LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +
Welcome Aboard !
Veuillez vous connecter afin de pouvoir embarquer.

LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et +


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prisonniers du Ciel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lygat
Passager


Messages : 67
Birthday : 08/10/1996
Âge : 20
Où suis-je ? : Du côté de la machine à café !

MessageSujet: Prisonniers du Ciel   Mer 11 Avr - 16:11

Prisonniers du Ciel
"Depuis tout temps, l'homme essaie d'apprendre à voler...
Le Ciel est le rêve de l'humain, pour se rapprocher des dieux, connaître l'ivresse des hauteurs et accompagner les oiseaux dans leurs vols migratoires...
Alors... Pourquoi ? Pourquoi ces Cieux fantasmagoriques et sources de rêves mortels deviendraient ils une prison ?

Quand le rêve d'Icare devient un cauchemard..."

Réveil difficile, du bruit... Du bruit ?
L'homme bondit sur ses pieds et ouvrit les yeux en grand, la pupille complêtement dilatée à cause du manque de lumière...
Personne, seulement l'obscurité... Une mince raie de lumière orangée filtrait au travers d'une fenêtre aux stores défoncés. Isaac ne bougea pas et respira lentement, le temps de prendre des repères et de se demander où il était. Une cabine de bateau peut être. L'endroit était petit et des valises éventrées jonchaient le sol. Les yeux d'Isaac s'habituaient de mieux en mieux à l'obscurité, et ce dernier emplissait son cerveau de détails visuels, tout en écoutant attentivement le bruit qui se rapprochait au fur et à mesure des secondes.
il ne repéra la porte qu'au moment ou elle s'ouvrait...
- Men ! Hurla Isaac en jetant le tranchant de sa main en direction de la porte.
La personne qui ouvrait la porte recula précipitamment, mauvaise idée.
Deux pas suffirent à faire sortir Isaac de la pièce. Le couloir était plus espacé, mais aussi sombre.
- Yaaha ! Lança une voix féminine.
Une grosse clé à molette s'écrasa près de l'homme, un second coup visant sa tête fut dévié par son poignet.
- Stop ! Cria Isaac.
La clé ne tomba pas au sol, la personne se méfiait... Il en profita pour reculer un peu. Il renconra une poignée, il s'empressa de l'ouvrir.
Ele donnait sur l'extérieur et une lumière vive d'un coucher de soleil cuivré s'engouffra à l'intérieur du couloir.

Au bout de la clé à molette, Jaël cligna des yeux, l'homme à contrejour lui était tojours indicernable, mais il ne semblait pas hostile. Elle se demanda toutefois si lâcher son arme était une bonne idée...
- Qui êtes vous ? siffla t'elle.

Isaac lui, voyait parfaitement la jeune fille, peau noire, déguisée en pilote de zeppelin et coiffée comme un rasta. Il ne put réprimer un sourire.
- Isaac Vangard, 37 ans, j'aime les balades au clair de lune autour des lacs, je suis blanace et j'aime les jolies brunes. Je joue du violon et je suis très bon au tennis.
La clé à molette frappa violemment le sol. La jeune fille le toisa du regard.
- Mademoiselle, - ou monsieur ? - n'aime pas l'ironie ?

Soulagée de ne pas avoir à dérouiller cet idiot, Jaël poussa un long soupir et laissa retomber sa clé. Il devait être idiot, mais pas dangereux...
- Non, j'aime bien l'ironie, mais pas les vieux crétins. Trancha t'elle.

Isaac rit et se tourna vers la porte, il entreprit de sortir et soudain se ravisa. Quelque chose clochait...
Depuis quand le ciel était-il si près ? Il était AU-DESSUS des nuages...
Il n'y avait pas de terre sous la porte, elle donnait sur un ciel embrasé par les feux du crépuscule...
- Hey ! Bob, viens voir ça !
- Bob ?
- Ben quoi ? T'es pas une rasta ?
Jaël ignora cette remarque stupide et s'approcha de la porte. Elle recula sans rien dire. Soudain, elle rentra dans la pièce d'où Isaac était sorti et regarda au travers des stores.
- Hey ! Le vieux ! Appela t'elle.
- J'ai l'air vieux ? Rit-il.
- En plus de l'être, ouais. On dirait que t'as pas croisé un rasoir depuis quelques années.
Isaac passa sa main sur sa barbe. En effet. il avait l'air d'avoir dix ans de plus. De plus, ses cheveux poivre et sel n'arrangaient rien. Il en rit. Ensuite, il s'approcha de la fenêtre dont Jaël avait écarté les stores.

Il y avait un morceau de terre en dehors du vaisseau ! Il en voyait le bout, il voyait que le morceau ne devait pas faire plus d'environ cinq cent mètres d'épaisseur et un arbre était planté près d'un arbre.
- Wait ! Dit-il, on est sur un morceau de terre qui FLOTTE ?!
- On dirait...

Tout à coup, un nouveau bruit dans le couloir, une détonation, suivie de deux autres...
Isaac et Jaël se regardèrent. Le premier ferma ses poings et et avança vers la porte, la seconde ramassa un parapluie dans les décombres de bagages.

Voilà pour le début ! A vous ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Elshalan
Passager


Messages : 485
Birthday : 03/07/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Quelque part sous la neige

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Mer 11 Avr - 17:44

Je pense qu'on peut sortir ce sujet de la Table de travail, si on se lance dans l'écriture. Et on peut locker le topic de recherche, aussi ( appel télépathique aux surpuissants modos ♥ )

_________________

Puisque même les Dieux peuvent mourir, alors la Mort est le Dieu des Dieux
Revenir en haut Aller en bas
Zois'O
Passager


Messages : 467
Birthday : 09/07/1912
Âge : 104
Où suis-je ? : El nuage.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Ven 13 Avr - 16:07

#

Le souffle de la première déflagration le retourna, la seconde l’envoya percuter contre un soutient en acier et la troisième l’enterra sous les décombres. Noir. La pièce semblait d’un calme irréel après l’explosion des trois bombes. La poussière accumulée depuis la construction de l’engin saturait la cale, rendant l’air irrespirable. Étalé dans une mare de sang et de sueur, coincé entre une armoire, une caisse à outils et sous une table informatique, Stanley étouffait, soufflait et souffrait.
« Par Trüs, qu’est-ce que je fous là … » haleta t-il la gorge sèche.
Les évènements s’enchainaient dans son esprit de façon désordonnée tandis qu’il cherchait vainement un sens à la situation. Il avait mal, froid ou peut-être chaud, il avait surtout peur … Toutes ces sensations se mélangeaient et tendaient son esprit vers une sombre folie. Il ne pouvait pas bouger mais imaginait son sang dégouliner de la brèche visqueuse transperçant son torse, là où la douleur se faisait plus sourde. Ses muscles, aussi figés que la glace, refusaient d’exercer le moindre mouvement. Trop épuisé pour ouvrir les yeux, il se résigna à attendre que des secours arrivent avant que son sang ne l’ai entièrement vidé. De la poudre venait se poser sur son corps inerte, le recouvrant d’un voile doux et blanc. Voile de mort. Stanley retînt sa respiration en priant pour qu’aucun autre détonateur n’ai l’idée d’exploser et de le transformer en véritable combustible vivant. Il se sentait de plus en plus flottant, son esprit brumeux semblait s’éloigner de la réalité. Aspiré dans le grand trou noir de l’inconscience, il tourna de l’œil.
Au même moment, la porte de la soute s’ouvrit à la volée, laissant une vive lumière percer l’obscurité.

« Pouah, ça pue, ils ont fait cramer du mort ou quoi ? » fit remarquer Issac.
Jaël secoua ses dreadlocks.
« Ne fais pas exprès d’être bête, ça empeste la poudre de … dégage ! »
Jaël bouscula Issac d’un coup d’épaule et referma précipitamment la porte. Après avoir été certaine d’avoir condamné le passage, elle se tourna vers son compagnon, et expliqua en s’adossant à la porte : « Du gaz. Cette salle est saturée de gaz soporifique, on ne peut pas entrer là-dedans.
- Il suffit de ne pas respirer. » Répliqua-t-il nonchalamment. Puis après un coup d’œil à Jaël, il ajouta : « Ne fais pas cette tête, j’ai déjà tenté l’expérience. Tu ne veux pas venir ? Tu n’as pas confiance, hein ?
- Non. On ne sait pas ce qu’il y a d’autre derrière cette porte. Tous à l’heure ce sont trois bombes qui ont explosé. Qu’est-ce qui te fait croire que la quatrième n’est pas pour toi ?
- Moi je crois surtout qu’on n’est pas les seuls sur cette île du ciel. Et le meilleur moyen de trouver les autres, c’est de les chercher. Alors, toujours pas, Bob ? »
Jaël ne releva pas.
« Toujours pas. Vas-y, je t’attends. »
Issac sortit un long tissu brun de la taille d’une écharpe de son sac, se le noua autour du nez, respira lentement par la bouche, inspira un grand coup, abaissa le tissus sur le bas de son visage, ouvrit la porte, puis, sans un regard pour Jaël, s’engouffra dans l’obscurité.
Le passage se referma derrière lui dans un bruit métallique. Il était seul, il était dans le noir, et il ne pouvait pas respirer.

Adossée à la porte de métal blanc, Jaël se prit la tête entre les mains et essaya de faire un récapitulatif : Première chose : Depuis son réveil dans la cabine de pilotage, elle n’avait croisé que ce vieux bouc d’Issac et arpentait la carcasse du zeppelin à la recherche d’une échappatoire. Deuxième chose : Elle ne souvenait plus de ce qui lui était arrivé récemment. Dernière chose : Il semblerait que le vaisseau se soit craché sur une île … volante. Encore un truc de dingue. Maintenant les îles se baladent dans le ciel. On n’aurait pas pu faire plus craignos comme blague …
A cet instant, des coups fermes frappés à la porte firent sursauter Jaël. Elle ouvrit et un homme au visage camouflé et aux mains ensanglantées lui bondit dessus. La jeune fille se dégagea, claqua la porte et se retourna. Issac se défaisait de son écharpe révélant un visage cramoisi par le manque d’oxygène sous le regard médusé de Jaël.
« Alors ? » Demanda t-elle avec empressement.
Issac se pressa de reprendre une respiration normale pour déclarer : « Il y a une femme là-bas. Une femme ou un homme, je n’ai pas vraiment vu. Qu’importe, cet individu pisse le sang et ne respire presque plus. J’ai essayé de le remonter mais je n’y arrive pas tout seul. J’ai besoin …
- Oui, d’accord, je viens. »
Issac fut soulagé mais n’en montra rien et tendit d’un geste sec son morceau de tissus à Jaël. Celle-ci ouvrit la bouche pour refuser mais il l’a coupa : « J’ai besoin que tu tiennes jusqu’au bout. »

#
Revenir en haut Aller en bas
Fred
Commandant de Bord


Messages : 645
Birthday : 22/10/1998
Âge : 18
Où suis-je ? : (...) là.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Dim 15 Avr - 10:26

"Maman! Maman t'es où! Mais maman réponds! J'ai peur il fait noir"
Jaël souleva la tête :
"Eheh là! T'as entendu?
-Ouai. Putain c'est une gamine qu'on vient d'entendre là? demanda Issac, choqué qu'une gamine se retrouve sur ce...tte chose surnaturelle.
-Elle appelait sa mère...Il venait d'où ses cris?
-Euh...de là, répondit le barbu en montrant la gauche du couloir, Oh, attends.
-Quoi?
-Chut, tais toi, on l'entend qui chantonne je crois!"
Ils se turent et écoutèrent plus attentivement. Chantonner était un bien grand mot, elle ne murmurait que quelques paroles presque inaudible, une comptine apparemment.
"Oh cauchemars, Oh cauchemars,
Grands monstres partez!
Et ne revenait plus jamais.
Je résiste maintenant au noir,
Arrêtez de me hanter.
Pour une fois ayez pitié."

Ils continuèrent en direction des murmures, qui se répétait comme si on avait bloqué le bouton "Replay",tandis que l'un essayait de remettre la situation au clair, et l'autre, tout simplement de chasser la vue du corps sans vie, dégoulinant de sang.
"Bob! Ca vient de derrière cette porte!"
Avec appréhension, ils ouvrirent, et retrouvèrent une petite fille, de 5 ans, pas plus, habillée innocemment dans une salopette rouge, avec des sandales, comme si elle revenait d'une balade dans les prés. La petite fille ouvrit les yeux, et fit face aux deux inconnus :
"Vous êtes qui? On...on est où?"

_________________
J'prends ma canne à garder la pêche pour attraper des poissons clowns
Et des casquettes ratons-laveurs, et toutes mes chaussettes assez cools
Des bretzels peace and love et mes patins à glace à la vanille
Des visas à vie pour des paysages sans vis-à-vis
Revenir en haut Aller en bas
Artimeus
Passager


Messages : 263
Birthday : 27/02/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : Principalement le chocolat.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Dim 15 Avr - 19:55

Isaac se passait la main dans les cheveux avec désespoir. A ses cotés, accoudée à une table rafistolée se tenait Jaël qui jouait pensivement avec ses dreadlocks tandis que dans un coin sombre un jeune homme aux grands yeux tentait tant bien que mal de panser ses plaies avec une partie de ses vêtements qu’il avait déchiré.
Et enfin près de lui se tenait une toute petite fille qui le regardait faire la tête penchée. Et au milieu ; le silence. Jaël et Isaac avait trouvé le jeune homme blessé dans une des coursives de ce qui ressemblait à un zeppelin écrasé.
Ils avaient aussi récupérés la petite fille qui n’étaient pas un allié de taille mais qu’ils n’auraient jamais pu abandonner. Par la fenêtre on distinguait la terre surplombant le ciel.

_C’est le monde à l’envers : résuma Stanley qui avait encore l’air traumatisé des explosions qui avait failli le tuer un peu plus tôt.
Que se passe t’il ? demanda la petite fille
_Ce qu’il se passe, c’est qu’on est perdu pour une raison que j’ignore dans un endroit inconnu au beau milieu de nulle part et qu’on va probablement tous y passer: répliqua un peu sèchement Isaac.

La gamine se remit à pleurer alors que la trace des larmes sur son visage n’était pas encore sèche.
_Oh, épargne lui ton cynisme c’est une toute petite fille : lui dit Jaël puis se tournant vers l’enfant : Comment t’appelles tu ?
_Eline.
_Ecoute Eline, je m’appelle Jaël. Je ne sais pas ou est ta maman, je ne sais pas ce qu’il se passe mais je te promets que tout va bien se passer. Ne pleure plus, d’accord ?
_D’accord.
Stanley tenta de se relever. Personne n’était vraiment médecin mais l’explosion l’avait fortement secoué. Il réussit à tituber jusqu’à la fenêtre.
Le vide, le vide……..








_________________
Marre d'avoir une signature!
Revenir en haut Aller en bas
Elshalan
Passager


Messages : 485
Birthday : 03/07/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Quelque part sous la neige

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Sam 21 Avr - 20:10

Un bruit résonna dans le couloir. Stanley leva les yeux de son bandage, Erine enfouit sa tête dans ses mains alors que Jaël se retournait vers le corridor obscurci par la poussière. Un silence venait de s'abattre sur le petit groupe. Même s'ils ne savaient pas du tout dans quoi ils se trouvaient, les explosions qui avaient mis Stanley K.O. Quelques minutes précédentes pouvaient tout à fait se reproduire. Leur abri, si le terme convenait, n'était pas des plus sûrs.

- Regardez si vous trouvez des torches, des lampes, ou des trucs pour s'éclairer, dit Isaac.
Ils se mirent à farfouiller dans la modeste pièce, retournant les vieux meubles couverts de suie, les commodes noircies par le temps et les armoires défoncées. Tout ici sentait le vieux, l'abandonné. Où étaient-ils donc ?
Isaac éluda ces questions, les remettant à plus tard. Ils avaient plus urgent à régler.
- J'ai trouvé de la lumière, annonça Erine d'un ton fier en brandissant une lampe-tempête.
Jaël l'attrapa et la secoua.
- C'est bon, il y a du pétrole, elle pourra brûler, conclut-elle avant de sortir un zippo de sa poche et d'enflammer la mèche.
Une chaude lueur éclaira la pièce, révélant leurs visages blafards et fatigués. Le lieu lui-même ressemblait à une sorte de bureau. Ressemblait, car les explosions précédentes et leur fouille à la recherche d'éclairage avaient mis l'ensemble sans dessus-dessous.

- Bon, voilà ce qu'on va faire. Bob et moi, on va aller voir un peu dans quoi on se trouve. Machin, tu restes avec la gamine, et tu la rassures.
Erine, pas farouche, s'accrochait déjà aux jambes de Stanley, qui ne semblait pas vraiment comprendre comment tout cela venait de se produire.
Isaac attrapa la lampe, et commença à s'enfoncer dans le couloir poussiéreux, suivi par Jaël, qui marmonnait dans sa barbe que leur pseudo-chef risquait de se prendre quelques coups si il continuait à l'appeler Bob.

La progression dans le couloir était difficile. De nombreux objets jonchaient le sol, du cadre de tableau à la poutre de trois mètres de long. Le duo progressait lentement, attentif à tout. Un nouveau bruit, comme des coups sur une surface en bois, leur parvint.
- On va voir, indiqua Isaac dans un murmure, comme s'il était important d'être discret, alors que le bruit se répétait.

Au bout de quelques minutes, ils arrivèrent quasiment à la verticale de la source du bruit. Celui-ci semblait venir d'au-dessus.
- A ton avis, c'est quoi ? Demanda Isaac, en voyant un filet de poussière tomber d'une fissure.
Puis, en un instant, le plafond s'effondra dans un fracas de bois brisé.


- Eh, Isaac, ça va ?
- Oui oui
, articula celui-ci en crachant un glaviot plein de poussière. La jeune rasta, derrière lui, avait été relativement protégée, mais lui avait pris un gros stock de poussière dans les narines et la bouche.
Il se redressa. Devant lui, le plafond s'ornait d'un trou à peu près circulaire, d'environ deux mètres de diamètre.
- Qu'est-ce...
Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'un mouvement à l'étage d'au-dessus le fit reculer prestement. Il n'eut que le temps de voir quelque chose tomber par le trou avant qu'un nouveau nuage de poussière apparaisse.
- Il y a des chances pour que ça soit dangereux ? Chuchota Jaël en attrapant un morceau de poutre, alors qu'une forme se dessinait à travers le nuage de particules. La forme prit rapidement le contour d'un homme, portant quelque chose de gros sur l'épaule. Un sac ?
- Salut tout le monde! commença Jacob quand il fut assez près. J'ai enfin trouvé un moyen de descendre ! S'amusa-t-il en regardant le trou par lequel il était passé. Moi c'est Jake, reprit-il d'un ton plus sérieux, et elle c'est Charline. Vous auriez pas un peu de bande, ou quelque chose comme ça ? Elle s'est pris un morceau de poutre sur la tête, et elle est dans les vapes.

Isaac et Jaël ne comprenaient pas de qui il parlait, avant de s'apercevoir que ce qu'ils avaient pris pour un sac était en fait une jeune fille assommée, avec une grosse plaie sur la tête.

_________________

Puisque même les Dieux peuvent mourir, alors la Mort est le Dieu des Dieux
Revenir en haut Aller en bas
Eiluj
Passager


Messages : 54
Birthday : 22/08/1997
Âge : 19

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Lun 7 Mai - 20:40

Leur méfiance écartée par l'entrain du garçon, Ils s'approchèrent.

- Comment c'est arrivé ? demanda Isaac, tandis que Jaël déchirait le bas de son pantalon.
La regardant agir, l’intéressé demanda distraitement, et réjouit :
- Vous êtes qui ?

- Appelle la Bob, et moi...

-Oh ! Pas de Bob ok ?! S'énerva t-elle brusquement. Je suis Jaël dit-elle à l'intention de Jacob

- Je disais donc Bob, reprit-il en ignorant le regard noir qui lui était adressé, et moi Isaac, alors ?

- Eh bien, Je me suis réveillé, et quand je me suis relevé pour savoir ce qui s'était passé... Boum ! une belle explosion a foutu mon sens de l'orientation en l'air ! et ma main gauche par la même occasion, dit-il frustré, mais avec un enjouement discernable, il leva son bras gauche pour montrer une main décharnée saignant encore par l'effort, la pièce toute ébranlée... et puis j'ai vu Charline coincée sous un siège... j'ai voulu la dégager mais elle s'est mise à hurler comme une dingue! J'ai rien vu venir ! une belle poutre a glissé, et s'est cognée contre le siège... ça l'a frappée à la tête et elle s'est évanouie... Après l'avoir pris sur mon dos, je l'ai emmenée jusque ici, et là, une autre putain d'explosion... qui a fait ce trou... vous en avez pas entendu d'explosions vous ? Demanda-t-il étonné

- Oh si. On en a entendu... répondit Isaac, le ton effacé, les yeux dans le vague.

Durant cette longue tirade, Jaël s'était approchée, et bandait la jeune inconsciente, elle leva la tête et regarda gravement Isaac. Elle savait qu'il était inquiet, sous ses airs autoritaires et son insupportable cynisme. On ne savait pas pourquoi toutes ces explosions, et Stanley était encore mal en point... et d'autres encore sous le choc.

-Bon ! Fit-elle enfin, ayant terminée de soigner la malheureuse Charline. On va vous emmener, elle et toi, avec le reste du groupe. Il lui faut plus de soins et je ne suis pas médecin. Elle regarda Isaac, t'es d'accord ? Demanda-t-elle malgré son dédain des autorisations.
Il l'observa et convaincu de la bonne fois des nouveaux venus, il approuva
-je passe devant et vous porterez la blessée ? Il faut bien quelqu'un pour retrouver le chemin...

Jacob sourit et, prenant Charline, il suivit juste avant Jaël, qui fermait la marche.
- vous avez trouvé d'autres personnes ? Demanda t-il enthousiaste.
- Oui, dont une petite fille... répondit la dernière, on est six maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Elshalan
Passager


Messages : 485
Birthday : 03/07/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Quelque part sous la neige

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Sam 26 Mai - 22:36

Up. Il ya encore des gens ici ou pas ?

_________________

Puisque même les Dieux peuvent mourir, alors la Mort est le Dieu des Dieux
Revenir en haut Aller en bas
Zois'O
Passager


Messages : 467
Birthday : 09/07/1912
Âge : 104
Où suis-je ? : El nuage.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Dim 27 Mai - 12:55

Je suis toujours partante.
Revenir en haut Aller en bas
Artimeus
Passager


Messages : 263
Birthday : 27/02/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : Principalement le chocolat.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Dim 27 Mai - 13:06

Moi de même^^

_________________
Marre d'avoir une signature!
Revenir en haut Aller en bas
Fred
Commandant de Bord


Messages : 645
Birthday : 22/10/1998
Âge : 18
Où suis-je ? : (...) là.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Lun 28 Mai - 14:28

La même

_________________
J'prends ma canne à garder la pêche pour attraper des poissons clowns
Et des casquettes ratons-laveurs, et toutes mes chaussettes assez cools
Des bretzels peace and love et mes patins à glace à la vanille
Des visas à vie pour des paysages sans vis-à-vis
Revenir en haut Aller en bas
Zois'O
Passager


Messages : 467
Birthday : 09/07/1912
Âge : 104
Où suis-je ? : El nuage.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Mer 30 Mai - 16:56

"Il n'y a rien ici ! hurla Jacob au bout d'un couloir humide parsemé d'armoires éventrées.
- Rien non plus là-bas. répondit Issac en le rejoignant. Plus de nourriture, plus d'eau et plus de lumière. Man, on va mourir si l'on reste enfermé ici !
- Merci de me tenir au courant. plaisanta le jeune homme en lui adressant un sourire malicieux. Le mieux serait quand même de trouver une sortie à ce foutu labyrinthe.
- Je sais bien, mais c'est le barouf ici, qu'veux tu. Pis je ne suis pas si sûr que sauter par la première porte venue soit la meilleure solution ... ce n'est pas comme si j'étais certain de retrouver le sol. Ou bien après une longue chute.
- A part ceux qui picolent trop et ceux qui marchent sur la tête, on pose tous les pieds sur terre.
- Moi aussi je croyais ça. objecta Issac en repoussant les volets métalliques d'une porte-fenêtre vitrée. Regarde donc par là."

Jacob se pencha jusqu'à toucher la vitre glacée avec son front. Il eut soudain la mauvaise impression d'assister à un de ces cours de chute libre dont la base avait tenté de l'habituer. Seulement tenté, car il se débrouillait bien mieux armé d'un pistolet plutôt que d'un parachute.
Il décrocha son regard du ciel infiniment bleu pour se tourner vers le vétéran qui se grattait la barbe.

"Mais on est où alors ?"




[Et Elshalan, je crois que tu as un petit problème avec ton post x)]


Dernière édition par Zois'O le Sam 2 Juin - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elshalan
Passager


Messages : 485
Birthday : 03/07/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Quelque part sous la neige

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Sam 2 Juin - 16:21

Cool. Je passe après

_________________

Puisque même les Dieux peuvent mourir, alors la Mort est le Dieu des Dieux
Revenir en haut Aller en bas
Zois'O
Passager


Messages : 467
Birthday : 09/07/1912
Âge : 104
Où suis-je ? : El nuage.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Lun 25 Juin - 18:38

Quand tu veux, Elshalan.
Revenir en haut Aller en bas
Fred
Commandant de Bord


Messages : 645
Birthday : 22/10/1998
Âge : 18
Où suis-je ? : (...) là.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Lun 25 Juin - 18:43

J'y vais après Elshalan

_________________
J'prends ma canne à garder la pêche pour attraper des poissons clowns
Et des casquettes ratons-laveurs, et toutes mes chaussettes assez cools
Des bretzels peace and love et mes patins à glace à la vanille
Des visas à vie pour des paysages sans vis-à-vis
Revenir en haut Aller en bas
Artimeus
Passager


Messages : 263
Birthday : 27/02/1995
Âge : 21
Où suis-je ? : Principalement le chocolat.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Mar 26 Juin - 21:29

Bon je passe enfin^^

_________________
Marre d'avoir une signature!
Revenir en haut Aller en bas
Elshalan
Passager


Messages : 485
Birthday : 03/07/1994
Âge : 22
Où suis-je ? : Quelque part sous la neige

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Mer 27 Juin - 19:51

Désolé, les gens, j'avais totalement oublié que j'avais dit que je postais ici ^^'

Je cède ma place, j'aurais pas accès à un ordi avant la semaine prochaine

_________________

Puisque même les Dieux peuvent mourir, alors la Mort est le Dieu des Dieux
Revenir en haut Aller en bas
Zois'O
Passager


Messages : 467
Birthday : 09/07/1912
Âge : 104
Où suis-je ? : El nuage.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Mar 24 Juil - 14:25

Des courageux pour continuer ?
Revenir en haut Aller en bas
Fred
Commandant de Bord


Messages : 645
Birthday : 22/10/1998
Âge : 18
Où suis-je ? : (...) là.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Mer 25 Juil - 10:27

Dimanche, je peux m'y mettre! (parce que là je suis chez mes grands parents, et j'ai souvent un gamin blondinet catalan de 4ans qui me tire le bras quand je suis sur l'ordinateur. Ou qui me tae le dos avec un ballon en mousse, au choix.)

_________________
J'prends ma canne à garder la pêche pour attraper des poissons clowns
Et des casquettes ratons-laveurs, et toutes mes chaussettes assez cools
Des bretzels peace and love et mes patins à glace à la vanille
Des visas à vie pour des paysages sans vis-à-vis
Revenir en haut Aller en bas
Zois'O
Passager


Messages : 467
Birthday : 09/07/1912
Âge : 104
Où suis-je ? : El nuage.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Sam 29 Sep - 9:55

Ahem, vous êtes toujours là les aventuriers ?
Revenir en haut Aller en bas
Fred
Commandant de Bord


Messages : 645
Birthday : 22/10/1998
Âge : 18
Où suis-je ? : (...) là.

MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Sam 29 Sep - 12:28

"Tu pourrais pas genre arrêter de fredonner tout le temps? s'énerva la rasta, excédée.
- No woman no cryyy! C'est bon, ça te va mieux comme registre?" railla Isaac.
Jaël leva les yeux au ciel et la petite rigola. Jacob, en ayant marre qu'ils tournent en rond, proposa :
"On devrait faire des groupes, non? Et on se donne rendez-vous genre dans une demie heure ici. Ils font toujours ça dans les films...
-Oui enfin c'est aussi ce qu'ils ont fait dans Alien, répliqua Stanley, et résultat ya qu'une survivante! Non mais déjà, faudrait essayer de se souvenir de ce qu'on faisait avant d'arriver ici, et de se trouver un point commun qui pourrait expliquer ça."
Ils se dévisagèrent. Une jeune rasta, un homme aux cheveux déjà blanc qui portait des fringues de jeunes, un mec ni jeune ni vieux, sans trait de caractère apparant au premier abord, sauf peut être l'optimisme, un jeune brun aux cheveux en bataille, une jeune adulte désormais blessée et une gamine en salopette! Qu'est ce qu'il pouvait bien avoir en commun?

bon, j'avoue que l'inspiration me manquait genre bcp bcp

_________________
J'prends ma canne à garder la pêche pour attraper des poissons clowns
Et des casquettes ratons-laveurs, et toutes mes chaussettes assez cools
Des bretzels peace and love et mes patins à glace à la vanille
Des visas à vie pour des paysages sans vis-à-vis
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prisonniers du Ciel   Aujourd'hui à 11:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Prisonniers du Ciel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEVEZ L'ENCRE : Ateliers d'écriture réservés aux lycéens et + :: Le Bateau :: Le Pont Supérieur :: À flot-
Sauter vers: