LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +
Welcome Aboard !
Veuillez vous connecter afin de pouvoir embarquer.

LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Lun 16 Juil - 11:00

Marion Lecourt

Rennes, le 18 Mars 2004,
Cher Guillaume,
Joyeux Anniversaire ! Tu vois je ne l'ai pas oublié !


- Mon nom est Marion, j'ai vingt-huit ans. Je vis à Rennes. Je suis brune, yeux marrons, la peau très blanche. Je mesure un mètre soixante cinq et pèse cinquante kilos. Je suis actuellement journaliste pour un petit magazine spécialisé dans les mariages.


Tu sais, tu vas vraiment m'en vouloir mais je n'ai pas acheté de cadeau. Tu me connais, j'ai une petite tête ! On ne me changera plus !


Ma vie fut un véritable cauchemar. Bien sûr elle ne le fut pas dès ma naissance, mais surtout depuis ce jour maudit où j'ai perdu la personne la plus importante de ma vie.


Sinon aujourd'hui j'ai pris mon jour de congé, tu vas pouvoir profiter de ma présence et tu pourras me voir plus longtemps. Je n'oublierai pas de changer tes fleurs cette fois, promis !


Cette personne était mon jeune frère, Guillaume Lecourt.


Et puis je ramènerai nos vieux albums photos, qu'en dis-tu ?


Il est mort d'un cancer du foie alors qu'il ne buvait jamais. Je me rappellerai toujours de son sourire lorsqu'il me voyait arriver dans sa chambre d'hôpital, j'avais l'impression qu'il croyait que j'allais le sauver et cela me rendait horriblement triste. Il était bien trop tard lorsque nous avons découvert son cancer, il n'en avait plus que pour un an ou deux, mais son état s'est aggravé et il est resté à l'hôpital durant six mois.


Si tu en as le courage, nous pourrions faire une partie de cartes ! J'ai hâte de te voir, sois sage en attendant, ne drague pas toutes les infirmières ! J'arriverai dans deux heures grand maximum.

Il avait une petite amie avant, Sophie. Elle ne venait plus le voir une fois à l'hôpital, elle disait qu'elle en avait peur. Mon frère lui avait souri en lui disant "Sois heureuse.", mais mois je ne pus contenir ma colère et je l'ai giflée. Elle partit sans demander son reste et mon frère ne me reprocha pas mon geste.


Allez, je te fais de gros bisous ! Je t'aime !


Il est mort le lendemain de son vingt-troisième anniversaire. La lettre pour son anniversaire fut la dernière que je lui envoyai et ce fut également la dernière fois que je le vis. Le jour de sa mort fut le pire de toute ma vie. C'est tellement stupide mais je croyais vraiment que je le reverrai le lendemain si bien que je ne lui ai même pas dit au-revoir. Je sais maintenant qu'il souffrait en silence et qu'il faisait de gros efforts pour être le mieux possible avec moi.


Ta soeur qui va très vite arriver !


Tout ce que je voulais c'était passer encore un peu plus de temps avec lui, juste un peu plus ... Il y avait tellement de choses que j'aurais aimé partager, lui dire, j'aurais aimé vivre avec lui.


PS: Ne meurs pas aujourd'hui ...


Le monde est si injuste ... Pourquoi ne suis-je pas morte avant lui ? Pourquoi est-ce lui qui a dû souffrir dans cet hôpital ? J'aurais voulu avoir ce cancer à sa place car de nous deux, c'était lui qui était le plus fort, le plus joyeux, c'était lui qui aurait dû vivre.


Dernière édition par Yema le Jeu 21 Fév - 14:08, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 17 Juil - 7:59

Marion regardait dans le vide. Elle venait de déballer la partie de sa vie la plus douloureuse à cette psychologue, elle lui avait même donné la lettre qu'elle avait écrite à son frère pour son anniversaire. Après ce jour tragique, on lui avait conseillé d'en voir un. Mais Marion n'en voyait pas l'utilité, jusqu'au jour où elle se rendit compte qu'elle ne parlait plus à personne, qu'elle ne recevait plus, qu'elle parlait à peine au travail. Elle ne voyait plus non plus ses parents qui après la mort de son frère avaient décidé de quitter le pays, laissant ainsi Marion seule dans son désespoir.
Cela faisait à présent un an que Guillaume avait quitté ce monde et Marion se résolut à prendre rendez-vous avec cette psychologue. Durant les premières séances Marion ne disait rien, elle ne faisait que regarder le sol et attendait que l'heure tourne. Puis pendant trois semaines de suite, Marion se mettait à pleurer sans dire pourquoi. Un jour elle avait ramené des photos de sa famille et avait présenté tout le monde. Et enfin nous arrivons à ce jour. Béatrice Lemant avait fini par comprendre le caractère de la jeune femme. Ainsi donc elle voulait que celle-ci lui parle plus franchement afin de pouvoir l'aider dans son désespoir. Alors, lorsque Marion arriva ce soir-là, elle découvrit que le bureau de Béatrice avait été transformé en une chambre d'hôpital. Marion s'était précipitée sur la chaise à côté du lit et avait fondu en larmes. Puis Béatrice lui avait alors demandé de parler un peu. Voilà comment Marion avait fini par raconter le récit de ce jour où elle avait tout perdu.

- C'est beaucoup mieux, mademoiselle Lecourt. Vous venez de faire un grand pas en avant, la semaine prochaine j'aimerais que vous me parliez un peu plus de votre vie, c'est compris ?
- Est-ce que votre bureau restera ainsi ?
- Non, maintenant que vous avez réussi à vous ouvrir à moi, j'aimerais que vous recommenciez mais sans l'aide de tout ce décor.

Marion hocha la tête. Elle ne trouvait pas qu'elle avait fait "un grand pas en avant". Elle venait juste de raconter un souvenir douloureux à une inconnue qui était censée l'aider à surmonter cette mauvaise passe. Mais elle remercia néanmoins Béatrtice et s'en retourna chez elle.
Elle habitait un grand appartement. Il y avait trois chambres, seule une était utilisée comme telle, une autre servait de bureau et dans la dernière Marion avait entassé les affaires de Guillaume ne pouvant se résoudre à les jeter. Un an avait passé depuis sa mort mais pour Marion c'était comme si son frère avait disparu depuis dix ans tellement il lui manquait.
Il commençait à être tard. Marion se prépara un chocolat chaud, elle se doucha puis regarda les informations. Elle s'appretait à aller se coucher lorsqu'elle entendit du bruit en provenance de sa rue. Elle sortit sur son balcon et observa discrètement la scène. Deux hommes poursuivaient un autre et ils s'approchaient de son immeuble. Sans trop savoir pourquoi elle se précipita à l'entrée de son appartement et appuya sur l'interrupteur pour ouvrir la porte. Elle entendit vaguement l'homme poursuivit entrer et elle sortit. Elle se pencha ensuite dans la cage d'escalier.

- Hé ! Montez au troisième étage !, dit-elle d'une voix forte.
- Merci !, lui dit l'homme.

Elle entendit qu'il montait les escaliers. Les deux poursuivants étaient parvenus à pénétrer dans le bâtiment en brisant les vitres. L'alarme se déclencha mais cela ne découragea pas les deux hommes. Une fois que le premier homme atteignit le troisième étage, Marion le tira par sa manche et le fit entrer dans son appartement. Elle ferma la porte à clé et éteignit toutes les lumières pour qu'ils ne se fassent pas repérer à cause de leurs ombres. Elle ne se préoccupa pas de l'homme qu'elle venait de faire entrer, elle colla plutôt son oreille droite sur la porte d'entrée afin de mieux écouter les deux autres. Au bout de quelques minutes le son d'une voiture de police se fit entendre et les deux malfaiteurs prirent la fuite. Elle savait qu'ils allaient vite être attrapés et que le mystérieux individu ne craignait plus rien. Cependant elle eut à peine le temps de se retourner que ce dernier la plaqua contre la porte et il lui dit encore essoufflé.

- Pourquoi me sauver ? Pour qui travaillez-vous ? Allez-vous me livrer ? Je devrais peut-être vous tuer, ainsi je ne serai pas découvert ...
- Non, je ... je vous promets que je ne vous veux aucun mal, je ne sais même pas moi-même pourquoi je vous ai sauvé.
- Ah oui ?, argh ...

L'homme se tordit de douleur. Marion voulut le soutenir mais dans cette obscurité, elle n'y voyait rien. Elle essaya pourtant de le tirer vers sa chambre. Après un effort surhumain elle finit par le faire s'allonger sur son lit. Lorsqu'elle alluma sa lampe de chevet, elle découvrit que ses mains étaient en sang, et ce sang provenait de l'homme mystérieux. Elle en profita pour mieux l'observer. Il était plutôt grand, les cheveux châtains et la peau matte, de plus il paraissait assez musclé. Elle aurait voulu l'observer un peu plus mais la plainte que fit l'homme la fit retourner à la réalité. Elle s'empressa d'aller chercher sa trousse de secours, ainsi que divers produits pour le soigner du mieux qu'elle pouvait.


Dernière édition par Yema le Lun 23 Juil - 14:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mer 18 Juil - 10:00

Elle commença par enlever sa veste. Vint le tour de sa chemise qui était teintée de rouge, le sang de l'inconnu. Elle l'ouvrit et vit la terrible blessure. Ce n'était pas du tout beau à voir, mais Marion savait qu'elle ne pourrait pas emmener cet homme à l'hôpital. Alors elle remplit une bassine d'eau, prit une lingette et commença par nettoyer la plaie. La blessure était au niveau de l'abdomen et continuait de saigner. Elle fut sûrement provoquée par un coup de couteau. Mais Marion ne se laissa pas abattre et appuya avec une lingette imbibée de désinfectant sur la blessure. L'homme serra ses poings et etouffa un cri.

- Je vous en prie tenez bon ... Je n'en ai plus que pour quelques minutes.

Marion ne comprenait pas. Pourquoi aidait-elle cet homme ? Pourquoi l'avait-elle fait rentrer chez elle ? Mais pour le moment, elle le soignait. Quel genre de personne laisserait un autre individu souffrir devant ses yeux ? Alors elle continua d'appuyer sur la plaie.
Une fois que l'homme arrêta de se vider de son sang, elle retira sa lingette et en mit une autre. Puis elle fit un bandage qui allait entourer tout son torse. Là encore elle dû faire de sacrés efforts pour pouvoir le retourner car ce dernier ne l'aidait en rien. Marion prit son ultime lingette, l'humidifia et la plaça sur le front de l'homme. Puis elle prit sa veste et sa chemise et les posa devant son armoire. Elle rangea toutes ses affaires de secours dans la salle de bain. Elle enleva les chaussures de l'homme, et le couvrit d'une fine couette. Enfin elle prit une chaise et s'installa à côté du lit. Elle l'observa durant quelques minutes. Elle venait de sauver la vie d'un homme qui était probablement dangereux. Mais Marion s'en moquait, si cet homme venait à la tuer elle pourrait rejoindre son frère dans l'autre monde et ainsi ne plus être triste.

- Merci ...

Marion sursauta. L'homme "dangereux" venait de lui parler alors qu'elle pensait à son frère.

- Je ... vous en prie.

L'homme n'avait pas ouvert les yeux une seule fois depuis qu'elle le soignait, elle n'avait donc pu en voir la couleur. La voix de cet homme fut si douce qu'elle en eut un léger frisson. Rien à voir avec celle qu'il avait employée pour la menacer. Des dizaines et des dizaines de questions parcouraient son esprit. "Qui était-il ?", "Pourquoi était-il poursuivi ?". C'est la fatigue qui provoqua le sommeil de Marion. Un sommeil léger et tourmenté.


Dernière édition par Yema le Dim 22 Juil - 20:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Jeu 19 Juil - 10:52

Elle se réveilla à l'aube en tombant de sa chaise. Marion remarqua que l'homme dormait toujours.

- Alors ce n'était pas un rêve, chuchota-t-elle.

Marion prit donc son petit-déjeuner. Et elle prépara une tasse de thé avec une tartine beurrée pour cet homme qui l'intriguait de plus en plus. Mais lorsqu'elle pénétra dans la chambre, l'homme n'était plus dans le lit. Elle n'eut pas le temps de faire un pas de plus qu'il la plaqua contre la porte de la chambre. Elle pouvait à présent voir clairement la couleur de ses yeux, ils étaient bleus. Et bien que Marion trouvât cette expression stupide et complètement insensée, elle se dit qu'elle pourrait plonger ses yeux dans ceux de cet homme tellement ils lui faisaient penser à la mer.

- Qui êtes-vous et que me voulez-vous ?, demanda l'homme.
- Marion ... Lecourt. Je suis journaliste pour un magazine stupide, j'ai vingt-huit ans. Je peux vous assurer que je ne vous veux aucun mal, au contraire je ne souhaite que vous aider !
- Mensonge ! Vous allez me livrer comme le ferait n'importe qui !
- Non, certainement pas. Vous êtes blessé et je ...
- Et si j'étais dangereux ? Vous voudriez toujours vous occuper de moi ?
- Je ne veux rien savoir de vous. Si vous étiez dangereux pourquoi ne pas m'avoir tué dans mon sommeil ? Des gars comme vous ne s'endorment pas si facilement chez quelqu'un.
- Parlez pour vous.

Cet homme avait raison et Marion le savait. Elle avait été inconsciente de s'endormir près d'un inconnu.

- Oui ... peut-être, dit-elle enfin.

Puis d'un air plus gêné, Marion avança le plateau où elle avait mis le petit-déjeuner pour cet homme. Elle ne put l'avancer que de quelques centimètres tellement l'inconnu était proche d'elle.

- Je vous ai préparé un petit quelque chose. Et vous ne devriez pas être debout.

Il observa le plateau. Il vit que le choc d'avoir plaqué cette femme contre la porte avait fait renverser un peu de thé sur le plateau et que la tartine beurrée menacait de tomber. Il fixa droit dans les yeux Marion et eut un air désolé. Il s'éloigna et s'assit sur le lit. Marion respira un bon coup et posa le plateau sur les genoux du blessé. Il prit la tartine et la mangea en un rien de temps. Marion l'observa. C'était la première fois depuis la mort de son frère qu'elle s'occupait et s'intéressait à quelqu'un ...

- Puis-je vous demander votre nom ? A moins que vous êtes trop dangereux pour me le dire.

L'individu l'observa et ne dit rien durant quelques secondes.

- Philippe ...

Et rien de plus. Pas un nom de famille.
Marion regarda sa montre, il était presque sept heures du matin. Dans deux heures elle devait être dans son bureau à écrire des articles stupides pour un magazine stupide comme elle l'avait dit. Elle piocha dans son armoire une chemise, un pull et un jean et se changea dans la salle de bain. Philippe ne l'avait pas quitté des yeux mais cela Marion l'ignorait.


Dernière édition par Yema le Dim 22 Juil - 20:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Ven 20 Juil - 11:45

Une heure plus tard, Marion était prête à partir. Elle s'était légèrement maquillée et s'était attaché les cheveux. Elle prit le plateau vide de Philippe et le déposa dans la cuisine. Elle alluma la télévision et écouta les informations pendant qu'elle faisait la vaisselle.

- Nous cherchons activement un homme qui serait coupable d'un enlèvement.

Marion sursauta. Elle se tourna vers la télévision. On pouvait voir la photo de la victime, une jeune fille de dix-neuf ans. Elle habitait Bordeaux mais faisait ses études à Rennes.

- On suppose que le présumé coupable est un homme dans la vingtaine, les cheveux sombres et il semblerait qu'il soit blessé au niveau de l'abdomen. Malheureusement, nous n'avons pas de photo qui permettrait de l'identifier. La jeune fille aurait été enlevée ...

Marion éteignit. Elle ne pouvait en entendre plus. Philippe se tenait dans l'encadrement de la porte. Il correspondait étrangement à la description.
"Alors il est vraiment dangereux ..", se dit Marion. Philippe soutint son regard, et cela l'embarrassa.

- As-tu peur de moi ?

Elle secoua la tête négativement et fut surprise qu'il employât le tutoiement.

- Crois-tu ce que viennent de dire les informations ?
- Je ne sais pas ...
- Je suis innocent.

Marion fit juste "oui" de la tête. Philippe s'assit sur le canapé. Il poussa un long soupir, les bras croisés sur les genoux, la tête baissée. Marion s'approcha et s'installa à côté de lui. Elle ne dit rien. Mais étrangement elle voulait croire au plus profond de son coeur que cet homme était innocent. Il finit par relever la tête et regarda dans le vide avant de se placer au fond du canapé de cuir.

- Cette jeune fille je la connais. Son nom est Hélène Diego, c'est ma petite soeur.

Marion ouvrit grand les yeux. Le mot soeur venait de résonner dans sa tête. Mais à présent elle voulait l'écouter, elle souhaitait l'aider. Philippe continua son récit.

- Mon père est espagnol d'origine mais a la nationalité française et ma mère est française. Au début ils ont vécu dix-huit ans en Espagne mais ma mère voulait retourner en France. Vu que j'étais majeur je pouvais choisir de rester en Espagne ou de partir avec eux. Ma soeur n'avait que huit ans et dû donc suivre mes parents. Je suis devenu militaire en Espagne et je suis très vite monté en grade.

Il s'arrêta un instant. Il observa Marion puis se leva et regarda discrètement par la fenêtre afin que personne ne le remarque.

- Il y a six mois, ma soeur m'a envoyé un S.O.S. J'ai tout de suite su qu'il lui était arrivé quelque chose de grave. Elle sait se défendre mais en cas d'extrême urgence elle devait m'envoyer ce signal. J'ai donc sauté dans le premier avion et je suis finalement arrivé à Rennes. J'ai fouillé les moindres recoins de cette ville mais il n'y avait plus aucune trace de ma soeur.

Marion observait Philippe de dos. Elle pouvait sentir toute la tristesse dans sa voix. Elle savait que perdre un membre de sa famille était une épreuve insupportable.

- Puis un jour j'ai eu une information. Je me suis donc rendu à l'adresse qu'on m'avait indiquée. Mais arrivé sur place, je n'avais trouvé qu'une photo de ma soeur enchainée dans une cage. Elle avait les yeux bandés et on l'avait battue. C'est là que la police m'a découvert et en a déduit que j'étais le coupable. Mais j'ai réussi à m'enfuir. Cependant les hommes qui m'ont piégé m'ont retrouvé.
- Il y a quelque chose que je ne comprends pas, l'interrompit-elle. Qui t'a donné cette information ?

Philippe se retourna vers Marion. Elle se rendit compte qu'elle avait employé naturellement le tutoiement et elle en rougit timidement. Mais cela ne dérangea pas Philippe qui dirigea une nouvelle fois son regard vers l'extérieur.

- Un militaire espagnol, il était sous mon commandement. J'ai bien évidemment expliqué mon départ à mes supérieurs et à mon régiment. Ces derniers ont voulu me donner un coup de main. Cependant toute cette histoire est devenue fort compliquée et j'en ai finalement conclu qu'on cherchait à me faire disparaître.

Marion se leva et se mit à côté de Philippe. Des dizaines de questions se mélangeaient dans sa tête. Pourquoi des militaires, amis de cet homme, voudraient lui faire du mal ? Mais une chose était sûre sa soeur n'avait rien à voir dans toute cette affaire. Elle n'était qu'une victime. Une jeune fille innocente qui ne méritait pas son sort tout comme Guillaume. Et cela Marion savait que ce sentiment était douloureux. Ce sentiment de se savoir impuissant et de ne plus savoir vers qui se tourner.
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Sam 21 Juil - 13:51

Sans s'en rendre compte, le corps de Marion bougea de lui-même et elle se retrouva dans les bras de Philippe à le consoler. Philippe ne sut comment réagir. Mais lorsqu'il sentit les larmes de Marion sur son torse il décida de l'entourer de ses bras musclés. Ils restèrent ainsi durant quelques minutes puis d'une voix timide Marion dit qu'elle devait partir travailler. Philippe s'en retourna donc dans la chambre.

- Je te promets que demain je partirai, je ne veux pas que tu aies des soucis par ma faute. Tu pourras ainsi retrouver ta vie d'avant.

Marion sentit son coeur se serrer en entendant ses paroles. Elle en était sûre, elle ne voulait pas que cet homme s'en aille. Elle prit donc son sac et se retourna en direction de la chambre.

- Je serai de retour à dix-neuf heures. Il y a de quoi manger dans le réfrigérateur. A tout à l'heure.

Puis sur ces bonnes paroles, elle quitta l'appartement. Son coeur ne cessait de battre à une vitesse anormale. Des milliers de questions fusionnaient dans sa tête. Pourquoi l'avoir sauvé ? Pourquoi agissait-elle ainsi avec lui alors qu'il était peut-être dangereux à la base ? Mais surtout, comment expliquer ce sentiment ? Etait-ce de la pitié ? De la compassion ? Elle ne voulait pas tout de suite penser à de l'affection. C'était impossible. Elle ne pouvait ou plutôt elle ne voulait pas tomber amoureuse ou se lier d'amitié avec qui que se soit depuis la mort de son frère. Les rendez-vous avec la psychologue ne lui servaient qu'à se sentir mieux et à en parler. Non, vraiment Marion ne voulait pas ressentir ce sentiment envers Philippe.
Cette journée de travail fut sûrement la plus pénible de toute sa carrière. Elle n'arrivait pas à chasser de son esprit le regard triste de Philippe et le son de sa voix lorsqu'il lui avait dit qu'il partirait le lendemain. Elle avait peur. Peur de se retrouver seule. Peur de perdre quelque chose si Philippe s'en allait. Mais pourquoi ce sentiment ? C'est lorqu'elle sentit sa gorge se serrer et ses larmes couler qu'elle se rendit compte qu'il était l'heure pour elle de rentrer chez elle.
Comme d'habitude, aucun employé ne lui avait adressé la parole et personne ne lui dit au-revoir. Mais Marion s'en moquait, elle voulait retourner à son appartement, retrouver l'homme dont elle avait sauvé la vie.

Elle ouvrit la porte d'entrée avec précipitation. Elle était essoufflée après avoir monté les escaliers quatre à quatre. Marion se dit qu'il était grand temps qu'il y ait un ascenseur. Elle découvrit Philippe aux fourneaux. Il était en train de préparer un dîner et avait préparé une table des plus somptueuses. L'air surpris de Philippe fit rougir jusqu'aux oreilles Marion. Elle ne l'avait pas remarqué mais sa coiffure partait dans tous les sens et sa veste était de travers. Elle ne ressemblait en rien à une femme avec une certaine classe mais plutôt que de faire comme si de rien était il lui sourit et Marion voulut se cacher dans un trou de souris.

- Je voulais te remercier avant mon départ alors j'ai préparé ça pour toi. Cuisiner m'a aidé à réfléchir à un plan pour retrouver ma petite soeur et la sauver.

Marion fit un signe de la tête pour dire qu'elle comprenait puis elle posa son sac et sa veste. "Mais pourquoi un dîner ?" pensa-t-elle.
Elle passa dans la salle de bain et en profita pour arranger ses cheveux.
Philippe lui apporta le repas avec un air triomphal. Il avait cuisiné un cochon de lait rôti avec des pommes de terre frites, une spécialité espagnole. Un vin accompagnait le tout avec une tranche de pain.

- Tu as pas mal d'ingrédients, je suis étonné que tu ne cuisines pas plus que ça !
- Je ne suis pas douée pour la cuisine. J'achète mais je consomme très peu.


Durant le repas ils parlèrent de tout et de rien, comme de vielles connaissances. Entre deux conversations Marion se demandait si tout ceci était réel. Un militaire recherché était chez elle et ils mangeaient tranquillement ensemble comme si de rien était. D'ailleurs elle n'avait jamais mangé quelque chose d'aussi bon. A la maison c'était leur mère qui cuisinait et quand Marion prit son indépendance, elle avait passé le plus clair de son temps à manger à l'extérieur ou à se commander des plats tout préparés. En revanche elle réussissait à la perfection les tartes aux pommes. C'est d'ailleurs ce qu'avait préparé Philippe. Marion ne put s'empêcher de faire une grimace.

- Ma tarte ne te plait pas ?
- Euh ... Comment dire ...

Marion se frotta la tête et le regarda avec un large sourire.

- Ta tarte n'est pas assez cuite et je pense que tu as mal coupé les pommes.

Philippe observa sa tarte durant quelques secondes. Puis il parut embarrassé.
Elle se leva et tendit la main vers Philippe.

- Allez viens, je vais te montrer ma recette, lui dit-elle avec un clin d'oeil.


Dernière édition par Yema le Dim 22 Juil - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Dim 22 Juil - 19:58

Philippe lui prit la main et elle ressentit une incroyable chaleur l'envahir. Elle s'empressa de l'emmener dans la cuisine et sortit tous les ingrédients.
Marion lui montra comment couper les pommes, et comment donner de la texture à la tarte. Philippe l'observait avec intention. Une fois la pâte terminée, les pommes coupées, la texture finie, ils mirent le tout au four. Marion racla le fond du saladier à l'aide d'une cuillère en bois et la donna à Philippe. Ce dernier la lécha et son visage rayonnant était une preuve que la tarte était réussie.

- Ce sera sûrement délicieux !, dit-il gaiement. Tu n'es peut-être pas douée pour cuisiner mais tu sais faire une tarte aux pommes !

Ses yeux pétillaient d'admiration. Mais le coeur de Marion ne se sentait guère flatté. Philippe sentit son désarroi, il voulut la consoler comme elle l'avait fait plutôt. Cependant elle se précipita dans la chambre où étaient stockées les affaires de son frère. Elle ferma à clé et se mit à pleurer. Elle crut que toutes les larmes de son corps allaient y passer.

- Marion ? ...

La voix de Philippe était timide mais ne cachait pas moins son inquiètude. Marion s'arrêta de pleurer immédiatement. Elle observa tous les cartons empilés ainsi que tous les objets trop encombrants pour l'être. Que devait-elle faire ? Elle venait de pleurer comme une madeleine pour la seconde fois devant un homme qu'elle connaissait à peine. Était-ce une erreur que de l'avoir aidé ? Elle s'en voulait de ne pas avoir pensé à son frère une seule fois depuis le début de la soirée. Guillaume adorait lui aussi ses tartes aux pommes. Elle lui en apportait une toutes les semaines et ils la mangeaient tout en évoquant leurs souvenirs d'enfants. A cause de cet homme elle oubliait peu à peu son frère. Cependant, elle était toujours aussi triste bien que la raison ne fut pas l'oubli de son frère. Peu importait qui était cet homme. Peu importait s'il lui avait menti ou pas. Elle ne voulait pas encore le quitter. Elle voulait le connaître. Pourquoi ce sentiment ?

Elle entendit qu'on s'appuyait contre la porte et qu'on glissait. Philippe et Marion étaient maintenant dos à dos contre la porte. Philippe émit d'abord un long soupir. Marion se recroquevilla.
"Pathétique ..." se dit-elle, "Je suis pathétique, je pleure comme une enfant, je réagis comme une enfant. C'est mon frère qui aurait dû vivre ...", se dit-elle avant d'entendre la voix de Philippe.


Dernière édition par Yema le Lun 23 Juil - 14:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Lun 23 Juil - 14:05

- Je ne suis pas de nature curieuse. J'ai peut-être un peu fouillé dans ta cuisine pour les ingrédients du dîner, mais dans d'autres circonstances je ne l'aurais sûrement pas fait. Pour cette raison je ne suis pas allé voir ce que tu caches dans cette chambre ...

Marion ne répondit rien. Que pouvait-elle dire ?

- Tout ces cartons ... Ils ne t'appartiennent pas n'est-ce pas ?

La voix de Philippe était si douce, si belle que Marion aurait pu se jeter dans ses bras et lui raconter tout ce qu'elle avait sur le coeur.

- En vérité je sais déjà à qui ils sont.

Le coeur de Marion battait de plus en plus fort. "Faîtes qu'il ne le dise pas, faîtes qu'il ne le dise pas ...", se répétait-elle sans cesse.

- Si mon sens de l'observation est juste, et je sais qu'il est toujours, je peux aisément dire qu'il s'agit du jeune homme qui est sur toutes les photos affichées un peu partout dans ton appartement. Sur le réfrigérateur, sur la table de chevet, à côté de la télévision, encadré sur ton mur et j'en passe. Cet homme te ressemble un peu et c'est pour cette raison que je dirais qu'il s'agit de ton frère ...

Son explication s'arrêta là. Marion ne bougeait plus, ne respirait plus. Le temps venait de s'arrêter une seconde fois pour elle. Non, le temps n'avait jamais repris son cours. Il était resté immobile depuis plus d'un an. Marion n'aurait jamais imaginé qu'il puisse repartir un jour. Alors pourquoi s'était elle sentit heureuse pour la première fois depuis la mort de son frère ? Pourquoi se sentait-elle coupable de rire et de continuer de vivre alors que pour son frère le temps s'était stoppé et ne repartirait jamais ?
Les larmes de Marion coulèrent une nouvelle fois. Et Philippe n'entendit que le son des ses hoquets. Il était impuissant face à sa tristesse, impuissant face à son désespoir ... Pourtant il se leva et décrocha une photo du réfrigérateur. Il la passa sous la porte laissant Marion la contempler.

- C'est ma préférée, dit-il avec un sourire qu'elle ne pouvait voir.

Marion l'observa. Cette photo datait de son sixième anniversaire. Guillaume pleurait en se tenant le genou pendant que Marion ouvrait une trousse de secours pour le soigner. Elle s'en souvenait, Guillaume était tombé d'un arbre car il voulait attraper une pomme bien mûre pour sa grande soeur adorée. Pour Marion ce fut la première fois qu'elle soignait son frère, depuis ce jour elle voulait toujours faire ses pansements et souhaitait s'occuper de lui même quand il était malade.

- Cette trousse de secours est celle que tu as utilisée pour me soigner pas vrai ?

Toujours aucune réponse de la part de Marion mais il avait raison, c'était bien la même. Cette trousse de secours était chargée de souvenirs pour Marion. Il pensait que ça lui ferait comprendre qu'elle était une femme attentionnée et d'une extrême gentillesse.
Philippe se remit contre la porte et son regard se promena tout autour de l'immense appartement qu'habitait Marion, seule. Il n'arrivait pas expliquer le fait qu'il ait envie de la comprendre. Se sentait-il attiré par elle ? Oui. De ce niveau là, Philippe avait franchi une étape comparé à Marion. Il voulait aider cette femme qui faisait vibrer son coeur et le pousser à être un peu plus lui-même.

- Je crois pouvoir m'aventurer sans crainte si je suppose que tu l'aimais énormément. Et vu ta réaction, ton frère a dû disparaître il y a peu ... Je comprends à présent pourquoi tu pleurais lorsque je t'ai parlé de ma soeur.

Philippe s'était habitué à faire des monologues depuis deux minutes et il aurait pu lui parler durant des heures si cela aurait pu la faire sortir et la consoler un temps soit peu. Il sentit qu'elle se relevait et il se remit debout. La porte s'ouvrit laissant apparaître les yeux rougis de Marion et son corps encore tremblant de tristesse.
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 24 Juil - 10:18

Philippe resta immobile, ne sachant que faire dans l'immédiat.

- Mon frère ... Guillaume, commença-t-elle d'une voix tremblante. Il adorait mes tartes aux pommes. Il avait exactement le même regard que toi lorsque je lui en faisais une. Il avait le visage pétillant de bonheur ...

Marion essuya les larmes qui tentaient encore de couler et continua son récit.

- Pourquoi est-il mort ? Pourquoi je me sens si seule ? Pourquoi ai-je encore le droit de sourire et de rire alors qu'il ne pourra plus jamais le faire ? ...

Cette fois-ci Philippe ne lui laissa pas le temps de continuer. Il avait compris. Compris que Marion se sentait coupable de la mort de Guillaume, coupable de vivre, coupable de se sentir heureuse alors que lui avait perdu toute chance d'avoir une vie épanouie. Alors il l'a pris tendrement dans ses bras.

- Je suis là, chuchota-t-il.

Voilà où était le problème. Philippe était là. Mais il ne le serait plus demain. Et cela Marion ne l'acceptait pas. Il lui était impossible d'imaginer une journée de plus sans Philippe à ses côtés.

- J'aurais aimé te rencontrer dans d'autres circonstances ..., lâcha-t-elle.

Philippe n'eut pas le temps de répondre quoi que ce soit, Marion se défit de son étreinte et se mit devant le four où cuisait tranquillement la délicieuse tarte aux pommes. Il en profita pour la regarder plus attentivement. Ses longs cheveux bruns lui arrivaient au milieu du dos, elle se déplaçait si silencieusement et avec grâce qu'on aurait pu croire qu'elle ne touchait pas le sol. Pourtant Marion n'était pas d'une beauté légendaire et Philippe s'était donc demandé ce qu'il aimait chez elle. La réponse il l'avait déjà. Il aimait tout simplement sa bonté, son dévouement et son courage.
Lorsque Marion se retourna, elle vit que Philippe souriait. Il avait le sourire de quelqu'un d'attentionné. Elle rougit légèrement et lui fit un sourire en retour.

Ils s'installèrent autour de la table et discutèrent comme si rien ne s'était passé quelques minutes plus tôt. Cependant cette fois-ci leur sujet de discussion tourna vite à leurs carrières respectives.

- Alors tu veux devenir une grande journaliste ?
- Oui, j'en ai toujours rêvé. Mais je n'ai pas eu beaucoup de chance et je me suis retrouvée dans ce magazine minable. Et toi, pourquoi l'armée ?
- Aussi loin que je m'en souvienne j'ai toujours voulu être militaire. En revanche je suis quelqu'un qui, comparé à toi a eu de la chance et je suis très vite monté dans les échelons. J'aurais aimé un jour être général. Enfin c'était mon rêve.
- Parce que ton rêve a changé ?

Marion le fixa avec étonnement se demandant ce qu'il y avait bien pu se passer pour qu'il renonce à ce rêve. Philippe la dévisageait si intensément qu'elle en eut des frissons dans le dos. Philippe ne put répondre à cette question, le tintement du four coupa court à leur discussion.

- C'est meilleur chaud, alors mangeons la !, fit Marion.

Toute la tarte y passa. C'était une belle soirée, en tout cas c'était ce que se dirent Marion et Philippe au plus profond de leur coeur. S'ils avaient pu, ils auraient fait en sorte qu'elle ne finisse jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mer 25 Juil - 9:26

Leurs regards ne voulaient plus se quitter. Leurs mains se touchaient quasiment. Ils s'avancèrent petit à petit, leurs visages étaient de plus en plus près. Tout ceci se faisait si lentement qu'on aurait dit que le monde s'était figé. Plus rien n'avait d'importance. Plus rien ne pouvait les déranger. Malheureusement, ce ne fut pas le cas. Philippe se tordit de douleur, de la sueur perlait sur son visage et sur son torse. Marion vint se mettre près de lui et posa une main sur son front. Il était brûlant. Elle était inquiète cela se lisait sur son visage. Elle arriva péniblement à l'emmener dans la chambre. Elle lui mit une lingette imbibée d'eau fraiche et patienta. Philippe gémissait de douleur mais elle ne pouvait rien faire de plus pour atténuer son mal-être.
Il réussit cependant à lever une main que Marion prit de suite. Il ouvrit les yeux et l'observa un instant.

- Je ... Je voulais te dire ... que ..., dit-il complètement essoufflé.
- Chut, ne parle pas tu dois te reposer.
- Oui ... mais ...
- Tu me le diras demain. En attendant dors, tu dois sauver ta soeur ne l'oublie pas.

Les paroles de Marion firent comprendre à Philippe qu'il avait perdu et il s'endormit. Une fois qu'elle était sûre qu'il avait sombré dans un sommeil profond Marion lui caressa doucement les cheveux puis elle l'embrassa sur le front.

- Je t'aime, chuchota-t-elle.

"Mais nous ne pourrons jamais être ensemble. Nos ambitions ne nous le permettent pas.", se dit-elle. "Grâce à toi je revis et je te remercie du fond du coeur ...". Elle finit par s'endormir à moitié couchée sur le lit où était celui qui avait conquis son coeur.

Lorsque Marion se réveilla le lendemain matin, Philippe était déjà debout. Il avait soigneusement posé une couverture sur Marion et lui avait mis un coussin pour sa tête. Il portait une chemise et une veste qu'il avait trouvée dans le placard de Marion. Il se doutait bien qu'ils appartenaient à son frère défunt.

- Cela ne te dérange pas si je te les emprunte ?

Marion avait rejoint Philippe dans le salon. En le voyant porter les vêtements de son frère elle ressentit comme de la nostalgie. Guillaume continuait de lui manquer énormément.

- Non je t'en prie.
- Bien alors je vais y aller ...

Marion sentit son coeur battre de plus en plus fort, de plus en plus vite. Elle avait exactement le même sentiment de détresse, de douleur que lorsqu'on lui avait annoncé la mort de Guillaume. Cependant son corps avait réagi plus vite que son esprit et elle se retrouva dans les bras de Philippe qui l'étreignit tendrement.

- Tu es encore faible, comment vas-tu la retrouver ?
- Je sais où elle est retenue grâce à la photo. Tu sais, je connais les moindres rues de cette ville à force d'avoir remué ciel et terre pour la retrouver.
- Et où est-elle ?
- Dans un ancien entrepôt au sud d'ici mais tu ne viendras pas avec moi Marion. Je t'ai causé suffisamment de soucis.
- C'est faux !

La réaction de Marion le surpris. Son regard avait changé. Philippe sentait que cette femme était devenue plus forte qu'elle ne l'était déjà, mais il ne pouvait plus rester auprès d'elle.

- Je suis certaine à présent que c'est mon frère qui t'a envoyé vers moi ! Et je sais maintenant que je t'aime Philippe et que je t'aimerai jusqu'à la fin de ma vie !

Marion n'avait pas l'habitude d'être audacieuse. Sa rencontre avec Philippe l'avait changée et cela ne lui déplaisait pas, bien au contraire !

Ils se regardèrent durant quelques secondes. Philippe ne pouvait plus retenir les sentiments qu'il avait pour elle et il l'embrassa avec passion. Marion ne voulait plus le quitter mais elle savait que leur amour était impossible. Ce fut elle qui mit fin à leur étreinte encore une fois.

- Pars secourir ta soeur, ne perds pas plus de temps.

Philippe l'embrassa sur le front et s'en alla. Marion pleurait. Elle savait que c'était la dernière fois qu'il franchirait cette porte. Elle savait que plus jamais ils ne seraient ensemble, que c'était leur premier et dernier baiser.

Néanmoins elle se ressaisit. Elle prit son téléphone portable et composa un numéro. Premièrement elle appela son travail et dit qu'elle déposerait une lettre de démission en début d'après-midi. Puis elle composa un second numéro, une voix d'homme lui répondit au bout du fil.

- Bill ? C'est moi, Marion Lecourt. Tu te souviens que tu me dois toujours un service ? ... Alors voilà j'en ai un très gros à te soumettre...

Avant de partir à son tour, elle passa dans la chambre où étaient entassées les affaires de Guillaume. Elle ouvrit un petit carton et prit une enveloppe. Sur cette dernière il y était écrit "Pour Marion", c'était la lettre que lui avait laissé son frère sur son lit de mort mais elle n'avait jamais eu le courage de la lire. Aujourd'hui c'était différent. Elle prit ensuite son manteau, son sac et fonça vers sa voiture. Il ne fallait pas perdre une minute de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Jeu 26 Juil - 11:17

Rennes, le 18 Mars 2004 au soir,
Chère Marion,
J'ai bien peur que ce soit la première et dernière lettre que je t'écris.


- Philippe ne devait mettre qu'une bonne heure à arriver au repaire où était cachée sa jeune soeur. Une heure, car il devait éviter de se faire repérer, or tous les policiers de la ville devaient à présent savoir quel était son visage. De plus sa blessure à l'abdomen ne cessait de le lancer mais le baiser que nous avions échangé lui avait redonné du courage et il ne voulait certainement pas se laisser abattre pour si peu. En une heure, j'avais réussi à faire exactement ce que m'avait indiqué Bill par téléphone. Il ne me restait plus qu'à me rendre au repaire de "l'ennemi" comme le disait mon ami.


Je me sens si faible et j'ai du mal à rester éveillé. J'ai si peur de m'endormir.


Philippe était en fin arrivé à l'entrée du repaire mais il ne savait comment procéder pour y pénétrer.


Pardonne-moi, ma très chère soeur. Mais je crains fort que tu ne me verras pas demain soir ni les autres à venir.


De mon côté les choses se mettaient petit à petit en place. Grâce à Bill j'allais pouvoir venir en renfort auprès de Philippe et la vérité allait pouvoir éclater au grand jour. Ce jour-là j'aurais pu décrocher la lune pour venir en aide à celui que j'aimais.


Il y a tellement de choses que j'aurais aimé te dire et partager avec toi ...


Mon ami Bill est un homme extraordinaire. J'avoue que je ne sais pas bien ce qu'il fait dans la vie mais en un rien de temps il avait réussi à contacter l'armée espagnole et à trouver des preuves tangibles démontrant l'innocence de Philippe. Il avait également prévenu les autorités française de leur arrivée.
Ceux qui avaient kidnappé Hélène n'étaient rien d'autres que des militaires espagnols jaloux de la montée en puissance de Philippe et qui voulaient lui faire payer ce qu'ils prétendaient comme une injustice.
Je disais donc que grâce à Bill Philippe allait pouvoir sauver sa soeur. Quand nous sommes arrivés, en catimini bien sûr, Philippe tentait de se débarrasser des gardes à l'entrée. Mais ce fut ses hommes qui s'en sont chargés.
- Ravie de vous revoir, mon colonel, fit l'un des soldats.
- Pedro ?, dit-il surpris.
C'est cette dame qui nous a prévenu, dit-il en me montrant du doigt malgré que je m'étais dissimulée derrière des feuillages.
Philippe avait souri. Il ne s'attendait sûrement pas à ce que je reste les bras croisés mais de là à faire venir toute une armée !
Ils finirent par entrer avec un talkiwalki afin que nous puissions communiquer. Je précise que d'autres hommes dont un général étaient avec moi. Nous attendions tous que la mission soit terminée.

J'aurais tout donné pour rester auprès de toi ...


Philippe pouvait à présent diriger ses hommes et construire une stratégie plus solide pour délivrer Hélène. Son objectif était également de limiter le nombre de victimes. Malgré le fait qu'ils aient kidnappé sa soeur, ils ne restaient pas moins des militaires espagnols et il tenait à ce qu'ils soient jugés.
- Marion ?, m'appela-t-il.
- Oui ?
- Merci pour tout. Ne t'en fais pas, je ressortirai vivant de cet endroit avec ma soeur saine et sauve.
- Tu as intérêt, je veux voir le visage rayonnant d'Hélène.
Je ne pouvais plus contenir mes larmes. J'avais fait un effort surhumain pour que ma voix soit la plus claire possible. Je ne voulais pas qu'il se doute de quelque chose. Après tout Bill me devait un énorme service. Cependant cette aide n'incluait pas mon bonheur avec Philippe.


Je sais que tu es forte et courageuse, tu surmonteras ma disparition. Surtout continue de vivre, ne laisse pas le chagrin t'envahir.


Le général était venu à ma rencontre, d'une poignée de main il me salua et me dis d'un français très clair "Merci.". D'ailleurs tous les soldats me le répétèrent. Je venais de remuer ciel et terre, enfin plutôt Bill, pour aider un de leurs camarades alors forcément ils étaient admiratifs.
De l'extérieur on entendit des vagues de tirs de coup de feu et un grésillement de la part du talkiwalki. L'attente commençait à être longue. Cela faisait plus de trois quarts d'heure qu'ils étaient entrés et les militaires espagnols s'inquiètaient de plus en plus. Notre inquiétude disparut lorsque l'un des soldats prit la parole.
- Nous approchons de l'endroit où est Hélène, dit-il en espagnol. Philippe est entré et commence à couper les chaînes. La jeune fille est dans un état grave, veuillez préparer une civière immédiatement.
Bien sûr, je n'avais pas compris ce que le soldat avait dit, mais le remus ménage des soldats me fit comprendre ses paroles.


Néanmoins il y a une chose que je peux te dire ... merci. Merci d'être restée à mes côtés jusqu'à la fin. Merci d'avoir été ma soeur. Merci pour tout ce que tu as fait pour moi. Merci pour tout du fond du coeur.


Peu de temps après ce dernier message, nous vîmes les soldats ressortirent. Les hommes de Philippe faisaient sortir les coupables alors que lui portait Hélène dans ses bras. Elle était effectivement mal en point. Mais je ne pouvais plus rester là. Mon objectif était de m'assurer que Philippe sorte du repaire avec sa soeur.

Sois heureuse, poursuis ton rêve et deviens une grande journaliste. Tombe amoureuse.


J'entrai dans un hélicoptère que l'armée espagnole avait mis à ma disposition et je me retournai vers la foule de soldats. Mon regard croisa immédiatement celui de Philippe. Je vis son regard plein de tristesse et ce fut comme-ci mon coeur avait reçu un coup de poignard.


J'ai peur Marion. Ne m'oublie pas, je t'attendrai bien sagement.


L'hélicoptère commençait à décoller quand j'entendis la voix de l'homme qui avait fait vibrer mon coeur depuis notre première rencontre.
- Je t'aime Marion, tu entends ? Je t'aime et ce pour toujours !, avait-il crié.
De ma hauteur j'ai pu observé des larmes couler sur ses joues. Je pleurais aussi mais de joie. J'étais heureuse de voir qu'il avait sauvé sa soeur. Il avait réussi là où je n'avais pu rien faire pour mon frère.


Que dire de plus ? ... Je t'aime et ce pour l'éternité.



Depuis ce fameux sauvetage, et toujours grâce à Bill, j'ai pu obtenir un nouvel appartement ainsi qu'un nouveau travail. Je pars bientôt pour les Antilles, je vais enfin pouvoir faire ce dont j'ai toujours voulu. Je vais enfin réaliser mon rêve. Et jamais je n'y serai arrivé sans ma rencontre avec Philippe.


Ton frère qui te protégera même après sa mort !

J'ai également appris que les coupables ont été jugés et Philippe reçut les honneurs. Hélène a décidé de continuer ses études de medecine mais ses parents ont pris la décision de venir s'installer à Rennes pour la protéger.


PS: Ne meurs pas trop vite.


J'ai fait le tri dans les affaires de Guillaume. Beaucoup de choses sont partis dans des associations caritatives. Je n'ai gardé que les choses importantes, celles qu'il aimait le plus. Une pièce de mon appartement lui est encore consacré mais cette fois-ci je n'y vais plus pour pleurer. J'y vais pour me souvenir et ne pas l'oublier. J'aime mon frère et je l'aimerai jusqu'à la fin de ma vie. Même le temps et la mort n'ont su enlever le lien qui nous unissait et qui nous unit encore aujourd'hui. Mon frère restera toujours présent dans mon coeur. Je ne vois plus son souvenir comme une faiblesse au contraire le souvenir de mon frère me fait regarder vers l'avenir. J'ai envie d'aller plus loin et ainsi pouvoir garder la tête haute lorsque je le rejoindrai au royaume des morts.

**


Marion fixa Béatrice Lemant, cette dernière était subjuguée par l'incroyable aventure que venait de lui raconter Marion et elle avait même la bouche légèrement ouverte. Béatrice avait arrêté d'écrire quoi que ce soit sur son carnet depuis le passage de la blessure au niveau de l'abdomen, "Cette femme est folle ! Elle accueille n'importe qui chez elle !", avait-elle pensé à ce moment.
L'absence de réaction de la part de sa psychologue fit rire Marion.

- Alors ? Trouvez-vous que je viens de faire un "grand pas en avant" ?, se moqua-t-elle.

Au bout de quelques minutes Marion sortit de l'immeuble où elle venait de conclure son rendez-vous avec Béatrice Lemant. Elle lui avait dit que c'était la dernière fois qu'elles se voyaient et la psychologue lui avait souhaité bonne chance pour la suite.
Marion tourna au coin de la rue et semblait chercher quelqu'un du regard. Deux mains vinrent se poser sur ses yeux et elle eut un large sourire.

- Qui est-ce ?, fit la voix de Philippe au creux de son oreille.

Marion se retourna et lui arracha un baiser fougueux. Ils s'étreignirent durant quelques instants puis se dirigèrent main dans la main vers leur avenir.
Finalement même la distance n'avait pas réussi à les séparer. Le lien qu'ils partageaient fut plus fort que tout et leur amour qui était, à la base, impossible se transforma en une lueur d'espoir qu'ils ne voulaient pour rien au monde laisser s'échapper.

Fin


Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Jeu 21 Fév - 15:09

Le Rêve

_____Il faisait nuit. Une brise légère chatouillait les feuilles des arbres. La lune illuminait la paisible forêt. On n’entendait que le bruit des hululements des chouettes, et des crapauds qui croassaient. Quand soudain, des bruits de pas rapides et une respiration, se firent entendre. Une jeune fille, aux cheveux plus noirs que la nuit, courait à en perdre haleine. Elle fuyait. Mais, que fuyait-elle ? Elle-même ne le savait plus.

_____ Dans un moment de courage, elle osa se retourner. Rien ne la pourchassait. Elle s’arrêta. Elle sentait le vent lui souffler timidement au visage. Elle frissonna. Il est vrai qu’elle n’était vêtue que d’une nuisette et ne portait rien aux pieds. « Pourquoi suis-je sortie ainsi ? », se demanda-t-elle. Elle ne le savait plus.
_____Elle balaya la forêt du regard. Où était-elle ? Elle ne le savait pas. Elle s’assit au pied d’un arbre et calma sa respiration. Elle se frictionna les bras et les jambes et finit par se rouler en boule à même le sol. Elle ne se souvenait de rien. La raison qu’il l’avait poussée à quitter sa maison lui était inconnue, qui plus est dans cette tenue ! Alors elle chercha dans le fond de sa mémoire les derniers souvenirs qu’elle avait en tête …

_____Elle avait mangé comme d’habitude avec sa mère. Son frère avait décidé d'aller vivre chez sa copine, bien qu’elle fût encore mineure. Mais, il était majeur et plus personne ne pouvait l’en empêcher. Ce dernier justement, lui avait toujours reproché de n’être pas parti avant lui. Il est vrai qu’elle était plus âgée de deux ans. Cependant, quelque chose empêchait à la jeune fille de quitter la maison de sa mère. Elle soupira. Sa vie n’avait pas été de tout repos. Le divorce de ses parents l’avait fait énormément souffrir et depuis, elle s’était enfermée dans une forteresse accessible uniquement par elle-même. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle n’avait jamais eu de relation sérieuse avec un garçon.

_____Elle avait froid. Elle avait peur. Pourquoi s’était-elle enfuie ? Bien malgré elle, des larmes perlèrent sur ses joues. Cette solitude … Elle l’avait déjà ressentie. Elle ne l’avait jamais quittée. Elle se sentait toujours seule quoi qu’elle fasse. A force de demander de l’aide à ses proches, elle n’en avait fini par en récolter que de la honte et tellement plus de tristesse. Alors, elle s’était mise à chercher. A chercher celui qui lui ferait oublier toutes ces peines. Celui qui la ferait rêver, danser, rire, pleurer mais, de joie !

_____Elle se releva et courut. Toute son existence, toutes les épreuves qu'elle avait traversé n’avait eu de bon que pour ce jour. Ce jour où elle prendrait enfin l’initiative de partir ! De vivre sa vie comme elle le voulait. Etre loin de ses parents qui se déchiraient, incapables de mettre de côté leurs différents pour aider au mieux leurs enfants. C’est pour ça, que son frère les avait fuis. Certes, il était l’opposé d’elle mais il avait fait son choix. Les larmes cessèrent. Elle riait. Heureuse d’avoir pris la bonne décision. Heureuse de se sentir libre. Heureuse d’avoir brisé sa forteresse.
_____Elle courait. Le vent. Les arbres. La lune. Les bruits. Tout lui était égal. Elle courait. Mais où ? Vers son avenir ! Celui dont elle rêvait depuis une éternité. Elle avait peur. Peur d’échouer. Peur d’être de nouveau malheureuse. Mais elle courait. Elle avançait vers celui qui la délivrerait de ses tourments. Son visage se matérialisa dans son esprit. Oui. Elle savait que ce jour viendrait où, celui dont elle rêvait la bercerait en lui disant qu’il prendrait soin d’elle. Et elle courait. Elle courait. Elle courait ...

**

_____Quand elle se réveilla ce matin-là, la jeune fille s’attrista. « Alors ce n’était qu’un rêve », se désola-t-elle. Elle se prépara comme tous les matins et prit son petit-déjeuner. Elle réfléchissait. C’est alors qu’elle comprit que quelque chose avait changé en elle. Elle pouvait le ressentir. Ce rêve l’avait transformée. Quel était ce sentiment nouveau ? Elle ne l’avait jamais ressenti auparavant. Jamais.
_____Comme pour l’aider à trouver ce qu’elle cherchait, un moineau vint se poser sur le rebord de la fenêtre de la cuisine. Elle le regarda un moment. Elle sourit. Le petit oiseau gazouilla et prit son envol. « L’Espoir », se dit-elle. C’était ça. Elle avait découvert l’espoir ! L’espoir d’être un jour libre comme cet oiseau. Elle ne cherchait qu’à prendre son envol depuis toutes ces années.

_____ Alors, elle prit une décision. Elle monta faire sa valise et prit le peu d’argent qu’elle avait réussi à économiser. Elle en aurait assez pour ce trouver un hôtel. Elle chercherait ensuite du travail pour se payer une chambre d’étudiant. Elle était prête à commencer une nouvelle vie ! Avant de partir, elle laissa un mot pour sa mère et envoya un message à son père.
_____ Elle marchait dans les rues, en direction de son université. Elle sourit. Un doux vent vint caresser ses cheveux et le chant des oiseaux berça ses oreilles. Elle avait enfin réussi à voir apparaître une once de lumière dans son immense forteresse. Les murs commençaient peu à peu à tomber. Le Soleil éclatait de mille feux pour balayer les endroits sombres. Bientôt, la vie de la jeune fille allait être gorgée d’espérance. Elle avait l’espoir d’être heureuse un jour ou l'autre. Elle sourit de plus belle en ayant cette idée en tête. « Plus jamais », se dit-elle. « Plus jamais je ne laisserai l’espoir me quitter ». Bien sûr, la jeune fille savait que sa décision était prise sur un coup de tête. La vie n'est pas si simple. Elle n'allait pas trouver du travail si facilement, et elle allait avoir du mal à concilier ses études et son boulot. Cependant, elle était déterminée. Déterminée à avancer.

_____ Un beau matin d'automne, la jeune fille marchait. Un vent léger faisait danser ses longs cheveux noirs.
_____Les derniers oiseaux se préparaient pour l'hiver. Les feuilles des arbres tombaient les unes après les autres et tournoyaient, entraînées par le vent. La jeune fille continuait de marcher. Prête à affronter les difficultés qui se présenteraient sur son chemin.

Fin
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:34

Sauver le Royaume


_____En 2026, Majesty, une organisation de nobles, provoqua un coup d’état planétaire. Ils ont depuis pris le contrôle du monde entier et renommé notre Terre, la Planète Bleue : Utopia.
_____En moins de dix années, Majesty changea la face du monde. Tout ou presque fut transformé. Les lois, l’éducation, les programmes étudiés par les enfants, les salaires, les règles de vie, les taxes et bien d’autres domaines.

_____En ce nouveau monde, rien ne résiste à Majesty. Personne ne s’oppose à eux. Il est vrai que l’organisation possède une armée impressionnante et leurs hommes sont surentraînés. Les gens n’osent pas faire de vague. Ce n’est pas une dictature car, Majesty n’a pas vraiment de « visage ». L’organisation agit comme un seul homme, dirigée par des personnalités différentes, il y a même eu des non-nobles parmi eux.

_____On peut néanmoins leur accorder que ce nouveau gouvernement fut bénéfique sur certains points. En effet, Utopia n’a plus jamais connu ni crise, ni chômage, ni guerres depuis la montée au pouvoir de Majesty. Plus aucun pays ne souffre de la misère, de la famine et tout le monde a accès à l’eau potable. Que peut-on faire contre un gouvernement qui a résolu tant de problèmes que n’importe quel autre système n’a su résoudre ? Certes, il arrive parfois qu’il y ait des injustices. Les sangs bleus sont pardonnés plus facilement mais ce genre de phénomène arrive rarement. Ce ne serait pas en faveur de Majesty si l’organisation donnait des privilèges aux leurs.

_____Pourtant, il y eut une situation que Majesty eut du mal à résoudre : les Guerres de Rue. Elles furent baptisées ainsi par les italiens qui ont été les premiers à connaître ce mouvement engendré par les enfants et adolescents. Car en effet, c’est durant cette courte période qu’est l’enfance, que nous formons les adultes de demain. Dans la société actuelle, les enfants nobles et non-nobles sont séparés. Les jeunes pensent bien trop souvent que leur devoir est de rétablir la justice, croyant que leur monde est injuste. Alors, ils commencèrent à se battre à la sortie des écoles. Le monde entier connu ces batailles qui se faisaient à mains nues et pouvaient opposer des centaines d’enfants.

_____Majesty fut impuissante. Il était impossible pour eux de contrôler les Guerres de Rue entre enfants nobles et non-nobles. Sauf, qu’arrivés à l’âge adulte, ils devaient se ressaisir. Car c’est en atteignant la majorité que la loi s’applique réellement, les peines sont plus fortes. Alors, les adolescents qui autrefois, participaient à des batailles incessantes, devaient grandir et faire face à la réalité : le monde n’allait pas changer.
_____Afin de canaliser l‘excès de colère des enfants, une entreprise proposa la création d’un jeu-vidéo en ligne, ainsi qu’un tout nouvel équipement original qui permettait d’y jouer. Le jeu en question est devenu plus tard : Sauver le Royaume. La trame explique que le monde est divisé entre deux camps : les Héros et les Mercenaires. Tous deux veulent être au pouvoir. Le but de chacun est donc de devenir plus puissant pour écraser ses ennemis. Il y a donc tout un système de quêtes, d’échelons etc. Tout ce que l’on peut trouver dans un jeu de rôle classique. Le détail original est que grâce à la science et aux progrès de l’informatique, ils ont pu créer des capsules pouvant accueillir une personne et matérialiser un monde imaginaire formaté par des programmateurs dans l’esprit du joueur. Cela permet d’incarner entièrement son personnage. De plus, des joueurs du monde entier pouvaient communiquer entre eux car leur langue était automatiquement traduite. Ce jeu était un véritable pas en avant dans le monde des jeux-vidéos. Mais il y avait une faille. Un petit détail que la société dû très vite régler. En effet, lorsque l’on avançait dans le jeu, les joueurs étaient obligés de s’allier. Des nobles et des non-nobles risquaient donc de se retrouver dans la même équipe. Or, la vie que menaient les nobles et non-nobles à cette époque ne leur permettait pas d’entretenir une quelconque entente. C’est ce qui provoqua les Guerres de Rue. Alors, ils rajoutèrent une option ; les guildes. La condition pour appartenir à une guilde est de dévoiler son identité. La capsule, qui renferme le joueur, fait alors un test ADN pour confirmer l’identité du joueur. L’usurpation d’identité étant un acte sévèrement puni par la loi – même pour les plus jeunes, il était peu probable que les joueurs osent mentir. Et c’est ainsi que des guildes de non-nobles et de nobles se formèrent. Les Guerres de Rue étaient devenues virtuelles. Néanmoins, tout cela avait un but. Au fur et à mesure que les enfants grandissaient, jusqu’à atteindre l’âge adulte, ils prenaient petit à petit conscience que la vie n’était pas un jeu et qu’ils devaient grandir et travailler pour vivre.
_____Sauver le Royaume eut tout de suite un succès phénoménal ! Certes, l’équipement coûtait très cher. Mais les familles pouvaient payer en plusieurs fois et cela pouvait s’étendre jusqu’à une durée de deux ans. Autant dire que tout avait été calculé pour que les Guerres de Rue cessent. Le calme revint donc sur Utopia.

_____Nous sommes en l’an 2186. Les Guerres de Rue se sont déroulées de 2040 à 2053. Sauver le Royaume existe depuis cent trente-trois ans et continue d’avoir des millions de membres, enfants et adolescents, qui se connectent par jours.
_____Il est bien loin le temps où les jeunes se battaient dans les rues. Le sentiment d’injustice, lui, n’a pas disparu. Ce n’était qu’une question de temps avant que le terrible phénomène ne reprenne. Mais pour le moment, l’unique chose dont parlaient les enfants était une rumeur sur deux joueurs. King Ma et Lord El. D’après les sites de forums et les discussions dans les écoles, ils étaient très certainement les deux joueurs les plus forts de Sauver le Royaume. Deux joueurs qui par le hasard et le destin sont devenus amis. Une amitié qui n’aurait jamais dû exister …

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Jeu 4 Sep - 17:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:37

_____Deux mystères

_____Anabelle Marose était en deuxième année dans un lycée à Paris. Dans sa vie de lycéenne, on pouvait la considérer comme une fille sans importance qui passait inaperçue dans les couloirs. Elle était un véritable fantôme aux yeux des autres élèves. Même ses professeurs avaient tendance à l’oublier.

_____C’est en entrant au lycée qu’elle se découvrit une véritable passion. Elle passait son temps à écouter les histoires des autres et à écrire des articles. Il lui arrivait de mettre le nom de la personne concernée, si cela lui semblait nécessaire. C’est ainsi qu’on la surnomma Zorra Volpe, la double renarde. On la disait rusée et intrépide.  
_____Elle était, osons employer le terme, un génie de l’informatique. Personne jusqu’à présent n’avait réussi à la démasquer. Elle faisait tout pour que ses ordinateurs ne soient pas tracés. Celui ou celle qui lèverait le voile sur son identité n’était pas encore né !

_____Tous ses articles sans exception étaient publiés sur son blog : ZorraVolpe.com, où plus d’un millions de visiteurs y venaient par jour. Presque autant que le célèbre jeu : Sauver le Royaume.
Elle écrivait sur tout et sur n’importe qui. Tout le monde y passait, nobles et non-nobles. Elle ne faisait aucune distinction, n’avait aucune pitié. Elle fut élevée dans ce monde et se forgea sa propre vision de la société. Elle ne détestait pas cette vie. Elle ne détestait pas les nobles. Majesty avait peut-être était trop loin dans ses idéaux, en réformant l’ancien système et en étant encore récalcitrant à engager des non-nobles au gouvernement. Mais cela ne pouvait être changé par la force. Or, c’est ce que les enfants croyaient réaliser en se battant entre eux. Pour faire réagir les hauts dirigeants.
_____Pathétique. C’était tout ce dont elle avait besoin de retenir des Guerres de Rue. Rien. Même si elle était persuadée que ce phénomène reprendrait un jour. Bien qu’elle ne comprenait pas l’intérêt de ces combats.

_____Anabelle cherchait donc un peu d’inspiration quand une discussion entre des élèves l’interpella. Ils vantaient les exploits de deux joueurs de Sauver le Royaume ; Lord El et King Ma. En temps normal, cela ne l’aurait pas intéressé mais, la bande de garçons parlait d’eux avec une telle ardeur qu’elle se surprit à les écouter. D’après les élèves, personne ne savait qui ils étaient. Tout le monde voulait savoir leur identité. Mais ils refusaient toute demande d’appartenir à une guilde. Ils racontaient que si un combat devait éclater entre ces deux joueurs, le vainqueur serait le joueur le plus fort du monde entier. Une foule de questions défilèrent alors dans son esprit : « Qui étaient-ils ? Pourquoi ne voulaient-ils pas dévoiler leur identité ? Quel est leur but ?... ». Tous ces mystères devaient être élucidés. Et les mystères étaient ce qui alimentait l’intarissable Zorra Volpe.
_____La jeune adolescente sourit. Elle allait encore déranger tout ce beau petit monde.

_____Anabelle n’aimait pas jouer à Sauver le Royaume. Ses parents avaient acheté tout l’équipement nécessaire mais ce jeu n’avait aucune utilité pour elle. De plus, son pseudo était Zorra Volpe. Autant dire que personne ne la voulait comme alliée. En revanche, elle recevait beaucoup de demandes de défi. Pour se venger d’elle très certainement. Non, elle n’aimait pas ce jeu. Cependant, elle allait devoir utiliser son personnage pour en savoir plus sur ces deux nouvelles victimes.
_____Elle allait lancer un défi à ces deux joueurs. Un combat pour désigner lequel des deux était le plus fort. Elle ne devait pas l’annoncer n’importe comment. A en juger par les ragots des élèves qui ont eu la chance d’assister à un de leurs combats, elle avait vite compris qu’ils ne cherchaient pas à être populaires. Ils cherchaient juste à devenir plus puissants, pour une raison qui lui échappait. Pourquoi certaines personnes voulaient-elles affirmer leur supériorité ?
_____Elle posta son message dans l’heure. En quelques secondes, il fut lu par des milliers d’internautes.

Défi : Lord El contre King Ma !

_____Chers joueurs de Sauver le Royaume,

_____Depuis quelques temps, nous entendons tous parler de deux joueurs exceptionnels. Mais qui sont-ils ? Sont-ils vraiment si forts ?
_____Cela fait des semaines que vous vous posez cette question ; lequel des deux est le plus meilleur ?    Voulez-vous le savoir, chers joueurs ? Voulez-vous assister au plus incroyable combat de votre vie ? Je vous l’offre sur un plateau d’argent ! Je lance un défi à Lord El et King Ma. Je souhaite qu’ils se battent devant des milliers de joueurs. Un combat jusqu’à ce que l’un des deux ne puisse plus combattre l’autre.

_____Voici ce que je vous propose, très chers Lord El et King Ma, rejoignez-nous à 22h précise aux ruines de l’arène Kilya, mercredi soir. Le refus n’est pas acceptable. Seriez-vous prêt à laisser passer cette chance ?

_____Sur ce, chers joueurs, venez nombreux mercredi pour le plus beau des spectacles de Sauver le Royaume. Vous ne serez pas déçus. Parole de la double renarde !

Zorra Volpe

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Jeu 4 Sep - 18:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:38

_____Comme elle avait posté ce message sur son blog et sur le forum de Sauver le Royaume. La nouvelle se répandit très vite, tout le monde ne parlait plus que du combat. Il était impossible pour Lord El et King Ma de ne pas accepter ce défi. Anabelle allait enfin savoir ce dont ils étaient capables. Elle voulait confirmer si oui ou non, ils méritaient une telle admiration, une telle gloire. Elle espérait que non pour pouvoir écrire un article sur eux des plus cinglants. Car oui, Anabelle était ce genre de fille. Une vraie peste. Mais pour obtenir toutes les informations dont elle avait besoin, il fallait qu’elle utilise son personne de Sauver le Royaume. Elle leva les yeux au ciel exaspérée rien qu’à l’idée de se retrouver dans cette capsule. Ses parents allaient être tellement heureux ! Elle allait enfin être une adolescente « normale » à leurs yeux.

_____Elle n’aimait pas jouer. Elle ne savait pas se battre. Le choix de son personnage fut donc évident : un Invocateur. Le genre de personnage que personne ne prend car la majorité des gens croient qu’invoquer des créatures est moins efficace que de se battre soi-même. Un raisonnement plutôt logique. Néanmoins, ce type de personnage l’intéressait car il lui permettait de fuir rapidement si elle voyait qu’un combat lui était désavantageux. Eh oui, elle avait quand même joué à une époque. Une phase de sa vie dont elle n’était pas fière … Son seul avantage en tant que joueuse était son ouïe. A force d’espionner les élèves, elle avait fini par développer ce sens en particulier, en plus de la vue. Ça, elle en était fière !

_____Tout ce dont elle avait à faire pour le moment c’était d’attendre. La patience était également l’un de ses points forts. Attendre, elle devait attendre mercredi.
_____Dans la soirée suivant son message, elle reçut deux messages dans Sauver le Royaume.
_____« J’accepte le combat contre Lord El. Si j’estime que je n’ai aucun intérêt à le combattre, je quitterai le jeu. King Ma. »
_____« Ce combat ne sera peut-être pas intéressant, mais je serai présent. Ne sois pas déçue si je pars avant la fin. Lord El. »

_____Leur réponse la fit sourire. Elle ne savait pas qui ils étaient mais ils se ressemblaient.
_____« Intéressant », pensa-t-elle.
_____Dès lors, elle ne pensait plus – elle aussi – qu’à ce jour où ces deux joueurs allaient se combattre. Pour la première fois depuis bien longtemps, elle était excitée. Elle avait hâte de les détruire. De toute évidence, ces deux joueurs se croyaient au-dessus des autres. Supérieurs. Ils étaient exactement le genre d’individus qu’elle aimait rouler dans la boue et leur prouver qu’ils n’étaient rien.  
_____« Demain sera le jour J. », rien que cette pensée la faisait frémir.
_____Demain elle allait en apprendre un peu plus sur ces deux joueurs. Elle avait donc tout préparé. Les règles qu’elle allait leur imposer, comment elle allait les observer, tout était prêt.
_____Il n’y avait plus rien qui l’intéressait. Elle suivait à peine les cours et n'était pas très active dans son travail dans un salon de thé. Elle n’était focalisée que sur ce jour. Ce combat.
_____Et quand le fameux jour arriva, elle ne pouvait s’empêcher de les imaginer se pavanant puis, anéantis par la terrible Zorra Volpe.

_____En arrivant aux ruines de Kilya, elle ne fut qu’à moitié surprise par la foule qui s’étendait devant elle. Le combat n’avait lieu que dans une heure mais déjà un nombre incalculable de joueurs s’étaient amassés.
_____Elle demanda avec autorité aux joueurs de former un cercle assez large pour que Lord El et King Ma puissent combattre à leur aise. Comme ils lui étaient reconnaissant d’une certaine manière, d’avoir organisé ce combat, ils lui obéirent au doigt et à l’œil.

_____21h45. Toujours aucun signe des deux joueurs. Les joueurs commençaient à devenir de plus en plus nombreux.
_____21h55. Plus que cinq minutes. Anabelle commençait à trembler.
_____21h58. Deux minutes. Ils savaient se faire attendre. Non. C’était à prévoir. Plusieurs joueurs perdaient patience mais elle savait qu’ils viendraient. Ils ne se seraient pas pris la peine de lui envoyer un message s’ils n’avaient pas l’intention de venir.
_____Plus que trente secondes. Vingt. Dix.
_____La foule s’écarta. Lord El et King Ma venaient de faire leur apparition. Pile à l’heure et avec une synchronisation presque troublante. Ils s’avancèrent au centre du cercle qu’avait formé les joueurs spectateurs. Bien que l’ensemble de ce jeu fût virtuel, Anabelle pouvait ressentir la différence de niveau qui séparait ces deux joueurs avec le reste d’entre eux. Ils étaient forts. Très forts.
_____Dans le jeu, la moindre des mimiques des joueurs était retransmise. Cela donnait l’impression d’être dans le monde réel. Sauver le Royaume était sans contester le jeu le plus original jamais réalisé. Et de ça, Anabelle n’avait rien à redire.

_____Avant de prendre la parole elle prit le temps de bien les observer. Lord El était un Chevalier. Son armure était noire et il avait une cape rouge. Il avait décidé de ne pas porter de casque, cela permettait de voir son visage, il avait choisi d’avoir les cheveux courts et blancs, les yeux bleus et la peau légèrement matte. Son arme était une épée. Il faisait partie des Mercenaires. Un choix ironique compte tenu qu’il s’agissait d’un Chevalier. King Ma était un Guerrier des Forêts. Son unique vêtement était un pantalon marron. Il avait de longs cheveux noirs, ses yeux étaient verts et sa peau était très foncée. Deux sabres lui servaient d’armes et il faisait partie des Héros.

_____Un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune fille. Leurs types de personnages étaient les plus choisis mais les plus durs à maîtriser. Beaucoup de joueurs durent supprimer leurs données pour pouvoir recommencer le jeu et changer de personnage.
_____Intéressant. Elle n’allait décidément pas être déçue.
_____Elle s’avança près de Lord El et King Ma.

-  Mettez-vous bien face à face, je vais vous expliquer les règles du défi. Tout d’abord, je vous remercie d’avoir accepté ce combat. Vous pouvez utiliser toutes les capacités que vous avez acquises. Il n’y a pas de limite de temps. Le terrain de combat est délimité par les joueurs, si vous les blessez, vous perdez. Si vous les utilisez comme bouclier, comme arme ou pour je ne sais quelle autre utilisation, vous perdez. Si vous quittez la zone de combat, vous perdez. Est-ce bien clair ?, demanda-t-elle.

_____Un hochement de tête de leur part lui fit comprendre qu’elle pouvait continuer. Elle savait qu’en leur disant qu’ils ne pouvaient pas blesser les autres joueurs, ils n’oseraient pas utiliser leurs pouvoirs magiques. Si les rumeurs étaient vrais, mieux valait ne pas les laisser faire comme ils l’entendaient.

-  Je serai l’arbitre de votre match. Bien sûr, je n’interviendrai d’aucune façon, mon rôle consiste à constater que vous ne faîtes pas de fautes. Le premier qui voit sa courbe de vie tomber à zéro, perd le combat. Vous pouvez décider d’abandonner le combat si vous en avez envie. Bien, dit-elle après un moment de pause. Que le combat commence !

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Jeu 4 Sep - 19:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:40

_____Anabelle se recula rapidement pour ne pas être blessée. Cependant, elle se rendit compte qu’elle aurait pu prendre son temps. Aucun des deux n’avait bougé d’un centimètre. La surprise pouvait se lire sur l’ensemble des visages des joueurs. Pourquoi ne bougeaient-ils pas ? Des huées et des injures commencèrent à fuser de la bouche des spectateurs.
_____Lord El et King Ma ne s’étaient même pas mis en garde. Pour tous les joueurs présents, c’était un affront, un manque de respect. Ils montraient clairement qu’ils n’avaient pas envie de se battre.
_____Ils ne savaient pas qu’en vérité le combat avait déjà commencé. Ils assistaient à quelque chose qui les dépassait.
_____Ils se dévisagèrent, s’étudièrent pendant de longues minutes. Et, ils se décidèrent enfin à se mettre en garde.  Anabelle commença à se demander ce que les joueurs avaient bien pu leur trouver. De son point de vue, toute cette mise en scène était une mascarade. Et, c’est lorsqu’ils commencèrent enfin à s’attaquer qu’elle le comprit qu’elle était dans l’erreur.
_____Force. Rapidité. Agilité. Précision.
_____Des termes que l’on pouvait employer concernant ce combat. C’était prodigieux. Et ils n’utilisaient même pas leurs armes !
_____Impressionnants. Ils étaient impressionnants.
_____« Des monstres. », pensa une Anabelle admirative et horrifiée par ce qu’elle voyait.

- Les rumeurs étaient donc vraies, entendit-elle murmurer autour d’elle.

_____Un silence se créa peu à peu dans la foule. Puis, vinrent les cris de joie. Des joueurs se mettaient même à parier. Le combat allait durer. C’était une certitude.
_____Au bout d’une heure de combat, ils utilisèrent leurs armes. Anabelle avait de plus en plus de mal à suivre leurs mouvements. Ils étaient de plus en plus rapides, elle osa même penser qu’ils s’amélioraient, s’adapter à la vitesse de l’autre. Ces deux joueurs n’étaient pas normaux. Ils avaient dû s’entraîner énormément dans le monde réel pour arriver à un tel niveau. Elle serra ses poings. Elle ne comprenait pas. Quelle était leur raison ? Pourquoi jouaient-ils ? Pourquoi être si fort ? Pourquoi … ? Mais surtout … Pourquoi avait-elle organisé ce combat ?
_____Deux heures s’écoulèrent. Ils étaient certes essoufflés mais Anabelle était certainement qu’ils pourraient continuer autant de temps qu’il le fallait. Combien de temps encore ?
_____Ils s’arrêtèrent. Les bavardages incessants des joueurs cessèrent. Quelque chose clochait. L’atmosphère avait subitement changé. Lord El et King Ma dévisagèrent Anabelle tous les deux en même temps. Le sourire aux lèvres.
_____« Que cherchaient-ils à faire ? », pensa-t-elle.
_____Sa réponse vint quelques secondes plus tard. Ils rengainèrent leurs armes, se placèrent légèrement en biais et mirent leurs mains de façon à ce qu’elles soient l’une en face de l’autre. Une boule de feu commença à se former entre les mains de Lord El et une boule électrifiante pour King Ma. Elle reconnaissait ce sort.
_____Spes Lumfo !

- Arrêtez ! Vous n’avez pas le droit ! Vous allez nous anéantir !, cria-t-elle de toute ses forces.

_____Ils n’en firent rien. Avant le lancement de leur attaque, elle eut le temps d’invoquer un Ours Enchanté. Ce dernier est très efficace pour parer un sort, il emmagasine l’énergie de celui-ci et le renvoie à son adversaire. Seulement, il n’était pas assez puissant. Elle le savait. Leur attaque une fois lancée, balaya tous les joueurs en une fraction de seconde. Ils furent tous renvoyés dans leurs villages d’origine. Anabelle chercha du regard Lord El, qui était un Mercenaire comme elle, mais elle ne le vit pas.
_____« Ils ont survécu », fut la seule explication plausible qui lui vint à l’esprit.
_____Folle de rage, elle se déconnecta du jeu.
_____Elle ne s’attendait pas à ce revirement de situation. Elle ne l’avait pas prévu, persuadée qu’ils joueraient au moins le jeu !
_____Lâches. C’est tout ce qu’ils étaient. Des lâches. Mais c’est alors qu’elle se posa une question ; pourquoi avoir eu cette réaction ? Elle n’arrivait pas à comprendre le pourquoi du comment de leur acte. Elle était trop énervée pour réfléchir.
_____Affreusement déçue, elle écrivit un article. Se laissant dominer par sa colère, elle était prête à se mettre à dos tous les joueurs du monde entier. De toute façon, sa vie ne se résumait qu’à ça ; être seule face au monde. Seule contre tous.

Avis de recherche


_____Chers lecteurs,

_____Suite au combat de King Ma et Lord El, je tiens à vous dire mon ressenti. Ces deux joueurs, bien qu’extraordinaires, ne sont que des individus sans foi ni loi. Ils n’obéissent qu’à eux-mêmes. Ils ne respectent pas les autres, piétinent leurs désirs. Ce soir, ils m’ont délibérément provoqué en bafouant les règles de mon défi.
_____Je vais vous éclairer sur un point. Nos deux « meilleurs » joueurs ont lancé une attaque sachant pertinemment ce qui allait se produire ; nous allions tous retourné dans nos villages d’origine car, notre jauge vitale allait nécessairement être à sec. Je vous pose donc cette question, chers lecteurs joueurs ; avez-vous aperçu Lord El ou King Ma ? Et je vais répondre pour vous, jeunes naïfs ; non, ils n’étaient pas là. Ils ont survécu.
_____Puisque ces deux joueurs si fantastiques soient-ils, ne semblent pas vouloir respecter des règles, je tâcherais d’en découvrir la raison. Je lèverai les masques de nos deux joueurs nouvellement stars. J’en fais le serment et la promesse que ces deux individus n’auront bientôt plus de secrets pour moi.
_____Vous vous êtes dressés contre la mauvaise personne. Préparez-vous à en subir les conséquences. Votre heure a sonné. Promesse de la double renarde.
Zorra Volpe

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Jeu 4 Sep - 22:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:42

_____Deux garçons

_____Anabelle fut bien déçue en constatant que son article ne plaisait pas. Certains prétendaient que dévoiler l’identité de ces deux joueurs était une erreur. Car, King Ma et Lord El perdraient toute leur magie. Le mystère planant sur leur identité ne faisait qu’alimenter l’admiration qu’avaient les autres joueurs pour eux. Cela n’aurait plus aucun sens que de découvrir qui, ils étaient. Les deux joueurs les plus forts de Sauver le Royaume n’appartenaient à aucune guilde –ce qui était rare- et ils ne faisaient que de brèves apparitions dans leur village d’origine. On ne faisait qu’entrapercevoir leur silhouette, on murmurait des légendes à leur propos. Et, c’était ça que les joueurs aimaient. Le fait qu’on ne puisse pas savoir où et quand on les verrait.

_____Anabelle fut donc accablée de se rendre compte que les élèves étaient vraiment incapables de comprendre qui étaient vraiment Lord El et King Ma. Non, à vrai dire, elle n’était qu’à moitié étonnée. On ne pouvait pas nier que ces deux joueurs étaient extrêmement forts. En repensant à leur combat, Anabelle en avait encore des frissons. Mais sa colère était plus écrasante que son admiration. Elle allait leur faire payer leur insolence. Eux, qui se croyaient au-dessus des autres. Elle voulait leur faire comprendre qu’on ne devait pas sous-estimer les personnes « inférieures » comme elle.

_____Cette journée lui semblait interminable et sa colère ne lui permettait pas d’élaborer un plan convenable alors, elle ne pensait qu’à se rendre au Jasmin Ensoleillé. Un salon de thé très réputé. Il fut créé par ses trois cousins. L’un des principaux soucis dans cette société était que de nombreux lieux publics ne visaient qu’une certaine catégorie de personnes. Cependant, dans ce salon de thé ils ne faisaient aucune différence. C’était un lieu paisible où les gens aimaient se reposer.

_____Un jour, Pauline, la cousine d’Anabelle eut un accident de moto et tomba dans le coma. Cela faisait bientôt deux ans. Les médecins n’avaient plus beaucoup d’espoir. Cette nouvelle avait beaucoup affecté ses deux frères et depuis, Anabelle travaillait pour eux. D’une certaine manière elle égayait leurs journées et les faisait penser à autre chose. Cet endroit était tout aussi reposant pour elle que pour les clients. Là-bas, peut-être qu’elle trouverait une idée.

- Tu en fais une tête Anabelle ! Il s’est passé quelque chose récemment ?, lui demanda Ferdinand, l’aîné de ses cousins.
- Puisque tu en parles, oui. Mais rien de grave ne t’en fais pas. Où est Théo ?

_____Le visage de son cousin s’assombrit. Ils avaient recommencé.

- Nous avons eu … un malentendu. Il est parti il y a une heure.

_____Ferdinand et Théodore n’avaient que trois ans d’écart. Ils leur arrivaient donc de se chamailler souvent. Pour des broutilles évidemment ! Depuis l’accident de Pauline, leurs disputes étaient devenues de plus en plus fréquentes et agressives. Malgré cela Anabelle voyait que cela leur faisait de la peine. Ils étaient tristes de s’être emportés l’un sur l’autre. Après tout, Pauline leur manquait. Elle était leur précieuse sœur. Ils s'étaient sentis impuissants lors de son accident, ils avaient été inconsolables et ne s'étaient plus parlé pendant plusieurs jours. Ce manque leur faisait perdre le contrôle.

- Ne t’en fais pas !, lui lança-t-elle. Il reviendra pour me voir. Il m’aime trop !, dit-elle avec un clin d’œil.

_____Son cousin lui sourit en retour et lui ébouriffa les cheveux. La discussion terminée, ils se mirent au travail.

- Anabelle tu peux aller servir la table deux s’il te plaît ?

_____Son regard se dirigea vers la table en question. Un homme avec un costard et chapeau noir y était.
_____Bien que ce salon de thé fût très réputé il y avait de nombreux habitués. C’étaient d’eux dont Anabelle se chargeait. Cet homme n’en était pas un. Elle remarqua que son cousin n’était pas plus rassuré qu’elle mais il lui expliqua qu’il avait insisté en personne pour que ce soit elle qui le serve.

- Je te surveillerai au cas où, lui dit-il.
- Tu ne vas pas t’amuser à être comme Théo ! Un cousin qui me surprotège me suffit amplement, merci !

_____Elle prit un carnet et un stylo et se dirigea vers la table. Elle soupira. Il est vrai qu’elle ne comprenait pas pourquoi un client l’avait demandé personnellement. Peut-être un pervers.
_____C’était la première fois qu’elle servait un inconnu et celui-ci lui semblait vraiment suspect. C’était sûrement un pervers. Si Théodore avait été là, jamais il ne l’aurait laissé prendre cette commande. Théodore agissait comme un grand-frère à son égard. Elle était d’ailleurs régulièrement le sujet de dispute entre Ferdinand et Théodore. A son plus grand désespoir.

- Que voulez-vous, monsieur ?
- Oh mais, tu sais déjà ce que je veux, Anabelle Marose.

_____Ses yeux s’écarquillèrent lorsqu’elle reconnut cet homme. Cette voix, ce regard, ces gestes. Aucun doute. C’était bien lui. Raoul Trediccirosso. Elle voulut s’enfuir mais trois hommes lui barraient le passage. D’où sortaient-ils ? Aucun client n’était près d’eux et elle ne les avait pas vus autour de Raoul. Plus important encore elle était définitivement coincée. Prise au piège.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Ven 5 Sep - 10:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:42

- Tout va bien Anabelle ?
- Oui, oui ! Je m’occupe de ces messieurs Ferdinand, tout va bien.

_____Elle n’avait aucun moyen de s’échapper.
_____« Saleté de Raoul il a tout prévu ! »

- Je t’en prie cette histoire ne concerne que moi. Ne fais rien à mes cousins.
- Voyons Anabelle, voyons. Bien sûr que je ne les blesserai pas. C’est toi qui m’intéresses. Sais-tu que tu es une fille très difficile à trouver ?

_____Les trois hommes sortirent des couteaux que personne ne pouvait remarquer. Ils allaient la tuer ou en tout cas essayer, penser Anabelle.
_____Raoul était un criminel très dangereux. Il pouvait changer son apparence et pouvait ainsi se cacher de la garde. La garde est ce qui remplaçe la police de l’ancien système. C’est un groupe de personne soigneusement choisie pour défendre au mieux les lois et pour faire respecter l’ordre. Cela faisait des années qu’ils essayaient d’avoir cet escroc. Des années qu’il leur échappait.

- Tu ne m’as pas payé l’information que je t’ai fournie.
- Elle était fausse. J’ai bien failli y rester.
- Oh, si peu.

_____Sa voix l’insupportait. Lui, faisait partie du club des gens se croyant supérieurs. Elle avait très envie de le gifler mais ne le pouvait. Sinon elle était d’ors et déjà morte.

- J’ai deux options. Ou je te laisse encore du temps pour me fournir cet argent ou je te tue ici et maintenant. A ton avis, qu’ai-je choisi ?, dit-il avec un sourire des plus immondes. Adieu, Anabelle.

_____Son sang se glaça. Elle était prête à essayer de se défendre un tant soit peu. Le temps que son cousin appelât la garde. Le temps pour lui de s’enfuir et de vivre. Mais ça n’arriva pas. En un éclair deux garçons vinrent à son secours. L’un fit basculer un homme de Raoul et donna un coup de pied dans le ventre dans un autre. Le deuxième assomma le dernier des subordonnés et Raoul en les frappant au niveau de la nuque. Ces actions se passèrent en une fraction de seconde et sous l’effet de surprise, Raoul et ses hommes n’avaient rien pu faire. Ces deux garçons venaient de sauver la vie d’Anabelle.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Ven 5 Sep - 10:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:43

- Anabelle !, cria Ferdinand.

_____Elle ne l’entendit pas. Ses yeux et son esprit ne voulaient croire ce qui venait de se passer. Deux garçons à peine plus âgés qu’elle, venaient de réaliser une prestation qui resterait à jamais dans sa mémoire. Le plus incroyable était qu’elle venait de comprendre quelque chose de très important. Ces deux garçons étaient Lord El et King Ma en personne. Son instinct le lui faisait très bien comprendre. Elle avait un certain don pour ce genre de chose, un peu comme un sixième sens. Ils étaient bien les joueurs qu’elle avait vus combattre la veille. Celui aux yeux verts et aux cheveux aussi blond que le blé était très certainement Lord El. Le garçon avec les cheveux bruns et les yeux bleus comme l’océan était King Ma. Curieusement, ils lui disaient quelque chose. Elle les avait déjà rencontrés dans la « vraie vie » mais elle fut incapable de se souvenir où et quand.

_____Elle vit sans vraiment le voir, son cousin remercier plus qu’il n’en fallait ses deux sauveteurs et les clients qui applaudissaient devant l’exploit qu’ils venaient d’accomplir.
_____La garde finit par débarquer. Un des clients avait dû les appeler. Elle grimaça en voyant arriver le capitaine de la division. Le capitaine Godefroy. D’abord Raoul, puis lui. Elle n’avait décidément pas de chance aujourd’hui !
_____Il la dévisagea puis observa les quatre hommes inconscients. Après avoir donné quelques ordres à ses hommes, il demanda aux deux garçons et à Anabelle de bien vouloir le suivre. Ils s'étaient donc retrouvés tous les trois dans une pièce au quartier général de la garde. Le capitaine ainsi que deux de ses subordonnés se tenaient face à eux. L’un avait un calepin et notait leurs moindres paroles.
_____Dans le nouveau système de Majesty, on pouvait interroger les témoins en même temps. Les hommes présidant ces interrogatoires, étaient entraînés à déceler la moindre hésitation. Si les témoins n’étaient pas fiables ou mentaient, il était repéré. Systématiquement.

- J’aimerais avant tout connaître vos noms. Nous connaissons déjà mademoiselle Marose mais vous c’est une première. Il nous faudrait aussi votre âge et votre profession.

_____Anabelle vit le garçon blond esquisser un sourire tandis que l’autre se mit à soupirer. Ce fut ce dernier qui se lança le premier.

- Matthieu Saintor. Dix-sept ans. Elève en terminal.
- Elliot de Belazur. Dix-sept-ans et élève en terminal.

_____Les visages des trois hommes se décomposèrent. La situation était inattendue. Un noble s’était joint à un non-noble pour la sauver ? Comment cela pouvait être possible ? Anabelle était également bouche-bée. Mais elle comprenait à présent pourquoi elle les connaissait. Tout lui revint. Des rencontres si simples. Comment avait-t-elle pu les oublier ?

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Ven 5 Sep - 10:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:44

_____La surprise passée le capitaine demanda aux garçons de leur raconter ce qui s’était passé.

- J’étais tranquillement en train de siroter une tasse de thé à la menthe quand, ce jeune abruti a bien failli m’ébouillanter.
- Si tu n’avais pas laissé traîner tes pieds n’importe où, je ne t’aurais pas bousculé.
- Si tu ne prenais pas autant de place pour traverser une allée tu n’aurais pas rencontré mes pieds.
- Veux-tu te battre le blondinet ?
- Je te mets au défi d’essayer !
- Jeunes hommes, dit fermement le capitaine.

_____Elliot et Matthieu le dévisagèrent puis continuèrent leur récit comme si de rien était.

- Nous avions failli nous battre quand nous avons remarqué dans quelle posture était cette jeune demoiselle.
- De toute évidence elle semblait en danger.
- Nous nous sommes donc discrètement faufilés entre les chaises et les tables et les avons immobilisés.
- J’aurais très bien pu m’en sortir tout seul, rajouta Matthieu.

_____Le capitaine toussota et fixa Anabelle. C’était à son tour. Elle devait lui raconter sa version de l’histoire. Elle était de nouveau dans de beaux draps. Ce n’était pas la première fois qu’elle se retrouvait dans cette pièce. Elle connaissait toutes les combines pour s’en sortir. Elle savait comment faire planer le doute dans les accusations qui l’acculaient. C’était une chose de mentir, une autre de faire hésiter les personnes qui l’interrogeaient. Bien que ces hommes sachent détecter les mensonges et la nervosité des témoins et mêmes des criminels, Anabelle savait gérer son stress. De plus, elle était mineure, ils ne pouvaient pas la retenir à moins qu’elle ait commis un crime or, elle était la victime dans ce cas. Ils ne pouvaient rien contre elle. Elle entrouvrit ses lèvres mais n’eut le temps de dire quoi que ce soit.

- Je crois capitaine que nous pouvons y aller. Vous avez attrapé un dangereux criminel d’après ce que j’ai compris, non ? Alors nous n’avons plus rien à faire ici, dit Elliot.

_____Il avait prononcé ces mots avec une telle confiance en lui, une telle autorité qu’Anabelle ne put s’empêcher de le regarder avec étonnement, ne sachant si elle devait le remercier ou être outrée. Matthieu en profita pour s’avancer vers la sortie.

- Monsieur Saintor …
- Vous avez entendu ce gars ? Nous partons. Suis-moi la-fille-connue-des-autorités.

_____Inutile de lui dire deux fois. Elle se leva et s’apprêta à sortir.

- Mademoiselle Marose …, dit le capitaine.

_____Elle se retourna pour lui faire face lui montrant ainsi qu’elle n’avait pas peur de l’affronter.

- Je passe l’éponge pour cette fois mais à la prochaine arrestation, je ne serai pas aussi clément. Un jour où l’autre j’arriverai à vous coincer mademoiselle.

_____Elle lui lança un sourire moqueur et sortit accompagnée par ses deux héros du jour. Une fois dehors aucun des deux ne se donna la peine de lui demander si l’on venait la chercher ou pas. Ils partirent chacun de leur côté.
_____« Finalement, mon premier jugement était le bon. Ces deux garçons sont égoïstes. ».
_____Un sourire se dessina sur ses lèvres. Bien sûr qu’ils étaient ainsi mais ce n’était pas parce qu’ils se croyaient supérieurs. C’étaient des solitaires, un point c’est tout. Des solitaires qui n’aimaient pas la solitude mais qui ne cherchaient pas à s’en défaire non plus. Ayant toujours vécu de cette manière, il était pour eux inconcevable de changer.
_____Un klaxon attira son attention. Elle reconnut la voiture de son cousin et la main qui s’agitait dans sa direction. Théodore.
_____Elle soupira. Elle allait passer un sal quart d’heure …

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Ven 5 Sep - 11:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:47

_____Deux vies

_____Théodore ne dit pas un mot durant quelques minutes puis il explosa, littéralement.

- Comment t’es-tu retrouvée dans une situation pareille ?! J’ai failli faire une crise cardiaque quand Ferdinand m’a raconté l’histoire ! Cet imbécile t’a laissé servir un parfait inconnu. Si j’avais été là ..., dit-il tout en rafermissant sa prise sur le volant, jamais je ne t’aurais laissé faire ! Ce Ferdinand en rentrant je vais …
- Arrête !

_____Anabelle détestait quand Théodore parlait ainsi. Ce n’était pas la faute de Ferdinand. Il avait cru bien faire en satisfaisant le désir du client. Il ne pouvait pas deviner qu’elle le connaissait et qu’il tenterait de la tuer.

- Je suis en vie n’est-ce pas le plus important ?

_____Sa voix était remplie de reproches, de colère. Elle adorait Théodore ; comme un frère. Mais qu’il dénigrait ainsi son propre frère, son frère de sang, elle ne pouvait le supporter. Il se tut. Elle n’allait certainement pas s’excuser. Il pouvait courir !

- Pardonne-moi Ana … S’il t’arrivait quelque chose je crois bien que …

_____Ses mots ne mourent dans sa bouche. Elle sentait qu’il était à bout. Sa sœur lui manquait et il considérait Anabelle comme telle. Pas étonnant qu’il se soit inquiété. Elle ne dit plus rien. Il en fit de même. Elle le remrcia en sortant de la voiture et il attendit qu'elle ait refermé la porte de chez elle pour redémarrer. Il en avait toujours était ainsi, d'aussi loin qu'elle s'en souvienne.
_____Ferdinand se sentit obliger d'informer ses parents qui lui donnèrent une bonne vieille leçon de morale. Après diverses menaces qu’ils ne mettraient jamais à exécution elle put retrouver sa chambre et ses ordinateurs. Toute sa vie.
_____Grâce à l’argent gagné au salon de thé, elle put s’acheter autant de matériel que nécessaire pour ses recherches. Le rêve !
_____Elle craqua ses doigts, se sentant revivre, libre. Et elle se mit au travail.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Ven 5 Sep - 18:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:47

_____Elle fit des recherches durant une bonne partie de la soirée. Comme elle les avait enfin reconnus cela ne lui prit que peu de temps pour obtenir les informations les plus bateaux.

_____Elliot était l’héritier de la famille de Belazur. Il était inscrit dans un lycée très réputé de Paris proche d’un quartier plus pauvre. Ses excellentes notes ont fait de lui le meilleur élève de son établissement. C’est vrai. Ce garçon était vraiment très intelligent. La propriété de ses parents se trouvait dans un quartier très riche et beaucoup de soirées ou de déjeuners mondains s’y déroulaient. Le père d’Elliot était un homme qui avait une grande influence sur le pays. Il détenait les plus grandes entreprises d’agroalimentaire et avait une grande capacité de meneur. Il était l'un des hommes le plus consulté par les hauts dirigeants de la société. Elle comprenait mieux pourquoi le capitaine Godefroy les avait si facilement laissés partir. Sa mère était une styliste de renom et voyageait énormément. Elliot vécut donc la majeure partie de son temps, sans la présence de ses parents. Ces derniers le fiancèrent presque dès sa naissance à Elyse d’Artocre. Elle n’en apprit pas davantage sur leur relation. Anabelle connaissait Elliot car il l’avait raccompagné chez elle alors qu’elle n’avait que six ans. Elle s’était perdue et elle était tombée sur lui par hasard. Il lui fit promettre de ne jamais dire qui il était. Anabelle ne savait toujours pas pourquoi Elliot s’était lui aussi retrouvé seul dans les rues de Paris. Mais, il l'avait guidé jusque chez ses parents, elle qui était effrayée.

_____Matthieu Saintor était fils unique. Ses parents tenaient une pâtisserie et avaient l’habitude de faire le tour de la France pour faire découvrir leurs produits. En effet, ses parents confectionnaient eux-mêmes leur création et leurs gâteaux étaient célèbres dans Paris. Ils plaçaient beaucoup d’espoir en Matthieu bien que ce dernier ne semblait pas vouloir reprendre l’entreprise familiale. Matthieu allait dans un lycée proche de chez lui, un établissement plutôt pauvre et mal fréquenté. Il avait obtenu une bourse deux ans auparavant pour entrer dans un prestigieux lycée où se regroupait l'élite mais la refusa. Il prétexta vouloir aider ses parents dans leur travail et qu’aller dans un lycée à une heure de chez lui l’en empêcherait. Anabelle le rencontra pour la première fois à l’hôpital Necker il y a huit ans. Elle tomba malade et dû être hospitalisée. Le médecin qui s’occupa d’elle était l’oncle de Matthieu. Et depuis l’âge de dix ans, Matthieu se rendait tous les jours à l’hôpital pour observer son oncle. Alors un jour elle fit tout simplement sa connaissance. Il lui apportait de quoi lire et de quoi s’amuser. Elle se souvint avoir été reconnaissante pour sa gentillesse.

_____Anabelle sourit. Ces deux garçons étaient pareils. Intelligents et solitaires. Dévoués et téméraires. Elle commença à douter. Elliot et Matthieu étaient loin d'être prétentieux au point de se prendre pour les maîtres du monde. Ils avaient accepté son défi dans Sauver le Royaume parce qu'ils cherchaient tout les deux la même chose : un rival. Et de ça, Anabelle pouvait le comprendre. Elle aussi attendait qu'un illuminé comme elle, lui fasse concurrence ou tout du moins, que quelqu'un veuille découvrir – pour de vrai – son identité. Personne ne voulait donc savoir qui elle était ? Les gens s'étaient tellement bien accoutumé à son pseudonyme. Et ça lui plaisait ... Elle haussa les épaules. Peut-être que dans le fond, elle s'en fichait. Non, non. Définitivement pas.

_____Une fois ces recherches terminées elle se posa des questions sur le comportement de la veille au soir. Elle n’avait toujours pas résolu ce problème. Pourquoi avaient-ils réagi ainsi ? Elle étudia les différents évènements de la soirée. Ils s’étaient d’abord observés. Puis avaient choisi de s’attaquer au corps à corps. Ensuite ils avaient enchaîné avec les armes. De nouveau ils s'étaient observés. Et pour finir, ils avaient utilisé la même magie. Pourtant, ils avaient survécu. De ça elle en était certaine.
_____« Ils ont discuté. », se dit-elle. « Pendant très longtemps. ».
_____Elle se gratta la tête. Après avoir discuté qu’auraient-ils pu faire ? Un autre combat ? Non. Seraient-ils parti faisant comme si de rien était ? Non. Anabelle le sentait, elle allait bientôt découvrir ce qui clochait. Ils étaient pareils et si opposés.

- C’est ça !, dit-elle d’un air triomphal. Ils sont devenus amis !

_____Sans savoir pourquoi une joie immense s’empara d’elle. Elle rit et dansa sur sa chaise tellement elle était heureuse. Elle avait trouvé. Puis, vint une tristesse immense. Un noble et un non-noble étaient devenus amis par le fruit du hasard. Bon d'accord, elle les avait fortement aidé, elle était même à l'origine de leur rencontre. Pourtant, tout semblait les opposer. Alors que tellement semblait les rapprocher. Leur amitié était vouée à l’échec dès le départ. Anabelle était donc triste.
_____Elle quitta à contre-cœur ses joujoux pour s’affaler sur son lit, dépitée. Sur le moment elle détesta cette société. Cette vie où nobles et non-nobles ne pouvaient s’entendre. Pourquoi avait-t-il fallu que tout change ? Majesty avait peut-être résolu tant de problèmes mais cette organisation créa un fossé entre deux catégories de personne. Un fossé que deux garçons tentaient de combler sans même le savoir.
_____Cette nuit-là, Anabelle se promit de veiller sur eux. Elle avait décidé de les aider à entretenir cette amitié. Entretenir ce qu’ils avaient commencé à tisser : un lien. Le plus beau qu’il soit. Celui de l’amitié.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Ven 5 Sep - 19:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:48

_____Elliot de Belazur ...

_____Tous les matins les serviteurs de la résidence de Belazur s’activaient pour préparer le petit-déjeuner d’Elliot. Il le prenait en général en silence et remerciait toujours les employés. Elliot était apprécié par eux. Il n'était jamais en colère après eux, ne se montrait en aucun dédaigneux. Il était avenant et respecteux. L’exact opposé de ses parents.

_____Ce matin-là, Elliot était plus effacé que d’habitude. Son esprit était ailleurs. Et les domestiques s'en aperçurent rapidement. Cependant, aucun d’eux n’osa lui demander la raison de son attitude pour le moins étrange. Ce fut lorsqu’il refusa que son chauffeur le conduise au lycée qu’ils s'inquiétèrent à son sujet, plus sérieusement. Que lui arrivait-il ? Jamais il n’avait refusé d’être conduit avant ce jour. Mais là encore, personne ne posa de question.

_____Elliot réfléchissait. Beaucoup trop. La raison était son combat de la veille contre ce mystérieux joueur : King Ma. Après de longues heures à combattre il s’était finalement rendu compte qu’il ne pourrait pas le vaincre. Alors, il eut l’idée d’utiliser le plus puissant des sorts qu’il avait acquis. Il n’était pas obligé d’avouer qu’il ne pourrait pas gagner face à lui aux autres joueurs et spécialement à Zorra Volpe. Car, il ne voulait pas abandonner. Il savait que l’utilisation de ce sort éliminerait le reste des joueurs spectateurs. Il s’en fichait. C’était ce qu’il souhaitait. Écarter les autres et discuter avec son adversaire. Sa seule surprise fut que King Ma eut la même idée. D’un commun accord, ils décidèrent de se voir régulièrement dans le jeu sans toutefois dévoiler leur identité.

_____Pour la première fois Elliot se dit qu’il avait un ami. Au début cela l’avait perturbé. Il n’avait pas l’habitude. Certes, il avait des camarades de classe et des personnes qui, de fil en aiguille, lui avaient fait penser qu’ils étaient amis. Mais Elliot ne les considéraient pas comme tels. Il préférait être seul. Enfin c’est ce qu’il croyait. Pour lui, King Ma était différent. A part. Il était comme lui d’une certaine manière. Il ne savait pas pourquoi mais il se sentait proche de lui et si éloigné à la fois. Il était certain d’une chose cependant, il voulait garder contact avec lui.

_____C’est donc sur ces pensées qu’il se dirigea vers son lycée. C’était la première fois qu’il faisait la route par ses propres moyens et il en était heureux. Respirer l’air frais, marcher dans les rues avait quelque chose d’apaisant. Trop absorbé par ce nouveau bonheur il ne vit pas le vélo au coin de la rue. Il finit assis par terre.

- Pardon je suis désolée ! J’étais certaine d’avoir bien fait attention pourtant. Vous n’avez rien de cassé ?, fit la voix d’une jeune fille.
- Vous m’avez tiré de ma rêverie c’est tout, dit-il d’un ton agacé.

_____Elliot releva la tête et vit le visage rougit par la honte de la jeune fille. Sa longue chevelure rousse fut la deuxième chose qu’il remarqua. Il en était comme hypnotisé. Elle devait avoir le même âge que lui et devait être scolarisée dans un quartier plus pauvre car elle ne portait pas d’uniforme. La jeune fille l’aida à se relever. Sans même la remercier il reprit son chemin.
_____« Quelle fille étrange ... Quelle est donc cette impression ? », pensa-t-il alors qu’il en avait encore la chair de poule.
_____Le visage de cette fille resta gravé dans sa mémoire et il pensa à elle pour le restant de la route.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Sam 6 Sep - 21:37, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:49

_____Son arrivée au lycée lui valut des regards choqués et des murmures sur son passage. L’ensemble des élèves étaient tous abasourdis. C’était bien la première qu’il voyait le Grand Elliot de Belazur arriver à pied !

- Elliot !

_____Il se retourna et vit Louis, un de ses camarades de classe, agiter frénétiquement la main. Il soupira. Louis n’était pas méchant mais très agaçant. Il avait le don de l’énerver dès qu’il commençait à dire une phrase. Rare sont les fois où il arrivait à en terminer une convenablement. Et il enchaînait ses propos sans qu’ils aient un lien entre eux.

- Mais attends-moi !, lui dit-il.

_____Lorsque Louis le rattrapa enfin, Elliot fit semblant de ne pas le voir.

- Dis-moi pourquoi es-tu venu sans … Et comment cela se fait que tu … Es-tu malade ?, finit-il par dire.
- Je n’ai pas envie de te parler Louis.
- Ah bon ? Mais pourtant tu … Tu as entendu parler du combat entre Lord El et King Ma ? C’était incroyable et …

_____Elliot ne l’écoutait plus. Bien sûr qu’il en avait entendu parler. Il était Lord El.
_____Il comprit en passant dans les couloirs que tout le monde parlait de l'événement d'hier soir. Beaucoup d’entre eux n’avaient pu être présents cependant, de nombreux spectateurs écrivirent les moindres détails du combat et les publièrent sur le forum du jeu. C’était donc comme si tous les joueurs du monde entier y avait assisté. L’unique détail qui attira l’attention d’Elliot fut l’article de Zorra Volpe. Il pesta contre elle intérieurement. Elle avait juré de mettre un nom sur les deux joueurs.
_____« Si c’est elle, elle me retrouvera ! », se dit-il.
_____Elliot était à présent énervé. Il tenta de trouver une solution pour contrer cet imprévu le reste de la matinée. En vain. Il ne savait pas comment déjouer les futurs plans de cette fille. Elle était redoutable. Il le savait. Si elle avait décidé que King Ma et lui étaient ces cibles, elle les traquerait. Jusqu'au bout.
_____Il soupira.
_____« Dommage. Je m’amusais bien pourtant. », pensa-t-il alors qu’il perdait tout espoir.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Sam 6 Sep - 21:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:50

_____A la pause du midi il rejoignit Elyse. Comme d’habitude.
_____Elliot n’aimait pas Elyse. Il la considérait comme sa sœur et jamais il n’aurait voulu l’épouser. Ils avaient pourtant tenté de trouver une solution pour annuler leur mariage qui devrait avoir lieu à la fin de leur année scolaire. Sans résultats. Ils ne pouvaient pas aller à l’encontre du désir de leurs parents. Alors, ils continuèrent de jouer le jeu devant eux tout en se promettant de tout faire pour repousser leur mariage.
_____Ce jour-là, Elyse remarqua l’air absent d’Elliot. N’ayant jamais su le faire parler, elle fit comme si de rien était.

- Tes parents rentrent-ils bientôt ?, demanda-t-il.
- Oui. Ils seront de retour demain soir. Alors, enchaîna-t-elle, quel est ton avis sur les deux joueurs dont tout le monde parle ?
- Je n’en dis rien.
- Vraiment ?, fit-elle avec un large sourire.

_____Elliot la dévisagea longuement. Elyse devait sûrement penser que Lord El n’était autre que lui. A juste titre. Mais il ne voulait pas lui révéler son identité.

- Zorra Volpe a écrit un article vraiment intéressant. Je crois que je suis …

_____Elle s’arrêta. Elliot ne l’écoutait plus. En entendant le nom de cette prétendue fouineuse, Elliot s’était automatiquement braqué et ruminait des pensées obscures. Alors, Elyse finit son repas et se leva avec grâce et légèreté.

- Tes parents viennent toujours à notre banquet samedi ?, se contenta-telle de demander.
- Evidemment ! Ma mère n’a cessé de me le rabâcher.
- Bien. Tu n’as toujours pas essayé le salon de thé que je t’ai conseillé, n’est-ce pas ?, dit-elle en soupirant. Allez, à demain Elliot. Prends soin de toi.

_____Lorsqu’Elliot se retrouva seul il savoura ce moment. Il préférait décidemment la solitude. Libre de penser. Libre de faire ce qu’il lui plaisait. Il s’étira et voulut se rendre à la bibliothèque quand une main se posa sur son épaule.

- Alors, ça marche comme tu le veux avec ta fiancée ?, questionna Julien, un autre de ses camarades.

_____Julien n’était pas seul, quatre autres garçons de son âge l’accompagnaient. Ils n’étaient pas dans leur classe mais Elliot les connaissait. Il ne les appréciait pas particulièrement. Julien et sa bande avaient des idées trop radicales et ils étaient très têtus.

- Qu’est-ce que tu me veux ?
- Pas grand-chose.

_____Elliot s’impatienta. Julien était du genre à faire mariner les gens. Il aimait prendre son temps. Il s’installa en face d’Elliot où se tenait quelques minutes plus tôt Elyse.

- Lord El et King Ma, dit-il.

_____Elliot sentit son cœur accélérer. La voix de Julien raisonna dans sa tête comme une menace. Avait-il compris qui il était ? Non. Impossible.

- Je te demande pardon ?
- N’as-tu jamais eu envie de leur ressembler ?

_____Elliot sourit, intérieurement. Pourquoi voudrait-il leur ressembler puisqu'il était déjà l’un d’eux ? Son camarade l'ignorait éviedement. La question de Julien le fit comprendre qu’il n’en avait pas fini là.

- Je t’explique Elliot, dit Julien tout en croisant ses mains sur la table. Avec plusieurs gars du lycée et d’autres amis nous avons beaucoup discuté. Vraiment beaucoup. On en a marre que ces roturiers nous haïssent. Pourquoi d’ailleurs ? Nous n’avons rien fait ! Nous voulons nous battre ! Nous voulons que les Guerres de rue reprennent.
- Ne me fais pas rire. Va te batte dans Sauver le Royaume.
- Il s’agit de notre honneur, Elliot !
- Quel honneur ?, dit-il en se moquant.

_____Il les quitta sur ces paroles. Il entendit Julien l’appeler mais fit semblant de ne rien entendre. Il ne voulait pas les rejoindre. Il ne voulait pas se battre. Juste du calme. C’est tout ce dont il avait besoin pour le moment.
_____Il se dirigea vers la bibliothèque et profita de ce répit pour réfléchir. Ce temps ne dura que quelques instants. Il reçut une boule de papier au visage et fut troublé dans ses réflexions. Il chercha des yeux le coupable et reconnus un des sbires de Julien.
_____« Ils n’abandonneront donc jamais ? », pensa-t-il.
_____Il prit néanmoins le morceau de papier et l’ouvrit.
_____«Nous faisons une réunion demain soir à 18 heures dans les sous-sols de l’ancienne piscine rue Rennequin. Ta venue est fortement recommandée. Nous te voulons comme chef. Julien.»
_____Elliot soupira. Il ne manquait plus que ça !
_____Il était vrai que comme presque tous les enfants nobles, Elliot fut initié au combat jusqu’à l’âge de dix ans. Passé cet âge les jeunes enfants avaient le droit de décider si oui ou non ils souhaitaient continuer. Elliot avait arrêté de s’entraîner à quinze ans. Il était beaucoup trop fort pour les autres. Battant même des adultes. Alors il arrêta. Julien avait dû se souvenir de ce point.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Sam 6 Sep - 21:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:51

_____Le reste de la journée parut interminable aux yeux d’Elliot. Pourquoi devait-il aller en cours déjà ? Ah oui. Pour être le digne successeur de son père – et parce qu’il n’avait pas le choix, en autre.
_____Elliot était épuisé. Il fut donc  soulagé en apercevant la voiture de son chauffeur.
 
- Avez-vous passé une bonne journée, monsieur ?
- Comme d’habitude. Alfred, pouvez-vous me conduire au Jasmin Ensoleillé? Cela fait plusieurs fois qu’Elyse m’en parle et j’aimerais essayer.
- Bien, monsieur. A quelle heure dois-je venir vous chercher ?
- Disons dans une bonne heure.
 
_____Elliot et Alfred étaient très proches. D’aussi loin qu’il s’en souvienne, Alfred avait toujours été son chauffeur attitré. Il avait la cinquantaine mais avait une stature aussi solide que celle d’un garde du corps. Ensemble, ils aimaient parler philosophie, poésie, politique et bien d’autres sujets. Cependant, leur relation changea lorsqu’Elliot entra en dernière année de lycée. Secoué par son père, il n’avait plus le temps de bavarder tranquillement avec Alfred. Et, il finit par prendre l’habitude de ne plus avoir de débats passionnés même dans la voiture. Ce temps lui manquait.
 
- Puis-je vous poser une question ?
- Allez-y, Alfred.
- Pourquoi ne pas avoir voulu que je vous dépose ce matin ?
- L’envie de faire des rencontres inattendues, répondit-il avec un sourire.
 
_____Cette réponse sembla satisfaire à Alfred qui se tut jusqu’à leur arrivée au salon de thé.
_____Etant la première fois qu’Elliot se rendait dans ce salon il ne sut comment faire pour se mettre à l’aise. Un homme d’une vingtaine d’année lui présenta une table du côté de la fenêtre où il accepta de s’y installer. Puis, il lui présenta une carte avec toute sorte de boissons –  du thé pour la plupart, évidemment ! –  et des idées d’accompagnements. Le serveur lui expliqua que ce lieu était avant tout pour se reposer, se détendre. Aussi, il lui expliqua qu’il pouvait choisir parmi l’ensemble des livres de la bibliothèque près des escaliers ou, de prendre des jeux de détentes qui se trouvait à côté de la fameuse bibliothèque.

_____Après avoir choisi un simple thé à la menthe Elliot essaya de se décontracter. Ce salon de thé avait mis une musique calme et relaxante et il comptait bien en profiter pour reposer ses neurones. Et quand il serait suffisamment détendu, il réfléchirait à un moyen de contrer la redoutable Zorra Volpe. Il commençait seulement à se sentir à l’aise quand un garçon de son âge le bouscula. Il rattrapa in extremis la tasse qui faillit se renverser et fusilla du regard le coupable.
_____Ce fut son premier contact avec Matthieu Saintor.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Dim 7 Sep - 21:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:52

_____Matthieu lui rendit son regard assassin. Ils se dévisagèrent pendant quelques secondes puis, Matthieu s’installa à la table opposée. Il commanda un thé au citron. Elliot s’intéressa à lui malgré son insolence. Il n’avait décelé aucune peur dans le regard de ce garçon et cela l’intrigua. D’habitude, les personnes l’ayant affronté de face en avaient des sueurs froides. Mais pas lui. Elliot était trop curieux. Il voulait en savoir plus. Alors, il le provoqua.
 
- Je demande des excuses, lança-t-il.
- Je n’ai pas d’excuses à te donner. La prochaine fois, ne laisse pas traîner tes pieds d’Aristo partout.
- Je te demande pardon ?
 
_____Ils se dévisagèrent. Leurs regards étaient agressifs. Ils s'étaient détestés à la seconde où ils s'étaient vus. Elliot avait remarqué que ce garçon n’était pas un noble. Pas uniquement parce qu’il ne portait pas d’uniforme, c’était son regard qui lui avait fait comprendre. Les nobles ont le regard empli de colère, les non-nobles ont le regard empli de haine. Et lui, n’appartenait à aucune catégorie. Ces yeux montraient qu’il était lasse et qu’il se fichait des nobles comme des autres. Sauf qu’un noble n’aurait pas réagi ainsi.
_____ « Ce garçon n’est pas comme les autres. Très bien, on va jouer. », pensa-t-il avec un sourire narquois.
_____Il se leva en guise de défi.
 
- Tu ne mérites pas que je me lève, répondit Matthieu en haussant les épaules.
- Répète ça pour voir !
 
_____Les deux garçons se fixèrent. Aucun client ne semblait les avoir remarqués – ils étaient trop loin, de toute manière, ce salon de thé était immense. Un silence s’installa.
 
- Tout va bien Anabelle ?
- Oui, oui ! Je m’occupe de ces messieurs Ferdinand, tout va bien.
 
_____Ils ne semblaient pas s’intéresser aux bruits alentours, aux autres discussions. Ils s’observaient, comme dans le jeu. Durant quelques secondes qui parurent être des heures.
 
- Tu as remarqué ?, lança Matthieu.
- Evidemment.
 
_____Elliot ne serait jamais passé à côté d’une telle situation. La jeune fille qui servait la table numéro deux était en danger. Des hommes sortirent des couteaux avec une prodigieuse adresse. Très visible pour qui sait observer. Il devait l’aider et avait pressenti que ce garçon avait du potentiel. Ensemble ils pouvaient la sauver.
 
**

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Dim 7 Sep - 22:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:52

_____Ce soir-là, Elliot eut de la chance. Alfred avait vite compris que son protégé se trouvait au quartier général de la garde et avait anticipé ses allés et venus. Il l’avait attendu bien sagement au coin d’une rue. Il ne lui posa pas de questions. A quoi bon ? Elliot ne lui aurait rien dit. Il se contenta de le ramener chez lui. C’était vrai qu’Elliot ne lui aurait rien révélé. Cette journée avait été plus qu’éprouvante pour lui. Il avait fait des rencontres imprévues, discuté avec des adolescents à la recherche d’un honneur « perdu » et il n’arrivait pas à penser à autre chose qu’à ce King Ma. Il devait lui parler. Il devait comprendre.
_____La première chose qu’il fit en rentrant chez lui et d’aller voir son père. Comme tous les soirs. Ce dernier l’accueillit avec plus d ‘entrain que d’habitude.

- Bonsoir mon fils ! Alors près pour une petite leçon ?, dit Emile, son père.

_____Emile de Belazur avait les cheveux mi- bruns mi- gris, âgé d'une quarantaine d'années il affichait toujours un sourire charmeur devant les caméras et les foules. Chez lui, il était droit et ferme. Il lui arrivait de sourire à son fils mais c’était toujours intéressé. Seuls les beaux yeux de sa femme semblaient le faire chavirer. De plus, il était très dur avec Elliot depuis son entrée en dernière année. Chaque soir il lui faisait des cours particuliers sur comment gérer son « empire » une fois qu’il ne serait plus de ce monde ou qu’il ne pourrait plus s’en occuper.

- Assieds-toi donc. Nous allons commencer par revoir ce que je t’ai enseigné hier.
- Papa … Est-ce que je pourrais faire une pause juste pour ce soir, j’aimerais étudier tranquillement dans ma chambre.
- Jeune homme je t’arrête tout de suite. Je crois que tu ne comprends pas dans quelle situation tu es. L’année prochaine tu deviendras officiellement mon second. Je dois t’éduquer ! Et n’oublie pas ton mariage ! Il faut que tu puisses subvenir à vos besoins.
- Mais Elyse et moi ne voulons pas …
- Ne me dis pas « mais », Elliot !

_____Le ton d’Emile venait de monter. L’atmosphère était beaucoup plus tendue. Elliot se doutait que son père ne lâcherait pas prise. De plus il avait essayé de parler de ses fiançailles avec Elyse qu’il n’acceptait pas. Dommage. Ce ne serait pas pour ce soir qu’Elliot allait oser affronter son père. C’était trop tôt. Il s’apprêtait à capituler quand quelqu’un toqua à la porte. Une femme du même âge qu’Emile entra sans même attendre une réponse. Elle était blonde et portait une veste en cuir dernier cri ainsi qu’un tailleur à la mode.

- Maman ? tu es rentrée ?, fit Elliot étonné.
- Hélène ! tu ne devais renter que demain pourtant.
- Surprise ! Vous me manquez tellement, répondit gaiement Hélène.

_____Hélène de Belazur. Une femme juste et téméraire. Elle adorait contredire son mari concernant l’avenir de leur fils. Les seuls moments où Elliot pouvait dire tout ce qu’il pensait car il savait que sa mère le soutiendrait. Bien qu’elle ne fasse ça que pour s’amuser. Néanmoins, elle appuyait son mari quand il s’agissait du mariage entre son fils et la jeune Elyse. Elle appréciait beaucoup cette jeune fille et trouvait qu’elle était un bon parti pour son cher Elliot. Les seuls moments où Elliot ne pouvaient rien faire.

- Elliot va donc dans ta chambre. J’ai à parler à ton père.
- Nous continuerons cette discussion plus tard Elliot.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Mar 20 Aoû - 14:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:54

_____Enfin débarrassé de l’emprise de son père, Elliot fila comme l’éclair dans sa chambre. Il ouvrit une porte cachée et entra dans une pièce où était stockée sa capsule de jeu. Avant de se lancer dans l’aventure de Sauver le Royaume, il prévint les domestiques qu’il ne dînerait pas avec ses parents et qu’il viendrait se servir plus tard. Il s’installa dans la capsule, mit en place les différents systèmes pour qu’il puisse continuer de respirer et la referma. Lorsqu’il ferma les yeux il fut comme transporté.
_____Au début il ne vit que du noir puis le monde de Sauver le Royaume.

- Bienvenue dans Sauver le Royaume. Veuillez-vous identifier, fit la voix off.
- Lord El
- Code vocal correct.

_____Instantanément il vit les objets qu’il avait accumulés, les sorts qu’il pouvait utiliser, les équipements qu’il portait et les quêtes qu’il avait acceptées.

- Lors de votre dernière visite, vous vous trouviez aux ruines de l'arène de Kilya. Souhaitez-vous y retourner ou voulez-vous apparaître dans votre village d’origine ?
- Les ruines de Kylia.
- Accordé. Que votre force et vos décisions vous permettent de sauver le royaume.

_____La discussion close l’affichage disparut et Elliot se vit transporté dans le ciel jusqu’aux ruines. Il s’étira un moment avant de contempler le paysage qui s’étendait devant lui.

- Je croyais que tu n’allais jamais venir.

_____En entendant cette réplique Elliot se retourna. Cette voix ne pouvait provenir que de ce joueur ; King Ma.
_____Lorsque l'on crée notre personnage on doit choisir une voix parmi des millions. Le plus incroyable était que le jeu fut programmé pour qu’aucun joueur n’ait la même. Cela permettait qu’on ne reconnaisse pas certaines personnes. On ne sait jamais.
_____Elliot avait adopté pour une voix charmeuse alors que King Ma avait une voix plus rauque.
_____King Ma se tenait sur un mur. Une jambe ballante. Il devait attendre depuis un moment. Il descendit de son perchoir et s’approcha d’Elliot.

- Je l’ai bien cru moi aussi.
- C’est étrange, non ?
- Quoi donc ?
- Tout ça, dit King Ma en faisant aller son doigt entre Elliot et lui. On n’est pas censé être « ennemis » ? Pourquoi on se parle comme si de rien était ?
- Encore à cogiter dessus à ce que je vois ?
- Pas toi ?
- Peut-être. Un combat ?
- Pourquoi pas !

_____Débuta alors un combat amical entre ces deux garçons. Cependant, Elliot remarqua que King Ma n’était pas concentré. Il ne l’était pas lui non plus. Cette journée avait vraiment était étrange. Sa rencontre avec cette fille, Julien lui proposant de faire partie de leur armée « secrète », sa rencontre avec ce Matthieu et cette Anabelle, son agacement vis-à-vis de son père. Tout ça l’empêchait de profiter de cette soirée. Elliot et King Ma s’arrêtèrent au même moment. Pendant quelques minutes ils ne dirent rien. Ils étaient proches et loin à la fois.

- Je te considère comme un ami, dit alors King Ma.
- Pareil pour moi.

_____Ils sourirent. Ils n’avaient pas besoin de mots pour se comprendre. Ils ne souhaitaient pas révéler leur identité. Ils souhaitaient simplement se voir et discuter. Comme des amis.

- Je vais devoir y aller, dit King Ma. On se retrouve demain soir ?

_____Elliot hésita. Demain soir était la stupide réunion de Julien. Cela valait peut-être le coup d’y faire un tour. Rien ne le forçait à donner une réponse positive pour faire partie de leur bande. Alors il hésita. Que devait-il faire ?

- Non attends. Pas demain soir, reprit King Ma. Plutôt samedi, dans la journée ?
- Parfait, conclut Elliot.

_____L’instant d’après King Ma se déconnecta. Elliot observa un moment les ruines. Puis il soupira.

- Quim, prononça Elliot.
- Voulez-vous quitter la partie ?
- Oui.
- Accordé. Espérons que vous reviendrez et que vous sauverez le royaume la prochaine fois.

_____Ce soir-là, Elliot prit une décision. Il ne laisserait personne décider de don destin, de son avenir. Peu importait ce que son père lui dictait de faire, il ne voulait pas reprendre son héritage. Il ne l’avait jamais voulu. Il trouverait un moyen pour annuler son mariage avec Elyse. Il trouverait un moyen pour quitter cette vie. Quitter ce système dans lequel il était enfermé. Sa décision était simple, il s’engageait à rechercher la liberté.

_____Le lendemain matin il refit la même comédie que la veille. Il fit la route à pied. Il chercha du regard la jeune fille qu’il avait croisé mais ne la vit. Tant pis.
_____Tandis qu’il marchait paisiblement dans les rues, Anabelle passait déjà à l’action. Plus rien ne voulait lui échapper. La vie d’Elliot n’allait bientôt plus avoir de secrets pour elle.
_____Pourtant, il n’avait fallu que d’une erreur de la part d’Anabelle pour qu’Elliot dérape. Il avait fallu qu’elle prenne la mauvaise décision. Le mauvais choix. Un pari qu’elle n’aurait pas dû tenter. Elle le regrettera et fera tout ce qui était en son pouvoir pour le régler. Seulement y arrivera-t-elle ?
_____Pour l’heure, Elliot était encore lui, encore libre. Et c’était avec cette idée en tête qu’il démarra cette nouvelle journée.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Mar 20 Aoû - 14:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mar 21 Mai - 10:55


_____Matthieu Saintor ...

_____Lorsque son réveil sonna ce matin-là, Matthieu resta un moment allongé sur son lit. En temps normal, il se serait empressé de se préparer pour donner un coup de main à ses parents avant de partir au lycée. Certes, il ne voulait pas devenir pâtissier mais aider ses parents était pour lui un devoir que tout enfant devait accomplir, au quotidien.
_____L’odeur des gâteaux qui cuisaient dans le four finit par le pousser à se lever. Cependant, il n’afficha pas la moindre émotion en mettant les différentes créations du jour, réalisées par ses parents, en vitrine. Ces derniers s'étaient demandés s’il n’était pas malade mais quand il leur dit qu’il avait juste très mal dormi, ils se sentirent rassurés d'une certaine façon. Ils avaient confiance en leur fils.

_____Matthieu ne comprenait pas bien ce sentiment qui l’habitait depuis la veille au soir. Son combat contre Lord El l’avait perturbé. Jamais il n’avait eu autant de difficultés à battre un adversaire. Jamais il n’aurait imaginé perdre contre quelqu’un. Il se croyait fort. Très fort. Est-ce que sa vanité lui aurait joué un mauvais tour ? Mais ce n’était pas un sentiment d’infériorité qu’il avait ressenti ce soir-là, c’était plutôt comme s’il avait enfin trouvé une personne comme lui. Alors, il voulut lui parler. Il voulait en savoir plus sur lui. Lorsqu’il décida d’utiliser son sort le plus puissant et qu’il constata que Lord El fit la même que lui, il éprouva de la joie. Ce fut ensemble qu’ils décidèrent d’une trêve et de se voir le plus souvent possible.
_____Ce soir-là, il gagna un ami. Etait-ce cela qui le perturbait ? Peut-être pas. Ou en tout cas, indirectement. Il était vrai que Matthieu avait toujours préféré être seul. Il ne s’était jamais vraiment senti accepté par les autres. Il était un peu trop intelligent et un peu trop dangereux pour les autres. Alors, il avait choisi la solitude. Mais aujourd’hui, il ne se sentait plus seul. Et il en était heureux. Evidemment, qu’il en était chamboulé. Jamais auparavant il n’avait ressenti cela.

_____Dire que Matthieu était seul au monde n’était pourtant pas entièrement vrai. Les autres élèves et jeunes du quartier lui adressaient tout de même la parole cependant, on ne pouvait pas dire que ce fussent des amitiés fidèles.

_____En arrivant dans son lycée, il remarqua que l’ensemble des élèves discutaient du combat de la veille. Certains en avaient encore des frissons, d’autres souhaitaient les revoir combattre de nouveau. Matthieu sourit. Les joueurs de Sauver le Royaume n’étaient pas prêts de les revoir se battre l’un contre l’autre. « Ils peuvent toujours attendre », se dit-il. Lorsqu’il s’installa à sa place, un de ses camarades vint de suite l’interroger.

- Eh Matthieu, tu étais là au combat d’hier soir ?, demanda François.
- Pourquoi me poses-tu la question ?

_____François était l’une de ses plus vieilles connaissances. Ils avaient maintes fois jouaient ensemble dans les rues. Seulement, François était un garçon influençable. Beaucoup trop. Il avait plus d’une fois abandonné Matthieu quand ce dernier se faisait embêter par d’autres enfants et adolescents. Matthieu lui avait toujours pardonné. Parce qu’il avait pitié de sa faiblesse.

- Eh bien, parce que c’est bien ton genre d’observer le combat des autres. Tu n’y es donc pas allé ?
- Peut-être, répondit-il.

_____Après cette réponse, François s’embarqua dans un long monologue où il raconta les moindres détails du combat. Détails que Matthieu connaissait parfaitement vu qu’il était King Ma. Il fit semblant d’être attentif jusqu’au moment où il lui apprit que Zorra Volpe avait promis de découvrir l’identité des deux joueurs. Son cœur battit si fort qu’il crut faire une crise cardiaque. « Elle nous retrouvera ! C’est sûr et certain ! Cette fille est un véritable monstre quand elle se met en chasse, personne ne peut l’arrêter ! », pensa-t-il. Matthieu était paniqué. Il devait trouver un moyen pour se protéger de cette terrible menace. Il ne voulait pas qu’on découvre qui il était. Quand les cours commencèrent, il écouta à peine, cherchant une solution à son problème. Il était tellement concentré qu’il sursauta quand la porte de sa classe s’ouvrit brusquement.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin


Dernière édition par Yema le Mar 20 Aoû - 14:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mer 5 Juin - 19:04


- Mademoiselle Luicyan vous êtes en retard, je vous prie de sortir de mon cours, de vous rendre en étude et de venir me voir à la pause du déjeuner.
- Mais, monsieur je n’ai que cinq minutes de …
- Il suffit, mademoiselle ! Veuillez sortir, vous dérangez mon cours !

    _____Matthieu se retourna vers la fille en question. Elle était essoufflée, ses cheveux roux étaient collés sur son visage en sueur. Visiblement elle avait couru, ou avait fait en sorte d'arriver le plus vite possible en classe.
    _____Après avoir débattu une dernière fois avec le professeur, elle finit par quitter la salle de cours. Matthieu soupira. Ce contretemps lui avait fait oublier les diverses solutions qu’il commençait à mettre en place contre Zorra Volpe. « Elle a bien choisi son moment pour débarquer en classe celle-là ! »
    _____La matinée fut si longue que Matthieu sortit des cours avec un mal de crâne. Il avait eu beau réfléchir pendant des heures, il n’avait pas réussi à trouver un moyen de contrer le terrible fléau qui venait de s’abattre sur lui. « Zorra Volpe … Cette fille est un véritable calvaire ! »
    _____Après avoir mangé seul, comme d’habitude, Matthieu s’allongea sur un banc, les mains croisées sous sa tête. Il observait les nuages défiler sans fin dans le ciel. Il avait enfin trouver un peu de calme. Soudain, le visage d’une jeune fille se pencha vers lui.

- Euh … Je peux te déranger une minute ?, demanda-t-elle.

    _____Matthieu marmonna son mécontentement puis se redressa. La jeune fille à la longue chevelure rousse attendait qu’il s’intéressât à elle.

- Aurore, c’est ça ? Celle qui s’est fait virer de classe. Qu’est-ce que tu veux ?
- Le professeur Drittorosso souhaite que je lui rende une dissertation sur le cours qu’il a abordé ce matin. Je n’ai pas vraiment d’amis dans la classe et les autres élèves seront incapables de me donner toutes les informations dont j’ai besoin pour lui rendre ce travail. Comme tu es notre délégué je me suis dit que tu prenais bien tes cours et donc que tu pourrais m’aider.

    _____Matthieu soupira. Il avait été nommé délégué par les professeurs. Il avait accepté par dépit voyant qu’aucun autre de ses camarades ne souhaitait se présenter.

- Le cours portait sur « La révolution des Loups » de Maverick Lepayne, un poète du XXIème siècle, juste avant la montée au pouvoir de Majesty. Je ne peux pas t’en dire plus vu que je n’ai absolument rien noté.
- Voilà qui est décevant, fit-elle d'un ton las.
- Je suis désolé de te décevoir. Comme quoi, méfie toi des apparences.

    _____Il se leva les mains dans les poches et vagabonda dans la cour. Il entendit un bref merci de la part d’Aurore mais il ne se préoccupait déjà plus d’elle. Il lui avait partiellement menti quand il lui avait dit qu’il ne pouvait pas lui donner plus d’informations concernant le poète Maverick Lepayne. Il était en vérité un de ses poètes préférés et La révolution des Loups était sans nul doute le plus beau de ses poèmes. Il le connaissait par cœur et il aurait pu lui raconter tout ce qu’il savait, tout ce qu’il avait découvert mais non. Matthieu n’était pas ce genre de personne qui aimait parler de ses goûts avec les gens de son âge. Il ne trouvait pas Aurore sans intérêt mais ce n’était pas la personne avec qui il aurait voulu en parler.
    _____Perdu dans ses pensées, il entendit brièvement qu’on l’appelait sans vraiment y prêter attention. Ce fut quand quelqu’un vint se mettre devant lui les bras croisés, qu’il remarqua que six élèves l’entouraient.
    _____Matthieu reconnut Hugo et sa petite bande de voyous. Il n’y avait presque que ça dans son lycée. Des brutes sans une once de cervelle.

- Tu es sourd Matthieu ?, lui lança Hugo.

    _____Matthieu répondit par un simple haussement d'épaules. Même si tout laissait à penser qu’Hugo cherchait à le provoquer, Matthieu savait qu'Hugo et ses compagnons ne l’attaqueraient pas, par peur de ne pas en ressortir indemnes. Matthieu était bien plus fort que ces six garçons réunis.

- Ecoute, nous avons quelque chose à te dire. As-tu entendu parler de Lord El et King Ma ?

    _____Matthieu, en guise de réponse, croisa les bras. S’il en avait entendu parler ? C’était bien plus que cela ! Il incarnait le célèbre King Ma !
    _____Hugo eut un petit sourire et pendant un court instant Matthieu crut qu’il avait compris qui il était. Cette « menace » fut balayée la seconde qui suivit, quand Hugo reprit la parole.

- Nous voulons prendre exemple sur eux. Les voir se battre si intensivement a fait mûrir quelque chose en nous, tu vois ? Cela fait un moment qu’avec des gars du quartier on en parle mais là, c’est du sérieux. Tu m’écoutes ?

    _____Matthieu était agacé. Hugo avait l’art et la manière pour faire traîner en longueur ses explications. De plus, ces détails ne l’intéressaient nullement.

- Les Guerres de rue vont ressurgir des flammes de l’Enfer !, dit-il avec fougue. Nous voulons montrer à ces fils à papa que les moins que rien comme nous sont capables de les anéantir. Nous voulons nous battre !
- Vous battre ? Je crois qu’il y a un très bon jeu qui fera l’affaire, répondit Matthieu moqueur.
- Tu te crois malin, Matthieu ?

    _____Le groupe d’Hugo était tendu. Matthieu savait qu’ils n’oseraient pas le toucher cependant, il se doutait également que s’il continuait de se moquer ouvertement de leur chef, ils voudraient lui briser le cou. Alors Matthieu mit ses mains dans les poches et s’apprêta à partir.

- Je n’ai pas fini, dit Hugo.
- Je pense qu’au contraire tu m’en as suffisamment dit.
- Tu ne comprends pas. Nous te voulons comme chef. Seule ta présence pourra nous conduire vers la victoire.
- Quelle victoire ? Vous êtes fous ! A vous entendre je n’ai pas l’impression que c’est une simple bagarre que vous cherchez mais une véritable guerre. Si tel est votre but, je ne veux pas y participer, conclut Matthieu d’un ton catégorique en fixant Hugo droit dans les yeux.

    _____Sans même lui laisser le temps de répliquer, Matthieu se faufila entre deux des sbires d’Hugo et alla s’asseoir sur un banc à l’ombre d’un arbre. Au loin il vit Hugo parler à un garçon qu’il ne connaissait pas. Il décida de ne plus se soucier de leurs problèmes.
    _____Il se mit à réfléchir sérieusement à un plan pour neutraliser Zorra Volpe qui hantait de nouveau son esprit. « Inutile. Je ne trouverais pas de solution aujourd’hui … »
    _____Il remarqua que le garçon qu’il avait vu discuter avec Hugo et sa bande, s’asseyait à côté de lui. De toute évidence, il paraissait plus intelligent que les autres. Aussi Matthieu prit soin de ne pas le froisser tout de suite.

- Hugo m’a parlé de ton refus de nous rejoindre.

    _____Il y eut un silence. Matthieu soupira et posa ses bras le long du banc et croisa les jambes.

- Je suis venu pour te demander de changer d’avis. Nous faisons une réunion vendredi après les cours dans l’usine désaffectée à trois rues d’ici. D’autres personnes de d’autres lycées seront présentes. Et, nous sommes tous d’accord pour que tu nous guides.  Tu es fort et nous avons besoin de ton intelligence et de ta force.
- Pourquoi me joindrais-je à vous ?
- Tu découvriras sûrement un adversaire à ta taille dans cette bataille. Car il ne fait aucun doute que les enfants nobles voudront eux-aussi se battre. Réfléchis-y Matthieu.
- Qui es-tu ? Tu es différent de ces abrutis.
- Quentin. Et sois indulgent avec eux. Ils n’ont que la force brute comme atout.

    _____Sur ce Quentin se leva et disparut aux yeux de Matthieu. Il ne voulait plus qu’une seule chose ; rentrer chez lui et se rendre dans Sauver le Royaume.
    _____Dans l’après-midi, il reçut un message de son oncle lui disant que c’était inutile de venir à l’hôpital aujourd’hui car il n’y serait pas. Matthieu fut déçu, il aimait vraiment rendre service à son oncle et apprendre auprès de lui.
_____Il passa par un autre chemin pour rentrer chez lui et découvrit un salon de thé et lut l’enseigne ; Au Jasmin Ensoleillé. Le nom lui plut et il se dit qu'il avait vraiment besoin de se détendre avant de rentrer chez lui. Alors il entra.

    _____Ce fut  un jeune homme, à peine plus âgé que lui qui l’accueillit et le fit s’asseoir. Le jeune serveur lui expliqua qu’il y avait une bibliothèque et diverses autres activités qui permettaient aux clients de se reposer et de se détendre après une dure journée de travail. Matthieu fut tout de suite attiré par la présence de cette fameuse bibliothèque et dit au serveur qu’il irait d’abord regarder les livres avant de choisir sa boisson. Matthieu contempla la petite bibliothèque. Il y avait surtout des ouvrages de poésies, de philosophies, de nouvelles et très peu de romans. Sûrement pour que les clients ne soient pas déçus de ne pas connaître la fin et de se sentir obligés de revenir tous les jours. « Je reviendrai dans ce salon ! »pensa-t-il.

    _____Quand Matthieu revint à sa table, il vit qu’un adolescent de son âge et noble qui plus est, se prélassait et prenait littéralement toute la place si bien que ses jambes se trouvaient sur le passage. Etant légèrement remonté après sa discussion avec Hugo et ce Quentin, Matthieu voulut provoquer ce garçon. Aussi, il fit exprès de le bousculer. Le garçon en question faillit se renverser sa tasse de thé sur les genoux et il lui lança un regard noir que Matthieu lui rendit.
_____Ainsi se fit son premier contact avec Elliot.


Dernière édition par Yema le Mar 20 Aoû - 14:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mer 10 Juil - 22:44

_____Après s’être dévisagés un moment,  Matthieu décida de s’installer à sa table et commanda un thé au citron. Il observa Elliot sans trop le montrer. Et il se dit que ce jeune noble avait du cran. Normalement, toute personne « normale » aurait baissé les yeux en voyant le regard de Matthieu, mais pas lui. Il trouva cela intéressant et était prêt à parier qu’Elliot n’allait pas en rester là.

- Je demande des excuses, lança enfin Elliot.

    Matthieu voulait voir ce dont il était capable. Alors il se montra téméraire.  

- Je n’ai pas d’excuses à te donner. Tu n’as qu’à pas laisser traîner tes sales pattes partout.
- Je te demande pardon ?!

_____Ils se lancèrent des regards meurtriers. On pouvait lire toute la haine qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre malgré le fait qu’ils ne se connaissaient pas. Malgré qu’ils soient devenus amis dans Sauver le Royaume sans même connaître leurs identités respectives. Elliot se leva et Matthieu comprit qu’il le défiait.  

- Tu ne mérites pas que je me lève.
- Répète ça pour voir !

_____Pas un client ne semblait leur prêter une quelconque attention.  

- Tout va bien Anabelle ?
- Oui, oui ! Je m’occupe de ces messieurs Ferdinand, tout va bien.

_____Leur observation dura un long moment. Tout comme la veille dans Sauver le Royaume.

- Tu as remarqué ?, dit Matthieu.
- Evidemment.

_____ Une jeune serveuse était en danger. Les deux garçons avaient vu que les trois hommes qui entouraient la jeune fille, avaient sorti des couteaux. Invisibles pour les clients et le personnel. Pas pour Matthieu et Elliot. Mathieu savait qu’il ne pourrait sauver la jeune fille à temps sans l’aide du garçon noble. A eux deux ils pourraient venir à bout très facilement de ces malfrats.

**

    _____Lorsqu’il rentra chez lui, il passa en coup de vent dans l’atelier de ses parents et pénétra dans la cave, là où était installé tout le matériel dont il avait besoin pour pouvoir jouer à Sauver le Royaume. Il entendit brièvement sa mère lui dire qu’ils passeraient à table dans une demi-heure. Il haussa les épaules. Pour le moment rien ne lui importait plus que de se connecter à ce jeu. Absolument rien d'autre ne comptait.

- Bienvenue dans Sauver le Royaume. Veuillez-vous identifier.
- King Ma
- Code vocal correct

    _____Il vit ensuite comme d’habitude, son équipement, ses objets, ses sorts, ses quêtes.

- Lors de votre dernière visite, vous vous trouviez aux ruines de l'arène de Kilya. Souhaitez-vous y retourner ou voulez-vous apparaître dans votre village d’origine ?

    _____Les ruines de Kilya. Qui aurait cru qu’il accepterait de devenir ami avec un autre joueur ? Être devenu ami avec Lord El était certainement l’unique fois où Matthieu dirait « merci » à Zorra Volpe. Si elle n’avait pas lancé ce défi, jamais ils ne se seraient rencontrés.
    _____Mais Matthieu se trompait. Cependant, comment aurait-il pu le deviner ?

- Les ruines de Kilya
- Accordé. Que votre force et vos décisions vous permettent de sauver le royaume.

    _____Sur ce, Matthieu fut transporté jusqu’aux ruines. Lord El n’y était pas. « Il viendra », se dit-il, « Je suis sûr qu’il viendra »
    _____Il admira le paysage puis décida de s’asseoir sur un muret. Matthieu était impressionné par tous les petits détails du jeu. Ceux qui l’avaient inventé étaient très certainement des génies, des passionnés. A leur façon ils avaient essayé de protéger les enfants, Matthieu en avait la certitude.
    _____« Les Guerres de rues … Que dois-je faire ? »
    _____Il se perdit dans ses pensées durant quelques minutes, sa jambe droite ballante. Si bien qu’il ne vit pas de suite que Lord El était enfin arrivé.

- Je croyais que tu n’allais jamais venir, fit la voix rauque de Matthieu

    _____Lord El se retourna. Matthieu descendit du muret et se rapprocha.
 
- Je l’ai bien cru moi aussi, fit Lord El de sa voix charmeuse.

    _____Matthieu se dit que leur amitié était vraiment particulière. Comment en étaient-ils arrivés là ?

- C’est étrange, non ?
- Quoi donc ?
- Tout ça, dit Matthieu en faisant aller son doigt entre Lord El et lui. On n’est pas censé être « ennemis » ? Pourquoi on se parle comme si de rien était ?
- Encore à cogiter dessus à ce que je vois ?
- Pas toi ?
- Peut-être. Un combat ?
- Pourquoi pas !

_____Un combat … Pas aussi intense que celui de la veille mais un combat quand même. Pourtant Matthieu se remémorait les paroles de Quentin, d'Hugo et de leur fameuse réunion. De plus, il pensait de nouveau à Zorra Volpe et à l’incident au salon de thé.  Si Matthieu acceptait de participer aux Guerres de rues, se retrouverait-il contre ce garçon ? Cet Elliot de Belazur ? Sa concentration pour le combat avait totalement disparue. Il s’arrêta, en même temps que Lord El. Seul le silence faisait écho à ses pensées. Seul le silence le calmait, petit à petit.
    _____Dans ces conditions ne devait-il pas demandé conseil à son nouvel ami ? Non, c’était risqué. Même s’ils s'étaient jurés de ne pas chercher à découvrir l'identité de l'autre, la tentation pourrait devenir trop forte. Si par malheur, Matthieu se joignait à cette nouvelle révolution et que les journaux en parlaient, Lord El saurait automatiquement d’où il venait.
    _____« Que faire ? Que dire ? ». La réponse vint d’elle-même, aussi insensée soit elle.

- Je te considère comme un ami, dit-il enfin.
- Pareil pour moi, répondit Lord El.  

_____Leurs sourires auraient apaisé n’importe qui. Ils étaient amis. De véritables amis. Matthieu n’avait pas besoin de dire quoi que ce soit à Lord El. Ils se comprenaient naturellement.

- Je vais devoir y aller, dit Matthieu. On se retrouve demain soir ?

_____En disant cela, Matthieu eu un doute. Il savait maintenant qu’il ferait mieux de se rendre à cette réunion, au moins pour voir la situation. Peut-être que dans le fond, il y trouverait un intérêt.

- Non attends. Pas demain soir, reprit-il. Plutôt samedi, dans la journée ?
- Parfait, conclut Lord El.
-    Quim, dit-il
- Voulez-vous quitter le jeu ?
- Oui.
- Accordé. Espérons que vous reviendrez et que vous sauverez le royaume la prochaine fois.

    _____Matthieu ouvrit les yeux et sortit de la capsule. Il s’étira les bras et les jambes. Il avait pris une étrange décision mais il ne la regrettait pas. Pour l’instant.
    _____Il savait que l’année prochaine il ne pourrait plus jouer dans Sauver le Royaume. Ce n’était pas tant le fait de jouer qu’il aimait mais le fait de rencontrer des adversaires bien plus forts que lui. Il aimait élaborer des stratégies, trouver le point faible des joueurs qui le défiaient, progresser de plus en plus dans l’art du combat ; voilà comment il s’amusait.
    _____« Ce jeu va drôlement me manquer d’une certaine manière », pensa-t-il.
    _____Mais il savait également qu’il allait devoir réfléchir à son avenir. Que pourrait-il bien faire ? Reprendre la pâtisserie de ses parents n’était pas envisageable, certes il aidait ses parents dans leur travail mais ce n’était pas ce genre de métier qu’il le passionnait. Devenir médecin l’aurait bien plu mais il sentait que ce n’était pas sa voie.
    _____« Bah, je trouverai un autre jour ! »
    _____Une chose était certaine, Matthieu voulait faire ce qu’il voulait. C’était décidé il parlerait à ses parents et ils trouveront ensemble une voie qu’il lui conviendrait. Car dans le fond il avait des parents compréhensifs.  

    _____Le lendemain matin, il rencontra Aurore. Elle était à pied. Il fit semblant de ne pas l’avoir vu mais elle se précipita dans sa direction.

- Eh ! Je peux te demander un service ?, questionna-t-elle.
- Du moment que ce n’est pas quelque chose d’extravagant.
- Non, non ne t’en fais pas. Je dois aller faire réparer mon vélo, quelqu’un à couper les rayons de ma roue avant. Mais je devais passer à l’hôpital pour jouer avec les enfants malades. Je t’ai déjà vu là-bas, tu pourrais y aller à ma place, juste pour cette fois !, dit-elle d’un air suppliant.
- Très bien, j’irai.
- Merci beaucoup ! C’est la deuxième fois que tu me sauves la vie ! Je te revaudrai ça, je te le promets.

    _____Et elle partit en courant vers le lycée.
    _____Matthieu soupira. Rendre ce service ne le dérangeait pas. Cela fera une occasion en plus pour aller observer son oncle. Et il avait effectivement déjà aperçu Aurore à l’hôpital. Cependant, Matthieu ne se liait d'amitié avec personne. Lord El était une exception.

    _____Alors qu’il se rendait tranquillement vers l’établissement scolaire, la terrible Anabelle Marose alias Zorra Volpe commençait petit à petit à mettre en place son plan. Matthieu n’allait bientôt plus être qu’un simple inconnu rencontré par hasard à l’hôpital ou au Jasmin Ensoleillé.
    _____Cependant, Anabelle fera une erreur. Celle du genre où on ne peut pas revenir en arrière malgré tous les efforts que l’on déploie. Elle fera un pari extrêmement risqué. Un choix banal en soi mais qui aura de lourdes conséquences vis-à-vis de Matthieu.
    _____Anabelle saura-t-elle réparer sa faute ?
    _____Dans l’immédiat, Matthieu est encore Matthieu. Avec sa personnalité, ses principes, ses idéaux et ses projets.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin
Revenir en haut Aller en bas
Yema
Passager


Messages : 273
Birthday : 27/05/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Dans les nuages

MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Mer 11 Sep - 10:31

_____Deux personnalités

_____Anabelle avait passé toute la nuit à réfléchir sur ces deux garçons. Certes, elle voulait qu’ils restent amis mais s'ils découvraient maintenant que l'autre était Lord El et King Ma, les deux garçons n'auraient pas pu l'encaisser. Leur amitié ne pouvait pas être révélée au grand jour, pas maintenant. Cependant, Anabelle eut une idée. Leur amitié serait le premier pas vers l’abolition de ces discriminations. Elle allait utiliser leur lien. Mais avant de mettre en route son plan, elle devait en savoir plus sur les deux amis. La moindre erreur pourrait tout gâcher. Et elle le savait. Elle n’avait pas leur intelligence extraordinaire mais avec un peu de réflexion et de bon sens, elle arriverait sûrement à établir son projet sans encombre.
_____Leur amitié était basée sur une rivalité. Si Anabelle n’avait pas lancé ce défi, rien ne serait arrivé. Peut-être même qu’ils ne se seraient jamais rencontrés au Jasmin Ensoleillé. La situation aurait bien pu être différente. Mais Anabelle était certaine que jamais ils n’auraient été amis. Leur rencontre au salon de thé avait fait d’eux des rivaux, des ennemis. Mais cette rivalité entre Elliot et Matthieu ne pouvait que renforcer l’amitié entre Lord El et King Ma.

_____Anabelle savait qu’Eliot et Matthieu allaient revenir au salon de thé car quelque chose s’était passé là-bas ; une confrontation. Elle se doutait que leur sauvetage héroïque avait laissé des marques en eux. Ils voudraient se revoir pour en découvrir plus sur l’autre. Elle les reverrait donc en tant qu’Anabelle Marose, il serait facile de les approcher et de leur montrer sa reconnaissance éternelle. Son avatar de Zorra Volpe dans Sauver le Royaume lui servirait à se rapprocher de Lord El et King Ma, elle allait pouvoir s’amuser d’autant plus. Ses gadgets et ses ressources lui seraient très utiles pour les débusquer. Et l’écrivaine Zorra Volpe deviendrait l’ultime arme contre cette société.  
_____Elle sourit. Sa double personnalité, sa double identité allait lui servir à quelque chose de plus concret que de fréquenter des voyous. C’était bien plus excitant. D’une certaine manière Elliot et Matthieu avaient eux aussi un double visage. A force de les découvrir elle trouverait sûrement d’autres points communs entre elle et eux. Pourtant, elle se doutait que jamais ils ne deviendraient amis. Enfin, ce serait plutôt une amitié basée sur des échanges mutuels, pas une véritable amitié. Après tout, Anabelle ne souhaitait entretenir une quelconque relation personnelle avec les deux garçons.
_____Elle voulait entretenir le lien qui unissait Elliot et Matthieu et non le détruire. Certes, elle voulait les utiliser mais non dicter leur conduite. Le but était de les rallier à sa cause pas d’en faire des ennemis, car jamais elle ne pourrait les battre, ils étaient bien plus intelligents et puissants qu’elle. Ils avaient une âme de meneur. Anabelle avait une âme de fauteuse de troubles. Jamais elle ne serait en mesure de les vaincre ni dans le monde réel ni dans Sauver le Royaume, et de ça elle en avait eu la preuve. Elle avait été dans l’incapacité d’intervenir lors de leur combat. Si leur amitié venait à disparaître, Anabelle savait qu’elle ne pourrait rien faire pour arranger ce désastre. Voilà pourquoi son plan devait être parfait. L’échec ne lui était pas permis.

_____La jeune fille parut enchantée, elle avait enfin trouvé un moyen de nuire à ce gouvernement oppressif. A Magesty qui grignotait, petit à petit, les libertés du peuple, qui empêchait aux classes de se mélanger, qui détruisait à néant tout rêve à un enfant de devenir quelqu’un d’important. Un non-noble ne pouvait pas prétendre d’entrer dans la politique à moins d’être très intelligent et influençable. Ce qui était contradictoire. Comment quelqu’un d’intelligent pouvait se laisser avoir si facilement ? Voilà pourquoi Anabelle voulait se battre. Il était temps de montrer aux habitants d’Utopia que rien n’était encore perdu. Elle ne voulait cependant pas que le peuple provoque un coup d'état car rien n’aurait changé. La discrimination se ferait dans l’autre sens et la société entrerait dans un cercle vicieux. Non, Anabelle voulait que la loi change, que Majesty change.

_____« Zorra Volpe va encore frapper », se dit Anabelle. « Mais cette fois, elle ne sera pas seule. Je vais avoir deux complices ».

_____Oui, elle avait toute confiance en ses capacités. Elle croyait qu’Elliot et Matthieu comprendraient.
_____Elle se remit au travail sans plus tarder. Elle écrivit les moindres détails de son plan sur sa tablette. Elle fit des copies des coupures de journal concernant tout ce qui pouvait relier la famille d’Eliot ou de Matthieu à de quelconques événements. Elle fit des recherches bien plus détaillées sur les membres de leur famille et sur leurs amis. Elle éplucha l’ensemble de la liste des élèves de leur établissement respectif.
_____Des cartes, des photos, des vidéos, des textes, rien n’aurait pu échapper à l’intrépide Anabelle Marose et elle ne laissait aucunes traces de son passage. Un véritable génie de l’informatique. La plus grande hackeuse du vingt-deuxième siècle.
_____Un sourire se dessina sur ses lèvres alors que le soleil se levait. Elle avait trouvé ses prochaines cibles et son prochain article était bouclé. Son plan pouvait commencer.

_________________
" Il suffit d'un sourire pour nous dévoiler, d'un mot pour nous peindre. "Anne Barratin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)   Aujourd'hui à 22:59

Revenir en haut Aller en bas
 
[Yema] Recueil d'histoires (Nouvelles)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et + :: Le Bateau :: Chantier Naval-
Sauter vers: