LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +
Welcome Aboard !
Veuillez vous connecter afin de pouvoir embarquer.

LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [POESIE] Les rives lointaines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anaël
Commandant de Bord


Messages : 1775
Birthday : 21/01/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : En Italie.

MessageSujet: [POESIE] Les rives lointaines   Dim 9 Sep - 12:13

Sur la montagne au bord de l’eau
Chantait un triste matelot
Se remémorant l’horizon
Et de poussiéreuses chansons.

Se rappelant ainsi des jours
Qu’il croyait pourtant oubliés,
Autant de moments repliés
Que de fleurs fanées pour toujours,
Il repensait à ces rivages
Il rêvait de ces paysages
Qu’il aperçut en navigant
Alors qu’il n’était qu’un enfant...

Il se souvint des maints voyages,
Sous des cieux emplis de nuages,
Où il attendait ce présage…
Alors se déclara l'orage,
Il partit, laissant derrière lui
Ses rêves, ses joies, ses envies,
Pour enfin embrasser la vie…
Et enfin sortir de l’oubli.

Il marcha jusqu’à l’horizon,
Il descendit cette montagne
Et découvrit un oisillon
Entouré de beaux papillons
Auprès d’une fleur de campagne.

Il en rit en la ramassant,
Sa bien-aimée le rejoignit,
Des souvenirs lui ressassant,
Il la lui offrit et sourit ;
Elle la prit en le dépassant.
Il courut pour la rattraper,
Elle marchait en rêvassant,
Ravie de l’avoir retrouvé.

Il lui conta une autre histoire,
Qui était aussi dérisoire :
Il lui dépeignait le monde
Qu'il avait longtemps parcouru,
Distinguant tempête incongrue
Des vagues qui formaient cette onde,
L’étendue des lacs et mers calmes
Émerveillait ses sens, son âme
Et son esprit ; il racontait
Comment cette mer l’étreignait
Et combien il la regrettait...

"C’était un matin de janvier,"

Entonna-t-il avec regret,

"Le froid et la brume flottaient
Naviguant sur les eaux bleutées...
Et formaient ainsi des mirages
De deux Sirènes sans âge
Et de bateaux légendaires
Ou peut-être bien imaginaire...

J'aperçus alors ce rivage
Sous les feux crépusculaires,
J’aperçus alors cette terre
Abritant mille mystères
Et me narguant à l'horizon,
Me chantant de douces chansons,
Il m'attirait et m'envoûtait,
Me guidait et m'enlaçait
Et je me laissais bercer
Par ces endroits inexplorés...

Et un beau jour je rencontrai,
Après y avoir débarqué,
Toi, petit être abandonné,
Malheureux, triste et miséreux,
Que je vis par ce hasard heureux,
Mais maintenant tu me souris
Et tu donnes un sens à ma vie...
Te souviens-tu du merveilleux
Temps que nous passâmes tous deux ? ...

J'aimerais tant, par l'océan,
Qui reflète un ciel bleu cyan,
Retrouver ces rives lointaines
Ainsi que tous les gens que j'aime"

_________________


Les relations seules comptent pour l'homme. Mes relations, c'est toi.

Revenir en haut Aller en bas
 
[POESIE] Les rives lointaines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et + :: Le Bateau :: La Bibliothèque-
Sauter vers: