LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +
Welcome Aboard !
Veuillez vous connecter afin de pouvoir embarquer.

LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le périple de Maharet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elisheba
Passager


Messages : 685
Birthday : 26/09/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Dans la kinésphère

MessageSujet: Le périple de Maharet   Sam 24 Nov - 14:32

-Aïe!!
Je m'agenouille lentement au sol et porte une main à ma cheville gauche. Je me la suis encore foulée. Je respire profondément et regarde autour de moi à la recherche de quelque chose qui pourrait m'apaiser mais il n'y a rien.Les bandages et décoctions à base de plantes ne suffisent plus à guérir mes membres endoloris par mes trop longues journées de marche. Car c'est ce que je fais, depuis que j'ai quitté mon village...Marcher et marcher encore et encore, nuit et jour jusqu'à ce qu'un trop grand épuisement m'oblige à m'arrêter. Je n'ai nulle part où aller. Depuis de longs mois j'ai quitté mon village et j'erre dans la nature en espérant que personne ne soit à mes trousses pour m'éliminer. J'ai maintes fois tenté d'obtenir l'aide de quelques étrangers mais ils m'ont tous repoussée en me disant qu'ils ne voulaient pas fréquenter quelqu'un comme moi, que j'étais trop dangereuse. Les nouvelles allaient vite. Ma réputation me précédait, je le savais. Pourtant je n'ai pas fait de mal. Juste dit la vérité...

Je me relève. Tant pis pour ma cheville, ça attendra. J'ai l'habitude. Alors je continue d'arpenter le sentier que j'avais entrepris avant de marquer un temps d'arrêt. Non, je ne rêvais pas. Devant moi il y avait un village. Un vrai de vrai! Avec des maisons en torchis, des places, des rues. Il ressemble tant à celui dans lequel j'ai grandi! Une épaisse forêt le jouxtait et il était traversé par une petite rivière qui coulait paisiblement et dont le bruit était très agréable à entendre.

Pendant un instant, j'hésite à y aller et pense à le contourner mais j'ai besoin de voir du monde. Je me suis tenue isolée de tout pendant trop longtemps. Et puis j'ai besoin de me restaurer, de manger quelque chose de plus consistant que de la viande crue et de moins fade que des racines. J'ai besoin de boire plus que l'eau de pluie que j'essaie de faire tomber. J'ai besoin de me soigner, de me reposer et plus le temps passe, plus je suis obsédée par le manque de soin que je m'accorde.

J'avance lentement vers le village, prends délicatement mon poignard et le fais tourner dans la paume de ma main afin de me distraire. Je prends le temps de déambuler dans les ruelles, de tout observer. Les maisons sont jolies quoi que pas très vastes. Quelques unes d'entre elles ont des fleurs aux fenêtres et leur parfum embaume quand on passe à côté; une odeur sucrée et délicate que je n'ai pas sentie depuis longtemps. Et sur les fines pétales colorées je peux encore voir les gouttes de la dernière pluie qui luisent au soleil.
Cela me fait sourire, m'apporte un peu de réconfort.

Je croise quelques personnes qui passent à côté de moi sans me regarder. Elles semblent s'affairer. Le village paraît presque désert. Du moins, je le croirais si je ne ressentais pas une petite agitation à l'intérieur des maisons.
Je tourne la tête. Une femme ouvre sa fenêtre, y dépose un gâteau dont l'odeur alléchante me fait saliver. Elle me regarde; ses yeux se teintent d'angoisse. Puis elle referme précipitamment la fenêtre sans demander son reste. Je comprends que quelque chose cloche ici.

Mes pas se font moins pressants. J'ai l'impression que quelque chose va m'arriver ici. Je pense alors à ma magie qui pourrait m'aider. Après tout, je ne suis pas mage pour rien, même si mon apprentissage a été rompu, à mon plus grand désespoir...
Mauvaise idée. Je me ravise. Si on me voit, je risque d'avoir des soucis. On serait capable de me dénoncer et alors, ça serait de nouveau la torture pour moi et... certainement la mort. Je passe une main sur ma nuque, là où je garde une cicatrice. Elle est la marque de mes mauvais souvenirs, de toute la souffrance que j'ai endurée et que je ne peux pas oublier.

Tout d'un coup, je remarque un homme. Il est assis sur un tabouret, devant la porte de sa maison et il regarde ce qu'il se passe dehors. Ses mains se crispent, comme s'il était lui aussi en proie à de mauvais souvenirs. En tous cas, il a l'air aimable et sa sagesse semble se lire sur son visage. Il me fait penser au mage de mon village, celui auprès de qui j'ai tout appris, celui qui a bien voulu croire en moi, la petite fille insouciante et hyperactive.
Je m'approche, l'homme me remarque. Ses yeux se plissent, il semble de méfier. Je ne bouge pas. L'hésitation me pétrifie. Soudain, l'homme lève doucement la main et me fait un signe.

Action: Aller voir l'homme.
Intentions: Lui parler et savoir ce qu'il veut.

_________________
Je ne savais pas que c'était impossible, alors je l'ai fait ~
Revenir en haut Aller en bas
http://brisechagrin.wordpress.com/
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Lun 24 Déc - 1:26

Le vieil homme rabaisse sa main. Il sait que la jeune femme l'a vu. Il la regarde approcher d'un air peu amène et avec une curiosité maladive, celle qui le caractérisait déjà quand il était enfant. Il la détaille rapidement, s'attardant sur ses cheveux rouges et ses yeux à la couleur peu habituelle mais qu'il aimait tant voir sur ses fleurs favorites. Oui, il avait vu juste.

Maharet finit par s'asseoir après une longue hésitation. Le vieil homme continua son observation, sachant que cela était tout simplement malpoli. Mais il n'en était plus à ça près. Ce qu'il avait vécu lui avait laissé de rares restes plus amers les uns que les autres. Il ne se souciait plus des petites maladresses de la vie quotidienne et avait appris à être direct et honnête avec les autres. Cette attitude, assez dérangeant pour les autres, l'avait exclu de la communauté qui voyait en lui une certaine menace à leur bonheur plus ou moins sincère.

Il sortait rarement de chez lui, préférant la douce chaleur de son logis et l'odeur de ses livres favoris, harmonisée avec le parfum de l'encre qu'il utilisait pour conter sa vie. Il pensait léguer cela à ses petits-enfants même si ceux-ci l'avaient certainement oublié. Sa femme avait disparu, il y a plusieurs années de cela et il ne s'en était jamais remis. Volatilisée un matin de novembre, alors qu'il s'était rendu au marché. Après cela, sa vie n'avait plus été la même.

Aujourd'hui, comme tous les 9 novembre de chaque année, il se remémorait. Son visage, son sourire, ses yeux et son allure. Elle lui manquait. Assis seul, sur son banc fétiche, il lui arrivait souvent de parler dans le vide. Il se replongeait dans ses souvenirs d'elle, avant sa disparition et avait l'impression de revivre ces années de bonheur. Les autres, le prenant pour un fou, évitaient de sortir la matinée afin de ne pas avoir à le croiser. Cela ne le dérangeait plus, il s'était habitué à cette vie de solitaire.

Il attendit que la jeune femme s'installe avant d'entamer la conversation.

- J'y étais, commença-t-il de sa voix rocailleuse, pleine de réminiscence du temps où il savait encore sourire.

Il avait reconnu la jeune femme, célèbre dans la région pour des raisons assez obscures qui échappaient à la plupart des gens. Il se rappelait.

- J'y étais, continua-t-il. Ymnis, la ville de Lumière, ville regroupant les plus prestigieuses universités de la magie. J'y étais. Il faisait sombre ce jour-là, très sombre, je me souviens m'être fait la réflexion. Des hordes de cavaliers asseyaient les villageois : ils cherchaient quelqu'un.

Revenir en haut Aller en bas
Elisheba
Passager


Messages : 685
Birthday : 26/09/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Dans la kinésphère

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Jeu 27 Déc - 15:14

A l'évocation d'Ymnis, mon visage se fige. Oh, c'est impossible. Je n'avais pas entendu ce nom depuis mon départ. Car c'était là que j'avais vécu. Là que j'avais appris la magie. Je me voyais encore déambuler dans les grandes rues vêtue de ma robe d'apprentie. A cette époque-là, nous étions des milliers mais seuls quelques un réussissaient.
Le jour sombre. Oui. Je m'en souviens comme si c'était hier. C'est ce fameux jour où mon destin a basculé. Je murmure:
-C'était moi qu'ils cherchaient...

L'homme hoche la tête. Il ne détache pas ses yeux de moi. Instinctivement, je lui prends les mains; cela fait des semaines que je n'avais pas ressenti le moindre contact humain. Je m'écrie:
-Oh, racontez-moi!
Mon interlocuteur se racle la gorge et continue:
-Oui. C'était bien toi qu'ils cherchaient. Toi, ta famille et ton maître.

Alors comme ça, il y était aussi? Il avait certainement dû entendre parler de moi, avec toutes les rumeurs qui traînaient à mon sujet. Mais, à ma grand surprise, il n'a pas peur de moi. Au contraire, il semble confiant et amical.
-J'ai entendu tout ce que l'on dit de toi, reprend-il encore. Tu sembles surprise... Tu ne me connais pas, Maharet. Mais moi, je te connais.
Je sursaute. Sait-il vraiment qui je suis? Ce peut-il qu'il connaisse la vérité aussi? Il peut peut-être m'aider!!

Ma méfiance reprend le dessus. Je devrais sérieusement m'abstenir de lui divulguer quoi que ce soit me concernant. En tous cas, il me regarde avec un air malin mais bienveillant. Sans plus attendre, je murmure:
-Mais... qui êtes-vous?

_________________
Je ne savais pas que c'était impossible, alors je l'ai fait ~
Revenir en haut Aller en bas
http://brisechagrin.wordpress.com/
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Mar 5 Fév - 15:22

Le vieil homme regarda la jeune femme attentivement. Il finit par lui sourire.

- J'étais professeur en ce temps-là, un maître émérite qui n'acceptait que les élèves les plus talentueux.

Il fit une pause, se rappelant cette époque lointaine où les gens le reconnaissaient et lui faisaient confiance. Ils lui confiaient leurs enfants, et il aimait les voir progresser grâce aux exercices qu'il leur donnait. Oui, à cette époque, il était heureux, surtout qu'il vivait avec celle qu'il aimait et qui le soutenait jour après jour. Un sourire apaisé s'afficha sur ses lèvres.

Un nuage sombre passa au-dessus du couple peu commun. Maharet leva la tête et quand son regard se posa de nouveau sur le vieil homme, elle remarqua que son air joyeux avait totalement disparu.

- Je ne croyais pas les rumeurs. J'avais confiance en tous mes collègues mais je n'aurais pas du être si naïf. Certains ont trahi notre cause.

Son regard se perdit dans le vide, comme s'il était revenu à Imnis.

- Je m'appelle Thrane. Et l'on m'avait mis dans la confidence.

Il se mit alors à fixer la jeune femme avec intensité. Oui, il parlait bien d'elle.

- Mais, parce que ces personnes étaient malveillantes, tous mes souvenirs concernant ces évènements ont été supprimés de ma mémoire. Je ne me souviens que de cette obscurité, que l'on te cherchait et que d'autres maîtres, et professeurs, à l'école, étaient effrayés. Ces cavaliers qui couraient, bousculaient les gens pour te trouver. Mais tout le reste me fut enlevé.

Il se tut, comme brisé.
Revenir en haut Aller en bas
Elisheba
Passager


Messages : 685
Birthday : 26/09/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Dans la kinésphère

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Mar 12 Fév - 22:11

Je ferme les yeux et tente de réprimer un sanglot. Thrane ne dit plus rien; il semble plongé dans ses réflexions tout comme je suis plongée dans les miennes. Je n'arrive pas à le croire; après une longue période d'errance j'ai enfin trouvé un visage ami!

Mon interlocuteur finit par tourner la tête vers moi. Je tente de dissimuler mes émotions mais ça fait des jours et des jours que je compose un air neutre sur mon visage. Désormais je ne peux plus. Je murmure:
-Comment est-ce possible...?

Thrane a l'air de savoir des choses que j'ignore... Alors aurait-il une autre version des faits que la mienne?
-Je sais que ça peut te paraître fou, me fait-il remarquer avec un petit sourire aux lèvres.
Je lui souris aussi, encore abasourdie par ce que je viens d'entendre. Quelque part, j'admire Thrane. Il a l'air d'avoir vécu pas mal de choses et il a encore la force de sourire un peu, même si tous ses souvenirs ont été effacés. Mais comment ont-ils pu lui faire ça?
Je n'ose pas lui poser la question, de peur d'être impolie. Mais notre discussion n'est pas terminée. J'ai encore beaucoup de choses à apprendre, on dirait. Et Thrane a l'air de vouloir quelque chose lui aussi. Je déclare:

-Ecoutez... je n'ai nul part où aller...

Le vieil homme me regarde droit dans les yeux et hoche la tête.

Action: Demander le chemin
Intentions: Obtenir de l'aide du vieil homme

_________________
Je ne savais pas que c'était impossible, alors je l'ai fait ~
Revenir en haut Aller en bas
http://brisechagrin.wordpress.com/
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Jeu 14 Fév - 21:12

Thrane sourit à la jeune fille quand celle-ci lui dit qu'elle n'avait nul part où aller. Il ne savait pas si la jeune fille allait accepter ou pas, mais il tenta quelque chose. Il voulait, lui aussi, passer encore quelques temps avec Maharet : cela lui changerait des longs moments de solitude qui faisaient son quotidien.

- Tu peux venir chez moi le temps de te reposer et tu pourras repartir quand tu le veux. J'ai quelques cartes que je pourrai te les montrer, si cela t'intéresse. J'adore écrire.

Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas raconté ce genre de choses à une autre entité que ses plantes. Il se sentait quelque peu stupide d'ailleurs. Cette jeune fille devait être aussi brisée que lui, même s'il ne pouvait se souvenir pourquoi. Allait-elle lui révéler un détail intéressant ? Réussirait-elle à lui raviver quelques souvenirs enfouis ? Réussirait-elle à briser le sortilège ? Il devait essayer et puis, il voulait également l'aider. Il avait besoin d'un peu de compagnie dans ce monde bien gris.

- J'ai aussi une bibliothèque assez bien fournie. Je passe du temps à voyager quand les temps froids disparaissent. Cela t'intéresse-t-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Elisheba
Passager


Messages : 685
Birthday : 26/09/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Dans la kinésphère

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Dim 17 Fév - 15:55

Je reste sur place et regarde Thrane.
Ça alors. Je suis gênée. On vient de m'offrir l'hospitalité et je me trouve gourde de ne pas savoir quoi répondre. Je n'avais pas rêvé, si? Est-ce que pour une fois j'aurais l'opportunité de pouvoir trouver un peu de repos dans une maison? J'en ai marre d'errer dans la nature. Mais alors pourquoi est-ce que j'hésite? Thrane n'a pourtant pas l'air hostile, au contraire? Et certainement même qu'il me comprend. Et puis je devais encore lui dire des choses. J'aimerais qu'il sache.

A l'évocation de ses livres, je me sens encore plus emballée. Alors je réponds:
-Si ça ne vous dérange pas...
-Pas le moins du monde, me répond aimablement mon hôte.
Il ouvre la porte et s'efface pour me laisser entrer. Evidemment, je marque un temps d'hésitation avant de pénétrer à l'intérieur mais devant le sourire confiant de Thrane, je me puis me dérober plus longtemps. Néanmoins, je garde une main sur mon poignard; on ne sait jamais.

La demeure de Thrane est de taille moyenne et sombre car les rideaux des fenêtres sont fermés; cependant, je reste séduite par l'ambiance confidente qui règne ici. Je regarde autour de moi; les murs sont des bibliothèques toutes bien remplies de livres qu'il me brûle d'aller consulter. Un feu flambe dans la cheminée; Thrane se précipite de l'alimenter avec quelques bouts de bois.
-Je ne voudrais pas que tu attrapes froid, me dit-il. Il commence à faire frisquet ici.
Tout en me laissant à mes observations, le vieil homme m'avance une chaise et je m'assieds à une table non loin de la cheminée.
-Veux-tu te restaurer? me demande-t-il.
Je n'ai pas le temps de répondre, Thrane revient déjà avec des victuailles. Il les dépose sur la table, je ne peux m'empêcher de les dévorer des yeux. De la vraie nourriture! J'ai l'impression que ça fait des siècles que je n'en ai pas mangé.

-Je vois que tu regardes ma bibliothèque, remarque Thrane. Veux-tu y jeter un oeil?
J'acquiesce et me lève pour aller voir les livres. J'en connais certains puisque je les ai lus lorsque j'étudiais la magie. Mais même dans mon imagination la plus folle je n'aurais pas imaginé la moitié de ces livres. Ils étaient tous de couleurs plus ou moins différentes; certains étaient écrits dans une langue que j'avais fini par oublier.
-La plupart ont été écrits par ma main, m'explique le vieil homme. D'autres sont connus de moi seul.
Je hoche la tête. Je ne sais plus où donner de la tête. Instinctivement, je sors un livre de la bibliothèque et le feuillette. Sa couverture est de couleur rouge; je ne le connais que trop bien.
-Tu te souviens, n'est-ce pas? me demande Thrane.
Je ne réponds pas, remets le livre à sa place.
-Que s'est-il passé Maharet? repend-il.

Je me tourne vers lui. Il y a des choses que je dois lui dire. Des choses qu'il brûle de savoir. Oui, je dois lui raconter mon histoire.
Alors je m'assieds à table pour lui faire comprendre qu'il devrait faire de même. Il vaut mieux qu'il soit assis pour entendre ce que j'ai à raconter...

Action: Laisser Thrane s'installer
Intention: Tout lui raconter

_________________
Je ne savais pas que c'était impossible, alors je l'ai fait ~
Revenir en haut Aller en bas
http://brisechagrin.wordpress.com/
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Dim 24 Fév - 1:24

Thrane essayait de mettre la jeune femme à l'aise. Il savait qu'elle hésitait. Elle n'avait pas du être en si bonne compagnie depuis un bon moment. "Pauvre enfant", se dit le vieil homme.

Après avoir mis quelques buches dans le feu, il s'était dirigé vers la cuisine. Sur une des commodes de la salle était disposés plusieurs portraits dont un qu'il prit dans ses mains pour l'observer un moment. Il finit par le poser et prépara quelques assiettes remplies de victuailles. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas mangé avec quelqu'un et cela lui faisait tellement de bien. Il sortit ses plus beaux couverts et installa la table rapidement : il voyait bien que la jeune femme mourrait de faim.

Il l'observait tranquillement. "Certains de ces livres ne lui semblent pas inconnus", pensa-t-il, se souvenant de ces belles années où il était professeur.

Il s'assit à la table et regarda Maharet. Elle tenait dans ses mains un livre à la couverture rouge. Quelques souvenirs douloureux lui revinrent alors en mémoire puis plus rien. Un grand vide. Sa mémoire avait été effacée.

-Que s'est-il passé Maharet? dit-il, brûlant d'en savoir plus, brûlant par l'envie de vouloir atténuer ses douleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Elisheba
Passager


Messages : 685
Birthday : 26/09/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Dans la kinésphère

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Lun 25 Fév - 22:29

Je laisse Thrane s'installer et dépose délicatement le livre sur la table. Je respire lentement puis commence:
-J'aimerais commencer depuis le début... Tout a commencé il y a bien longtemps...

Le vieil homme me fixe du regard; ses yeux ont une lueur d'encouragement mais néanmoins, son visage reste soucieux. Je reprends:
-Je suis née dans un petit village pas loin d'Ymnis. Ma famille n'était pas nombreuse; il y avait mes parents et j'avais un grand frère et une grande soeur, mais nous n'avons jamais été très proches. Nous vivions chichement dans notre village, quoi que nous ne manquions jamais de rien. Depuis ma naissance, mes parents me destinaient tout comme ma soeur au métier de prêtresse, bien que je n'aie aucune vocation religieuse.

Thrane me regarde d'un air perplexe. Il semble se demander pourquoi je lui raconte ma vie. Afin de ne pas le laisser dans le doute, je continue:
-Parfois les temps étaient rudes pour les habitants du village. Mes parents m'avaient donc appris à chasser; je passais des jours entiers dans la nature et je dormais à la belle étoile... J'ai toujours aimé regarder le ciel la nuit. Je crois toujours à la bienveillance des étoiles et je me dis que parmi les millions d'astres de la voûte céleste, il doit bien y en avoir un pour moi...
Je marque une pause et souris en pensant aux longues escapades que j'ai effectuées pendant mon enfance. Mon interlocuteur sourit aussi et m'encourage à continuer.

-J'ai toujours été fascinée par la magie. Il y avait un mage dans mon village et j'ai toujours aimé le voir à l'oeuvre. Bien que je connaisse très bien cette personne, mes parents m'ont défendu de l'approcher car ils trouvaient que je portais trop d'intérêt à ses activités. Peu à peu, j'ai fini par mentir à mes parents. Je leur disais que je partais à la chasse alors qu'en vérité je passais mes journées chez le mage à l'observer. J'ai grandi, j'ai acquis assez de savoir et de sagesse pour pouvoir moi aussi apprendre la magie. Le mage du village avait lu mon avenir et m'avait encouragée à partir à Ymnis pour y intégrer une université.
-Alors tu y es allée, conclut Thrane.
-J'ai eu énormément de mal à y aller. Mes parents n'étaient pas d'accord et, à vrai dire, ils ne savaient pas que j'allais tous les jours voir le mage. Un jour j'ai pris les vêtements de mon frère et, déguisée, je suis allée à Ymnis. J'ai peiné pour être acceptée, mais finalement, mon insistance a porté ses fruits et je suis devenue une apprentie. Mes parents ont fini par le savoir; ils ont eu extrêmement de mal à s'y faire. Après un certain temps, ils m'ont laissé partir vivre à Ymnis.

Je me lève et fais quelques pas devant la cheminée tout en continuant d'expliquer:
-J'ai alors commencé à apprendre sérieusement la magie. C'était dur au début. J'avais alors douze ans, j'étais hyperactive et je ne tenais pas en place. Mon professeur a dû redoubler de patience pour faire mon enseignement. Mais les années passant, j'ai fini par m'assagir et j'ai réussi avec brio. J'ai appris à invoquer les esprits, à faire tomber la pluie, à me défendre... et à faire des prédictions aussi. Et j'ai appris à maîtriser des sorts beaucoup plus complexes... Quelque part j'étais fière de réussir. J'ai vu tellement de gens échouer... et j'en ai vu mourir aussi, parce qu'ils ont été piégés par leur propre magie lors d'un moment d'inattention...

Je marque une pause pour que Thrane assimile mon récit, puis je reprends plus lentement:
-Mais il y avait un élément qui entachait mon bonheur. A Ymnis on me regardait avec malveillance à cause de mes cheveux et de mes yeux... J'avais toujours ignoré l'avis des autres et je ne m'occupais pas des rumeurs qui circulaient à mon propos. Mon professeur me tenait en garde. Il me disait de faire très attention car, selon lui, j'étais une cible facile pour tous les élèves qui voulaient ma chute. Il me disait aussi que s'il m'arrivait quelque chose, je n'aurais pas de mal à être reconnue coupable car les personnes jugées différentes sont souvent considérées comme dangereuses et deviennent coupables des pires crimes...
-C'est ce qui est arrivé, remarque le vieil homme. Mais ça ne me dit toujours pas ce qu'il s'est passé!
-Là où je veux en venir, c'est que ce qu'il m'est arrivé aurait pu arriver à n'importe qui. J'ai été prise pour cible parce que j'étais différente. Je suis tombée dans un piège.
-Le jugement de l'être humain est parfois stupide, murmure Thrane d'un air absent.

-Peu à peu j'ai commencé à être réputée. Beaucoup de gens venaient me demander conseil. Mon professeur semblait m'apprécier de plus en plus, tout comme les autres gens. Cependant, il gardait un oeil sur moi car il continuait de penser que j'étais une cible potentielle pour d'éventuelles personnes malveillantes. Malheureusement, il ne s'est pas trompé.

Je me rassieds et parle plus doucement.
-Un jour un haut dignitaire de la ville, accompagné de ses deux fils, est venu me demander une prédiction. C'était un homme puissant et distingué, qui avait des relations très haut placées. Celui-ci s'intéressait beaucoup à l'avenir et il aimait avoir ses prophéties quotidiennes, c'est pourquoi il m'avait simplement demandé de prédire ce qu'il se passera le lendemain en ville. Bien évidemment, je ne me suis pas méfiée et j'ai répondu le plus simplement du monde. Mais j'aurais dû me taire...
-Que lui as-tu répondu de si grave?
-Que de grandes choses allaient se passer dans le Royaume. Puis j'ai prédit aussi qu'il y allait y avoir un grand changement dans la ville... et que le haut dignitaire finirait par être empoisonné.
-C'est ce qui est arrivé... j'en ai entendu parler.
-Bien sûr. Et cet homme était accompagné lorsqu'il est venu me voir. Comme il y avait des témoins et que j'étais désormais au courant de tout, j'ai été considérée comme coupable et complice de l'empoisonnement. Evidemment, je n'ignorais pas que les deux fils étaient sur le coup, et qu'ils avaient empoisonné leur père... Quelque part, c'est comme si j'étais complice finalement...
Je pousse un soupir. Thrane me fait signe de continuer.
-Quoi qu'il en soit, ces deux hommes ont réussi à m'accuser à leur place. C'étaient eux qui avaient persuadé leur père de venir me voir la veille de sa mort afin que je sois au courant... Je ne pouvais plus leur échapper... Bien sûr, étant donné qu'ils étaient riches, ils ont réussi à corrompre les gens et à rejeter la faute sur moi... C'est facile comme excuse.

Thrane me stoppe d'une main. Il se lève, me sert un gobelet et me sert à boire d'une eau pure et limpide. Il a certainement dû se rendre compte que ma voix commençait à s'éteindre. Je murmure un merci et lui lance un regard reconnaissant avant de porter ma boisson à mes lèvres. Après cela, je m'exclame:
-Je n'ai rien pu faire pour me défendre. En tous cas, de lourds secrets ont été découverts et beaucoup de choses ont été perdues. Les deux fils du dignitaire avaient soif de pouvoir; ils étaient parvenus à leurs fins. Toutes les personnes au courant de quoi que ce soit ont été recherchées et leur mémoire a été effacée. Il en a été de même pour tous ceux qui avaient le pouvoir de les arrêter.
-Oui, me dit mon interlocuteur. J'en faisais partie... il ne me reste plus grand chose maintenant...

Je prends la main de Thrane dans la mienne pour lui apporter mon soutien. Il a l'air plutôt triste.
-Continue s'il-te-plaît, me murmure-t-il d'une voix tremblante.
-Le jour de l'empoisonnement a été sombre. Très sombre. D'ailleurs, je m'en étais fait la réflexion en me levant le matin, tout comme beaucoup de gens habitant à Ymnis. Le ciel n'avait jamais été aussi noir. C'était déjà un mauvais signe. Mais j'avais fait fi de tout cela et j'avais été rejoindre mon professeur, comme d'habitude. Il y avait d'autres élèves avec moi, et nous travaillions notre magie comme d'habitude, lorsqu'une grande agitation dehors a commencé à se faire ressentir. Nous entendions des cris, des pleurs, et je commençais sérieusement à angoisser. Au bout d'un moment, notre professeur nous a ordonné de ne pas bouger puis il est allé voir ce qu'il se passait à l'extérieur. Il est vite revenu en courant, en disant que des cavaliers cherchaient quelqu'un et qu'un dignitaire avait été empoisonné. Je me suis légèrement sentie défaillir; je ne savais pas quoi faire. Les autres élèves ont fui et mon professeur, qui savait que j'étais pour quelque chose dans toute cette affaire, m'a ordonné de me mettre à l'abri. Je n'ai pas eu le temps de partir. Les cavaliers sont arrivés, j'ai juste eu le temps de me cacher. Ils ont questionné le professeur et comme il n'a pas voulu avouer, ils l'ont tué. Il est mort devant moi... dans sa lente agonie il me suppliait de fuir et il s'excusait d'avance de ne pas avoir pu me protéger. J'ai juste eu le temps de récupérer la dernière goutte de son sang... je le porte toujours sur moi.

Je pose une main sur médaillon que je porte autour du cou et ferme un instant les yeux, me préparant à raconter la suite qui, pour moi, était encore plus douloureuse que le commencement:
-La suite, beaucoup de gens la connaissent. J'ai fini par être arrêtée. On m'a mutilée et torturée; mon corps ne l'a pas supporté.
Je soulève mes longs cheveux et montre à Thrane la cicatrice pourpre qui zèbre ma nuque. Je vois le vieil homme serrer les poigs et prendre un air de douleur.
-J'aurais dû être condamnée à mort mais j'ai réussi à m'enfuir. Je me suis rendue dans mon village et j'ai appris que mes parents avaient été assassinés à cause de moi. Il en a été de même pour mon frère... Et pour ma soeur, qui remplissait alors ses offices au Temple. Elle a été tuée devant l'autel...
-Ils... ont profané le Temple?! s'écrie soudain Thrane avec colère. Mais... c'est interdit! On ne tue personne au Temple!
Je hausse les épaules et, sans plus faire attention au vieil homme, je termine:
-J'ai été bannie de mon village; on a menacé de me livrer si j'osais seulement revenir. Alors j'ai commencé à errer. Je me suis nourrie de plantes et de ma chasse; sur mon chemin j'ai rencontré des gens qui savaient qui j'étais. Tout le monde dans les environs sait que je suis condamnée. On m'a refusé de l'aide; j'ai dû me débrouiller seule. C'est comme ça que je suis arrivée ici. Vous êtes la seule figure bienveillante que j'ai rencontrée depuis mon départ. Je.. je ne sais pas quoi faire. Je me sens comme une bête traquée par tout le monde! Je dois fuir, vous comprenez, c'est juste que je ne veux pas mourir! Je veux juste trouver un moyen de redevenir quelqu'un, je sens que je dois accomplir une mission dans ma vie pour retrouver un peu de dignité.

Je me tais enfin. Thrane a l'air perplexe; il semble beaucoup réfléchir. En tous cas, son regard s'est éclairé, comme s'il avait retrouvé quelques souvenirs. Cependant, il ne dit rien. Je baisse la tête et conclus:
-Voilà. Vous savez tout maintenant...

Action: Attendre une éventuelle réponse ou réaction de Thrane
Intentions: Le laisser retrouver quelques souvenirs et éventuellement obtenir de l'aide

_________________
Je ne savais pas que c'était impossible, alors je l'ai fait ~
Revenir en haut Aller en bas
http://brisechagrin.wordpress.com/
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Mar 26 Fév - 17:39

Thrane en avait appris beaucoup plus qu'il ne l'aurait voulu. Il ne se souvenait toujours de rien, la magie qu'on lui avait appliqué fonctionnant toujours. Cependant, il pouvait se rappeler certaines de ses anciennes émotions, celles qu'il avait ressenties ce jour-là : colère, profonde tristesse, inquiétude pour sa famille et sa fiancée, peur de perdre son poste et peur pour sa vie.

Il ne connaissait pas Maharet à l'époque car il n'enseignait pas du tout dans les domaines qu'elle affectionnait mais il en avait entendu parler, toujours en bien. Certains de ses collègues professaient cependant des mensonges à son encontre, mettant en avant sa basses extraction ou ses piètres capacités (qui surpassaient de loin celles d'élèves prodigieux).

Thrane avait eu peur ce jour-là :ces hordes de cavalier qui assaillaient l'école. Il n'avait pas compris ce qu'il se passait. Puis plus rien. Un noir absolu. Son souvenir suivant était un réveil fort douloureux dans sa petite chambre, prêt de sa fiancée qui prenait soin de lui. Il lui en avait très reconnaissant.

Thrane était triste mais bien plus en colère : ce que les riches et nobles pouvaient commettre n'avait donc aucune limite ! S'il avait su ce qui c'était passé plus tôt, peut-être aurait-il fait quelque chose. Avec le temps et ses voyages, il avait récupéré quelques informations mais celles que venaient de lui donner Maharet les surpassaient toutes.

- Je suis sincèrement désolée pour toi, Maharet. Je ne savais pas.

Il fit une pause avant de reprendre.

- Si tu veux que je t'aide, je ferai ce que je peux. Dans deux jours, je dois me rendre au grand marché aux herbes, à l'est d'Erna. J'aimerais mettre en œuvre quelques potions, telle était ma spécialité à Ymnis et cela me manque.

Il ne savait pas trop pourquoi il lui dévoilait cela, mais il était persuadé qu'il pouvait lui faire confiance.

- Erna est un carrefour important. Peut-être que là bas tu trouveras quelqu'un ou quelque chose qui pourra t'aider. J'aimerais bien sur que tu restes ici mais telle n'est pas ta destinée, je le sens. Et tu as mieux à faire que de rester avec un vieux comme moi.

Même s'il n'était pas très âgé, la perte de mémoire et la perte de sa femme l'avaient grandement affaibli.

- Tu pourrais faire le voyage avec moi puis partir de ton côté, si ça t'intéresse. Tu auras ainsi deux jours pour te ressourcer.

Il se leva et s'approcha de la jeune femme.

- Tu as tous mes livres à ta disposition et j'ai deux chevaux : Étoile et Lune. Nous partirons avec eux. Tu peux les monter si tu as besoin. Mais, si tu dois sortir, mets une cape pour qu'on ne te reconnaisse pas. Comme tu le disais si bien, tout le monde n'est pas aussi conciliant que moi.

Navré, il prit les mains de la jeune femme et les serra dans les siennes. Ses mains étaient froides.

- Faire des prédictions te rebute-t-il à présent ?
Revenir en haut Aller en bas
Elisheba
Passager


Messages : 685
Birthday : 26/09/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Dans la kinésphère

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Ven 1 Mar - 20:42

Sans aucune hésitation, j'accepte l'invitation du vieil homme. Il a raison, ma destinée n'est pas ici et je dois continuer ma route mais je ne refuse pas quelques jours de repos ainsi que quelques temps en compagnie de mon hôte. D'ailleurs, il me tarde déjà d'aller à Erna. J'en avais entendu parler lorsque j'étais à Ymnis et on ne m'en avait fait que des éloges.

Puis je prends le temps de réfléchir à la question de Thrane. En fait, je cherche le moyen de répondre le plus honnêtement possible. Je suis encore toute retournée par la conversation que nous venons d'avoir; je n'avais jamais autant parlé de moi à quelqu'un depuis mon départ.
Je serre délicatement les mains de Thrane. Il avait pris les miennes et, à ma grande surprise, je ne les avais pas retirées.
-Eh bien...

Je cherche mes mots pendant quelques secondes, puis réponds calmement:
-Au début oui, j'avais très peur. Pour tout vous dire, j'ai eu énormément de mal à utiliser la magie après tout ce qu'il m'est arrivé. Je m'étais même résolue à tout abandonner. Mais je n'ai pas tenu bien longtemps. La magie est devenue comme un besoin pour moi... c'est ainsi que j'ai recommencé à l'utiliser petit à petit. Faire des prédictions ne me fait plus peur désormais. Mais croyez-moi. Rien ne me fera oublier ce qu'il m'est arrivé. Je me méfierai toujours maintenant.

Mon interlocuteur hoche la tête et me regarde avec un grand sourire. Je ne sais pas ce qu'il a derrière la tête mais je ne peux m'empêcher de sourire aussi. Deux fossettes se creusent sur mes joues; je baisse la tête pour les cacher car, même si je n'ai jamais vraiment su pourquoi, j'en ai honte.
Enfin, je me reprends, et lance un regard interrogateur à Thrane. Pourquoi m'a-t-il posé cette question?

Action: Attendre une parole du vieil homme
Intentions: Savoir où il veut en venir

_________________
Je ne savais pas que c'était impossible, alors je l'ai fait ~
Revenir en haut Aller en bas
http://brisechagrin.wordpress.com/
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Sam 2 Mar - 16:35

Thrane écouta la jeune femme avec calme. Il comprenait tout à fait qu'elle puisse avoir eu des difficultés à pratiquer son art après tout ce qu'elle avait vécu. Lui-même n'avait plus fait confiance aux gens qui l'entouraient. Pendant quelques années, il n'avait plus vu que conspirations et machinations. Sa perte de mémoire lui avait fait faire de terribles cauchemars durant de longues années.

- Ma femme était venue te voir pour obtenir une prédiction. Tu lui avais prédit de merveilleuses choses et elle ne cessait de me dire combien tu étais incroyable car tu lui avais un bel effet. Et nous avons vécu toutes ces choses, plus ou moins, jusque sa mort. Je suis sure que tu avais vu comment et quand elle allait mourir mais tu ne l'as pas fait et je t'en remercie.

Thrane sourit à Maharet.

- C'est assez égoïste mais j'aurais aimé obtenir une de tes prédictions avant de mourir. Mais maintenant que j'y pense, je me demande vraiment si cela en vaut la peine. Qui a envie de savoir comment il finira, hein ? Personne. Ma curiosité aura été trop forte, et je m'en excuse. Installe toi. A l'étage il y a assez de lits et tu peux choisir celui que tu veux. Personnellement je dors très peu.
Revenir en haut Aller en bas
Elisheba
Passager


Messages : 685
Birthday : 26/09/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Dans la kinésphère

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Dim 24 Mar - 20:10

Thrane me regarde avec des yeux pleins d'espoir et se tait. Finalement, je suis contente d'avoir accepté de rester. Un peu de compagnie me fera du bien.
Quant à la prédiction, qu'à cela ne tienne! Je me saisis des mains de Thrane, les ouvre paume vers le ciel et y place les miennes avant de bien me concentrer. Il semblait avoir abandonné son envie de connaitre son avenir mais après tout ce qu'il faisait pour moi, je lui devais bien ça.
Je serre les mains de Thrane entre les miennes. Déjà, je ne vois plus rien, je n'entends plus rien. Une étrange sensation s'empare de moi; des images me viennent en tête et défilent devant mes yeux, je devine que ce sont des passages de la vie de mon interlocuteur. Après cela, une vision me vient, soudaine. Elle ne dure qu'une fraction de seconde et pourtant elle reste entièrement dans ma mémoire. Puis, plus rien.

Je lâche les mains du vieil homme et prends quelques secondes pour revenir à moi. Un sourire s'esquisse sur mon visage. Je réalise que Thrane me fixe d'un air interrogateur. Je souris encore plus et lui déclare:
-Vous irez bien. Tout ira bien. Votre vie est loin d'être finie, croyez-moi. Et un jour, d'une façon ou d'une autre, vous serez vengé.

Mon interlocuteur prend un air surpris, puis satisfait. Cependant, il semble encore un peu inquiet. Sans doute est-il effrayé de découvrir son avenir? Je ne peux lui en dire plus. Je préfère ne pas tout lui dévoiler sinon, comment pourrait-il éprouver le plaisir de vivre pleinement chaque jour qui passe?
Quelque part, je suis soulagée que l'avenir s'annonce si agréable pour cet homme plus que respectable. Néanmoins, je me sens vide. Cette prédiction m'a pris toute l'énergie qu'il me restait.
Je me lève, remercie mille fois Thrane pour son hospitalité et vais m'installer à l'étage. Je choisis un lit au hasard. De toutes façons, après plusieurs semaines de vie dans la nature, n'importe quel matelas me conviendrait.
Je m'allonge sur mon lit et sens le sommeil me gagner. Je suis tellement épuisée de tout ce qu'il m'arrive que je ne mets pas longtemps à m'endormir.

Action: Laisser tranquillement les deux jours passer
Intentions: Repartir bientôt!

_________________
Je ne savais pas que c'était impossible, alors je l'ai fait ~
Revenir en haut Aller en bas
http://brisechagrin.wordpress.com/
Lyadrielle
Passager


Messages : 1318
Birthday : 08/02/1992
Âge : 24
Où suis-je ? : Pas très loin de la lune

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Dim 31 Mar - 0:20

Thrane parut étonné mais finit par comprendre. La vision que la jeune fille venait d'avoir semblait plus que positive. Il en fut ravi même si le mot 'vengeance' le fit tressaillir. Qu'entendait-elle dire par là ? Il décida de ne plus y penser pour le moment et se concentra sur sa nouvelle tâche : préparer un repas pour la jeune fille et un petit quelque chose pour lui.

- Je te remercie, Maharet. Tu peux aller te reposer maintenant. Je vais commencer à préparer le repas de ce soir ainsi qu'un goûter, si tu en désires le besoin.

La matinée était bien avancée, il était déjà plus de 16h. Thrane n'avait pas vu le temps passer. "Cela faisait longtemps que je n'avais pas passé une aussi bonne journée".

Il regarda Maharet monter à l'étage et alla s'installer dans la cuisine.
Demain, ils prépareraient ce dont ils auraient besoin pour le voyage.

Toutes ces informations, sur la vie et la captivité de la jeune fille, l'avaient ébranlé.
Il continuait encore à y réfléchir quand il mit de l'eau à chauffer.
Revenir en haut Aller en bas
Elisheba
Passager


Messages : 685
Birthday : 26/09/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Dans la kinésphère

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Jeu 9 Mai - 17:40

Je me lève de bon matin, le sourire aux lèvres et en pleine forme. Mes deux jours passés chez Thrane m'avaient permis de me ressourcer pleinement. J'avais bien dormi, j'avais repris des forces et grâce à la générosité de mon hôte, j'avais pu lire quelques livres de sa bibliothèque, ce qui avait achevé de combler le manque de connaissance que j'avais éprouvé ces dernières semaines.

Je m'habille et enfile la cape qui me protège à chacune de mes sorties. Elle est pourpre, de la même couleur que mes yeux. Au début j'ai eu peur que la couleur ne soit trop voyante mais Thrane m'avait assurée que cette couleur était commune et passerait inaperçue. Au fil de mes sorties, je me suis rendue compte qu'il avait raison et que je pouvais donc librement prendre l'air.
Ainsi parée, je descends rejoindre Thrane.

Ce dernier s'affaire déjà dehors; dès les premières lueurs du jour, je l'ai entendu s'éveiller et préparer notre départ pour Erna. Près de la maison, deux chevaux attendent d'être montés. Ils sont magnifiques et très majestueux. Je ne résiste pas à l'envie de m'approcher d'eux.
Thrane me remarque enfin. Comme chaque matin, nous nous sourions et engageons une conversation qui ne s'essouffle jamais. Je lui donne un coup de main dans sa tâche tout en lui parlant.

Au bout d'un moment, je lève les yeux au ciel et remarque qu'il fait étrangement beau. Je murmure:
-Il fait beau... C'est un jour particulier aujourd'hui... Il va se passer quelque chose.
Mais lorsque je baisse les yeux, je vois deux silhouettes se profiler au bout de la ruelle. L'un marche très bien, l'autre boite quelque peu. Ils échangent quelques mots et ne semblent pas vraiment hostiles mais je n'arrive pas encore à les cerner et à savoir si ces personnes sont un bon présage ou non pour moi.
Instinctivement, je porte une main à mon poignard et le fait tourner dans la paume de ma main au cas-où j'en aurais besoin.

Thrane se tourne vers moi et m'observe. Il considère d'un oeil étonné mon attitude devenue assez sauvage avant de remarquer les deux figures qui s'approchent. Il pose une main sur mon épaule et s'avance vers les deux inconnus avec une curiosité non dissimulée.

_________________
Je ne savais pas que c'était impossible, alors je l'ai fait ~
Revenir en haut Aller en bas
http://brisechagrin.wordpress.com/
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Sam 28 Juin - 15:50

_____Le plus inquiétant était celui de droite. De lui se dégageait une aura très pesante, sombre et torturée. Elle était à peine perceptible, mais elle pouvait la voir. Peut-être était-elle la seule, d'ailleurs. Elle ne le quittait plus du regard. Elle sent que Thrane l'observe avec inquiétude et espère qu'elle se méfie pour rien, et pourtant... L'homme de droite trébuche et s'appuie sur son compagnon. Puis il tomba tête la première et là, et là... Il disparut. Totalement. Elle entendit un bruit à sa droite, juste devant Thrane, une ombre qui la survole. Il lui sembla réagir avec une lenteur impossible. La silhouette était à sa gauche. Elle pouvait la voir du coin de l'oeil. Un danger immense. Allait-elle mourir ?

_____Un fantôme, c'était un fantôme. Un être sans forme ni consistance, dont les déplacements ne respectaient aucune loi de la physique. Elle se retourna. Elle vit ces vêtements noirs, déchirés et délavés. Sombre comme la mort. Un reflet de métal. Avant qu'elle ne puisse réagir, la silhouette se précipitait sur Thrane, qui était à droite de Maharet. Ce dernier semblait totalement paralysé, comme si le temps s'était arrêté. Il regardait dans la mauvaise direction. Ce n'était pas bon. Si elle ne réagissait pas maintenant, ils allaient mourir. Elle sentait l'hostilité dans cette chose. Une hostilité brutale, immémoriale. Un désir sourd de vengeance. Elle comprenait ce désir.

_____Elle ressentit une vague tristesse. Ses jambes bougèrent d'elles-même : elle sauta en arrière. Non, non, ce n'était pas ce qu'elle avait voulu faire ; elle aurait du s'interposer entre ça et Thrane, maintenant, à cause d'elle... Elle reprit ses esprits. La silhouette avait de nouveau disparu. Où était-elle ? Le danger était imminent. Elle devait réagir maintenant.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Elisheba
Passager


Messages : 685
Birthday : 26/09/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Dans la kinésphère

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Dim 29 Juin - 15:56

Je tente de reprendre mes esprits rapidement mais je reste sonnée par les événements. A vrai dire, je ne m'attendais à rien. Mon attention avait été indéniablement détournée. J'avais mal agi, je le savais; reculer sur mes pieds pour me protéger, moi et moi seule, ce n'était pas la bonne solution. J'aurais dû réagir plus vite. L'ombre s'était déplacée à une vitesse si grande que mes yeux avaient du mal à la percevoir.

Trêve de réflexion! Si l'attaque ne m'est pas destinée, je me dois tout de même de protéger Thrane. Mais que faire? Utiliser mon poignard serait inutile et il était trop tard pour que je m'interpose désormais. Je ne peux pas me permettre de m'armer et de me lancer dans une danse avec ce qui me semble être un ennemi. Et l'appel des esprits met beaucoup trop de temps. Il ne me reste qu'une chose à faire: invoquer par moi-même.

Malgré la panique qui s'est emparée de moi, je me concentre pour entrer en tanse. Puisant dans mes propres forces, j'essaie d'user de ma magie pour, dans une ultime tentative, protéger Thrane.

Action: Faire apparaître un champ de force autour de Thrane, ce qui formerait comme un bouclier temporaire.
Intentions: Gagner du temps et protéger Thrane du mieux possible, tout en espérant que le bouclier soit efficace et se forme à temps.

_________________
Je ne savais pas que c'était impossible, alors je l'ai fait ~
Revenir en haut Aller en bas
http://brisechagrin.wordpress.com/
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Dim 29 Juin - 16:47

_____Le sabre s'abattit, froid comme la mort, juste au moment où la protection improvisée s'activait. Il la traversa comme si c'était du beurre. Les yeux écarquillées, Maharet contempla son ami se faire trancher en deux, impuissante. Non. C'est impossible ! Sa vision était floue, brouillée de larmes. Elle avait l'impression que le lignes se déformaient et tournaient, tournaient... Le sang gicla en silence, Thrane s'effondra par terre dans un dernier soupir et la silhouette se retourna vers la sorcière. Elles échangèrent un court regard. Qu'elle n'oubliera jamais. Ce visage. Elle venait enfin de trouver un refuge, un toit, un ami, quelqu'un qui l'avait accueilli, et lui, et lui !! Il allait mourir. Maharet se laissa submerger par la haine et la rage. Ses idées confuses se mêlaient alors qu'il lui semblait entendre plein de voix dans sa tête. Elle percevait mal son entourage, mais d'une chose, elle était certaine : Il allait payer. Elle senti un vide dans son cœur tandis qu'une boule dans son ventre aspirait toutes ses forces comme un trou noir. Mais sa colère ne faisait qu'amplifier. Sa vision se teinta de noir. Ses pensées s'obscurcirent. Elle eut des visions de mort et de carnage qui, au lieu de la terroriser, la remplissaient d'une certaine satisfaction. Tout était si confus ; son esprit s'embrumait. Elle sentit ses forces diminuer alors que de terribles flots de magie affluaient à travers chaque parcelle de son corps, dirigés vers un seul objectif : cet homme en noir. Il allait mourir.

_____Il semblait se mouvoir au ralentit, désormais. Toujours en la regardant droit dans les yeux, il battait en retraite, mais il était trop tard. Les esprits répondaient déjà à son appel. Il n'y avait aucune échappatoire pour lui, aucun moyen qu'il puisse s'échapper. Elle sentit ses flots de rage et de colère se matérialiser devant elle, fantôme grisonnant de haine qu'elle seule était en mesure de voir. L'être n'avait pas de forme. Ou plutôt il changeait de forme si continuellement qu'on ne pouvait pas dire qu'il en avait une. Avec une lenteur exaspérée, il apparaissait. Puis, aussi rapide que la fondre, il fondit sur la silhouette noire qui n'eut pas le temps de réagir. Maharet la vit se débattre avec sa haine qui la consumait violemment puis disparaître.

_____C'est alors que toutes ses forces la quitta. Ses énergies l'abandonnèrent et elle s'effondra, épuisée. Elle eut vaguement conscience que le spectre qu'elle avait invoqué rejoignait le monde des esprits sans avoir accompli sa tâche et, dans un dernier effort, releva la tête pour voir la silhouette et son compagnon disparaître au coin de la rue. Les larmes lui vinrent d'elles-mêmes. Maudite soit son impuissance ! Si seulement... Elle avait pu protéger Thrane. Elle avait échoué en tout point. Même à le venger. Soudain, dans un dernier accès de rage, elle s'écria, du plus fort qu'elle pu :

-"Maudit sois-tu, toi et ta lâcheté ! Reviens te battre, bordel !" La douleur fusait dans le moindre de ses muscles, dans la moindre articulation, dans la moindre parcelle de sa peau, partout. Puis, dans un soupir, alors qu'une migraine insupportable commençait à se manifester, elle lâcha cette promesse : "Je te traquerai, je te trouverai, et je te tuerai, tu m'entends ?! JE NE TROUVERAI PAS LE REPOS TANT QUE JE NE T'AURAIS PAS TUÉ !!"

_____Étrangement, elle sentit un nouveau vide se créer dans son coeur, épuisant à nouveau ses forces. Comme si elle utilisait de nouveau son pouvoir magique. Mais, déjà trop épuisée, elle perdit connaissance.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Elisheba
Passager


Messages : 685
Birthday : 26/09/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Dans la kinésphère

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Sam 23 Aoû - 20:04

J'émerge brusquement de mon inconscience. Couchée misérablement au sol, je mets du temps à rassembler mes esprits. Lorsque je suis totalement éveillée, je me rends compte que le temps a changé et que l'on m'observe. Quelques villageois me jaugent de loin comme s'ils hésitaient à m'apporter de l'aide. Pas étonnant pour une jeune femme traquée et crainte.
Je me relève toute seule et rabats la capuche de mon manteau sur ma tête afin de bien me dissimuler. Soudain, tout me revient: le départ pour Edna, le combat, la mort de Thrane. Ce dernier souvenir me frappe comme un poignard. Je me retourne; à quelques mètres de moi, le cadavre de mon vieil ami qu'on avait tué devant moi gisait toujours dans une mare de sang. Je me mords le poing pour retenir un sanglot et quelques gémissements de douleur. Se reprendre, vite. Il faut se reprendre!!

L'homme en noir. Il faut que je le retrouve. Sans hésiter, je m'empare de la bride d'un des chevaux de Thrane, celui qui est noir comme de l'ébène, Etoile ou Lune, je ne sais plus. Je mets le pied à l'étrier sans tarder. Mes dernières forces me permettent à peine de me hisser et je dois m'y reprendre à plusieurs fois avant de pouvoir prendre un appui solide et m'asseoir sur ma selle en amazone.
Alors que je souffle d'agacement, je remarque un gamin qui m'observe depuis quelques minutes. Adossé à la maison d'en face, il mange tranquillement une pomme en me fixant du regard. Immédiatement, je tire les bords de ma capuche pour m'assurer qu'il ne me reconnaîtra pas.
-Vous allez bien madame? me demande-t-il d'une voix innocente tandis que je le regarde de travers.
Je hoche la tête et répond par l'affirmative avec une voix que je voulais assurée. Le garçon me fixe toujours en mordant dans son fruit dont le jus lui coule sur les doigts.
-Dis gamin, tu me rendrais un service?
Le petit garçon se redresse et me regarde avec un air interrogateur. D'une main, je désigne le cheval de Thrane que je ne monte pas.
-Ce cheval est à toi, petit. Je n'en ai pas besoin et ça me dérange de l'abandonner. Prends-en soin ou garde-le, c'est égal. Mais fais en sorte qu'il soit toujours bien nourri et considéré.
-C'est vrai?! s'écrie le gamin comme si je lui offrais le plus beau cadeau de sa courte vie. Oh merci madame!!
Il s'élance vers le cheval et lui tapote délicatement l'encolure. Je sais qu'il ne le laissera pas tomber. Avec satisfaction, je fais faire demi-tour à ma monture et me mets en route. J'essaie de garder la tête haute et un regard droit sur la route pour ne rien laisser paraître. Je reste de marbre mais en réalité je suis triste et épuisée. Néanmoins, j'essaie de chasser mes mauvaises pensées, en vain.

Je chevauche longuement sur les chemins mais reste au pas. J'avance lentement pendant de longs quarts d'heure qui me paraissent des heures. Ma lassitude m'empêche d'avancer plus vite et je sais que je ne tiendrai pas longtemps le coup. Heureusement, j'aperçois au loin un relais, un de ces établissements où l'on accueille et soigne les voyageurs. C'était une très jolie bâtisse, très large et doublée d'une écurie. Je talonne mon cheval pour m'y rendre sans tarder.

Lorsque j'arrive à bon port, dans la cour de la bâtisse, un jeune homme se dirige immédiatement vers moi pour prendre mon cheval et le mener aux écuries. Je le laisse emporter ma monture et, tout en relevant les bords de ma cape, je me dirige vers l'intérieur de la maison. Dès que je pose le pied sur le seuil, une vision m'apparaît comme un éclair: cet endroit n'est pas anodin. Je suis très proche de mon but. Néanmoins, je n'ai pas le temps de m'attarder là-dessus, une femme qui travaille ici s'avance vers moi pour m'accueillir.
-Soyez la bienvenue. Voudriez-vous vous restaurer?
Je parcours l'endroit des yeux sans savoir ce que je cherche puis murmure:
-Oui, je...

Action: Passer quelques temps dans la bâtisse
Intentions: Trouver un indice pour continuer le chemin

_________________
Je ne savais pas que c'était impossible, alors je l'ai fait ~
Revenir en haut Aller en bas
http://brisechagrin.wordpress.com/
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Sam 30 Aoû - 22:06

_____Maharet avait des frissons dans le dos, des tics nerveux qui la prenaient de temps en temps, de plus en plus net, lui remémorant la mort horrible de celui qui l'avait accueillie. Un flash subliminale, un éclair, une scène qui lui revenait, une image, le sang qui giclait, et puis... C'était si confus. Explosive. Une impression, une insupportable intuition, une tension, une urgence qui la tenait et contrecarrait son envie de dormir, sa fatigue et sa peine. Elle avait cette hâte, ces sentiments contradictoires qui lui criaient à la fois de dormir et de, de...

_____Elle se levait de bon matin, le sourire aux lèvres et en pleine forme. Ses deux jours passés chez Thrane lui avaient permis de se ressourcer pleinement : Elle avait bien dormi, repris des forces et, grâce à la générosité de son hôte, elle avait pu lire quelques livres de sa bibliothèque, ce qui avait achevé de combler le manque de connaissance que qu'elle avais éprouvé ces dernières semaines. Elle m'habillait et enfilait la cape qui la protégeait à chacune de ses sorties. Elle était pourpre, de la même couleur que ses yeux. Au début elle avait eu peur que la couleur ne soit trop voyante mais Thrane lui avait assuré qu'elle était commune et passerait inaperçue. Au fil de ses sorties, elle s'était rendu compte qu'il avait raison et qu'elle pouvait donc prendre l'air librement.
Ainsi parée, elle descendait rejoindre Thrane.

"Mademoiselle ? Vous désirez quelque chose ?"

_____Ses esprits étaient embrouillés, elle était très confuse et percevait mal l'écoulement du temps. Elle ne savait plus si c'était le matin ou le soir, le début ou la fin, le midi ou le minuit. La jeune fille la regardait avec un sourire forcé insistant qui signifiait qu'elle n'allait pas tarder à perdre patience et appeler la sécurité pour éconduire cette voyageuse égarée décidément très énigmatique.

"Une chambre pour la nuit s'il vous plait."

_____Ce dernier s'affairait déjà dehors : dès les premières lueurs du jour, elle l'avais entendu s'éveiller et préparer leur départ pour Erna. Près de la maison, deux chevaux attendaient d'être montés. Ils étaient magnifiques et très majestueux. Elle ne résistait pas à l'envie de m'approcher d'eux. Thrane la remarque enfin. La jeune fille hésita un instant puis acquiesça. Comme chaque matin, ils se souriaient et engageaient une conversation qui ne s'essoufflait jamais. Elle lui donnait un coup de main dans sa tâche en bavardant. Au bout d'un moment, elle levait les yeux au ciel et remarquait qu'il faisait étrangement beau. Elle murmurait :

"Bien sûr. Veuillez me suivre s'il vous plait.
-Il fait beau... C'est un jour particulier aujourd'hui... Il va se passer quelque chose."

_____Mais lorsqu'elle baissait les yeux, elle voyait deux silhouettes se profiler au bout de la ruelle. L'une marchait très bien, l'autre boitait quelque peu. Ils échangeaient quelques mots et ne semblaient pas vraiment hostiles mais elle n'arrivait pas encore à les cerner et à savoir si elles étaient un bon présage ou non. Instinctivement, elle portait une main à son poignard et le faisait tourner dans sa paume. La jeune fille la guida dans ce qui semblait être un hôtel premier prix : des murs nus, un sol simple et craquelé, par endroits poussiéreux, des chambres petites mais confortables, beaucoup de voisins.

_____Le sabre s'abattait, froid comme la mort, juste au moment où la protection improvisée s'activait. Il la traversa comme du beurre. Les yeux écarquillés, elle contemplait son ami se faire couper en deux. Non. C'est impossible ! Sa vision était floue, brouillée de larmes. Elle avait l'impression que le lignes se déformaient et tournaient, tournaient... Le sang giclait en silence, Thrane s'effondrait par terre dans un dernier soupir et la silhouette se retournait vers elle.

Au bout d'un moment, elle levait les yeux au ciel et remarquait qu'il faisait étrangement beau. Elle murmurait :

"Non. C'est impossible !"

_____Mais lorsqu'elle baissait les yeux, elle voyait deux silhouettes se profiler au bout de la ruelle. Instinctivement, elle portait une main à son poignard. Le sabre s'abattait, froid comme la mort. Thrane s'effondrait par terre dans un dernier soupir.

"Il fait beau... C'est un jour particulier, aujourd'hui... Il va se passer quelque chose."

_____Maharet se réveilla en sursaut. La faible lumière du jour naissant ne filtrait pas encore à travers les volets miteux de sa chambre, mais tout était clair dans sa tête. C'était comme si l'obscur sortilège qui la maintenait dans un état de confusion venait tout juste de se dissiper. Malgré qu'elle venait de passer la pire nuit de toute son existence elle avait cauchemardé de la mort de Thrane toute la nuit, revivant en boucle, encore et encore, cette scène irréelle , elle se sentait en pleine forme. Ses forces étaient revenues, son énergie recouvrée, ses sens restaurés. Et puis, cette certitude. Une connaissance froide et irrationnelle qui la possédait calmement sans qu'elle ne sût vraiment d'où elle venait. L'homme en noir. Il était là. Dans cet hôtel.

Coucou : alors c'est un peu le bordel dans la tête parce que blablabla et pour rendre ça j'ai procédé à des inversions dans la chronologie et à des permutations et des insertions bref c'est normal si tu ne comprends pas tout ! Le principal c'est que tu as cauchemardé toute la nuit ; tes souvenirs antérieurs à cette nuit sont extrêmement confus cependant que tu es désormais plus que lucide. J'ai utilisé l'imparfait pour deux raisons : premièrement pour signaler que l'action est répétée inlassablement, encore et encore ; comme une habitude (le rêve repasse en boucle pendant ton sommeil), et deuxièmement pour signaler l'incomplétude de l'action. L'imparfait c'est le temps de l'action qui s'étire, qui n'est pas finie. Imparfaite. Comme si elle ne devait jamais finir. 'alà.

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le périple de Maharet   Aujourd'hui à 11:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Le périple de Maharet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et + :: L'Île :: La Cabane :: Table Ronde :: L'aventure :: L'aventure pas à pas-
Sauter vers: