et ce fut moi qui apparus devant elle.
_____Son esprit était translucide. Il disparaissait petit à petit. Je pus lire dans ses yeux combien elle souffrait. Je devais lui venir en aide mais quelque chose me perturba. Un rapide coup d’œil à mon propre corps me permis de confirmer mon inquiétude : j’étais translucide, moi aussi. Je me retournai pour vérifier si ce que je pensais était fondé. Derrière moi, je ne vis qu’un cadre lumineux, c’était presque aveuglant. Il m’était donc impossible de constater si oui ou non mon corps était resté de l’autre côté. Je ne pouvais qu’espérer que Leoryn ne s’inquiétait pas trop et que je n’en aurais pas pour très longtemps.
_____Tout en me retournant vers la fée, j’analysai la situation. Seul mon esprit et ma sphère cristalline avaient traversé le miroir. Mais en était-ce réellement un ? Il n’avait rien à voir avec celui de la guilde de Leroyn. J’observai l’esprit de la fée ; elle flottait au-dessus de son corps et ne semblait plus avoir la force de parler.
_____Sans plus me poser de questions ou me préoccuper du fait que je ne marchais pas sur un sol, je m’avançai vers le corps de la fée. L’aura magique était de plus en plus forte à mesure que je me rapprochais. Et, tout en m’agenouillant près d’elle, je tentai de communiquer.

- Que vous est-il arrivé ?

_____L’esprit me dévisagea et plissa le front comme si elle essayait de me comprendre. Elle baissa la tête en signe de résignation. Je ne pouvais donc pas lui parler …
_____Je ne me laissai pas abattre pour autant, je pouvais sauver cette jeune fée sans la questionner !
_____Ma sphère se plaça automatiquement au-dessus du corps et elle brilla d’une intense luminosité. Je pus ainsi contempler les dégâts causés à la fée.
_____Seul mon courage me permit de ne pas hurler.
_____L’aura était bien plus sombre et terrifiante que ce que j’avais pu imaginer. La personne qui lui avait infligé cette horreur ne pouvait pas être quelqu’un de bien. C’était un monstre.
_____L’aura était bien plus malsaine que celle qui englobait le soldat qui avait combattu Gardok. Bien plus sombre que celle qui possédait Gardok. Ce dernier ne devait être qu’une victime. Quelqu’un de bien plus térifiant était à l’origine de cette magie noire. Et durant un instant, je faillis baisser les bras. Comment Leoryn et moi pouvions arrêter Gardok et, comment expliquer aux royaumes qu’une menace bien plus grande et dangereuse que ce terrible sorcier planait sur nous, sur tous les peuples ?
_____Ce fut les paroles de l’esprit du miroir de la guilde des Gardiens de Sakya qui me redonnèrent du courage.

_____Ta destinée est de venir en aide à ces peuples.

_____Je sauverai Gardok et cette jeune fée. Je soutiendrai n’importe quel peuple. Ce n’était pas le moment de reculer ou d’avoir peur. Je m’occuperais de mes craintes plus tard.
_____Mon pouvoir de prêtre guérisseur faisait son travail et je pus localiser l’origine du mal de la fée aux cheveux rouges. Pour la sauver je devais soigner son cœur. Mon maître disait qu’il était l’endroit où tous nos sentiments naissaient. Il était le moteur de notre conduite. Il transmettait nos instincts à notre esprit qui lui dictait notre attitude, nos mouvements. Le cœur et l’esprit étaient donc deux parties délicates à soigner. L’esprit de la jeune fée n’était pas encore touché, pour le moment. Ma sphère brillait d’un tel éclat que je compris que je devais faire vite. Je portai mon regard une dernière fois vers son esprit pâle. Je pouvais à peine distinguer ses contours.
_____Je n’avais plus de temps à perdre.
_____J’apposai mes mains au-dessus de son corps mais mes sortilèges ne semblaient pas pouloir fonctionner. Je n’étais pas assez puissante.
_____En tant que prêtresse, je n’avais plus qu’une solution. Vu que ma puissance magique héritée de mon père ne suffisait pas, je devais m’en remettre à la prière. Je devais invoquer un dieu. Non. Pas n’importe lequel : ma déesse protectrice. Serrah, déesse mère de l’Amour. La plus difficile à invoquer. Cette déesse insaisissable était pourtabt  la mieux placée pour me venir en aide. Je devais faire preuve d’un dévouement implacable et d’un amour incommensurable envers autrui pour prétendre l’appeler, pour qu’elle écoute ma prière.
_____Je n’ai jamais su ne serait qu’une fois la prier convenablement. Mes aînés, eux, ont parfois réussi à obtenir une partie de son pouvoir. Bien qu’elle ne soit jamais apparue complètement devant eux, j’étais la première à échouer totalement. Pourtant, je n’avais guère le choix ; pour sauver cette fée, je devais faire appel à une déesse puissante, Serrah et personne d’autre.
_____Je respirai lentement. Ma détermination était à présent sans limite. Il était temps pour moi de faire mes preuves. Mi-humaine, mi-fée. J’appartenais aux deux peuples. L’être allongé devant moi faisait partie d’un de ces peuples. Gardok, avant d’être initié à la magie noire, était un humain, et j’étais à moitié humaine. Peu importait qui était derrière ces malheurs et cette aura aussi sombre que la nuit, il avait commis une erreur ; il ne faut jamais sous-estimer le lien unissant les peuples. Etant une sang-mêlé, je devais lui montrer que nous ne reculerions devant rien, pas même lui.
_____Je me levai et les bras grands ouverts vers l’infini univers qui s’étendait devant moi, je lançai mon doux chant, ma chère prière, vers Serrah.

_____Serrah.
_____Déesse de l’Amour.
_____Protectrice des malheureux.
_____Espoir des cœurs meurtris.
_____Lumière dans les Ténèbres.
_____Vent chatoyant.
_____Entendez cette prière.


Action : invoquer la déesse Serrah
Intention : sauver la fée aux cheveux rouges


Bon j'espère que ça ira, et bon séjour à l'université de Brighton

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin
Revenir en haut Aller en bas
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Jeu 14 Aoû - 1:06

_____Lorsque la déesse répondit, un mélange indescriptible de sentiments confus s'empara violemment d'elle. Elle comprit alors ce que c'est que l'Amour. Ce n'est pas quelque chose qui peut s'exprimer avec des mots, pas plus que ce n'est une notion unique et délimitée. L'Amour ne connait pas de limite. C'est cette curieuse mixité, puissance pure, chose qu'il faut avoir ressentie au moins une fois pour la comprendre. Personne ne peut parler de l'Amour : il se vit, il se ressent, il se partage. Et que Serrah daigne joyeusement partager cette connaissance avec elle, qu'elles ne fassent qu'un pendant cette courte expérience hors du temps, qu'elle veuille bien lui révéler cet amour ne serait-ce que pour une seconde, d'accéder à la Vérité remplit Elissane d'un bonheur si intense et insoupçonnable qu'elle faillit en mourir. Là était toute l'importace des Prêtres. Le pouvoir d'invoquer les Dieux, c'était quelque chose d'absolument extraordinaire !

_____La Déesse lui sourrit. Elle était là, elle n'avait pas de corps, mais Elissane savait qu'elle souriait. Elle souriait parce qu'elle l'aimait ; inconditionnellement et totalement ; elle aimait toute créature de cette Terre, c'était incompréhensible et pourtant si simple, si... Divin. Se rapprocher des Dieux cause la mort des mortels, voilà pourquoi les prêtres limittaient aux maximus ce genre d'interventions. Malgré ça, Elissane ne sentit aucun danger, rien que l'amour. Ce sentiment, si extrême au début, disparut lentement, graduellement, pour laisser place à une absence au goût amer. Elissane ne fut pas triste. Pas plus qu'elle ne se sentit vide. Au contraire, elle avait accompli quelque chose. Et ce fut dans une joie euphorique et incrédule qu'elle constata que l'aura magique avait totalnt disparu, que l'esprit et le corps de la fée s'étaient de nouveau réunis et que, sans grande surprise, la créature magique était totalement hors de danger.

_____Le coeur léger, avec ce vague sentiment d'être protégée par la Déesse, Elissane se laissa être expulser de cet entre-deux-mondes étrange et sans formes, sans contours. Le sentiment de sécurité cessa aussitôt.

_____Elle mit du temps à comprendre la situation. Elle ressentait une faible douleur dans son dos et avait légèrement mal au coude. Les arbres s'étiraient en nombre jusqu'au ciel, défiant le domaine des Dieux de leur hauteur maléfique et vertigineuse, absorbant le gros des rayons du Soleil et émettant une sorte d'aura maléfique, intentions clairement meurtrière envers ceux qui ont le courage de les déranger. Alors elle se rendit compte qu'elle était tombée en arrière. Sur Léoryn. Celui-ci, l'aillant vue se diriger irrésistiblement vers ce qui semblait de plus en plus être un portail, avait fait de son mieux pour l'empêcher de le traverser entièrement. Raison pour laquelle la jeune fille lui était tombée dessus après que tous les muscles de son corps se soient relâchés.

_____Ce qui n'expliquait pas la présence des innombrales squelettes qui avaient littéralement envahi les lieux et qui les encerclaient, les menaçant avec leurs épées, lances, arcs et flèches faits d'os. Mages squelettes, guerriers squelettes, archers squelettes, toute une armée leur faisait face, de tous les côtés, avec tout l'arsenal en os qui allait avec.

Hey, merci :). Bon, pendant que tu soignais cette fée, une grosse centaine de squelettes en tous genres est arrivée dans ce monde en traversant le portail. Ils n'ont pas l'air très agressifs pour l'instant mais ça risque fort de ne pas durer : trouve un moyen de t'échaper ! Bien sûr vous n'affrontez pas ces squelettes (suicide) mais tu peux profiter du fait qu'ils n'aient pas de cerveau, d'une intervention fortuite d'une créature de la forêt (traqueur, loup des bois...), ou encore du "sacrifice" héroïque de ton compagnon qui t'ouvre un passage dans cette marrée d'os somehow et reste derrière pour les affronter et te permettre d'enfuir... Ou n'importe quoi, peu importe ! Mais évite de te blesser : pour une raison quelconque qui n'est PAS connue de ton personnage, les attaques ne t'inquiète pas, un peu comme si la présence protectrice de la Déesse de l'Amour (ou peut-être Pessu) ne s'était pas encore totalement dissipée. Bref tu as une chance extraordinaire et c'est également valable pour Léoryn. 'ala, enjoy :).

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Jeu 14 Aoû - 20:22

_____Cette situation ne se présentait pas bien. Nous étions littéralement encerclés.
_____J’aidai Leoryn à se relever. Au vu de son teint blafard et de son souffle court, j’en déduisis qu’il avait dû se faire un sang d’encre. Que s’était-il passé ? Qu’étaient ces squelettes, et d’où sortaient-ils ?

_____Pourtant, je me sentais sereine, apaisée. L’expérience que je venais de vivre était unique. Je ne la vivrai pas deux fois. Ce moment m’appartenait pour toujours. Serrah était une Déesse incomparable, je l’avais ressenti dans toutes les fibres de mon être. Elle pouvait faire fondre les cœurs les plus durs, faire renaître l’espoir  même plongé dans les ténèbres. Elle était Amour. Ce simple mot la caractérisait. Je ne pouvais –et je ne devais – pas employer un autre terme. Et, comme si je partageais encore une partie de mon esprit avec le sien, je la remerciai de m’avoir écoutée.
_____Elle m’avait rendu plus forte.

_____Leroyn me prit la main et d’un mouvement rapide de la tête, m’indiqua les chevaux derrière l’armée de squelette.
_____Il me chuchota à l’oreille :

- Je veux que tu prennes mon cheval et que tu ailles le plus loin possible. Il est le plus rapide de tout le royaume, les squelettes n’auront pas le temps de te rattraper.
- Et toi que vas-tu faire ?

_____Le contact de la paume de Leoryn contre la mienne était chaud, agréable. Des picotements traversèrent mes doigts quand il raffermit son emprise.

- Je te l’ai pourtant dit, Elissane. Je te protégerai même si je dois le payer de ma vie. Ces squelettes ne toucheront pas à un seul de tes cheveux.

_____Nos regards ne se croisaient pas mais d’une certaine manière nous étions connectés. La détermination de mon ami d’enfance était sans limite. Il n’avait pas peur et il faisait ce qu’il lui semblait le plus juste. Sa vie, à ses yeux, n’avait pas de prix comparé à la mienne. Leoryn était la personne la plus humble de ma connaissance –excepté les Prêtres. Son cœur était pur. Je ne pouvais me résoudre à l’abandonner. Cette bande de squelette ne m’effrayait pas non plus. Serrah devait encore me protégeait un peu … peut-être. J’étais simplement différente. A moins que ce ne soit la présence de Leoryn … Son courage, sa force. La façon qu’il avait de me protéger.

- Vis, Elissane.

_____Un squelette se décida à attaquer, il leva son épée au-dessus de son crâne et se rua sur Leoryn. Ce geste était dénoué de sens. Mon compagnon lâcha ma main et para l’attaque stupide du squelette avant de lui donner un coup qui l’éparpilla en plusieurs os sur plusieurs mètres.  

- Je vais te dégager un passage. Profites-en pour fuir !

_____Non. Je ne devais pas le laisser derrière.
_____Affronter ces êtres d’os était pourtant suicidaire. Leurs attaques étaient certes irréfléchies mais, en groupe, elles devenaient imparables et meurtrières. Leoryn n’aurait aucune chance de survivre à ce flot d’attaque.

_____Alors que je m’apprêtai à lui venir en aide, une sphère lumineuse apparut au milieu de nous et une voix résonna dans mon esprit.

_____Je vais les distraire. Ces créatures ont traversé mon portail, moi qui en suis la Gardienne, par ma faute ils risquent de briser l'harmonie que je protège.

_____C’était la fée ! Je voulus me retourner vers le portail – puisque apparemment, c’en était un – mais ne le pus. Le temps s’était comme arrêté autour de moi, plus personne ne bougeait. Leroyn et les squelettes étaient figés et tout était … gris. Quel était donc cette capacité ?
_____La silhouette de la fée aux cheveux rouges se dessina devant moi. Elle portait une robe blanche où d’étranges filaments dorés virevoltaient autour de cette dernière.

_____Je te remercie de m’avoir sauvée, jeune prêtresse. C’est à mon tour à présent de te venir en aide. Fais-vite car je ne pourrais pas les retenir bien longtemps, ma magie n’est pas encore entièrement rétablie.

_____Notre entretien s’arrêta là. Elle m’avait souris à l’ultime seconde. Lorsque sa silhouette disparut et que le monde redevenait coloré, j’attrapai Leoryn par la manche et courus vers les chevaux. Les squelettes étaient pétrifiés et mon ami ne semblait pas comprendre ce qui était en train de se passer. La sphère lumineuse était toujours là mais elle s’affaiblissait. Nous devions faire vite.
   
_____Que les étoiles te guident, jeune fille. Pour toujours.

_____Alors que nous galopions sans nous retourner. Une larme perla sur ma joue.

- Je crois que nous pouvons affirmer que nous sommes chanceux, dis-je à Leoryn.

Action : Galoper jusqu’à qu’il n’y ait plus de danger

Bon je ne suis décidément pas douée pour suivre tes directives...Enfin pas entièrement ! J'espère que néanmoins ça ira ! C'est plus rigolo quand on suit son instinct :p Bon mon personnage n'est pas blessé, c'est le principal, non ? Ha ha. Et Leoryn est sauf également ! (Oui je ne veux pas le faire disparaître ^^) il peut devenir un personnage intéressant !

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Mar 19 Aoû - 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Dim 17 Aoû - 13:39

Yeah, c'est pas grave si tu ne suis pas exactement mes indications, au contraire ! Tu es libre ;). (Enfin tant que tu ne dévies pas trop.)

_____Leurs chevaux galopèrent si vite que les squelettes ne furent bientôt plus qu'un lointain souvenir. Ils ne regardèrent pas derrière eux, trop concentrés sur leur fuite, sur Gardok, cette profusion de magie vers laquelle ils progressaient. Même leurs montures pouvaient le ressentir. Il était là. Ils s'approchaient.

_____Lorsque les chevaux s'arrêtèrent, refusant d'aller plus loin, Léoryn descendit immédiatement. D'un regard, il invita son amie à faire de même. Alors ils marchèrent, abandonnant là leurs montures qui eurent la décence de les y attendre. La tension était insoutenable, chaque instant promettant d'exploser, de tout précipiter. Ils avaient peur, mais ils se rassuraient mutuellement, la présence de l'un rendant l'autre plus fort.

_____la forêt entière semblait conspirer contre eux deux. Les arbres, leurs racines et leurs branches s'opposaient à leur progression, les ronces, les orties les épines s'accrochaient à leurs vêtements, leurs visages...

"-Il est là.", dit soudain Léoryn en s'arrêtant.

_____Mais il n'était pas là. Ils regardèrent autour d'eux, dos-à-dos, se tenant par la main. Les arbres semblaient pulser, leurs branches étaient des griffes se refermant sur eux, biscornues.

"-Attention !", s'écria Léoryn.

_____Il y eut une explosion, très violante. Elissane sentit ses tympans se déchirer et une chaleur infernale lui lécha la peau tandis qu'une lumière aveuglante lui brûlait la rétine. C'était à peine si elle avait senti Léoryn la tirer en arrière au dernier moment, leur évitant à tout deux une mort instantanée.

_____La forêt était en feu. Elissane perdait connaissance. Sa tête avait heurté quelque chose, elle ne savait pas quoi exactement. Elle avait vaguement conscience des lames de feu qui progressaient lentement vers elle, de Léoryn qui se tenait la tête en hurlant, des formes qui tournaient toutes autour d'elle...

_____Tout était noir. Les ténèbres absolues. Elissane avait conscience de son corps mais ne le voyait pas. Ne le sentait pas. Comme si sa conscience avait était transportée autre part, un endroit plus sombre encore que la forêt. Elle le sentait. Gardok. Il était là. Quelque part.

Hey ! Gardok ou la magie qui l'a corrompu essaie de s'emparer de ta conscience pour faire plier ta volonté : défends-toi ! C'est un combat de volonté : le méchant utilise des mots déprimants genre "tu es seule" et tout (enfin comme d'hab) et essaie de corrompre ton esprit mais ne te laisse pas faire ! On peut imaginer que Léoryn gagne son propre combat mental et t'apporte son aide au dernier moment, te permettant de triompher du mal... Mais pas de déesse : tu es seule. (Mais encore une fois dais comme tu veux :).)

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Dim 17 Aoû - 19:19

J'étais plutôt motivée pour te répondre :p
Bon, on a pas vraiment le même genre, style, vision etc. Donc j'espère que ça te conviendra quand même. Sois cool pour la suite
Mais j'aime bien écrire ce genre de dialogues. D'abord avec l'esprit du miroir, puis du portail, là c'est Gardok, c'est plutôt chouette. Je te dis ça au cas où tu en as prévu d'autres (Pourvu qu'il y en ait d'autres !! ^^)


_____Mes forces m’abandonnaient. Mon esprit était perturbé. Je n’arrivais plus à penser correctement. Je flottais dans un monde sombre et froid. Engourdie, ballottée, torturée. Je sentais que j’avais mal, que la vie me quittait. Tout le bien qui était en moi s’évaporait.

_____Ha ha.

_____Alors c’était ça, mourir ?
_____J’allais mourir ?
_____Gardok nous avait piégés. Il était en train de nous consumer de l’intérieur. Je pouvais ressentir le mal s’infiltrait en moi. Parcourir mes veines, empoisonner mon cœur, mon esprit.
_____« Nous allons mourir »

_____Nous ?

_____Quelle était donc cette voix ? A dire vrai, je l’avais entendu un peu avant mais je venais de m’en rendre compte. J’étais perturbée et je ne réfléchissais plus normalement. Le temps était comme ralenti.

_____Tu es seule, Elissane Lee Mary.

_____J’aurais aimé lui répondre. Lui poser une ou deux questions. J’aurais voulu le faire, vraiment. Mais je ne sentais plus mes lèvres. Je ne sentais plus rien.

_____Personne ne viendra te sauver cette fois.

_____Etait-ce Gardok ?
_____Peu importait. Il n’avait pas tort. On venait toujours à mon secours.

_____Tu n’es pas de taille à m’affronter.

_____Je ne le voulais pas. Je voulais le sauver.
_____Ma mission était de sauver Gardok ainsi que tous ceux qui étaient dans la peine.

_____Tu es faible. Tu ne peux rien contre moi.

_____La vérité faisait mal à entendre. Oui, j’étais bien la personne qu’il décrivait. Enfant, on se moquait de ma faible constitution. On ne voulait pas que je participe à des jeux en équipe, de peur de perdre par ma faute. J’étais une proie facile pour les petites brutes de mon village. Mais mon père veillait sur moi. Il me protégeait.

_____Tu es seule, abandonnée.

_____« Je ne serais jamais seule. »
_____Mon père était toujours avec moi. Il était présent dans mon cœur.
_____« Je ne suis pas seule. »

_____Ha ha. Tu te crois forte ? Tu ne l’es pas. Tu te crois aimée ? Par ta famille, tes amis ? S’ils tenaient à toi, ils ne t’auraient pas laissé partir. Ils ne t’auraient pas laissé venir à moi. Maintenant, tu es perdue. Remercie tes proches.

_____Ses paroles m’atteignaient. Elles me poussaient à haïr ma famille, ma guilde et Leoryn.
_____Il était puissant. En colère.
_____Ma volonté commençait à se briser. Mes forces me quittaient de plus en plus vite.
_____Je devais me battre. Si je possédais une qualité, une force, c’était bien mon désir de ne jamais renoncer, de garder espoir.
_____« Ils ont confiance en moi »

_____Foutaises !

_____Je voulus hurler tellement ce simple mot avait transpercé mon esprit. On aurait dit qu’une flèche avait été tirée.
_____« Je vous sauverai Gardok ! »

_____Tu ne peux pas. Je ne veux pas. Tu es faible.

_____« Je ne peux pas vous vaincre en vous combattant mais je peux vous aider. Je peux vous ouvrir les yeux ! »
_____La douleur était moins intense. Plus supportable peut-être.

_____Regarde-toi. Tu es si frêle que je pourrais te briser en deux.

_____On me l’avait souvent dit. Cette remarque ne m’atteignit pas.  

_____Rejetée par les tiens. Tes capacités magiques sont infimes comparées à bien d’autres. Car, personne n’a voulu t’enseigner. Les fées ont compris que tu étais inutile. Les hommes n’ont même pas cherché à savoir qui tu étais. Tu es un déchet.

_____« Tout le monde fait des erreurs. Je gagnerai leur confiance. D’autres l’ont fait avant eux. »

_____Tout le monde fait des erreurs. Tu l’as dit. Tu ne mérites pas que l’on te fasse confiance. Tu n’es pas assez forte.

_____De la souffrance. Mon corps brûlait de l’intérieur. Mon esprit tourbillonnait. Étais-je vraiment si faible ?
_____« Je suis … »

_____Faible.

_____Les ténèbres m’envahissaient. Ma volonté de me battre s’évanouissait. Si j’avais pu pleurer, je l’aurais fait. J’étais en train de perdre mon combat.
Si mon esprit tombait alors mon corps le suivrait. C’était donc la fin …
_____« Je vais … »
_____Qu’aurait dit mon père ? Qu’aurait fait …

_____Bats-toi, Elissane !

_____Leoryn ? Sa voix était comme un nouveau souffle. Elle transperçait les nuages assombrissant mon cœur et mon esprit.

_____Trop tard. Tu m’appartiens main….

_____« Je ne serai jamais vôtre ! »
_____Je devais me battre ! Je n’étais pas seule. Leoryn était à mes côtés. Les autres résidaient dans mon cœur. Ils m’accompagneraient où que j’aille. Mais lui, Leoryn, venait de me sauver pour la énième fois. Lui, devait rester à mes côtés. J’avais besoin de lui.
_____La douleur cessa puis la lumière commença à pénétrer au travers de la noirceur qui m’entourait.

_____Tu vas mourir, Elissane Lee Mary. Mais avant, tu vas souffrir. Tu seras détruite.

_____« Je vous sauverai, Gardok. Au nom de votre famille. »

Action : se réveiller et remercier Leoryn (Bien que je ne sache pas vraiment s'il m'a vraiment sauvé …)
Intentions : Reprendre la route, je suis plus déterminée que jamais à sauver Gardok (Bien qu’il ait tenté de nous tuer …)


Bon. C'est un peu long. Du coup je n'ai pas voulu écrire la scène où je reprends mes esprits. Je te la laisse à tes bons soins ! Mais je voulais juste te mettre ce que je pensais entre parenthèses. hi hi

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin
Revenir en haut Aller en bas
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Lun 18 Aoû - 21:46

T'inquiète il y a encore pas mal de dialogue ! Par contre tu n'as pas vaincu la magie méchante qui contrôlait Gardok... Mais le dialogue était intéressant ^^'. Du coup je pense que je te réveille au milieu du combat Gardok/Léoryn. Ton ami est en très mauvaise posture (en partie à cause de toi qui es restée plantée là tout du long) : à toi de lui venir en aide ?
Vas-tu simplement le regarder et l'encourager (?), prendre ton épée (!), ou tenter à ton tour de soumettre l'esprit de Gardok (;p) ; à toi de voir :).
.

_____Courage !
_____Tu n'en as pas.
_____Courage !
_____Tu es faible.
_____Je...


_____Le monde semblait vaciller, au bord de l'apocalypse. Aux ténèbres impénétrables se substituait un troublant univers de clair-obscurs instables et oscillants, hypnotiques. Par moments, Elissane reprenait pieds avec la réalité et ressentait la force massive de son poids sur tout son corps, gravité qui manquait de la clouer au sol. Des éclairs de luminosités, images subliminales, éphémères, indescriptibles, transperçait parfois ce kaléidoscope psychédélique de nuances de gris-noir shootées à l'opium.

_____Je ne suis pas seule...
_____Tu n'es rien. Tu ne peux rien accomplir par toi-même. Tu n'as jamais rien accompli seule. Tu n'es rien, rien qu'un déchet insignifiant suppliant qu'on l'épargne.


_____Le doute s'installait en elle, les nuances de gris se faisaient plus noires, mais alors...

_____Ne l'écoute pas !

_____Léoryn. Elle sentit la chaleur se répandre dans son coeur qui daigna enfin pulser fort dans sa poitrine. Elle revit le visage de la fée, puis de cette femme et de son mari, puis de tous ceux qu'elle avait aidés, elle revoyait leur sourire, leur reconnaissance ; toutes ces choses insignifiantes mais pourtant si belles qu'elles avaient accomplies dans sa vie... Alors elle n'entendit plus la voix. Le doute fit place à la certitude, la conviction forte que sa vie avait un sens, que ce qu'elle avait fait était juste et, chose nouvelle, qu'elle était aimée. Seule, elle n'était rien, mais c'est ensemble que les mortels ont toujours trouvés leur sens. Elle n'avait aucune raison d'être seule : elle ne le serait jamais. C'est alors qu'elle les ressentit. La Déesse qui lui souriait. Sa fierté, son soutient. Et la bienveillance de la fée qu'elle avait sauvée. Et l'univers s'écroula.
"-Elissane !"

_____Le cri était désespéré, profondément inquiet.

"-Combien de temps comptes-tu encore la protéger ? Tu vois bien qu'elle n'est qu'un fardeau. Abandonne ! Tu ne pourras pas te battre contre moi avec un tel boulet !"

_____Elissane respira profondément, son front reposant sur de la terre nue et boueuse. Ses cheveux détachés s'emmêlaient sur son visage alors qu'elle se redressait avec peine. Elle était allongée au milieu de ce qui fut une forêt. Des tas d'os gisaient ça et là, éparpillés, restes immobile d'une armée de squelettes anéantie par une puissance obscure. Le sol était carbonisé par endroit, retourné, piétiné, malmené, réduit en bouilli. Les troncs d'arbres avaient volés en éclats, déchiquetés. La seule parcelle épargnée par la destruction à 500m à la ronde était le petit bout de terre où se trouvait Elissane ainsi que quelques brins d'herbes, survivants miraculeux de quelques terribles cataclysmes.

_____Juste à côté d'elle, un Léoryn couvert de blessures et de boue ; brûlé, blessé, épuisé, mais dieux merci vivant. Aucune de ses blessures n'était grave, aucune brûlure incurable... Presque un miracle.

_____Après avoir adressé un sourire désolé à son ami, Elissane se releva complètement. Elle fit fièrement face à un Gardok plus qu'impressionnant : grand, ténébreux, un sourire cruel aux lèvres, tout son êre respirait la puissance et la confiance en soi... Le mal.

_____Mais Elissane allait combattre ce mal. Il était temps qu'elle soit autre chose qu'un fardeau.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Mar 19 Aoû - 10:43

Ah. Effectivement, on aurait pas dit que je l'avais vaincu ... Merci alors ^^ (Je me suis sentie un peu stupide !)
Oh la la. Je m'attendais pas à ce que tu me fasses rencontrer Gardok maintenant ! Comment dire ... Je suis un peu stressée. Donc voilà, j'espère faire durer ce combat (car j'ai l'impression que c'est une partie qui va être affreusement longue, non ?) Ou peut-être que tu vas le faire s'échapper par la suite. Parce que j'ai quelques idées sur mon combat contre lui mais à dire vrai je ne m'attendais pas à ce que ça arrive maintenant. Arrivera ce qui arrivera donc.  


« - Tu es un fardeau pour ton ami », répéta Gardok.
_____J’étais épuisée. Ces paroles étaient la goutte d’eau de trop pour mon être. Je perdis le contrôle de mes actes …

_____J’étais en colère. Pour la première fois de ma vie je haïssais quelqu’un. Leoryn m’avait protégé des squelettes et de Gardok tout en livrant, lui-aussi, une pression psychologique. Il m’avait protégé, seul. Contre tous.
_____Gardok était le responsable. Je le haïssais.

_____Je serrai mes poings. Mon sang pulsait dans mes veines à l’unisson avec les battements de mon cœur. Un son désagréable bourdonnait dans mes oreilles. Ma respiration était saccadée.
_____Je détestais cet homme et, mon corps et mon esprit en souffraient.
_____Le sentiment de haine déformait mon visage. Gardok avait blessé un être que j’aimais. Il l’avait torturé en l’empoissonnant avec ses paroles injurieuses, humiliantes, que des mensonges.

_____Je sentais une terrible force s’accumuler en moi. Alors que je m’avançais petit à petit vers Gardok, un pouvoir sombre remontait jusque dans mes paumes. Aussi sombre que le sorcier qui me faisait face. Mais ça, je ne m’en apercevais pas. A moins que tout ceci m’était égal.

_____Une étrange vapeur noirâtre s’échappait de mes mains. Les os des squelettes craquaient sous mes pieds, ce son était macabre.  Le bois crépitait sous l’action des flammes. Le souffle haletant de Leoryn crispait mes muscles à mesure que j’avançais. Le sourire machiavélique de Gardok entretenait ma rage.
_____Vapeur. Craquement. Crépitement. Souffle. Sourire. Vapeur. Craquement. Crépitement. Souffle. Sourire …
_____Tout s’accélérait dans mon esprit. Tout devenait noir.

« - Avance, faible créature. Tu as raison : laisse-toi porter par la haine. Ce sentiment te rendra plus forte ! »

_____Un rictus infâme s’empara de mon visage. Mon âme pleurait. Je ne l’écoutais pas.

_____Je pris mon élan alors que je n’étais plus qu’à un mètre de Gardok. J’allais le frapper avec toute cette puissante qui s’accumulait dans mes poings.
_____Gardok sourit de plus belle. Il se mit en position pour arrêter mon attaque. Il n’allait pas riposter, il m’avait laissé venir à lui. Il voulait me montrer qu’il était le plus fort. Il me défiait !

_____Mon être tout entier en souffrait. Mon corps en tremblait. Mais je ne les écoutais pas. Ma haine m’aveuglait. Je n’étais plus maître de moi-même. Il n’y avait plus qu’un instinct primaire en moi ; celui de vaincre Gardok, de le détruire, de le faire payer pour ce qu’il avait fait.

« - Elissane, arrête ! »

_____Dans les yeux du sorcier, je vis mon reflet.
_____Qui était cette personne ? Qui était cette femme ? Elle me ressemblait physiquement mais ce n’était pas moi.
_____Je ne me reconnaissais pas.
_____Cette personne qui se livrait aux ténèbres n’était pas moi.

« - Je ne suis pas un monstre ! »

_____J’avais crié de toutes mes forces.
_____La noirceur qui avait assiégé mon esprit se brisa et mon âme fut libérée. Je sus que mon combat contre l’esprit de Gardok était définitivement terminé. Il ne pourrait plus m’atteindre. Plus jamais.

«- Vous n’êtes pas un monstre non plus, Gardok », dis-je en le pointant du doigt.

_____J’en étais convaincue. Cet homme avait souffert. Je comprenais à présent comment et pourquoi il avait changé. Je le comprenais parfaitement. L’homme de bien était sûrement en train de se battre en lui. Même si lui ne le voyait pas, moi, je le pouvais. Gardok pouvait encore être sauvé.

_____Gardok poussa un cri de rage et m’asséna un coup dans le ventre. Mon souffle se coupa, de la bave sortit de ma bouche et je fus envoyée auprès de Leoryn. Ce dernier me prit dans ses bras et me dévisageait avec frayeur. Il s’inquiétait pour moi. Comme toujours.
_____Les larmes coulèrent sur mes joues. J’avais failli devenir un être horrible. Si Leoryn ne m’avait pas secouru à l’ultime seconde, j’aurais commis l’irréparable. Mon âme aurait été corrompue. Comme Gardok.
_____J’avais besoin de Leoryn.
_____Je posai une main sur sa joue droite et lui sourit. Lui aussi pleurait. Je pouvais lire dans son regard qu’il était déboussolé.
_____Gardok s’avançait avec fureur vers nous. Je n’avais que très peu de temps pour agir.

« - Pardonne-moi, Leoryn. Tu vas devoir combattre encore un peu. »

_____La douleur au niveau de mon abdomen me faisait affreusement souffrir. Je sentais le sang chaud couler sur ma peau. Je ris en mon fort intérieur, j’étais vraiment faible.

« - Je vais te guérir alors je t’en prie, ne meurs pas avant que je ne sois rétablie. Je pense savoir comment le repousser pour un moment mais j’ai besoin de temps. »

_____Leoryn hocha la tête. Il me faisait confiance.

_____Une douce brise nous enveloppa, Leoryn et moi. Mes paumes brillaient d’une lumière bleue et les blessures superficielles de mon tendre ami s’illuminèrent à leur tour. Une mélodie simple et apaisante rythmait mon sortilège : mon vent de guérison.

Action : guérir Leoryn avec le vent de guérison et me préparer à contre-attaquer
Intentions : repousser Gardok


Hou ! Quel destin tragique attend nos deux jeunes amis ? Gardok va-t-il être repoussé ou va-t-il tout détruire sur son passage ??!!
Ha ha, je m'emporte.
Bref à toi de jouer. J'avoue que j'ai un peu (beaucoup) improvisé à la fin.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin
Revenir en haut Aller en bas
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Jeu 21 Aoû - 23:22

_____Les affectant tout deux, le puissant sortilège referma les blessures de Léoryn, effaça ses brûlures, soulagea ses muscles épuisés et restaura son endurance. Revigoré, il chargea Gardok l'épée à la main, bottant, feintant, frappant avec une intensité renouvellée, mais son adversaire virevoltait entre ses coups, insaisissable. Il reculait, acculé, perdait du terrain. Mais quelque chose n'allait pas.

_____C'est alors qu'elle le sentit. Le terrible flot de magie qui enveloppait Léoryn, le plongeait dans les ténèbres, l'isolait de son soutient. Elle se concentra, visualisa le fil qui reliait son ami à la vie, et l'horreur de la situation s'imposa d'elle-même : Gardok était, par quelques sombres maléfices, en train de pomper l'énergie vitale de Léoryn, l'affaiblissant chaque seconde.

_____Elissane s'arrêta de penser. Sa colère, sa peur, ses doutes et sa détermination se mêlèrent dans une confusion bouillonnante qu'elle canalisa en un flot terrible, irrépressible. Elle sentit qu'un verrou intérieur venait de sauter, laissant ses énergies circuler librement dans son corps. Une puissance enivrante, euphorique, une fuite hémorragique de quelque fluide vital coulait en elle, la portait, la guidait. Elle la dirigea contre Gardok pour tenter de repousser son emprise, cherchant en vain à l'empêcher de pomper dans les dernières ressources de Léoryn.

_____Car Gardok ne cédait pas d'un pouce : il s'accrochait férocement à sa proie, suçant sa vie comme un parasite. Les forces d'Elissane s'épuisaient à un rythme affolant, et bientôt même rester debout était un supplice. Son esprit était en feu, une chaleur infernale consumait tout son être fiévreux, une pointe déchirante suppliciait ses côtes et un poids insupportable torturait tous ses muscles ; mais elle tint bon. Elle tint bon pendant ce qui lui semblait une éternité puis, malgré la force écrasante dont disposait son opposant, elle s'avança. Elle contra. D'abord un pas, puis deux, un centimètre de plus gagné au déferlement cyclonique qui s'opposait à elle, laminant ses épaules, ses genoux, son visage. Tous. Tendus vers Léoryn.

_____Celui-ci se débattait furieusement avec l'énergie du désespoir. Ses coups se révélaient moins précis, plus lents, plus brutaux. Son adversaire regagnait du terrain, le mettait en danger : il allait triompher d'un moment à l'autre. Mais, dans une ultime estocade, vif et précis, Léoryn détendit tout son corps pour frapper son ennemi. Extension de son bras, son épée s'abatit telle un cobra sur le flan du sorcier qui ne put l'esquiver totalement. La blessure fut légère, ses conséquences minimes, mais elle perturba suffisamment Gardok pour permettre à Elissane de triompher. Alors la jeune fille dissipa totalement le blizzard intangible qui entourait Léoryn, repoussant impitoyablement un sorcier qui avait du mal à se battre sur deux fronts.

_____Mais repousser Gardok ne suffirait pas pour le vaincre. Elle avait gagné une bataille, deux batailles dans son combat mental contre le Mal, quel qu'il fut, mais pas la guerre. Elle s'avança, s'apprêtant à projeter son esprit sur Gardok (même si elle ne savait pas encore comment ça marchait) comme il avait projeté le sien sur elle. Elle ne pouvait pas rester en retrait plus longtemps. Essoufflée, au seuil de la rupture, mais avec une détermination à tout épreuve, elle devait passer à l'attaque.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Jeu 18 Déc - 18:43

Hum. J'ai écrit la suite il y a très très longtemps mais va savoir pourquoi je ne l'ai pas posté. Tadaam !


Je devais bien l’admettre. Leroyn et moi étions dépassés. Le potentiel de Gardok semblait infini. Ses ressources ... inépuisables. Mon compagnon et moi étions à bout de souffle. Combien de temps allions-nous encore tenir ?
Je chassai cette sombre pensée d’un hochement de tête. Je me devais d’être forte pour mon ami. Lui, qui venait de mettre tant d’énergie dans ce combat.
Tout en m’avançant vers le sorcier, je cherchai à concrétiser mon idée. Je devais projeter mon esprit sur Gardok. Cela pouvait être possible … Oui, mais comment ? Ce ne devait pas être une chose facile. Et, il y avait sûrement des conséquences. Je fis une grimace, irritée. Je repassai en revue toutes mes expériences. Vite. Je devais trouver une solution.
Finalement, beaucoup d’individus devenus des esprits nous entouraient. Les miroirs aux fées, certainement les portails ainsi que d’autres objets magiques. La fée aux cheveux rouges avait réussi à extirper son esprit hors de son corps pour me parler et, en y repensant, j’étais devenue bien malgré moi, un esprit. Certes, je ne m’en étais pas rendue compte. Je ne pouvais donc pas me servir de ce moyen et j’ignorai comment avait fait la fée, un sortilège sans doute. Les Dieux qui apparaissaient devant nous se matérialisent également sous forme d’esprits. On prétend que les vrais corps se trouvent sur un monde qui leur appartient entièrement.  
Mince !
Je ne trouverai donc rien ? Pas le moindre indice ?
Gardok semblait à bout. Il me dévisageait avec rage et attendait ma prochaine attaque. Prétentieux qu’il était, il devait se sentir supérieur à nous. Il n’avait donc pas besoin de se préparer. Il pouvait attendre et riposter, sans le moindre effort. Nous n’étions qu’une distraction. Sauf que bientôt, nous ne l’amuserions plus. Je devais faire vite.
Un rapide coup d’œil à ma droite m’indiqua que Leoryn patientait lui aussi, tout en restant sur le qui-vive. Il ne me quittait pas des yeux, prêt à bondir pour venir à mon secours. Il me faisait confiance. Je ne pouvais le décevoir.
Je m’arrêtai à quelques mètres de Gardok. Leoryn me rejoignit lentement. Gardok ne lui accorda pas un regard car, j’obnubilai ses pensées. Notre nouvelle bataille commençait. Leoryn me prit la main pour m’encourager mais déjà je me concentrais.
Les flux magiques, la respiration de Gardok, la magie malfaisante l’habitant. Je voyais tout. Je ressentais tout. Gardok me surveillait. Observant chacun de mes mouvements oculaires, écoutant les battements de mon cœur.

Pitoyable.

Il essaya de s’en prendre de nouveau à mon esprit. Sauf qu’il se heurta à un mur. Son injure venait de ricocher sur une muraille bâtit par mes soins et revenait à lui. La surprise se peigna momentanément sur son visage mais il se reprit très vite.
Le souffle court, j’essayai de nouveau de comprendre ce mécanisme. Comment procédait-il ?
L’esprit. Le reflet de l’âme. Sans, nous ne serions rien. Avec, nous sommes tout. Nos sentiments, nos rêves, nos pouvoirs y sont encrés. Notre esprit est notre vie.
La vie de Gardok. Passé et présent.
J’écarquillai les yeux. Deus flux entouraient Gardok ; l’un était celui du sorcier l’autre, était celui de l’homme qu’il avait été. Je n’osai croire ce que je voyais. Les deux flux n’étaient pas compatibles. Des petits éclairs se formaient quand ils avaient le malheur de se rencontrer. Etait-il possible que Gardok possédait deux esprits ? Si oui, je ne devais me confronter sur le flux du sorcier mais, celui de l’homme. Le premier était trop fort, trop puissant, quant au deuxième, je sentais que j’avais une chance.
Leoryn serra davantage ma main. Etrangement, je ne ressentais plus ce contact physiquement mais bien grâce aux flux magiques. Le flux de Leoryn était doux et chatoyant et, il me recouvrait la main puis, lentement, monta le long de mon avant-bras. Il me protégeait, me soutenait. Son esprit me protégeait. Il ne devait pas se rendre compte que son flux magique m’entourait.
Je souris ou du moins, j’espérais le faire.
Je voyais Gardok établir un rempart autour de lui, il avait compris mon plan. Instinctivement, il protégea son esprit de sorcier, laissant l’autre de côté. Lui-même ne devait pas savoir qu’il possédait encore l’esprit de l’homme de bien, tellement il était faible, presque imperceptible. Il avait oublié son lui du passé.
Je devais me focaliser sur ce flux. Il était doux et mélancolique.
Envoûtée par ce que je ressentais, je commençais à ne plus être en phase avec la réalité. Je ne distinguais plus l'environnement autour de moi. Je ne sentais plus la présence "physique" de Leoryn à côté de moi. Tout devenait ... blanc. Seuls les flux magiques étaient encore présents. Et mon esprit était tout ce qu'il me restait pour me battre.

Action : projetter son esprit sur l'"esprit" de Gardok-Homme

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin
Revenir en haut Aller en bas
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Dim 21 Déc - 16:22

_____Les ténèbres. Une éternité silencieuse et solitaire. De douleur. Plus de vie, plus de joie, plus d'amour. Le désert. Seul. Il errait. Il faisait froid. Il avait peur. Elle n'était pas là. Elle ne serrait jamais là. Des pensées. C'était bruyant. Obsédant. Des cris décharnés qui transperçaient l'horizon, des cris de haine ; l'amertume de ceux qu'il avait blessés ; et les siens. Des souvenirs. Une image, un éclair. Ils le frappaient. Le déchiraient petit à petit, réduisant son esprit à néant...

-"Sois maudit !"

_____Des cris de haine. Des pensées qui l'assaillaient. Ce n'étaient pas les siennes, pas les siennes. Lui ne pensait plus. Il n'était plus. Ne vivait plus. Car elle n'était pas là. Elle ne serrait jamais là. Des cris de haine. Il faisait froid. Il n'y avait plus de vie, plus de vie. Lui ne pensait plus. Ce n'était pas les siennes. Des cris de haine. Une éternité silencieuse et solitaire ; et les siens. Des souvenirs. Des images qui le frappaient par bribes, et la seule pensée qui lui venait : il voulait mourir.


_____La première chose que se dit Elissane fut qu'elle ne sentait plus ses pieds. Plus précisément : elle se sentit décoller, comme si elle avait enfin échappé à la pesanteur pour être aspirée vers les étoiles où résident les Dieux. C'était comme dans un rêve. Assez étrange, mais familier en même temps. Elle avait perdu contact avec la réalité. Celle-ci s'était effacée, disparue. Elle n'occupait plus la moindre parcelle de son âme. Car elle venait de franchir la passe des illuminées, celle dont personne ne revient avec toute sa tête. Le monde - qui par ailleurs n'existait plus ; elle ne savait plus qu'il existait - venait de prendre une tournure différente. Il était Un. Elle voyait... Le Flux. L'Harmonie, le Chaos. Mais tout était Un. Enfin, elle comprenait. Le sens de la Vie, de la Mort, de toute cette violence et du Néant. Car ils étaient là. Cinq, ils étaient cinq, comme dans les livres ! Mais leurs noms, leurs noms ne correspondaient pas, quelque chose clochait...

_____Des formes. Elles étaient multiples. Des mains spectrales qui lui saisissaient la gorge. Qui l'enchaînaient. Qui épuisaient son corps. Il n'en pouvait plus. C'était une torture quotidienne, inlassable. A laquelle il s'était habitué. Qui ne lui faisait plus rien. Car il ne souffrait plus, n'espérait plus, ne vivait plus. Des cris de haine. Ces pensées... ce n'étaient pas les siennes. Il était seul.

_____Elissane avançait tant bien que mal dans ce mic-mac tourbillonnant et visqueux de pensées et de faits, de vérités et de révélations, de terreurs et de douleurs, de souvenirs de souvenirs, de ressentis. Elle avait l'impression que quelqu'un lui parlait. Ce n'était pas très net. C'était comme un murmure, une chanson portée par-delà l'infinitude de l'univers. Mais ce n'était pas une voix, c'était mille voix. Une comptine obsédante qui se répétait, répétait... Encore et encore, pour toujours et à jamais. Elle n'arrivait pas à la discerner, à la comprendre. Mais elle savait, elle l'entendait, elle... Elle avait beau ouvrir les oreilles, ce n'était rien que des murmures.

_____Il le sentait. Ce sentiment profond et latent, indescriptible. Bo-boom. Bo-boom. Quel était ce bruit ? Dans sa poitrine, il sentait quelque chose. Qui remuait. Une grande machinerie se mettait en place, reprenant lentement sa tâche ancestrale malgré des siècles et des siècles passés dans la rouille et puis l'oublis. Bo-boom, boo-bom. C'était... Comme des coups de couteau. Chaque battement de cœur, chaque espoir. Chaque tressaillement. Quel était ce sentiment. Il voulait. Il ne savait pas encore trop quoi mais il voulait. Voulait sortir d'ici pour la revoir. Revoir le Soleil et respirer l'air. Qu'était-ce donc que le Soleil ? Il voulait, il voulait... Il la voulait. Mais elle n'était pas là. Elle ne serrait jamais là. Il voulait mourir.

_____Une explosion, un tremblement de terre. Un tressaillement, une étincelle. Elissane la ressentit tout de suite. Son cœur explosa en écho à cet l'appel. L'appel de celui qui sévissait là, et qui criait à l'aide. Elle le sentait, elle sentait une telle détresse qu'elle avait envie de s'arracher le cœur ; elle s'y agrippait. Ses ongles s'enfonçaient dans sa peau, la laceraient. Elle voulait, elle voulait vraiment mourir. Juste. Ne plus avoir à souffrir.

_____Elle était là, elle était là ! L'univers tremblait à un rythme invraisemblable ; tout s'écroulait, tout était rejeté à l'infini, oublié, effacé. Elle était là. Elle était venue ! Il le sentait. Il le sentait... Il le sentait...

_____Les tremblements s'intensifiaient jusqu'à prendre une tournure apocalyptique. Elisanne ne pouvait tenir debout, pas même ramper. Elle avait. Cette douleur. Son cœur qui se tordait d'espoirs et d'attentes, qui vibrait en phase avec celui d'un autre. Ces pensées... Ce n'étaient pas les siennes. Elle essaya de lutter, lutter pour recouvrer sa conscience. Mais lentement, lentement l'esprit de Gardok envahissait le sien, l'asservissait. Faisait d'elle une caisse de résonance qui relayait sa douleur. Les ténèbres. Une éternité silencieuse et solitaire. Plus de vie, plus de joie, plus d'amour. Seule. Il faisait froid. Des pensées. C'était bruyant. C'était obsédant. Des cris décharnés qui transperçaient l'horizon, des cris de haine ; l'amertume de ceux qu'il avait blessés ; et les siens. Des souvenirs. Une image, un éclair. Ils la frappaient. La déchiraient petit à petit, réduisant son esprit à néant...

_____Elissane se redressa avec effort, usant de toute sa volonté pour conserver son identité, son visage. Elle chassa la conscience de Gardok de la sienne et, dans un formidable effort de concentration, réussit à faire un pas. Bien, c'était très bien. L'univers était en train de s'effondrer mais elle, elle avançait. Elle n'allait pas abandonner. Elle allait trouver Gardok. Et, d'une manière ou d'une autre, elle le tirerait de là.

Voilà, j'ai continué sur le plan de la double personnalité de Gardok avec un côté sorcier et un côté humain. Là tu t'es attaquée à son côté humain, à côté duquel Bagdad serait un jardin d'Eden. Tout à été détruit, démembré, jusqu'à se conscience. Il n'a plus de pensée si ce n'est le désir de mourir, et encore. Ses espoirs, il s'en est libéré parce que ça fait souffrir. En entrant dans son esprit, tu as créé un bouleversement sans précédent : lui qui se croyait absolument et incurablement seul vient de ressentir ta présence, et ça l'a réveillé. Son cœur se remet à battre, c'est si fort que le tient "explose" en écho (tu es dans son esprit après tout, c'est pourquoi tu ressens tout ce qu'il ressent). Tu es un temps submergée, noyée dans l'océan des sentiments de Gardok qui déferlent après avoir été si longtemps muselés. L'espoir, l'amour, ses souvenirs heureux, tout cela t'assaille et te détruit peu à peu, effaçant tes propres souvenirs et ta propre personnalité. Si tu ne réagis pas, tu seras comme Gardok, cocon vide habitée par le mal.

Il te faut faire un véritable effort de concentration (sisi, c'est surhumain) rien que pour te souvenir de qui tu es, pour faire la part entre tes souvenirs et ceux de Gardok. Heureusement tu vas y arriver parce que tu es trop forte ;p. Ensuite tu retrouves Gardok, le vrai, dans un état pitoyable, tu inventes un truc, tu le sauves et tu te tires de cet enfer avant d'y perdre la raison. Voilà voilà, bon courage :). Pendant ce temps Léoryn et le sorcier vont s'échanger quelques sortilèges de politesse (pour eux tu viens juste de soudainement tomber dans les pommes) pour le principe, la fée aux cheveux rouges va vous rejoindre, poursuivie par une marée inendiguable de squelettes (sisi, les squelettes de tout à l'heure) que Léoryn se fera un plaisir de désosser (il a plus d'un tour dans son sac) et aussi il y aura monsieur et madame castor qui prendront le thé en pariant sur l'issue du combat.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La mission d’Elissane.    Aujourd'hui à 7:06

Revenir en haut Aller en bas
 
La mission d’Elissane.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et + :: L'Île :: La Cabane :: Table Ronde :: L'aventure :: L'aventure pas à pas-
Sauter vers: