LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +
Welcome Aboard !
Veuillez vous connecter afin de pouvoir embarquer.

LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Madrid [Titre provisoire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tildu
Commandant de Bord


Messages : 429
Birthday : 06/05/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Ici...ou ailleurs

MessageSujet: Madrid [Titre provisoire]   Mar 6 Sep - 21:44

Petite chronologie !
6 août 1884 - Madrid - Don du 1er livre "A.G., mars 1964" (--> Mme. Bovary) à Allen sortie de ciné.
1886 - Londres - Vol poinçon de Jill, Jill annonce à Allen qu'elle a trouvé "A.G., novembre 1962" (--> Le Rouge et le Noir) bibli de l'université.
Lendemain aprèm' - Université - Allen lit le livre, Jill dessine les passants.
Soir - Chez Jill - Allen débarque, partent à l'aéroport vers Madrid.
Lendemain 2h du mat' - une place de Madrid - A et J dansent tranquille.


Chapitre I


La salle se ralluma peu à peu. Il fixa l'écran encore quelques minutes, comme s'il n'avait pas remarqué que celui ci était noir depuis un bon moment. Quand enfin il se leva, la salle était quasiment vide, une jeune femme balayait entre les rangs. Ça faisait longtemps qu'il n'avait pas vu un bon film comme celui là, pensa-t-il, alors qu'il empruntait les escaliers pour rejoindre la sortie.

Nous étions en août, le 6, plus précisément, de l'année 1984, et la "Gran Vía" madrilène était bondée de monde. Sous la chaleur accablante du milieu de l'été, le jeune homme traversa l'avenue, pour s’engouffrer dans une ruelle sombre où un petit vent agréable se faisait ressentir. D'un pas rapide, il suivit son parcours labyrinthique, digne d'un connaisseur des lieux, et s'engouffra enfin dans un petit hôtel sur une placette ensoleillée. Il salua distraitement le réceptionniste, et appuya sur le bouton de l'ascenseur.
Il regarda sa montre : six heures moins le quart. Le film avait duré plus de temps que prévu, et s'il ne se dépêchait pas, il allait décidément rater l'avion.
L'ascenseur ne venant pas, il monta quatre à quatre les marches des escaliers, et ouvrit précipitamment la porte de sa chambre. Par chance, il ne lui manquait que quelques babioles à empaqueter et sa valise serait prête.

Après que tout fut rangé, il prit le téléphone noir posé sur la table de nuit et marqua un numéro.
« Bonjour ! dit il avec un espagnol parfait, je voudrais un taxi pour la place Ildefonso, oui, le plus vite possible. D’accord, dans 10 minutes. Merci. »
Il raccrocha.

Il se coucha sur le lit et regarda le plafond.
Il n’était là que depuis quelques semaines, mais Madrid allait lui manquer. Il y avait un air festif dans cette ville colorée, mais c’était le soleil omniprésent dont il allait surtout ressentir l’absence.
Chez lui, à Londres, il était rare qu’un jour soit sans nuage, et la pluie recouvrait la plupart du temps sa ville natale. Un jour, il s’installerait à Madrid, il en était certain, mais pour l’instant, il ne venait que de temps en temps, quand son travail le lui permettait, prenant toujours une chambre dans ce petit hôtel qu’il aimait pour son charme et ses petits-déjeuners fabuleux.
Il était tombé amoureux de cette ville il y a dix ans de cela, quand il avait accompagné son père pour un voyage d’affaires. Libre pendant deux jours, il avait pu explorer les recoins de cette ville, qui à l’époque était bien différente, Franco étant encore au pouvoir, quoique pour peu de temps.
Grâce à l’amour que ressentait son père pour l’Espagne, il était venu dès tout petit dans leur maison de vacances près de Valence, où il avait appris à parler un espagnol irréprochable.

Il se redressa soudain, et regardant l’heure, prit sa valise d’une main, son chapeau de l’autre, et sortit de sa chambre en hâte.
À la réception, il remercia le propriétaire de l’hôtel, promettant de revenir bientôt, et après avoir payé, poussa la porte en verre teinté de l’établissement.

Le taxi blanc l’attendait, sous un soleil de plomb, et le chauffeur le salua de la main avant de prendre ses valises.
« ¿Donde vamos? » demanda-t-il avec un fort accent catalan, dès qu’ils furent assis dans la voiture.
« À l’aéroport. » répondit le jeune homme.
Et le taxi s’élança dans les rues de Madrid, sous une chaleur estivale qui faisait vibrer le bitume.


---
[Relu et corrigé par Julie]

_________________
"All we have to decide is what to do with the time that is given us. "
J.R.R. Tolkien
Revenir en haut Aller en bas
Sophinetta
Invité



MessageSujet: Re: Madrid [Titre provisoire]   Mar 6 Sep - 22:08

Dans les rues toutes brûlantes du soleil de la journée, il se perdit dans l'observation éperdue des couples alanguis, des solitaires pressées, des groupes d'adolescentes surexcitées qui criaillaient sans aucune gêne, et Madrid lui manqua déjà.
Le taxi ralentit et il descendit dans le hall vitré, frais et néanmoins bondé de l'aéroport de Barajas. Il louvoya entre les groupes de touristes trop bronzés et les hommes d'affaire tirés à quatre épingles. L'enregistrement de ses bagages s'effectua presque sans qu'il s'en rende compte, et il monta dans le petit avion plongé dans un état de lassitude et d'oubli de soi rare pour un homme comme lui.

Ce n'est qu’affalé dans son fauteuil, ceinture bouclée et hublot fermé, qu'il ouvrit le livre étrange que lui avait donné cette inconnue à son entrée dans le cinéma. Sous la première de couverture, une main enfantine avait écrit "Ana Gonzalez, mars 1964".
Il enfouit son nez dans les pages jaunies qui exhalaient une forte odeur de papier parcheminé. Un étrange sentiment, mélange incongru d'appréhension et d'attirance, le saisit aux entrailles.

---
[Relu et corrigé par Julie et Tildu]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Commandant de Bord


Messages : 477
Birthday : 30/07/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : Au Déf les racines

MessageSujet: Re: Madrid [Titre provisoire]   Lun 12 Sep - 18:42

Chapitre II


Jill slalomait d’un pas décidé au milieu des passants. Elle sentait les premières gouttes tomber sur sa nuque. A la sortie du Underground, les parapluies multicolores fleurissaient comme des champignons. « Sale journée anglaise », pensa-t-elle en remettant ses casques [Maël a choisi l'année 1986, donc les écouteurs, je crois pas que ça existe, ou peut être si, mais pas dans les moyens d'une universitaire ! Les casques si...]sur les oreilles et en rabattant sa capuche sur sa tête. Elle courait presque quand elle arriva devant une large porte vitrée et s’engouffra dans le bâtiment. Elle fouilla dans son sac puis fit tourner la clé trois fois dans la serrure.

Après avoir claqué la porte, elle ôta ses énormes bottines à lacets et son manteau, et les fit valser à l’autre bout de la pièce. Elle marcha en chaussettes jusqu’à la cuisine de son studio, en ébouriffant distraitement ses cheveux coupés à la garçonne.
La pièce principale de son appartement, sur laquelle débouchait directement la porte d’entrée, était un joyeux capharnaüm que Jill nommait fièrement « son atelier ». Des pinceaux, des poinçons et des outils en tout genre jonchaient le canapé. Une planche en bois montée sur tréteaux étaient recouverte d’argile, de pierres taillées, de tissus et d’autres matériaux divers. Une machine à poterie trônait à l’extrémité de la table.
Jill sculptait. Et si ça ne lui permettait pas de vivre pour le moment, elle comptait bien en faire, un jour, son métier. Quand elle aurait fini ses études.

Elle attrapa son téléphone et le cala entre son oreille et son épaule, tout en commençant à verser de l’eau dans la casserole. Après avoir laissé longuement sonner la tonalité du combiné, un homme décrocha et lança un « Hello? » d’une voix légèrement enrouée. « Allen ? T’as pas l’air réveillé. Je voulais savoir, si tu étais libre dans la soirée. Faut qu’on se parle.
- C’est Jill ?
- Oui. C’est important. J’ai appris un truc ce matin à l’Université. Faudrait que tu voies ça.
- Si tu veux. On se rejoint devant l’entrée ?
- Ça marche. See you. »

J’ai trouvé l’université de Jill ! C’est le Sotheby’s Institute of Art, qui propose des études en histoire de l’art niveau master environ (donc âge = + de 20 ans). Plus d’infos sur le Site Officiel.

Modifié par Ti
ldu


Dernière édition par Julie le Dim 6 Nov - 19:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://encoreenvadrouille.wordpress.com
Tildu
Commandant de Bord


Messages : 429
Birthday : 06/05/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Ici...ou ailleurs

MessageSujet: Re: Madrid [Titre provisoire]   Mar 13 Sep - 19:38

Elle fit cuire quelques pâtes, et les mangea en quatrième vitesse, tout en lisant son courrier : facture d'électricité, deux ou trois pubs, son numéro mensuel de FMR Art Magazine et une carte postale, provenant, d'après la photo et le petit texte en bas, de Madrid. Jill n'eut pas besoin de retourner la carte pour savoir qui la lui avait envoyée, mais pressée, elle la laissa sur la table, mit en vrac la vaisselle sale dans l'évier, et partit en trombe, enfilant son manteau dans les escaliers.

Il pleuvait. Elle sortit un parapluie de son sac, qui, vu le climat, était toujours à portée de main. Elle s'engouffra dans le métro, et vingt minutes et une dizaine de stations plus loin, ressortit dans la cité aux ciels mornes. Elle marcha d'un pas pressé, et aperçu son ami, trempé, qui l'attendait devant la porte du Sotheby’s Institute of Art, l'université où tout deux travaillaient.
« Faut vraiment qu'on se donne une heure de rendez vous, j'en ai marre de devoir t'attendre tout le temps, » pesta-t-il, avant de lui faire la bise.
- Désolée, j'étais affamée, et je ne pouvais pas venir le ventre vide !
- Dommage, moi qui pensais t'inviter à dîner ! Ce sera pour une autre fois », lui répondit-il d'un air rieur. « Viens, on va à la cafét’ ! On se les pèle ici, et je vais m'acheter un truc à manger. »

Ils rentrèrent dans un petit bar à deux pas de l'Université, où de nombreux étudiants venaient se réfugier. Ils prirent une table, et s'y accommodèrent. Quand la serveuse fut partie, avec pour commande deux cafés, un sandwich poulet salade et un muffin (Jill n'avait pas pris de dessert chez elle), Allen questionna son amie :
« Alors, qu'est ce que tu voulais me raconter ?

N.A : Ayant passé à une autre partie, nous ne savons plus si nous sommes à la même époque que le début de l'histoire, déroulé à Madrid, ou plus dans le futur. Je veux seulement dire, que le fait que Jill aie reçu une carte de Madrid ne veut pas forcément dire que c'est la même époque, puisque l'homme du début de l'histoire va régulièrement à Madrid, il peut continuer d'y aller 10, 20 ans après....Au prochain écrivain, ou encore au suivant, de voir ce qu'il veut faire de l'histoire....Bonne écriture !


---
[Relu et corrigé par Julie]

_________________
"All we have to decide is what to do with the time that is given us. "
J.R.R. Tolkien


Dernière édition par Tildu le Mar 13 Sep - 21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sophinetta
Invité



MessageSujet: Re: Madrid [Titre provisoire]   Mar 13 Sep - 22:18

- Écoute, c'est assez singulier, je ne peux en parler qu'à un ami comme toi... ».
Allen ressentit le pincement au coeur habituel quand Jill lui disait ce genre de petite phrase innocente, leurs visages rapprochés dans la fougue des confidences, les doigts rougis enserrant la chaleur de leurs cafés, si proches. « Je suis toute ouïe », murmura le jeune homme.
« Tu sais comment je travaille, avec quels types d'instruments, quelles sont mes passions, avec quels gens je crée, je discute, dont je m'inspire, tu sais ce que je fais et où je vis, comment je pense... »
Un sourire goguenard passa sur le visage d'Allen, qui ne put réprimer cette remarque mi-amusée, mi-sentencieuse : « Ma petite Jill, si je patiente une heure dans les courants d'air glaciaux de notre magnifique pays, ce n'est pas pour m'entendre dire que je te connais, parce que je pense que c'est une chose que nous savons tous deux, sans vouloir te reprocher la moindre broutille.
- Faisons comme si je ne percevais le fond de sarcasme qui traîne dans tes vilaines paroles », l'interrompit Jill. Elle souriait avec malice, mais étrangement on aurait juré qu'elle n'était pas sincère, qu'une inquiétude insoupçonnable la taraudait ; elle poursuivit, la voix baissant encore d'un ton : « Tu sais que je ne suis pas coutumière de la paranoïa, que j'ai même une grande confiance envers mon prochain, mais que je ferme tout chez moi la nuit, la porte d'entrée comprise, et même les fenêtres, étant donné la clémence relative du ciel britannique. Mais ce matin, je peux t'assurer que l'un de mes poinçons, le premier que j'ai eu, a disparu. Et je peux aussi t'assurer que ça n'a rien à voir avec ma mémoire de poisson rouge, comme tu l'appelles, ou mon sens inné de l'ordre, pour la bonne raison que je l'avais consciencieusement nettoyé et rangé dans le tiroir des casseroles (le seul qui ne débordait pas), j'en suis sûre, sans aucun doute, je l'ai fait peu de temps avant d'aller dormir, et je suis également sûre que je ne suis pas atteinte de somnambulisme. »
Allen fronça les sourcils.


---
[Relu et corrigé par Julie]
Revenir en haut Aller en bas
Mema
Passager


Messages : 145
Birthday : 05/12/1997
Âge : 19
Où suis-je ? : Là !

MessageSujet: Re: Madrid [Titre provisoire]   Mer 21 Sep - 13:38

« Je voulais t’en parler, mais j’ai pas encore beaucoup d’éléments pour assurer que c’est un cambriolage… En plus, même si ce magnifique poinçon compte beaucoup pour moi, ce n’est rien aux yeux de la police. Enfin, je ne veux pas t’embêter avec ça, et je ne t’ai tout de même pas appelé dans ce froid pour cette histoire. Non, comme je t’ai dit, j’ai appris un truc à l’Université. Tu vas pas en croire tes oreilles, je te le dis !!
- Raconte ! » s’enthousiasma Allen qui avait troqué son expression angoissée contre un air curieux.
« Eh bien, à la bibliothèque, entre neuf heures et onze heures, je suis tombée sur un livre mal rangé… Un livre dont la couverture était griffonnée par une main d’enfant. » Elle fit une pose, et le jeune homme resta figé, totalement incrédule.
« Devine ce qu’il y avait marqué ? Ca ne te rappelle rien ?
Bien sûr que ça me rappelle quelque chose ! »
Ce fut à son tour de s’arrêter pour avaler sa salive.
« Ana Gonzalez ?!?
- Parfaitement !!! Écrit de la même main : « Ana Gonzalez, novembre 1962 »
- T’en as fait quoi ? Tu l’as ouvert ? Mais, tu l’as mis où ?
- Tu parles que je l’ai ouvert, et grâce à ça, tu crois que ma dissert’ a avancé ? »
Ignorant la provocation de son amie, Allen continua à la questionner : « Tu l’as pris avec toi j’espère ? Comment est-t-il arrivé dans la bibli ?
- Qu’est ce que tu veux que j’en sache ? », rétorqua Jill, agacée de toutes ces questions.
« Oh, ça va. J’ai pas le droit d’être étonné ? J’imagine que quand tu as trouvé le bouquin, tu devais être au moins dans le même état que moi ! Je me trompe ?
- C’est vrai, t’as raison. Toujours est-il que ça fait deux ans qu’on t’a donné le premier livre, à Madrid, et là, alors qu’on cherchait plus, je tombe sur un autre. »
En effet, les deux jeunes gens avaient beaucoup œuvré, entre recherches dans des bibliothèques, auprès de libraires et antiquaires pour trouver l’origine de ce livre, tout de moins énigmatique. Et voilà que par coïncidence, ils découvraient le fruit de leurs recherches à l’endroit le plus incongru. Puisqu’ils possédaient une autre pièce du puzzle, ils allaient pouvoir reconstituer un peu plus la chronique extravagante de la femme, cette Ana, et comprendre un jour pourquoi on avait mystérieusement fait cadeau de l’écrit à Allen, dans la capitale espagnole.

Maël, ne rêve pas !! Internet en 86 it's not possible !....en tout cas, pas pour des étudiants !Tildu

Yes, it is!! Sorry!! I forgot the date...
Mema


---
[Relu et corrigé par Julie]


Dernière édition par Mema le Dim 27 Nov - 15:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tildu
Commandant de Bord


Messages : 429
Birthday : 06/05/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Ici...ou ailleurs

MessageSujet: Re: Madrid [Titre provisoire]   Mer 21 Sep - 15:04

« D'ailleurs », s'enquérit la jeune fille, « j'ai trouvé une carte postale de Madrid dans ma boîte au lettre ! Elle est enfin arrivée !
- Il était temps ! », s'écria Allen, ça fait bien deux mois que je te l'ai envoyée ! Mais, revenons à nos moutons, le livre... C'est quoi ?
- Le rouge et le noir, de Stendhal. J'ai reconnu en feuilletant les noms des personnages.
- Mais, il est aussi rempli de notes ?
- Le texte imprimé est presque plus difficile à lire que dans le tiens. Cette mystérieuse Ana a marqué tout le livre avec son écriture en pattes de mouche. »

Ils se regardèrent longuement. Quelle violente énergie avait poussé cette femme à retranscrire sa vie entre les lignes de fameux romans ?

« Et... », questionna le jeune homme, « à la fin... ?
- Oui, il y a bien une suite de lettres, mais je les ai comparés avec ceux de l'autre livre, ce ne sont pas les mêmes... »

Jill fouilla dans sa sacoche, avant de dénicher ce qu'elle cherchait. Le livre à la couverture beige, et aux inscriptions dorées « El Rojo y el Negro, Stendhal ». Elle le passa à Allen, qui l'ouvrit à la dernière page, où étaient inscrits les symboles suivants: MT-GR-PF-BJ, ainsi qu'une phrase : « Morir solo, pero vivir juntos ».

Allen resta pensif. Ces lettres étaient disposés comme celles du livre qu'on lui avait confié à Madrid, ainsi que le fait qu'il y est une petite phrase... Il sortit de sa poche un carnet qu'il gardait toujours avec lui et l’ouvrit à la première page : TS-CJ-LN-RI « Amar por Amar » avait-il recopié. Des lettres une phrase. Que voulait dire la jeune Ana ?

« Je peux le prendre ? » demanda Allen en s'emparant du livre beige.

« Pourquoi crois-tu que je l'ai amené ? » lui répondit la souriante Jill. « Ton espagnol est nettement meilleur que le mien ! À toi de me raconter ensuite ce qu’a écrit cette jeune femme sur 660 pages !

---
[Relu et corrigé par Julie]

_________________
"All we have to decide is what to do with the time that is given us. "
J.R.R. Tolkien
Revenir en haut Aller en bas
Lucie
Passager


Messages : 18
Birthday : 09/06/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : La villeuh roseuh (avec l'accent s'il vous plait!)

MessageSujet: Re: Madrid [Titre provisoire]   Sam 24 Sep - 18:13

- Avec plaisir ma belle, mais où nous en étions nous arrêtés déjà ?
- Si je me souviens bien, alors que Emma Bovary se convulsait dans son lit, notre chère Ana assistait à la mort de sa plus jeune fille happée par un camion.
- Crois-tu que dans ce livre-là, elle sera assassinée par son amant ?
- Ah ah ah, très drôle, et comment aurait-elle pu écrire gros bêta ?! J'ai hâte que tu me racontes la suite ! », dit-elle sur un ton avide.
« Encore faudrait-il que j'arrive à le déchiffrer ! C'est étrange... Comme si elle avait voulu laisser une trace de son histoire, un témoignage sans qu'en même temps elle ne voulut qu'on puisse le lire... ».
Sur cette dernière question ils se séparèrent, après que Jill ait fait jurer à Allen de l'appeler dès qu'il aurait découvert la suite du récit.
Jill songea à leur relation sur le chemin du retour, elle le savait amoureux d'elle, mais il était professeur dans son université, bien que leur amitié fusse bien antérieure à cela, et tout en était rendu impossible.

Elle courut après son métro qui s'apprêtait à filer et se pelotonna sur le siège inconfortable du wagon, la tête contre la vitre glacée, les pensées sans fils aucuns...

---
[Relu et corrigé par Julie]


Dernière édition par Lucie le Lun 26 Sep - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tildu
Commandant de Bord


Messages : 429
Birthday : 06/05/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Ici...ou ailleurs

MessageSujet: Re: Madrid [Titre provisoire]   Mer 2 Nov - 18:55

Quand elle arriva chez elle, elle se déshabilla et se glissa dans le lit. Cette histoire l'intriguait, et elle faisait monter en elle une envie de savoir plus sur cette Ana. Elle s'endormit tard, des livres griffonnés et les cartes postales madrilènes tournant dans sa tête.
Quand elle se réveilla le matin, il pleuvait toujours. Elle passa la matinée en cours, comme d'ordinaire, et ce n'est que l'après midi qu'elle trouva Allen, dans la bibliothèque de l'université, entouré de livres. Il traduisait au fur et à mesure tout ce qu'il lisait, faisant de temps en temps des notes dans un cahier à spirale.
«Alors, ça avance ?», demanda Jill à son ami, intriguée. Après avoir maugréé une phrase inintelligible, il la pria de revenir plus tard, il était en pleine lecture.
Allen n'avait pas souvent l'habitude d'être de mauvaise humeur, mais cette découverte accaparait tout son cerveau, et il en oubliait le reste du monde. C'est du moins ce que pensait Jill, qui, bredouille, sortit de la bibliothèque sans trop savoir quoi faire.

Elle s'installa donc à la terrasse d'un café, la pluie s'étant arrêtée enfin, et elle sortit son carnet de croquis pour dessiner des passants. Elle adorait ça, prendre les images sur le vif, au lieu de devoir représenter un modèle en pose ou un objet immobile. Elle aimait dessiner le mouvement, et la rapidité de ses traits impressionnait souvent ses professeurs.

Elle rentra chez elle tôt dans la soirée. Après un bon bain, elle s’apprêtait à préparer une omelette quand on sonna à la porte.
«Ouvre moi !», entendit-elle par l'interphone. Que faisait Allen à cette heure-ci chez elle ? Elle l'entendit monter en vitesse les escaliers, et elle ouvrit la porte. Il était en sueur, et portait un grand sac sur l'épaule.
«Vite ! Il faut partir !», dit il, essoufflé.
Jill ne comprenait pas. Partir ? Mais partir où ?
Pas le temps, disait-il, et il la pressait de faire un bagage. Il lui expliquerait tout dans la voiture.
Encore hésitante, elle sortit de son armoire quelques affaires et les jeta en vrac dans sa valise ouverte. Elle s'habilla en vitesse et ferma la porte de son chère appartement. Elle ne se doutait pas encore qu'elle ne reviendrait ici que dans bien longtemps.

Elle monta dans la voiture et Allen alluma le moteur.
«Bon !», sollicita Jill, «tu vas m'expliquer où on va ?
- À l'aéroport», lui répondit à bout de souffle le conducteur, «notre avion pour Madrid nous attend».

[Au prochain de faire la suite, mais je pensais à une fin de chapitre, sauf si vous considérez ça trop court...]

---
[Relu et corrigé par Julie]

_________________
"All we have to decide is what to do with the time that is given us. "
J.R.R. Tolkien
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Commandant de Bord


Messages : 477
Birthday : 30/07/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : Au Déf les racines

MessageSujet: Re: Madrid [Titre provisoire]   Dim 6 Nov - 19:10

Chapitre III


L’air était tiède et moite dans la fièvre de la nuit. Dans sa robe légère, Jill contemplait les fanions illuminés et les guirlandes multicolores scintillant dans le noir. Les yeux fermés, elle huma longuement la fumée qui s’échappait des grills surdimensionnés.
Allen la regardait, parfaitement réveillé à près de deux heures du matin. Leur duo avait atterri à minuit dans la capitale espagnole. Ils avaient décidé de déambuler dans les rues animées de la ville, avant de se retrouver sur cette place bondée ; l’ambiance festive les avait séduits.
Il fixa les reflets verts, jaunes, rouges sur la pommette lisse de la jeune fille. L’or de ses cheveux, le vent dans le tissu délicat de son vêtement. Il haussa les sourcils et l’invita à esquisser quelque pas de danse, sur la mélodie énergique des musiciens madrilènes. Ils ne se quittaient maintenant plus du regard, concentrés sur leurs pas maladroits et amusés par la rapidité du rythme. Le visage hilare de Jill fit sourire Allen qui la serrait de plus en plus fort et la faisait tourbillonner au milieu de la foule. Elle sentait les premières gouttes de sueur perler sur sa nuque et le feu lui monter aux joues. Quand la musique cessa, leurs corps s’apaisèrent ; ils laissèrent retomber leurs bras et éclatèrent de rire sous le ciel sans étoile. Enfin, Allen se sentait euphorique, heureux, entier. En vie.

_________________
Blu.
Revenir en haut Aller en bas
http://encoreenvadrouille.wordpress.com
Tildu
Commandant de Bord


Messages : 429
Birthday : 06/05/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Ici...ou ailleurs

MessageSujet: Re: Madrid [Titre provisoire]   Mar 31 Jan - 22:26

Alors, qui se lance ? Ça tente personne de continuer ?

_________________
"All we have to decide is what to do with the time that is given us. "
J.R.R. Tolkien
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Madrid [Titre provisoire]   Aujourd'hui à 23:00

Revenir en haut Aller en bas
 
Madrid [Titre provisoire]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et + :: Le Bateau :: Le Pont Supérieur :: À flot-
Sauter vers: