LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +
Welcome Aboard !
Veuillez vous connecter afin de pouvoir embarquer.

LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Visiter l'Atelier du Sculpteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ousmane
Sculpteur


Messages : 2

MessageSujet: Visiter l'Atelier du Sculpteur   Mar 30 Oct - 8:52

Visiter l'Atelier du Sculpteur

Campement d'Emanaye, Sénégal — Février 2010 ©Julie


___Ousmane était sagement en train de retoucher une calebasse en la colmatant avec un mélange de terre et de paille séchée, quand il entend une petite main timide frapper à la porte en bois. Il lâcha son ouvrage, leva son lourd corps de colosse aux mains travailleuses de glaise, alla ouvrir et eut un hoquet de surprise. Une dizaine de personnes inconnues se tenaient devant chez lui, le sourire aux lèvres. Celle qui avait toqué parla : "- On voulait pas vous déranger. Simplement y a l'autre Sage qui nous a demandé de venir ici vous apporter des Soleils bizarres. Perso j'ai passé un aprèm à fouiller le Bateau pendant que Julie se roulait par terre et c'est nul un peu. Donc prenez-les et on en parle plus. Adieu."

___Julie donna un coup de coude à Whatsername et laissa passer Lyadrielle qui s'avança, en tentant maladroitement de ne pas casser le précieux paquet.
"- Merci infiniment. Donc c'est bien vous les écrivains-voyageurs que nous annonçaient les tam-tams tout à l'heure ? Vous êtes les bienvenus. Entrez, je vais vous servir du thé."

___Ils entrèrent tous. L'atelier était plus vaste que la case d'Aliou, et ses murs étaient droits et faits de pierre. Des poteries d'argile fraîche étaient disposées contre un mur, prêtes à être cuites. Ousmane leur montra une statue qu'il voulait offrir au Chef du Village pour la fête de ce soir. C'était une immense charpente de tissus, d'argile et de cailloux mêlés, à l'image même du géant qu'était son sculpteur. Ousmane posa délicatement le paquet de Soleils près de la statue, à côté de son siège. Il allait s'en servir pour orner ses yeux et colorer son âme. Mais il lui manquait quelque chose avant de la terminer. "- Je veux de la couleur. J'aimerais la peindre intégralement, d'une couleur si vive que le ciel lui-même en sera ébloui.  Vous les magiciens, vous avez le pouvoir de faire apparaître tout ce qui vous plaît par la simple force de vos mots. Alors j'aimerais un travail de la couleur. Concertez-vous et délivrez-moi un paragraphe magique sur le Rouge, un paragraphe parfait, que l'on pourra chanter comme une formule étrange, et qui créera sous nos yeux la matière profonde pour donner vie à l'inanimé."

___Sur ce, il se tut, se rendit dans une pièce dissimulée préparer du thé, et laissa la troupe pantoise et dubitative.
Revenir en haut Aller en bas
Capitaine
Admin Fondateur


Messages : 88

MessageSujet: Re: Visiter l'Atelier du Sculpteur   Mar 23 Avr - 0:58

La Capitaine décida de prendre en main les choses qui décidément n'en finissaient pas, et apporta le manuscrit débordant de rayures avec assurance à Ousmane qui se tenait devant elle :

L'équipage a écrit:
"Le rouge, c'est plus qu'une couleur. C'est l'une des rares couleurs dont l'utilisation n'est jamais innocente. Que cela implique un bien ou un mal, il ne faut jamais l'utiliser à la légère.

Le rouge illumine, le rouge réchauffe. Je le vois dans la nuit, je le vois dans tes yeux. Sanglant sur les étendards, ardent dans le feu. Et le pourpre t'étouffe, le carmin t'étreint car toujours le rouge t'entoure, te fait la cour, aurore et crépuscule: rouge toujours.
Rouge ardent, rouge fumant, le rouge te brûle rapidement et te souffle longtemps son écarlate fumant.

Le rouge peut t'enflammer. Alors le rouge t'enflamme. Il te fait tourner, danser tel un cavalier et sa dame. Il t'entraîne dans un tourbillon de haine et d'amour, dans une danse rouge.
Alors le monde s'étiole dans l'ivresse de tes perceptions, et le sang irrigue tes yeux et la danse irise ton monde de couleurs chatoyantes et chaudes et tu t'arrêtes, essoufflé, le souffle court, le visage rouge, pour voler à ces lèvres écarlates un baiser fougueux et empli de passion.

Le rouge te possède. Comme une graine de coquelicot qui croît, plein de violence et d'ardeur mêlées. Comme un bouton de rose qui explose en couleurs. Et tu continues de tournoyer sans fin ; vole autour de toi la poussière chaude des terres de ces rives d'Afrique, sous ce soleil cuisant, qui te brûle la peau, qui te brûle le coeur, te consume sans fin dans un élan de chaleur.

Et tes yeux s'ouvrent de nouveau en l'étreinte sublime de cette passion dévorante. Un instant s'éternise en une nuée rouge qui te monte à la tête et ton sang bouillonne sous cet amour ardent. La peau rougit sous le divin effort, l’excitation devient ardeur et l'ardeur devient violente, de cette violence sans violence qui nous inonde de plaisir. Le rouge s'étale en un arc-en-ciel de rouge à travers ce que tu es alors que tout s'accélère et devient brûlant.

Jaillissant de ta chair transpercée, il triomphe dans tes souffrances inavouées.
Il est là, prêt à surgir, se frottant inlassablement, désireux que faible, enfin tu baisses la garde. Il attend, impatient, que tu te blesses, que tu tombes, amoureux peut-être, que tu te cognes ou peut importe ce qu’il veut c’est que tu aies mal. Physiquement, moralement, amour, colère, éraflure, ou peu importe du moment que tu as mal.
Le rouge.
Il est là, te suit, toujours, se nourrit de tes déchirures.
Il est là, enfoui en toi, coule dans tes veines.
Il est là, ton pire ennemi, attendant malicieusement que tes émotions te fassent perdre la tête pour prendre le contrôle.
Il est là, et tu le hais.
Tu ne dépends pourtant que de lui, que de ce sang qui te raccroche à la vie.
Le rouge. Comme celui des rideaux lourds de luxe tombant sur le devant de ta scène au plancher perforé, aux fondations défoncées, closant la pièce et interrompant ta vie. Là où elle doit finir."

Bon et puis de toutes façons là on rembarque du balai ras-le-bol de ces fleuves, appel du large. Sur ce, elle tourna les talons d'un air décidé et partit en courant. L'équipage fut obligé de la suivre, éberlué, mais ravi à l'idée de retrouver son putain de thème bleu après tant de déboires.
Youpi.


Edit: Vous remarquerez quand même que le thème du texte sur le rouge a été posté le 30 Octobre. Qu'on a passé six mois dessus. C'est de la FOLIE.

_________________
©FredWhat<3
Revenir en haut Aller en bas
http://levezlencre.forumactif.fr
 
Visiter l'Atelier du Sculpteur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et + :: L'Escale :: Anciennes destinations :: Sur les rives des fleuves d’Afrique-
Sauter vers: